Emploi : les pendules remises à l'heure

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Dim 28 Avr - 23:42

7
Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Pour les hôpitaux, je peux vous répondre brièvement.
Pas de fermeture d’hôpitaux, quelle fumisterie. On garde les locaux mais on supprime des services à tour de bras, il n’y aura plus de plateaux techniques mais juste de la médecine générale.
Pour certaines femmes, par exemple, elle devront faire plus de 80 kms pour accoucher.
Chez nous en Aquitaine, les rotations d’hélicoptères ont augmenté de façon démentielle. 
C’est effarant et très préoccupant d’autant que les services d’urgence restants sont débordés, les conditions de travail sont déplorables et nous sommes loin de faire les 39 heures. Le personnel est à bout.

On ne peut pas mettre cette situation sur le dos de Macron.
C'est Sarko qui a voulu réformer l'hôpital


Observatoire 2012
L'hôpital se réforme dans la douleur
Par Challenges le 06.03.2012 à 12h29, mis à jour le 06.03.2012 à 12h29

OBSERVATOIRE. Le gouvernement a modifié la gouvernance du système hospitalier. Mais les établissements sont proches du point de rupture.





Depuis trois ans, les dépenses de santé (12% du PIB) ont été contenues, puisqu'elles n'ont progressé que de 3% par an en moyenne, ce qui marque un ralentissement par rapport aux années précédentes. Pour obtenir ce résultat, les hôpitaux publics ont été contraints de serrer la vis, même s'ils enregistrent encore un déficit de 440 millions d'euros. C'est qu'en généralisant la tarification à l'activité des hôpitaux publics et en modifiant leur gouvernance, Nicolas Sarkozy a révolutionné le secteur. La plupart des établissements ont mené des restructurations douloureuses et réduit leurs effectifs. Dans le même temps, ils n'ont pas vu leur fréquentation diminuer, bien au contraire. Car c'est une spécificité, les Français vont plus à l'hôpital qu'ils ne font appel à la médecine de ville, ce qui pose de gros problèmes aux services d'urgence. Désormais, selon les experts, les gisements d'économies sont assez limités dans les hôpitaux, dont certains sont même proches du point de rupture.
Ce qui a changé
Pour réaliser des économies, Nicolas Sarkozy s'est s'attaqué à la gouvernance du système. L'objectif? Donner plus de pouvoirs au directeur de l'hôpital, afin d'en faire un vrai patron. Votée en juillet 2009, la loi hôpital, patients, santé, territoires (HPST) de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, vise à limiter l'influence des médecins, mais aussi des élus locaux, qui jusqu'alors présidaient de façon systématique les conseils d'administration. Près de deux ans après, le bilan de la loi HPST est controversé. Les établissements sont le plus souvent pilotés par un binôme: le directeur de l'hôpital et le président de la CME (commission médicale d'établissement), médecin. Preuve que les praticiens ont gardé un poids non négligeable. Quant aux élus, ils siègent presque toujours dans les conseils de surveillance. Mais la loi HPST marque aussi la création, en 2010, des agences régionales de santé (ARS), chargées de coordonner sur un territoire la politique de santé. Remplaçant les anciennes agences régionales d'hospitalisation, les ARS peuvent décider de rapprocher, voire supprimer des établissements. Leur bilan est en demi-teinte car elles fonctionnent encore trop souvent de façon bureaucratique.
Dès 2007, Nicolas Sarkozy a exercé une forte pression budgétaire sur l'hôpital, réclamant le retour à l'équilibre à l'horizon 2012. Et il a généralisé la tarification à l'activité, la T2A, lancée en 2004, qui a constitué une véritable révolution. Auparavant, l'hôpital recevait chaque année une dotation financière globale. Avec la T2A, il est payé pour les actes qu'il réalise, un dispositif qui a indéniablement amélioré la gestion. Toutefois, celui-ci a eu des effets pervers en poussant les établissements à pratiquer les actes les mieux rémunérés, comme les opérations, et à délaisser les autres, notamment les prestations intellectuelles, par exemple la psychiatrie ou la prévention.
Parallèlement, une convergence tarifaire entre public et privé a été instaurée et devrait être effective à l'horizon 2018. Les hôpitaux publics conservent toutefois une spécificité, puisqu'ils reçoivent une enveloppe dite Migac (mission d'intérêt général et aide à la contractualisation), attribuée pour faire face aux missions qui leur sont propres, comme les urgences ou la prise en charge des plus précaire. Pour freiner un peu plus les dépenses, les pouvoirs publics ont gelé en 2010 et 2011 une partie des Migac, mais à la fi n décembre 2011, Xavier Bertrand, le ministre du Travail et de la Santé, a dû débloquer une partie de ces crédits et réinjecter 100 millions d'euros au profit des hôpitaux au bord de la faillite.
En France, les hôpitaux pâtissent surtout de la faiblesse de la médecine de ville, très mal coordonnée avec les établissements de soins. Un chantier resté en friche alors que Nicolas Sarkozy avait promis de l'ouvrir. De plus, le report de la réforme de la dépendance, également affichée par le chef de l'Etat comme une promesse, a eu de lourdes conséquences. Faute d'établissements et de soins adaptés, les personnes âgées n'ont souvent que l'hôpital comme lieu d'accueil.
L 'état des connaissances
La concurrence comme remède

