Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -53%
Balance connectée Xiaomi Mi Body à ...
Voir le deal
18.99 €

exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Aller en bas

etonnant exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Magicfly le Sam 26 Déc - 14:28

Et dire qu'il y en a qui ont viré leur cutie à l'extrême gauche.

Au « Journal de Saint-Denis », un édito sème la discorde


ENTRETIEN. Désavoué, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire dionysien a démissionné. Il dénonce les fractures au sein de la gauche française sur l'islamisme



 Propos recueillis par Nadjet Cherigui


Modifié le 26/12/2020 à 13:06 - Publié le 26/12/2020 à 10:00 | Le Point.fr
Yann Lalande, rédacteur en chef du JSD, le journal de la ville de Saint-Denis, a démissionné. Par ce geste, il a voulu dénoncer une censure et protester contre l'opposition d'une partie de la rédaction à la publication d'un édito traitant de « l'esprit munichois » face à la progression du danger islamiste. Écrit après l'assassinat de Samuel Paty, ce texte mesuré revenait sur les valeurs fondamentales de la République, mais il s'est heurté à un mur identitaire et idéologique levé par quelques membres de l'équipe, l'accusant de stigmatiser les musulmans.

En réaction, la municipalité dirigée par Mathieu Hanotin (Parti socialiste) a voté, le 17 décembre dernier, le retrait des subventions accordées au journal. Une décision qui met en péril la viabilité du JSD puisque la Ville en est la première contributrice. Yann Lalande a répondu aux questions du Point autour de sujets terriblement d'actualité : valeurs républicaines et liberté d'expression.



Le Point : Rédacteur en chef du JSD, vous avez écrit un édito après l'assassinat de Samuel Paty, mais qui a été censuré par une partie de la rédaction. Qu'avez-vous voulu dire et exprimer dans ce texte ?
Yann Lalande : Comme une majorité de Français, j'ai été profondément heurté par l'assassinat d'un professeur d'histoire géographique au motif que ce dernier remplissait tout simplement sa mission. Cet acte sans précédent en France établissait par ailleurs clairement une chaîne de responsabilités entre le passage à l'acte terroriste et la mise sous pression récurrente de la société française par les tenants d'un islam politique radical. C'est cet islamisme que j'ai souhaité pointer dans un texte rédigé le 22 octobre. J'appelais à une nécessaire intransigeance vis-à-vis de cette idéologie fascisante. Étant donné le contexte, et dans une ville comme Saint-Denis pas épargnée par les pressions islamistes, cette réaffirmation collective de la part de la rédaction du Journal de Saint-Denis m'est apparue indispensable. Afin de réaffirmer ce besoin d'intransigeance, j'ai souhaité rappeler l'importance de l'enseignement de l'histoire à l'école en convoquant notamment une référence historique : celle de la conférence de Munich en 1938.



Votre édito a été censuré par une partie de la rédaction. Quelles ont été les raisons invoquées ?
Il me semble plus juste de parler d'autocensure, dans le sens où j'ai pris le parti de ne finalement pas faire paraître mon texte faute d'avoir reçu la validation d'un certain nombre de membres de ma rédaction. C'est une particularité du JSD, les éditos, s'ils sont écrits par le directeur de la rédaction, ne sont pas signés et font systématiquement l'objet d'une validation collective. Dans l'extrême majorité des cas, seuls quelques ajustements marginaux sont opérés. Cette fois, deux des neuf membres de la rédaction ont refusé en bloc ma proposition d'éditorial et d'autres rédacteurs étaient assez mitigés. Si je n'ai pas ouvert un robinet d'eau tiède, je pense avoir écrit un texte mesuré. Je prends soin de distinguer musulmans et islamistes et je rappelle le nécessaire besoin d'exigence vis-à-vis de la République. Certains de mes collègues y ont vu un texte, « va-t'en guerre, qui appelle à la vengeance » et stigmatise les musulmans. Ils regrettaient également que je ne dénonce que le racisme et pas l'islamophobie – terminologie fumeuse que je me refuse d'employer – et que je ne rappelle pas que la République française, « c'est aussi le colonialisme et l'esclavagisme ». Un membre de la rédaction, qui par ailleurs semble ne guère accorder de crédit aux valeurs universalistes, est même allé jusqu'à réduire l'assassinat de Samuel Paty à un fait divers. Par ailleurs, ces propos ont été tenus non sans agressivité. Même si je savais que des dissensions existaient au sein de la rédaction sur ces questions, c'est proprement insultant de se voir signifier de la part de collègues avec lesquels on travaille au quotidien que l'on aspire à la vengeance contre une partie de la population… Disqualifier autrui, telle est la conception du débat pour certains.