Faut-il mettre en concurrence les établissements de santé? Ces dernières années, c'est la piste de réflexion la plus souvent étudiée pour améliorer le système de soins. Le courant du New Public Management, développé par des chercheurs à tendance libérale, a inspiré la plupart des réformes des systèmes de santé des pays occidentaux. Selon cette doctrine, proche de figures emblématiques comme Gordon Tullock et le Prix Nobel d'économie James Buchanan, l'introduction de mécanismes concurrentiels améliore l'efficience du système. Une étude volumineuse, menée en 2010 par le Centre for Economic Performance de la London School of Economics et le McKinsey Global Institute auprès de 1.200 hôpitaux dans sept pays développés, souligne aussi les bienfaits de la concurrence. Elle montre comment logique de gestion et performance médicale vont de pair. Les hôpitaux qui ont les meilleures pratiques de management présentent souvent les meilleurs résultats médicaux: baisse des infections nosocomiales, de la mortalité... Par ailleurs, les hôpitaux dirigés par des médecins ou ayant des praticiens dans leur comité de direction ont souvent de meilleures performances. Autre constat, la faible activité de certains établissements accroît l'insécurité sanitaire. En 2009, dans leur étude "Impact du volume d'activité sur les résultats de soins à l'hôpital en France", Zeynep Or et Thomas Renaud ont mis en évidence que la probabilité de réadmission et de mortalité était plus élevée dans les établissements dont le volume d'activité était faible. En clair, les grosses structures soignent souvent mieux que les petits établissements. Ces deux chercheurs avaient aussi démontré en 2009 que la tarification à l'activité pouvait introduire une forme de compétition qui stimulait l'efficience des établissements, à condition que le prix des actes reflète correctement les coûts. Ce n'est pas le cas en France, selon la Cour des comptes, qui a dénoncé dans son rapport annuel 2011 l'opacité de la fixation des tarifs.
https://www.challenges.fr/politique/observatoire-2012/l-hopital-se-reforme-dans-la-douleur_305747

Vous deviez être vent debout contre ces réformes, je suppose.
J’en ai rien à branler de Sarko, il n’est plus en place. Votre Jupiter a été ministre de l’économie, il connaissait l’état des lieux. Il l’a voulu, il assume.
Si demain, vous arrivez dans mon service 1/4 d’heure avant la fin de mon service, vous n’apprécierez sûrement pas que je vous laisse en plan sous prétexte que ça n’est plus de mon ressort.

dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Diviciac le Dim 28 Avr - 23:42

dugenou a écrit:
Diviciac a écrit:
 


Pour les hopitaux je ne sais pas mais pour les écoles Blanquer a déjà précisé que ça commencera  l'année prochaine, d'ici là,  il en a 186 dans le colimateur.  

Je crois même que la phrase exacte c'est "pas de fermeture d'école sans consulter les maires" seulement les maires ont toujours été "consultés"  lors des fermentures d'école pour la bonne raison que les locaux appartiennent aux municipalités, il faut bien les prévenir qu'ils vont pouvoir utiliser les locaux pour un club de belote ,  mais c'est toujours le ministère qui décide .
Pour les hôpitaux, je peux vous répondre brièvement.
Pas de fermeture d’hôpitaux, quelle fumisterie. On garde les locaux mais on supprime des services à tour de bras, il n’y aura plus de plateaux techniques mais juste de la médecine générale.
Pour certaines femmes, par exemple, elle devront faire plus de 80 kms pour accoucher.
Chez nous en Aquitaine, les rotations d’hélicoptères ont augmenté de façon démentielle. 
C’est effarant et très préoccupant d’autant que les services d’urgence restants sont débordés, les conditions de travail sont déplorables et nous sommes loin de faire les 39 heures. Le personnel est à bout.

Pour les écoles ça se précise .... en Charente par exemple

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente/angouleme/charente-rectorat-annonce-12-fermetures-ecoles-fermeture-23-classes-1624897.html

C'est prévu pour la rentrée 2019.


La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 17754
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Dim 28 Avr - 23:46

Diviciac a écrit:
dugenou a écrit:
Pour les hôpitaux, je peux vous répondre brièvement.
Pas de fermeture d’hôpitaux, quelle fumisterie. On garde les locaux mais on supprime des services à tour de bras, il n’y aura plus de plateaux techniques mais juste de la médecine générale.
Pour certaines femmes, par exemple, elle devront faire plus de 80 kms pour accoucher.
Chez nous en Aquitaine, les rotations d’hélicoptères ont augmenté de façon démentielle. 
C’est effarant et très préoccupant d’autant que les services d’urgence restants sont débordés, les conditions de travail sont déplorables et nous sommes loin de faire les 39 heures. Le personnel est à bout.

Pour les écoles ça se précise .... en Charente par exemple

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente/angouleme/charente-rectorat-annonce-12-fermetures-ecoles-fermeture-23-classes-1624897.html

C'est prévu pour la rentrée 2019.
Les maires ont dû donner leur accord. 
Aujourd’hui mieux vaut mettre les gamins dans les cars scolaires dès le plus jeune âge à 7 heures du matin, ça leur apprend la vie ainsi qu’à leurs parents qui vont devoir payer, en plus, les transports scolaires. Bien fait pour leur gueule, ils auraient dû habiter dans des grandes villes ces connards (mot accepté sur ce forum)


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:09

dugenou a écrit:7
Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Pour les hôpitaux, je peux vous répondre brièvement.
Pas de fermeture d’hôpitaux, quelle fumisterie. On garde les locaux mais on supprime des services à tour de bras, il n’y aura plus de plateaux techniques mais juste de la médecine générale.
Pour certaines femmes, par exemple, elle devront faire plus de 80 kms pour accoucher.
Chez nous en Aquitaine, les rotations d’hélicoptères ont augmenté de façon démentielle. 
C’est effarant et très préoccupant d’autant que les services d’urgence restants sont débordés, les conditions de travail sont déplorables et nous sommes loin de faire les 39 heures. Le personnel est à bout.