Quel regard cela vous a-t-il poussé à porter sur la situation, le climat au sein de la rédaction et plus largement à Saint-Denis ?
Ce n'était pas la première fois que le problème se faisait jour au sein de la rédaction. Le ton était déjà monté autour des questions de laïcité et d'islamisme. Une collègue journaliste s'était vue qualifiée de « raciste » en conférence de rédaction, pour avoir critiqué certaines pratiques religieuses. Certains collègues très prompts à dénoncer la stigmatisation de Saint-Denis et d'une partie de sa population, l'étaient beaucoup moins au moment de s'intéresser aux pressions islamistes. Pour trancher une question de droit sur un sujet impliquant des membres de l'Observatoire dionysien de la laïcité, un journaliste a sollicité l'expertise du… Collectif contre l'islamophobie en France [CCIF, qui a été dissous, NDLR]. Ce même journaliste dernièrement, alors même qu'il avait été le premier informé, n'a pas souhaité évoquer, ne serait-ce qu'au sein de la rédaction, les tentatives d'intimidations dont a fait l'objet un commerçant local qui affichait les unes de Charlie Hebdo en soutien à la rédaction de l'hebdomadaire satirique le temps du procès des attentats de janvier 2015. Le commerçant, à raison, s'était étonné, que je n'aie pas été mis au courant par le journaliste en question.
J'aurais sans doute dû réagir plus tôt et plus fermement, mais j'ai toujours souhaité que notre approche de l'actualité locale soit la plus pluraliste possible. Au final, j'ai eu le sentiment d'une arnaque intellectuelle puisque réaffirmer un minimum de valeurs communes devenait impossible. Selon moi, quand on travaille dans un journal largement financé par l'argent public et qui remplit une mission de service public, la seule dénonciation du terrorisme n'est pas un dénominateur commun suffisant.
Mais comment un petit noyau peut-il peser autant dans la rédaction ?
C'est peut-être la faiblesse d'un fonctionnement trop collectif, trop démocratique, mais en même temps je n'ai pas souhaité le renier ni passer en force et encore moins me séparer de collaborateurs parce qu'ils ne pensaient pas comme moi. Je n'ai pas souhaité me trahir, ni d'une façon ni d'une autre.
Dans une rédaction plus grande, nous aurions pu gérer le problème différemment et c'est sans doute ce qu'il se passe d'ailleurs. Mais dans une petite équipe, si des divisions se font jour, ça devient tout de suite très compliqué, d'autant plus quand elles touchent à des sujets aussi fondamentaux. La triste réalité c'est que la rédaction s'est quasiment retrouvée coupée en deux, avec un net marqueur générationnel. Les plus jeunes d'un côté et les plus anciens, derrière moi. Cette fracture traverse la gauche et plus largement la société française aujourd'hui. C'est d'autant plus regrettable que le projet du JSD est construit autour du recrutement de jeunes journalistes locaux. Afin de faire un journal pour les Dionysiens, par des Dionysiens. Alors qu'ils auraient pu, ou la mettre en sourdine ou partir, certaines voix minoritaires ont pris le risque de tout faire exploser. Peut-être sans en être réellement conscients d'ailleurs.
Il y a un profond malaise au sein de la gauche française concernant la laïcité et la réponse à l’islamisme.
Pourquoi avez-vous démissionné de votre poste ?
J'ai considéré que, dans ce contexte, la « moins pire » des solutions était de quitter mes fonctions. Pour moi ce n'était pas fuir, mais poser un acte puisque j'ai fait le choix d'expliquer publiquement les raisons de mon geste. Je ne voulais pas me contenter de laver le linge sale en famille. Pour certains de mes anciens collègues et leurs soutiens, plutôt à la gauche de la gauche, c'est tout le problème. Le désaccord de fond pointé importe peu quand on les écoute : le problème c'est d'en avoir parlé publiquement et que des médias s'y soient intéressés. Des médias peu recommandables aux yeux de cette gauche sectaire par ailleurs. Pour eux c'est la campagne médiatique qui a fait du mal au journal, pas leurs prises de position initiales. Moi, je regrette simplement qu'il soit aujourd'hui devenu impossible de dépasser ce genre de désaccord intellectuel au Journal de Saint-Denis et ailleurs. En revanche, ce n'est pas en continuant à mettre la poussière sous le tapis que nous avancerons.
Quels ont été les réactions et les soutiens autour de vous ?
J'ai reçu beaucoup de témoignages de soutien. Publics ou privés. De tous horizons. Localement, mais pas seulement. De nombreux enseignants en particulier. De personnes que je connaissais et beaucoup d'inconnus qui ont pris le temps de m'adresser de très beaux textes parfois et de partager des réflexions très justes. Mon directeur de la publication ne souhaitait absolument pas que je parte, mais a respecté ma décision, même si je le mettais dans une situation délicate. Le maire, Mathieu Hanotin, m'a apporté son soutien officiellement en séance du conseil municipal. D'autres responsables politiques locaux se sont manifestés en privé. Même si on ne peut pas échapper à certaines récupérations sur les réseaux sociaux dont on se passerait volontiers, dans la plupart des cas ça fait chaud au cœur, et c'est rassurant évidemment. Par contre, j'ai eu la confirmation de ce que je pressentais : il y a un profond malaise au sein de la gauche française concernant la laïcité et la réponse à l'islamisme.
La municipalité a voté le retrait de la subvention. Que pensez-vous de cette décision provoquée par votre départ ?
Je trouve vraiment dommage que l'aventure si singulière du JSD dans le paysage de la presse locale française prenne fin de la sorte. Mais bien que vieux de 28 ans, le modèle était fragile. La preuve, il n'aura pas résisté à cette crise interne. Car si au final mettre fin à la subvention municipale est une décision qui relève du pouvoir politique, c'est bien la crise interne au sein de la rédaction qui l'a précipitée.
Pourtant, dans le cadre d'une alternance politique inédite à Saint-Denis, le nouvel exécutif était prêt à valider l'avenir du journal pour les trois prochaines années. Certes la contribution pécuniaire de la Ville était amenée à diminuer, mais le JSD, à condition de se réinventer financièrement et éditorialement, pouvait continuer à informer les Dionysiens de façon autonome. Pour ma part, je savais que mon départ fragilisait la structure et comportait un risque non négligeable. C'est ce qui m'a fait hésiter. Pour autant il m'est apparu impossible de continuer à apporter ma caution à la vision de la société de certains de mes collègues. Je regrette la décision de l'exécutif, mais je comprends les raisons qui la motivent. Comment attribuer 670 000 euros de subvention publique sans avoir confiance dans l'équipe rédactionnelle. Les journalistes concernés doivent assumer leur part de responsabilité dans cet échec.
Comment voyez-vous l'avenir pour le journal ?
Je crains que la messe ne soit dite. Le JSD dépend aux trois quarts de la subvention municipale. Par ailleurs, la rédaction est profondément divisée et seules une moitié des salariés et une partie des pigistes ont signé le communiqué de presse adressé aux lecteurs par la rédaction. Certains pourraient imaginer un mode de financement participatif, mais les besoins financiers sont de mon point de vue trop grand. Il faut espérer que les conséquences sociales soient limitées. On peut raisonnablement y croire, puisque la mairie a évoqué un accompagnement et les finances de l'association sont saines. Reste un immense gâchis. Le JSD aurait pu poursuivre sa nécessaire adaptation aux réalités de l'époque et faire école en matière d'information locale. En lieu de quoi son aventure s'arrête presque inopinément.
Magicfly
Magicfly

Messages : 723
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Sam 26 Déc - 17:18

Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par ledevois le Sam 26 Déc - 18:42

Diviciac a écrit:Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 


 Vous trouvez que la politique de Macron est de droite --? Je pense que la L R E M concernant l'islamisme à vraiment un malaise -- ce n'est pas la gauche qui relache les djihjadistes -
 Voter pour un gauchiste financier hyper mondialiste ,  je préfère essayer le vrai de gauche même si je dois le regretter -


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18069
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Sam 26 Déc - 19:22

ledevois a écrit:
Diviciac a écrit:Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 


 Vous trouvez que la politique de Macron est de droite --? Je pense que la L R E M concernant l'islamisme à vraiment un malaise -- ce n'est pas la gauche qui relache les djihjadistes -
 Voter pour un gauchiste financier hyper mondialiste ,  je préfère essayer le vrai de gauche même si je dois le regretter -
 
Macron n'est ni de droite, ni de gauche, ni du centre, ni laïc, ni religieux, ni patriote, ni mondialiste, ni laxiste , ni sécuritaire, ni libéral, ni interventionniste  .. il est ce qu'il croit que les Français ont envie qu'il soit en fonction de l'actualité du moment. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Forcheville le Sam 26 Déc - 19:52

Diviciac a écrit:Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 

Vouloir défendre l'école contre sa mise en tutelle islamiste relèverait de la "propagande libérale".
Curieux comme raisonnement qui renverse la problématique du prosélytisme, ce ne sont plus les islamistes qui en sont la cause mais les "libéraux".
Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale".
On avait tout faux!
On est pas sortis de l'auberge.

Forcheville

Messages : 347
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Sam 26 Déc - 20:08

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 

Vouloir défendre l'école contre sa mise en tutelle islamiste relèverait de la "propagande libérale".
Curieux comme raisonnement qui renverse la problématique du prosélytisme, ce ne sont plus les islamistes qui en sont la cause mais les "libéraux".
Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale".
On avait tout faux!
On est pas sortis de l'auberge.


Vous inventez totalement : le maire cité dans cet article est Mathieu Hanotin, socialiste élu par la gauche , qui a lui-même coupé les subventions au canard en question, les délires sur "l'islamogauchisme " en sont pour leurs frais.
Le Point qui appartient à la famille Pinault et qui s'inspire du Time américain est notoirement un organe de propagande de la droite libérale. Ramassis de planches  pourries opportunistes que se diraient "laïcards" en fonction de l'actualité immédiate.  
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Magicfly le Sam 26 Déc - 21:05

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:Il n'y aurait pas une rubrique spéciale pour la propagande libérale du Point comme il y en a une pour la propagande de sites russes ? 

Vouloir défendre l'école contre sa mise en tutelle islamiste relèverait de la "propagande libérale".
Curieux comme raisonnement qui renverse la problématique du prosélytisme, ce ne sont plus les islamistes qui en sont la cause mais les "libéraux".
Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale".
On avait tout faux!
On est pas sortis de l'auberge.
J'ai arrêté de discuter avec les ultra-gauchistes, mais je n'arrêterais pas de relayer leurs saloperies pour que les gens comprennent bien à qui ils ont à faire.
Magicfly
Magicfly

Messages : 723
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Forcheville le Dim 27 Déc - 0:49

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:

Vouloir défendre l'école contre sa mise en tutelle islamiste relèverait de la "propagande libérale".
Curieux comme raisonnement qui renverse la problématique du prosélytisme, ce ne sont plus les islamistes qui en sont la cause mais les "libéraux".
Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale".
On avait tout faux!
On est pas sortis de l'auberge.


Vous inventez totalement : le maire cité dans cet article est Mathieu Hanotin, socialiste élu par la gauche , qui a lui-même coupé les subventions au canard en question, les délires sur "l'islamogauchisme " en sont pour leurs frais.
Le Point qui appartient à la famille Pinault et qui s'inspire du Time américain est notoirement un organe de propagande de la droite libérale. Ramassis de planches  pourries opportunistes que se diraient "laïcards" en fonction de l'actualité immédiate.  