On ne peut pas mettre cette situation sur le dos de Macron.
C'est Sarko qui a voulu réformer l'hôpital


Observatoire 2012
L'hôpital se réforme dans la douleur
Par Challenges le 06.03.2012 à 12h29, mis à jour le 06.03.2012 à 12h29

OBSERVATOIRE. Le gouvernement a modifié la gouvernance du système hospitalier. Mais les établissements sont proches du point de rupture.







Depuis trois ans, les dépenses de santé (12% du PIB) ont été contenues, puisqu'elles n'ont progressé que de 3% par an en moyenne, ce qui marque un ralentissement par rapport aux années précédentes. Pour obtenir ce résultat, les hôpitaux publics ont été contraints de serrer la vis, même s'ils enregistrent encore un déficit de 440 millions d'euros. C'est qu'en généralisant la tarification à l'activité des hôpitaux publics et en modifiant leur gouvernance, Nicolas Sarkozy a révolutionné le secteur. La plupart des établissements ont mené des restructurations douloureuses et réduit leurs effectifs. Dans le même temps, ils n'ont pas vu leur fréquentation diminuer, bien au contraire. Car c'est une spécificité, les Français vont plus à l'hôpital qu'ils ne font appel à la médecine de ville, ce qui pose de gros problèmes aux services d'urgence. Désormais, selon les experts, les gisements d'économies sont assez limités dans les hôpitaux, dont certains sont même proches du point de rupture.
Ce qui a changé
Pour réaliser des économies, Nicolas Sarkozy s'est s'attaqué à la gouvernance du système. L'objectif? Donner plus de pouvoirs au directeur de l'hôpital, afin d'en faire un vrai patron. Votée en juillet 2009, la loi hôpital, patients, santé, territoires (HPST) de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, vise à limiter l'influence des médecins, mais aussi des élus locaux, qui jusqu'alors présidaient de façon systématique les conseils d'administration. Près de deux ans après, le bilan de la loi HPST est controversé. Les établissements sont le plus souvent pilotés par un binôme: le directeur de l'hôpital et le président de la CME (commission médicale d'établissement), médecin. Preuve que les praticiens ont gardé un poids non négligeable. Quant aux élus, ils siègent presque toujours dans les conseils de surveillance. Mais la loi HPST marque aussi la création, en 2010, des agences régionales de santé (ARS), chargées de coordonner sur un territoire la politique de santé. Remplaçant les anciennes agences régionales d'hospitalisation, les ARS peuvent décider de rapprocher, voire supprimer des établissements. Leur bilan est en demi-teinte car elles fonctionnent encore trop souvent de façon bureaucratique.
Dès 2007, Nicolas Sarkozy a exercé une forte pression budgétaire sur l'hôpital, réclamant le retour à l'équilibre à l'horizon 2012. Et il a généralisé la tarification à l'activité, la T2A, lancée en 2004, qui a constitué une véritable révolution. Auparavant, l'hôpital recevait chaque année une dotation financière globale. Avec la T2A, il est payé pour les actes qu'il réalise, un dispositif qui a indéniablement amélioré la gestion. Toutefois, celui-ci a eu des effets pervers en poussant les établissements à pratiquer les actes les mieux rémunérés, comme les opérations, et à délaisser les autres, notamment les prestations intellectuelles, par exemple la psychiatrie ou la prévention.
Parallèlement, une convergence tarifaire entre public et privé a été instaurée et devrait être effective à l'horizon 2018. Les hôpitaux publics conservent toutefois une spécificité, puisqu'ils reçoivent une enveloppe dite Migac (mission d'intérêt général et aide à la contractualisation), attribuée pour faire face aux missions qui leur sont propres, comme les urgences ou la prise en charge des plus précaire. Pour freiner un peu plus les dépenses, les pouvoirs publics ont gelé en 2010 et 2011 une partie des Migac, mais à la fi n décembre 2011, Xavier Bertrand, le ministre du Travail et de la Santé, a dû débloquer une partie de ces crédits et réinjecter 100 millions d'euros au profit des hôpitaux au bord de la faillite.
En France, les hôpitaux pâtissent surtout de la faiblesse de la médecine de ville, très mal coordonnée avec les établissements de soins. Un chantier resté en friche alors que Nicolas Sarkozy avait promis de l'ouvrir. De plus, le report de la réforme de la dépendance, également affichée par le chef de l'Etat comme une promesse, a eu de lourdes conséquences. Faute d'établissements et de soins adaptés, les personnes âgées n'ont souvent que l'hôpital comme lieu d'accueil.
L 'état des connaissances
La concurrence comme remède

Faut-il mettre en concurrence les établissements de santé? Ces dernières années, c'est la piste de réflexion la plus souvent étudiée pour améliorer le système de soins. Le courant du New Public Management, développé par des chercheurs à tendance libérale, a inspiré la plupart des réformes des systèmes de santé des pays occidentaux. Selon cette doctrine, proche de figures emblématiques comme Gordon Tullock et le Prix Nobel d'économie James Buchanan, l'introduction de mécanismes concurrentiels améliore l'efficience du système. Une étude volumineuse, menée en 2010 par le Centre for Economic Performance de la London School of Economics et le McKinsey Global Institute auprès de 1.200 hôpitaux dans sept pays développés, souligne aussi les bienfaits de la concurrence. Elle montre comment logique de gestion et performance médicale vont de pair. Les hôpitaux qui ont les meilleures pratiques de management présentent souvent les meilleurs résultats médicaux: baisse des infections nosocomiales, de la mortalité... Par ailleurs, les hôpitaux dirigés par des médecins ou ayant des praticiens dans leur comité de direction ont souvent de meilleures performances. Autre constat, la faible activité de certains établissements accroît l'insécurité sanitaire. En 2009, dans leur étude "Impact du volume d'activité sur les résultats de soins à l'hôpital en France", Zeynep Or et Thomas Renaud ont mis en évidence que la probabilité de réadmission et de mortalité était plus élevée dans les établissements dont le volume d'activité était faible. En clair, les grosses structures soignent souvent mieux que les petits établissements. Ces deux chercheurs avaient aussi démontré en 2009 que la tarification à l'activité pouvait introduire une forme de compétition qui stimulait l'efficience des établissements, à condition que le prix des actes reflète correctement les coûts. Ce n'est pas le cas en France, selon la Cour des comptes, qui a dénoncé dans son rapport annuel 2011 l'opacité de la fixation des tarifs.
https://www.challenges.fr/politique/observatoire-2012/l-hopital-se-reforme-dans-la-douleur_305747