On ne doit pas parler de la même chose:
Ce n'est pas le maire Hanotin qui est dénoncé ici, mais une partie de la rédaction de JSD qui n'a pas voulu valider l'éditorial de son rédacteur en chef Yann Lalande, réagissant à l'assassinat de Samuel Paty  et y rappelant "les valeurs fondamentales de la République".
Cette partie de la rédaction se désolidarisait ainsi des propos de son chef  en considérant que ses propos étaient teintés "d'islamophobie".
Le débat n'est pas nouveau , l'argument de "l'islamophobie" ayant bien été analysé comme étant utilisé pour verrouiller  toute critique de l'islamisme.
Donc en résumé: un journaliste courageux qui prend le parti de la rupture avec d'autres journalistes( que je suppose musulmans) avec lesquels il devait certainement avoir l'habitude de travailler, un maire qui  en prend acte et qui en solidarité avec le rédacteur en chef coupe les subventions du journal.
2 personnes dont l'attitude est louée car elles refusent de continuer  la politique répandue et pernicieuse du "pas de vagues".
Une rédaction du JSD en grande partie infiltrée par des islamistes
Un journal "Le Point" qui ne fait que rapporter ces événements et sur qui vous tombez à bras raccourci en le qualifiant "d'organe de la propagande libérale", alors que votre indignation aurait du se reporter sur cette partie de la rédaction du JSD qui a rejeté les propos républicains de Yann Lalande.
Votre argumentation sur "la propagande libérale" du Point est donc hors sujet et se trompe d'adversaire
Voilà ce que j'ai compris  et en  conséquence ce que je n'ai pas compris quand vous dites que "j'invente totalement".

A moins que tout soit faux, que le rédacteur en chef n'ait pas démissionné, que le maire ait coupé les subventions pour d'autres raisons que "l'islamogauchisme", mais alors il faut dire pourquoi ces subventions ont été supprimées et pourquoi le journal voit ainsi son avenir compromis.
Même dans ce cas là, je n'aurais pas "totalement inventé" mais simplement lu.

Forcheville

Messages : 347
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Magicfly le Dim 27 Déc - 9:57

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:


Vous inventez totalement : le maire cité dans cet article est Mathieu Hanotin, socialiste élu par la gauche , qui a lui-même coupé les subventions au canard en question, les délires sur "l'islamogauchisme " en sont pour leurs frais.
Le Point qui appartient à la famille Pinault et qui s'inspire du Time américain est notoirement un organe de propagande de la droite libérale. Ramassis de planches  pourries opportunistes que se diraient "laïcards" en fonction de l'actualité immédiate.  

On ne doit pas parler de la même chose:
Ce n'est pas le maire Hanotin qui est dénoncé ici, mais une partie de la rédaction de JSD qui n'a pas voulu valider l'éditorial de son rédacteur en chef Yann Lalande, réagissant à l'assassinat de Samuel Paty  et y rappelant "les valeurs fondamentales de la République".
Cette partie de la rédaction se désolidarisait ainsi des propos de son chef  en considérant que ses propos étaient teintés "d'islamophobie".
Le débat n'est pas nouveau , l'argument de "l'islamophobie" ayant bien été analysé comme étant utilisé pour verrouiller  toute critique de l'islamisme.
Donc en résumé: un journaliste courageux qui prend le parti de la rupture avec d'autres journalistes( que je suppose musulmans) avec lesquels il devait certainement avoir l'habitude de travailler, un maire qui  en prend acte et qui en solidarité avec le rédacteur en chef coupe les subventions du journal.
2 personnes dont l'attitude est louée car elles refusent de continuer  la politique répandue et pernicieuse du "pas de vagues".
Une rédaction du JSD en grande partie infiltrée par des islamistes
Un journal "Le Point" qui ne fait que rapporter ces événements et sur qui vous tombez à bras raccourci en le qualifiant "d'organe de la propagande libérale", alors que votre indignation aurait du se reporter sur cette partie de la rédaction du JSD qui a rejeté les propos républicains de Yann Lalande.
Votre argumentation sur "la propagande libérale" du Point est donc hors sujet et se trompe d'adversaire
Voilà ce que j'ai compris  et en  conséquence ce que je n'ai pas compris quand vous dites que "j'invente totalement".

A moins que tout soit faux, que le rédacteur en chef n'ait pas démissionné, que le maire ait coupé les subventions pour d'autres raisons que "l'islamogauchisme", mais alors il faut dire pourquoi ces subventions ont été supprimées et pourquoi le journal voit ainsi son avenir compromis.
Même dans ce cas là, je n'aurais pas "totalement inventé" mais simplement lu.
Tu as bcp de courage de répondre, moi je ne peux plus! Quand on lui met le nez dans sa merde d'ultra gauchiste, il contourne, parle d'autre chose, raconte des bobards éculés. Comme dans les cours de récrés, ce ne sont pas les islamophobes du JSD qui sont des ordures, mais les propagandistes du Point qui appartient à Pinault: l'argument qui tue.
Magicfly
Magicfly

Messages : 723
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Dim 27 Déc - 10:15

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:


Vous inventez totalement : le maire cité dans cet article est Mathieu Hanotin, socialiste élu par la gauche , qui a lui-même coupé les subventions au canard en question, les délires sur "l'islamogauchisme " en sont pour leurs frais.
Le Point qui appartient à la famille Pinault et qui s'inspire du Time américain est notoirement un organe de propagande de la droite libérale. Ramassis de planches  pourries opportunistes que se diraient "laïcards" en fonction de l'actualité immédiate.  

On ne doit pas parler de la même chose:
Ce n'est pas le maire Hanotin qui est dénoncé ici, mais une partie de la rédaction de JSD qui n'a pas voulu valider l'éditorial de son rédacteur en chef Yann Lalande, réagissant à l'assassinat de Samuel Paty  et y rappelant "les valeurs fondamentales de la République".
Cette partie de la rédaction se désolidarisait ainsi des propos de son chef  en considérant que ses propos étaient teintés "d'islamophobie".
Le débat n'est pas nouveau , l'argument de "l'islamophobie" ayant bien été analysé comme étant utilisé pour verrouiller  toute critique de l'islamisme.
Donc en résumé: un journaliste courageux qui prend le parti de la rupture avec d'autres journalistes( que je suppose musulmans) avec lesquels il devait certainement avoir l'habitude de travailler, un maire qui  en prend acte et qui en solidarité avec le rédacteur en chef coupe les subventions du journal.
2 personnes dont l'attitude est louée car elles refusent de continuer  la politique répandue et pernicieuse du "pas de vagues".
Une rédaction du JSD en grande partie infiltrée par des islamistes
Un journal "Le Point" qui ne fait que rapporter ces événements et sur qui vous tombez à bras raccourci en le qualifiant "d'organe de la propagande libérale", alors que votre indignation aurait du se reporter sur cette partie de la rédaction du JSD qui a rejeté les propos républicains de Yann Lalande.
Votre argumentation sur "la propagande libérale" du Point est donc hors sujet et se trompe d'adversaire
Voilà ce que j'ai compris  et en  conséquence ce que je n'ai pas compris quand vous dites que "j'invente totalement".

A moins que tout soit faux, que le rédacteur en chef n'ait pas démissionné, que le maire ait coupé les subventions pour d'autres raisons que "l'islamogauchisme", mais alors il faut dire pourquoi ces subventions ont été supprimées et pourquoi le journal voit ainsi son avenir compromis.
Même dans ce cas là, je n'aurais pas "totalement inventé" mais simplement lu.



Vous inventiez en affirmant:  "Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale" que je n'ai jamais ni pensé, ni écrit. Quant au reste, définir un adversaire comme "islamophobe" ou "islamogauchiste"  est du même tonneau qui montre une forme de victoire de l'ingérence d'une religion dans la politique. Des qualificatifs qui n'ont rien à faire dans une république laïque qui ne reconnaît aucun culte.  
Pour info, ce ne sont pas des journalistes du Point qui ont été assassinés par les islamistes.
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Dim 27 Déc - 10:33

Magicfly a écrit:
Forcheville a écrit:

On ne doit pas parler de la même chose:
Ce n'est pas le maire Hanotin qui est dénoncé ici, mais une partie de la rédaction de JSD qui n'a pas voulu valider l'éditorial de son rédacteur en chef Yann Lalande, réagissant à l'assassinat de Samuel Paty  et y rappelant "les valeurs fondamentales de la République".
Cette partie de la rédaction se désolidarisait ainsi des propos de son chef  en considérant que ses propos étaient teintés "d'islamophobie".
Le débat n'est pas nouveau , l'argument de "l'islamophobie" ayant bien été analysé comme étant utilisé pour verrouiller  toute critique de l'islamisme.
Donc en résumé: un journaliste courageux qui prend le parti de la rupture avec d'autres journalistes( que je suppose musulmans) avec lesquels il devait certainement avoir l'habitude de travailler, un maire qui  en prend acte et qui en solidarité avec le rédacteur en chef coupe les subventions du journal.
2 personnes dont l'attitude est louée car elles refusent de continuer  la politique répandue et pernicieuse du "pas de vagues".
Une rédaction du JSD en grande partie infiltrée par des islamistes
Un journal "Le Point" qui ne fait que rapporter ces événements et sur qui vous tombez à bras raccourci en le qualifiant "d'organe de la propagande libérale", alors que votre indignation aurait du se reporter sur cette partie de la rédaction du JSD qui a rejeté les propos républicains de Yann Lalande.
Votre argumentation sur "la propagande libérale" du Point est donc hors sujet et se trompe d'adversaire
Voilà ce que j'ai compris  et en  conséquence ce que je n'ai pas compris quand vous dites que "j'invente totalement".

A moins que tout soit faux, que le rédacteur en chef n'ait pas démissionné, que le maire ait coupé les subventions pour d'autres raisons que "l'islamogauchisme", mais alors il faut dire pourquoi ces subventions ont été supprimées et pourquoi le journal voit ainsi son avenir compromis.
Même dans ce cas là, je n'aurais pas "totalement inventé" mais simplement lu.
Tu as bcp de courage de répondre, moi je ne peux plus! Quand on lui met le nez dans sa merde d'ultra gauchiste, il contourne, parle d'autre chose, raconte des bobards éculés. Comme dans les cours de récrés, ce ne sont pas les islamophobes du JSD qui sont des ordures, mais les propagandistes du Point qui appartient à Pinault: l'argument qui tue.