Vous deviez être vent debout contre ces réformes, je suppose.
J’en ai rien à branler de Sarko, il n’est plus en place. Votre Jupiter a été ministre de l’économie, il connaissait l’état des lieux. Il l’a voulu, il assume.
Si demain, vous arrivez dans mon service 1/4 d’heure avant la fin de mon service, vous n’apprécierez sûrement pas que je vous laisse en plan sous prétexte que ça n’est plus de mon ressort.

Donc vous reprochez à Macron de n'avoir pas remis en question la réforme sarkoziste de 2012 ? Vous avez voté Fillon, celui-ci voulait donc revenir en arrière ? 


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:13

Petit rappel à ceux qui regrettent Fillon ...

Retour aux 39 heures à l'hôpital

Sur l'hôpital, il ( Fillon ) prône aussi le retour aux 39 heures et la réintroduction du jour de carence en cas d'arrêt de travail pour, dit-il, lutter contre l'absentéisme. Ainsi que la mise en place d'une instance publique d'évaluation des établissements hospitaliers "pour que le patient choisisse en connaissance de cause". 


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:17

Petit rappel ... programme Fillon pour la santé ...

https://www.allodocteurs.fr/blogs/presidentielle-2017-la-sante-dans-le-debat/sante-le-programme-du-candidat-francois-fillon_1141.html


A quelques jours de la primaire de la droite François Fillon progresse dans les sondages.


J’ai lu pour vous la partie de son programme consacrée à la santé.


Ce n’est un secret pour personne François Fillon souhaite un « choc »  libéral. Pour lui, notre système de santé est au bord de la faillite. Pour le sauver il veut donc mettre en place une règle d’or et imposer un équilibre des comptes pour les dépenses de santé de l’assurance maladie, c’est-à-dire mettre fin au trou de l’assurance maladie. Mais au delà de cet équilibre, il souhaite un remboursement du déficit  accumulé de 110 milliards depuis des années. Pour François Fillon il est possible de faire 20 milliards d’économie dans la santé.
 
Une mesure choc pour tous les Français
Il  propose que l’assurance maladie continue de rembourser les affections graves et de longue durée et que les assurances santé privées se concentrent sur le reste. Le ton est donné ! Votre consultation chez le généraliste sera à la charge de votre complémentaire. C’est d’une part une large place faite à l’assurance privée, un recul de l’esprit de la sécurité sociale. Alors pour ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder à une assurance privée il y prévoit un régime spécial.
La mutualité française qui regroupe 98% des mutuelles ne souhaite pas prendre position mais ils m’ont transmis ces chiffres. Si la proposition de françois Fillon s’appliquait demain alors c’est près de 20 milliards d’euros qui seraient transférés aux ménages et à leurs complémentaires santé (dont les marges sont à l'équilibre). Cela correspondrait à un transfert de prise en charge de près de 300 € par an et par personne (298 €). Si ces 300 € étaient couverts intégralement par les complémentaires santé, cela occasionnerait une augmentation de 76 % des montants pris en charge par ces complémentaires. La conséquence serait probablement une flambée des prix des cotisations des complémentaires santé.
On changerait donc de système de santé. C’est un choix politique !
 
Des mesures pour faire des économies à l’hôpital  
Sa mesure phare c’est le retour aux 39 heures à l’hôpital mais payées 35.
Parmi ses propositions pour faire des économies il veut aussi revoir la carte hospitalière, c’est à dire fermer des petits hôpitaux. C’est une recommandation faite chaque année par la cour des comptes. F. Fillon souhaite des hôpitaux plus loin mais avec des plateaux techniques de haut niveau et des structures de petites urgences au niveau local. Mais on ne sait pas si ces dernières assureront une permanence des soins la nuit.  Le problème c’est que la fermeture d’hôpitaux à plutôt tendance à crisper les populations qui vivent déjà dans des territoires isolés. Il va en falloir de la diplomatie.
 
Autre mesure pour l’hôpital


François Fillon aimerait "faire payer ceux qui abusent des urgences", c'est ce qu'il a déclaré sur le site internet des "entreprises internationales de recherche". Alors j’ai eu sa conseillère en matière de santé au téléphone. Elle était embarrassée car ce n’est pas dans le programme. S’il gagne la primaire il faudra donc lui demander s’il maintient cette mesure car là encore c’est un changement assez radical de système.
Il souhaite également accélérer le virage ambulatoire avec suppression de lits à la clé. Un lit médicalisé coute cher : 1500e. Il propose donc de développer des hôtels hospitaliers, ces sont des hôtels à l’intérieur ou attenant à l hôpital, le coût d’un lit est de 70 euros. Une expérimentation est en cours en France. C’est une bonne idée lorsqu’il s’agit de petite chirurgie comme un glaucome. Ce que ne nous dit pas F.Fillon c’est qui prend en charge cette nuit d’hôtel, le patient, sa mutuelle ou l’assurance maladie ?
 