D'après Forcheville ce seraient plutôt des "islamogauchistes" c'est à dire l'inverse... je ne sais pas lequel de nous deux est incohérent .  Very Happy

Les journalistes du Point ne sont pas plus des "ordures" que ceux de l'Huma , de Valeurs Actuelles ou de RT : ils présentent et analysent l'actualité sous un angle politique qui est le leur
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Forcheville le Dim 27 Déc - 11:40

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:

On ne doit pas parler de la même chose:
Ce n'est pas le maire Hanotin qui est dénoncé ici, mais une partie de la rédaction de JSD qui n'a pas voulu valider l'éditorial de son rédacteur en chef Yann Lalande, réagissant à l'assassinat de Samuel Paty  et y rappelant "les valeurs fondamentales de la République".
Cette partie de la rédaction se désolidarisait ainsi des propos de son chef  en considérant que ses propos étaient teintés "d'islamophobie".
Le débat n'est pas nouveau , l'argument de "l'islamophobie" ayant bien été analysé comme étant utilisé pour verrouiller  toute critique de l'islamisme.
Donc en résumé: un journaliste courageux qui prend le parti de la rupture avec d'autres journalistes( que je suppose musulmans) avec lesquels il devait certainement avoir l'habitude de travailler, un maire qui  en prend acte et qui en solidarité avec le rédacteur en chef coupe les subventions du journal.
2 personnes dont l'attitude est louée car elles refusent de continuer  la politique répandue et pernicieuse du "pas de vagues".
Une rédaction du JSD en grande partie infiltrée par des islamistes
Un journal "Le Point" qui ne fait que rapporter ces événements et sur qui vous tombez à bras raccourci en le qualifiant "d'organe de la propagande libérale", alors que votre indignation aurait du se reporter sur cette partie de la rédaction du JSD qui a rejeté les propos républicains de Yann Lalande.
Votre argumentation sur "la propagande libérale" du Point est donc hors sujet et se trompe d'adversaire
Voilà ce que j'ai compris  et en  conséquence ce que je n'ai pas compris quand vous dites que "j'invente totalement".

A moins que tout soit faux, que le rédacteur en chef n'ait pas démissionné, que le maire ait coupé les subventions pour d'autres raisons que "l'islamogauchisme", mais alors il faut dire pourquoi ces subventions ont été supprimées et pourquoi le journal voit ainsi son avenir compromis.
Même dans ce cas là, je n'aurais pas "totalement inventé" mais simplement lu.



Vous inventiez en affirmant:  "Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale" que je n'ai jamais ni pensé, ni écrit. Quant au reste, définir un adversaire comme "islamophobe" ou "islamogauchiste"  est du même tonneau qui montre une forme de victoire de l'ingérence d'une religion dans la politique. Des qualificatifs qui n'ont rien à faire dans une république laïque qui ne reconnaît aucun culte.  
Pour info, ce ne sont pas des journalistes du Point qui ont été assassinés par les islamistes.
C'est vous qui avez parlé en premier de "propagande libérale du Point". Personne d'autre.
"menaçait Samuel Paty": n'était pas pris au sens littéral( et vous le savez fort bien) mais  était une image destinée à souligner la contradiction entre votre priorité donnée au soutien à une municipalité socialiste qui n'était nullement attaquée et le véritable enjeu du conflit qui était  lui le soutien ou non au rédacteur en chef du journal rappelant les principes républicains à la suite de l'assassinat de Samuel Paty.
Donc, votre discours en se focalisant sur l'accessoire(qui était faux) et en se détournant de l'essentiel, obscurcit le débat et le perd dans des considérations aussi futiles et sans objet que "la propagande libérale du Point et de son patron François Pinault" dont on a peine à deviner  ce qu'il vient faire ici.
 PS: l'islamogauchisme est bien une réalité puisqu'on en voit tous les jours les méfaits et l'ampleur. La victoire de l'islamisme et de l'islamogauchisme est bien là. On en a des exemples quotidiennement.
Que vous persistiez dans un déni est navrant et désespère d'y trouver remède, car pour combattre un mal, il faut d'abord le nommer.

Forcheville

Messages : 347
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Magicfly le Dim 27 Déc - 11:52

Forcheville a écrit:

C'est vous qui avez parlé en premier de "propagande libérale du Point". Personne d'autre.
"menaçait Samuel Paty": n'était pas pris au sens littéral( et vous le savez fort bien) mais  était une image destinée à souligner la contradiction entre votre priorité donnée au soutien à une municipalité socialiste qui n'était nullement attaquée et le véritable enjeu du conflit qui était  lui le soutien ou non au rédacteur en chef du journal rappelant les principes républicains à la suite de l'assassinat de Samuel Paty.
Donc, votre discours en se focalisant sur l'accessoire(qui était faux) et en se détournant de l'essentiel, obscurcit le débat et le perd dans des considérations aussi futiles et sans objet que "la propagande libérale du Point et de son patron François Pinault" dont on a peine à deviner  ce qu'il vient faire ici.
 PS: l'islamogauchisme est bien une réalité puisqu'on en voit tous les jours les méfaits et l'ampleur. La victoire de l'islamisme et de l'islamogauchisme est bien là. On en a des exemples quotidiennement.
Que vous persistiez dans un déni est navrant et désespère d'y trouver remède, car pour combattre un mal, il faut d'abord le nommer.
bravo2 et ce serait honorable de le dénoncer même quand il prolifère dans son propre camps au lieu de biaiser et de chercher à impliquer son opposant.
Magicfly
Magicfly

Messages : 723
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par ledevois le Dim 27 Déc - 11:53

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:



Vous inventiez en affirmant:  "Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale" que je n'ai jamais ni pensé, ni écrit. Quant au reste, définir un adversaire comme "islamophobe" ou "islamogauchiste"  est du même tonneau qui montre une forme de victoire de l'ingérence d'une religion dans la politique. Des qualificatifs qui n'ont rien à faire dans une république laïque qui ne reconnaît aucun culte.  
Pour info, ce ne sont pas des journalistes du Point qui ont été assassinés par les islamistes.
C'est vous qui avez parlé en premier de "propagande libérale du Point". Personne d'autre.
"menaçait Samuel Paty": n'était pas pris au sens littéral( et vous le savez fort bien) mais  était une image destinée à souligner la contradiction entre votre priorité donnée au soutien à une municipalité socialiste qui n'était nullement attaquée et le véritable enjeu du conflit qui était  lui le soutien ou non au rédacteur en chef du journal rappelant les principes républicains à la suite de l'assassinat de Samuel Paty.
Donc, votre discours en se focalisant sur l'accessoire(qui était faux) et en se détournant de l'essentiel, obscurcit le débat et le perd dans des considérations aussi futiles et sans objet que "la propagande libérale du Point et de son patron François Pinault" dont on a peine à deviner  ce qu'il vient faire ici.
 PS: l'islamogauchisme est bien une réalité puisqu'on en voit tous les jours les méfaits et l'ampleur. La victoire de l'islamisme et de l'islamogauchisme est bien là. On en a des exemples quotidiennement.
Que vous persistiez dans un déni est navrant et désespère d'y trouver remède, car pour combattre un mal, il faut d'abord le nommer.

 Nous avons un gouvernement de droite ,de gauche , et du centre dans le même bateau --- ce n'est pas pour ça qu'il y est une initiative quelconque pour eradiquer  l'islamisme en France -- ils ont de beaux jours devant eux pour assassiner  -


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18069
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Dim 27 Déc - 13:23

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:



Vous inventiez en affirmant:  "Ce qui menaçait Samuel Paty c'était en fait "la propagande libérale" que je n'ai jamais ni pensé, ni écrit. Quant au reste, définir un adversaire comme "islamophobe" ou "islamogauchiste"  est du même tonneau qui montre une forme de victoire de l'ingérence d'une religion dans la politique. Des qualificatifs qui n'ont rien à faire dans une république laïque qui ne reconnaît aucun culte.  
Pour info, ce ne sont pas des journalistes du Point qui ont été assassinés par les islamistes.
C'est vous qui avez parlé en premier de "propagande libérale du Point". Personne d'autre.
"menaçait Samuel Paty": n'était pas pris au sens littéral( et vous le savez fort bien) mais  était une image destinée à souligner la contradiction entre votre priorité donnée au soutien à une municipalité socialiste qui n'était nullement attaquée et le véritable enjeu du conflit qui était  lui le soutien ou non au rédacteur en chef du journal rappelant les principes républicains à la suite de l'assassinat de Samuel Paty.
Donc, votre discours en se focalisant sur l'accessoire(qui était faux) et en se détournant de l'essentiel, obscurcit le débat et le perd dans des considérations aussi futiles et sans objet que "la propagande libérale du Point et de son patron François Pinault" dont on a peine à deviner  ce qu'il vient faire ici.
 PS: l'islamogauchisme est bien une réalité puisqu'on en voit tous les jours les méfaits et l'ampleur. La victoire de l'islamisme et de l'islamogauchisme est bien là. On en a des exemples quotidiennement.
Que vous persistiez dans un déni est navrant et désespère d'y trouver remède, car pour combattre un mal, il faut d'abord le nommer.


On pourrait vous rétorquer que " l'islamophobie est une réalité, un mal qu'il faut combattre donc nommer ". On peut certainement trouver ce genre de discours chez les liblaireaux du Point et chez Menu .  
Comme vous le dites, ce genre d'invectives ne mène à rien . 
Ce ne sont pas des "islamogauchistes" qui ont préféré que le curé et l'imam étaient plus à même que l'instituteur républicain d'instaurer une morale ou qu'il fallait s'habituer à voir de plus en plus de minarets dans le paysage. Ce sont des droitos au plus haut de l'Etat alors qu'ils étaient censés représenter une république laïque...  


La récupération de l'assassinat  de Samuel Paty par cette engeance à la laïcité à géométrie variable a quelque chose d'indécent.
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Forcheville le Dim 27 Déc - 15:58

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:
C'est vous qui avez parlé en premier de "propagande libérale du Point". Personne d'autre.
"menaçait Samuel Paty": n'était pas pris au sens littéral( et vous le savez fort bien) mais  était une image destinée à souligner la contradiction entre votre priorité donnée au soutien à une municipalité socialiste qui n'était nullement attaquée et le véritable enjeu du conflit qui était  lui le soutien ou non au rédacteur en chef du journal rappelant les principes républicains à la suite de l'assassinat de Samuel Paty.
Donc, votre discours en se focalisant sur l'accessoire(qui était faux) et en se détournant de l'essentiel, obscurcit le débat et le perd dans des considérations aussi futiles et sans objet que "la propagande libérale du Point et de son patron François Pinault" dont on a peine à deviner  ce qu'il vient faire ici.
 PS: l'islamogauchisme est bien une réalité puisqu'on en voit tous les jours les méfaits et l'ampleur. La victoire de l'islamisme et de l'islamogauchisme est bien là. On en a des exemples quotidiennement.
Que vous persistiez dans un déni est navrant et désespère d'y trouver remède, car pour combattre un mal, il faut d'abord le nommer.