Des reformes en profondeurs, des réformes structurelles 


Il souhaite une décentralisation de l’hôpital, une plus grande autonomie des hôpitaux, en clair des agences régionales de santé moins sous le joug de politiques issue de Paris et du ministère de la santé. Il critique d’ailleurs fortement ces agences régionales de santé qu’il a lui même créées et qui selon lui, génèrent une importante bureaucratie à l’hôpital. Cela peut paraître abstrait mais regardez cette photo (photo). Elle a été prise en Angleterre dans les années 80. M.Tatcher avait mis en place cette décentralisation à l’hôpital qui avait  entrainé  des contraintes budgétaires. Il y avait eu une désaffection des patients pour l’hôpital public ou les listes d’attente pour se faire soigner étaient devenues interminables, les patients se sont alors tournés vers le secteur privé.
 
Une place particulière à la médecine libérale


Il souhaite évidemment l’abrogation de la loi Touraine et du tiers payant. Il souhaite aussi revaloriser les consultations des médecins, on n’a pas les montants mais il prévient qu’il y aura des contreparties et qu’il faudra que ces médecins remplissent des objectifs de santé publique. Pas de blanc seing pour François fillon.
 
Le moins que l’on puisse dire c’est que ces mesures ne semblent pas très populaires ?


 Oui, d’autant que la semaine dernière le personnel de l’hôpital était dans la rue et leur principale réclamation était la surcharge de travail et les rémunérations très basses. C’est plutôt l’inverse qu’il leur propose F.Fillon. Et voici son état d esprit lorsqu’il s’agit de manifestants, c’était à propos de la loi El Khomri " Cette loi a mis 150.000 personnes dans la rue. Pour ma réforme des retraites, en 2003, elles étaient 2,5 millions dans la rue. Et ma réforme a quand même été au bout, ça n'a pas été facile, mais elle s'applique aujourd'hui." En clair, la rue ne fait pas peur à ce libéral à l’accent tatchérien.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Lun 29 Avr - 0:26

Nadou a écrit:
dugenou a écrit:7

J’en ai rien à branler de Sarko, il n’est plus en place. Votre Jupiter a été ministre de l’économie, il connaissait l’état des lieux. Il l’a voulu, il assume.
Si demain, vous arrivez dans mon service 1/4 d’heure avant la fin de mon service, vous n’apprécierez sûrement pas que je vous laisse en plan sous prétexte que ça n’est plus de mon ressort.

Donc vous reprochez à Macron de n'avoir pas remis en question la réforme sarkoziste de 2012 ? Vous avez voté Fillon, celui-ci voulait donc revenir en arrière ? 
Voyez vous chère madame, il y a une énorme différence entre vous et moi.
Admettons que j’ai voté Fillon qui, par exemple remettait la retraite à 65 ans. Il l’annonce, je vote donc j’adhère. Par contre un mec qui me dit qu’il ne touchera pas à l’âge légal de la retraite mais qui deux ans plus tard me dis que finalement je ne la toucherai pas à taux plein et qu’il me faudra travailler au moins 3 ans de plus pour la toucher, j’aurai l’impression de m’être fait baiser. 
Je ne cautionnerai pas Fillon, s’il avait été élu et s’il avait foulé ses belles promesses et je ne lui trouverai aucune excuse.
Vous la sentez la différence ?


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:40

dugenou a écrit:
Nadou a écrit:
dugenou a écrit:7

J’en ai rien à branler de Sarko, il n’est plus en place. Votre Jupiter a été ministre de l’économie, il connaissait l’état des lieux. Il l’a voulu, il assume.
Si demain, vous arrivez dans mon service 1/4 d’heure avant la fin de mon service, vous n’apprécierez sûrement pas que je vous laisse en plan sous prétexte que ça n’est plus de mon ressort.

Donc vous reprochez à Macron de n'avoir pas remis en question la réforme sarkoziste de 2012 ? Vous avez voté Fillon, celui-ci voulait donc revenir en arrière ? 
Voyez vous chère madame, il y a une énorme différence entre vous et moi.
Admettons que j’ai voté Fillon qui, par exemple remettait la retraite à 65 ans. Il l’annonce, je vote donc j’adhère. Par contre un mec qui me dit qu’il ne touchera pas à l’âge légal de la retraite mais qui deux ans plus tard me dis que finalement je ne la toucherai pas à taux plein et qu’il me faudra travailler au moins 3 ans de plus pour la toucher, j’aurai l’impression de m’être fait baiser. 
Je ne cautionnerai pas Fillon, s’il avait été élu et s’il avait foulé ses belles promesses et je ne lui trouverai aucune excuse.
Vous la sentez la différence ?

Macron, si vous aviez lu son programme avait promis de ne pas toucher à l'âge légal de départ ( 62 ans ) à la retraite. Il le fait. 
Vous n'avez pas voté Macron mais pour un départ à 65 ans. Je comprends votre regret.
De toute façon, les toubibs finissent leurs études très tard, pour vous les 42 annuités, elles finissent à un âge avancé.


Pour en revenir à l'hôpital, si Fillon était passé, on fermait des hôpitaux et on passait à 39h payées 35. Je ne comprends pas vos reproches sur ce sujet à Macron.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Lun 29 Avr - 0:49

Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Voyez vous chère madame, il y a une énorme différence entre vous et moi.
Admettons que j’ai voté Fillon qui, par exemple remettait la retraite à 65 ans. Il l’annonce, je vote donc j’adhère. Par contre un mec qui me dit qu’il ne touchera pas à l’âge légal de la retraite mais qui deux ans plus tard me dis que finalement je ne la toucherai pas à taux plein et qu’il me faudra travailler au moins 3 ans de plus pour la toucher, j’aurai l’impression de m’être fait baiser. 
Je ne cautionnerai pas Fillon, s’il avait été élu et s’il avait foulé ses belles promesses et je ne lui trouverai aucune excuse.
Vous la sentez la différence ?

Macron, si vous aviez lu son programme avait promis de ne pas toucher à l'âge légal de départ ( 62 ans ) à la retraite. Il le fait. 
Vous n'avez pas voté Macron mais pour un départ à 65 ans. Je comprends votre regret.
De toute façon, les toubibs finissent leurs études très tard, pour vous les 42 annuités, elles finissent à un âge avancé.


Pour en revenir à l'hôpital, si Fillon était passé, on fermait des hôpitaux et on passait à 39h payées 35. Je ne comprends pas vos reproches sur ce sujet à Macron.
Mais putain, vous êtes sotte ou vous le faites exprès ?
Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite mais aujourd’hui il nous dit « vous pouvez partir en retraite à 62 ans mais votre retraite sera minorée » Donc, enfumage
Au passage, je ne parle pas de MA retraite mais de celle de monsieur tout le monde.

Macron dit «pas de fermeture d’hôpitaux » oui mais on ferme les services et disparition  de plateaux techniques ce qui revient à vous coller juste un beau dispensaire à la place.
Vous n’avez pas l’impression qu’il se fout de la gueule du monde.

Quand je l’entends dire qu’il a compris l’épaisseur des êtres, j’ai juste envie de lui mettre la tête au carré


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:51

dugenou a écrit:
Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Voyez vous chère madame, il y a une énorme différence entre vous et moi.
Admettons que j’ai voté Fillon qui, par exemple remettait la retraite à 65 ans. Il l’annonce, je vote donc j’adhère. Par contre un mec qui me dit qu’il ne touchera pas à l’âge légal de la retraite mais qui deux ans plus tard me dis que finalement je ne la toucherai pas à taux plein et qu’il me faudra travailler au moins 3 ans de plus pour la toucher, j’aurai l’impression de m’être fait baiser. 
Je ne cautionnerai pas Fillon, s’il avait été élu et s’il avait foulé ses belles promesses et je ne lui trouverai aucune excuse.
Vous la sentez la différence ?

Macron, si vous aviez lu son programme avait promis de ne pas toucher à l'âge légal de départ ( 62 ans ) à la retraite. Il le fait. 
Vous n'avez pas voté Macron mais pour un départ à 65 ans. Je comprends votre regret.
De toute façon, les toubibs finissent leurs études très tard, pour vous les 42 annuités, elles finissent à un âge avancé.


Pour en revenir à l'hôpital, si Fillon était passé, on fermait des hôpitaux et on passait à 39h payées 35. Je ne comprends pas vos reproches sur ce sujet à Macron.
Mais putain, vous êtes sotte ou vous le faites exprès ?
Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite mais aujourd’hui il nous dit « vous pouvez partir en retraite à 62 ans mais votre retraite sera minorée » 

Sources ?


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:51



Quand je l’entends dire qu’il a compris l’épaisseur des êtres, j’ai juste envie de lui mettre la tête au carré
Shocked


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 0:54



Macron dit «pas de fermeture d’hôpitaux » oui mais on ferme les services et disparition  de plateaux techniques ce qui revient à vous coller juste un beau dispensaire à la place.
Vous n’avez pas l’impression qu’il se fout de la gueule du monde.




Vous ne comprenez pas parce que vous n'êtes pas de la campagne.
Durant le débat qu'a-t-il entendu ?


" A la campagne, on ferme la dernière école du village, nous sommes les oubliés !"
" La petite maternité, le petit hôpital de proximité ne doit pas fermer !"


C'est cela que l'on a entendu ... et il a répondu.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Lun 29 Avr - 1:09

Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Mais putain, vous êtes sotte ou vous le faites exprès ?
Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite mais aujourd’hui il nous dit « vous pouvez partir en retraite à 62 ans mais votre retraite sera minorée » 

Sources ?
https://votreargent.lexpress.fr/retraite/retraite-a-62-ans-le-marche-de-dupe-d-emmanuel-macron_2075068.html

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/26/reforme-des-retraites-macron-opte-pour-un-allongement-de-la-duree-de-cotisation_5455228_823448.html

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/reforme-des-retraites-l-age-legal-de-depart-en-question_3274313.html

Ça vous suffit ?


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Diviciac le Lun 29 Avr - 1:20


C'est quand même fou de nier la réalité à ce point ! En gros la "mesure" de Manu c'est "Certes,  vous pourrez toujours partir à la retraite à 62 ans mais avec une poignée de cerises à la place de votre pension."


La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 17754
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Lun 29 Avr - 1:23

elaine a écrit:
Diviciac a écrit:Personne ne le prétend, Elaine  mais à mon avis que j'ai le droit de donner , ça n'a plus la qualité de ce que Lisa nous montrait, c'est tout . Entre moins bien (à mon sens ) et "de la merde"  il existe une nuance .
Je ne vois pas en quoi les images de lisa étaient de meilleure qualité que les miennes. C´est surement le fait que vous n´allez jamais les visionner ainsi que tous mes autres fils. Vérifiez seulement le nombre de "vues" et vous serez rassuré que me images ne tombent pas dans les oubliettes. Ne croyez surtout pas que je sois jalouse car ce que je poste me satisfait et je le fais avec un grand plaisir.
Il m’arrive d’aller voir vos images, mon seul regret c’est qu’on les trouve partout sur le net. 

Pourquoi ne pas mettre de jolies photos personnelles prises lors de vos pérégrinations ?


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par dugenou le Lun 29 Avr - 1:33

Nadou a écrit:


Macron dit «pas de fermeture d’hôpitaux » oui mais on ferme les services et disparition  de plateaux techniques ce qui revient à vous coller juste un beau dispensaire à la place.
Vous n’avez pas l’impression qu’il se fout de la gueule du monde.




Vous ne comprenez pas parce que vous n'êtes pas de la campagne.
Durant le débat qu'a-t-il entendu ?


" A la campagne, on ferme la dernière école du village, nous sommes les oubliés !"
" La petite maternité, le petit hôpital de proximité ne doit pas fermer !"


C'est cela que l'on a entendu ... et il a répondu.
Non, je ne suis pas à la campagne (encore que) mais j’ai de la famille en pleine cambrousse. La fermeture d’une école c’est la mort d’un village. 
Qui demain ira s’installer à la campagne s’il n’y a plus d’école ? Ne venez pas pleurer si on observe des déserts médicaux, par exemple, aucun jeune médecin qui a une famille choisira un trou pour s’installer. 
Qui demain ira s’installer dans un village où il faut effectuer plus de 100 bornes pour être opéré ou pour accoucher.

Plus d’école puis plus de commerce. 

Les gens devront se tourner vers de grosses métropoles où les loyers sont exorbitants.

Tain, vous parler d’une bonne qualité de vie. J’ai l’impression de revivre ma vie dans la brousse où on pouvait trouver, peut être, un dispensaire pour se faire soigner.


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3207
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par magicfly le Lun 29 Avr - 8:01

dugenou a écrit:7
Nadou a écrit:

On ne peut pas mettre cette situation sur le dos de Macron.
C'est Sarko qui a voulu réformer l'hôpital


Observatoire 2012
L'hôpital se réforme dans la douleur
Par Challenges le 06.03.2012 à 12h29, mis à jour le 06.03.2012 à 12h29

OBSERVATOIRE. Le gouvernement a modifié la gouvernance du système hospitalier. Mais les établissements sont proches du point de rupture.







Depuis trois ans, les dépenses de santé (12% du PIB) ont été contenues, puisqu'elles n'ont progressé que de 3% par an en moyenne, ce qui marque un ralentissement par rapport aux années précédentes. Pour obtenir ce résultat, les hôpitaux publics ont été contraints de serrer la vis, même s'ils enregistrent encore un déficit de 440 millions d'euros. C'est qu'en généralisant la tarification à l'activité des hôpitaux publics et en modifiant leur gouvernance, Nicolas Sarkozy a révolutionné le secteur. La plupart des établissements ont mené des restructurations douloureuses et réduit leurs effectifs. Dans le même temps, ils n'ont pas vu leur fréquentation diminuer, bien au contraire. Car c'est une spécificité, les Français vont plus à l'hôpital qu'ils ne font appel à la médecine de ville, ce qui pose de gros problèmes aux services d'urgence. Désormais, selon les experts, les gisements d'économies sont assez limités dans les hôpitaux, dont certains sont même proches du point de rupture.
Ce qui a changé
Pour réaliser des économies, Nicolas Sarkozy s'est s'attaqué à la gouvernance du système. L'objectif? Donner plus de pouvoirs au directeur de l'hôpital, afin d'en faire un vrai patron. Votée en juillet 2009, la loi hôpital, patients, santé, territoires (HPST) de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, vise à limiter l'influence des médecins, mais aussi des élus locaux, qui jusqu'alors présidaient de façon systématique les conseils d'administration. Près de deux ans après, le bilan de la loi HPST est controversé. Les établissements sont le plus souvent pilotés par un binôme: le directeur de l'hôpital et le président de la CME (commission médicale d'établissement), médecin. Preuve que les praticiens ont gardé un poids non négligeable. Quant aux élus, ils siègent presque toujours dans les conseils de surveillance. Mais la loi HPST marque aussi la création, en 2010, des agences régionales de santé (ARS), chargées de coordonner sur un territoire la politique de santé. Remplaçant les anciennes agences régionales d'hospitalisation, les ARS peuvent décider de rapprocher, voire supprimer des établissements. Leur bilan est en demi-teinte car elles fonctionnent encore trop souvent de façon bureaucratique.
Dès 2007, Nicolas Sarkozy a exercé une forte pression budgétaire sur l'hôpital, réclamant le retour à l'équilibre à l'horizon 2012. Et il a généralisé la tarification à l'activité, la T2A, lancée en 2004, qui a constitué une véritable révolution. Auparavant, l'hôpital recevait chaque année une dotation financière globale. Avec la T2A, il est payé pour les actes qu'il réalise, un dispositif qui a indéniablement amélioré la gestion. Toutefois, celui-ci a eu des effets pervers en poussant les établissements à pratiquer les actes les mieux rémunérés, comme les opérations, et à délaisser les autres, notamment les prestations intellectuelles, par exemple la psychiatrie ou la prévention.
Parallèlement, une convergence tarifaire entre public et privé a été instaurée et devrait être effective à l'horizon 2018. Les hôpitaux publics conservent toutefois une spécificité, puisqu'ils reçoivent une enveloppe dite Migac (mission d'intérêt général et aide à la contractualisation), attribuée pour faire face aux missions qui leur sont propres, comme les urgences ou la prise en charge des plus précaire. Pour freiner un peu plus les dépenses, les pouvoirs publics ont gelé en 2010 et 2011 une partie des Migac, mais à la fi n décembre 2011, Xavier Bertrand, le ministre du Travail et de la Santé, a dû débloquer une partie de ces crédits et réinjecter 100 millions d'euros au profit des hôpitaux au bord de la faillite.
En France, les hôpitaux pâtissent surtout de la faiblesse de la médecine de ville, très mal coordonnée avec les établissements de soins. Un chantier resté en friche alors que Nicolas Sarkozy avait promis de l'ouvrir. De plus, le report de la réforme de la dépendance, également affichée par le chef de l'Etat comme une promesse, a eu de lourdes conséquences. Faute d'établissements et de soins adaptés, les personnes âgées n'ont souvent que l'hôpital comme lieu d'accueil.
L 'état des connaissances
La concurrence comme remède

Faut-il mettre en concurrence les établissements de santé? Ces dernières années, c'est la piste de réflexion la plus souvent étudiée pour améliorer le système de soins. Le courant du New Public Management, développé par des chercheurs à tendance libérale, a inspiré la plupart des réformes des systèmes de santé des pays occidentaux. Selon cette doctrine, proche de figures emblématiques comme Gordon Tullock et le Prix Nobel d'économie James Buchanan, l'introduction de mécanismes concurrentiels améliore l'efficience du système. Une étude volumineuse, menée en 2010 par le Centre for Economic Performance de la London School of Economics et le McKinsey Global Institute auprès de 1.200 hôpitaux dans sept pays développés, souligne aussi les bienfaits de la concurrence. Elle montre comment logique de gestion et performance médicale vont de pair. Les hôpitaux qui ont les meilleures pratiques de management présentent souvent les meilleurs résultats médicaux: baisse des infections nosocomiales, de la mortalité... Par ailleurs, les hôpitaux dirigés par des médecins ou ayant des praticiens dans leur comité de direction ont souvent de meilleures performances. Autre constat, la faible activité de certains établissements accroît l'insécurité sanitaire. En 2009, dans leur étude "Impact du volume d'activité sur les résultats de soins à l'hôpital en France", Zeynep Or et Thomas Renaud ont mis en évidence que la probabilité de réadmission et de mortalité était plus élevée dans les établissements dont le volume d'activité était faible. En clair, les grosses structures soignent souvent mieux que les petits établissements. Ces deux chercheurs avaient aussi démontré en 2009 que la tarification à l'activité pouvait introduire une forme de compétition qui stimulait l'efficience des établissements, à condition que le prix des actes reflète correctement les coûts. Ce n'est pas le cas en France, selon la Cour des comptes, qui a dénoncé dans son rapport annuel 2011 l'opacité de la fixation des tarifs.
https://www.challenges.fr/politique/observatoire-2012/l-hopital-se-reforme-dans-la-douleur_305747

Vous deviez être vent debout contre ces réformes, je suppose.
J’en ai rien à branler de Sarko, il n’est plus en place. Votre Jupiter a été ministre de l’économie, il connaissait l’état des lieux. Il l’a voulu, il assume.
Si demain, vous arrivez dans mon service 1/4 d’heure avant la fin de mon service, vous n’apprécierez sûrement pas que je vous laisse en plan sous prétexte que ça n’est plus de mon ressort.
Voilà ce qui s'appelle un super retournement de veste! Very Happy Sarko aussi a été ministre de l'économie et des finances et et ministre de l’intérieur. Et Fillou son collaborateur, ministre depuis 93 pres que sans discontinuer qui avait dit l'Etat en faillite, il connaissait l'état des lieux:D T'es un vrai Tartarin docteur!


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 7217
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 10:33

dugenou a écrit:
Nadou a écrit:
dugenou a écrit:
Mais putain, vous êtes sotte ou vous le faites exprès ?
Macron avait promis de ne pas toucher à l’âge légal de départ en retraite mais aujourd’hui il nous dit « vous pouvez partir en retraite à 62 ans mais votre retraite sera minorée » 

Sources ?
https://votreargent.lexpress.fr/retraite/retraite-a-62-ans-le-marche-de-dupe-d-emmanuel-macron_2075068.html

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/26/reforme-des-retraites-macron-opte-pour-un-allongement-de-la-duree-de-cotisation_5455228_823448.html

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/reforme-des-retraites-l-age-legal-de-depart-en-question_3274313.html

Ça vous suffit ?


reflechit1  Je vous demande la source de votre affirmation. Je ne l'ai toujours pas. Vous avez mis des guillemets, c'est une citation.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 10:45

dugenou a écrit:
Nadou a écrit:


Macron dit «pas de fermeture d’hôpitaux » oui mais on ferme les services et disparition  de plateaux techniques ce qui revient à vous coller juste un beau dispensaire à la place.
Vous n’avez pas l’impression qu’il se fout de la gueule du monde.




Vous ne comprenez pas parce que vous n'êtes pas de la campagne.
Durant le débat qu'a-t-il entendu ?


" A la campagne, on ferme la dernière école du village, nous sommes les oubliés !"
" La petite maternité, le petit hôpital de proximité ne doit pas fermer !"


C'est cela que l'on a entendu ... et il a répondu.
Non, je ne suis pas à la campagne (encore que) mais j’ai de la famille en pleine cambrousse. La fermeture d’une école c’est la mort d’un village. 
Qui demain ira s’installer à la campagne s’il n’y a plus d’école ? Ne venez pas pleurer si on observe des déserts médicaux, par exemple, aucun jeune médecin qui a une famille choisira un trou pour s’installer. 
Qui demain ira s’installer dans un village où il faut effectuer plus de 100 bornes pour être opéré ou pour accoucher.

Plus d’école puis plus de commerce. 

Les gens devront se tourner vers de grosses métropoles où les loyers sont exorbitants.

Tain, vous parler d’une bonne qualité de vie. J’ai l’impression de revivre ma vie dans la brousse où on pouvait trouver, peut être, un dispensaire pour se faire soigner.

C'