On pourrait vous rétorquer que " l'islamophobie est une réalité, un mal qu'il faut combattre donc nommer ". On peut certainement trouver ce genre de discours chez les liblaireaux du Point et chez Menu .  
Comme vous le dites, ce genre d'invectives ne mène à rien . 
Ce ne sont pas des "islamogauchistes" qui ont préféré que le curé et l'imam étaient plus à même que l'instituteur républicain d'instaurer une morale ou qu'il fallait s'habituer à voir de plus en plus de minarets dans le paysage. Ce sont des droitos au plus haut de l'Etat alors qu'ils étaient censés représenter une république laïque...  


La récupération de l'assassinat  de Samuel Paty par cette engeance à la laïcité à géométrie variable a quelque chose d'indécent.

Sauf que le mot est à 90% mal interprété "islamophobie" : il faut combattre une haine, on ne combat pas une peur, on la soigne.
Dans le cas de "l'islamophobie", égorgements, décapitations, la peur on l'aurait à moins...

Dans son symétrique à savoir la "kouffarophobie"  qui est, elle,une réalité bien plus tangible, ici il ne s'agit pas d'une peur mais carrément d'une "haine" du mécréant. la "phobie" de celui-ci n'existe pas, on n'a pas encore vu de décapitation d'islamiste  en France.
En conséquence la création d'un mouvement qui s'appellerait le CCKF devient d'autant plus urgent( Collectif Contre la Kouffarophobie en France).
smoke

Forcheville

Messages : 347
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Dim 27 Déc - 16:29

"Sauf que le mot est à 90% mal interprété "islamophobie"



C'est exactement la même chose pour "l'islamogauchisme ".  Ceux qui l'emploient oublient  que la laïcité est fondamentalement une idée de gauche qu'il  a fallu imposer à la droite au début du siècle dernier .  
 Quant à votre invention sur la base de "kouffar" elle existe déjà grâce à la gauche depuis 1905. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Nadou le Dim 3 Jan - 17:41

Diviciac a écrit:"Sauf que le mot est à 90% mal interprété "islamophobie"



C'est exactement la même chose pour "l'islamogauchisme ".  Ceux qui l'emploient oublient  que la laïcité est fondamentalement une idée de gauche qu'il  a fallu imposer à la droite au début du siècle dernier .  
 Quant à votre invention sur la base de "kouffar" elle existe déjà grâce à la gauche depuis 1905. 

Quelle tristesse de voir un ancien républicain laïque comme Mélenchon défiler aux côtés des Islamistes. C'est un sacré recul de la gauche.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 28621
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Magicfly le Dim 3 Jan - 20:28

Nadou a écrit:
Diviciac a écrit:"Sauf que le mot est à 90% mal interprété "islamophobie"



C'est exactement la même chose pour "l'islamogauchisme ".  Ceux qui l'emploient oublient  que la laïcité est fondamentalement une idée de gauche qu'il  a fallu imposer à la droite au début du siècle dernier .  
 Quant à votre invention sur la base de "kouffar" elle existe déjà grâce à la gauche depuis 1905. 

Quelle tristesse de voir un ancien républicain laïque comme Mélenchon défiler aux côtés des Islamistes. C'est un sacré recul de la gauche.
Certes, mais merluche et ses potes se sont assis dessus juste pour des raisons électorales. Je ne crois pas que Divi soit un islamo-gauchon, mais il n'avouera jamais que ses amis sont des enfoirés.
Magicfly
Magicfly

Messages : 723
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Diviciac le Dim 3 Jan - 22:27

Magicfly a écrit:
Nadou a écrit:

Quelle tristesse de voir un ancien républicain laïque comme Mélenchon défiler aux côtés des Islamistes. C'est un sacré recul de la gauche.
Certes, mais merluche et ses potes se sont assis dessus juste pour des raisons électorales. Je ne crois pas que Divi soit un islamo-gauchon, mais il n'avouera jamais que ses amis sont des enfoirés.



Je n'ai rien à "avouer"  Very Happy 
Ca devait être durant l'une de vos périodes de bouderie mais j'ai déjà signalé que je n'approuvais pas Mélenchon quand il a participé à la manif "contre l'islamophobie" . J'étais plutôt sur la ligne Rufin et d'autres à LFI qui se sont abstenus.
Diviciac
Diviciac

Messages : 27800
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par ledevois le Lun 4 Jan - 10:35

Diviciac a écrit:
Magicfly a écrit:
Certes, mais merluche et ses potes se sont assis dessus juste pour des raisons électorales. Je ne crois pas que Divi soit un islamo-gauchon, mais il n'avouera jamais que ses amis sont des enfoirés.



Je n'ai rien à "avouer"  Very Happy 
Ca devait être durant l'une de vos périodes de bouderie mais j'ai déjà signalé que je n'approuvais pas Mélenchon quand il a participé à la manif "contre l'islamophobie" . J'étais plutôt sur la ligne Rufin et d'autres à LFI qui se sont abstenus.



Islamophobie — Wikipédia


fr.wikipedia.org › wiki › Islamophobie



[list=action-menu-panel]
[*]

[*]

[/list]

L'islamophobie est la peur, le rejet ou la haine de l'islam ou des musulmans en général. 


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18069
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

etonnant Re: exemple de comment une minorité peut faire éclater une société.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum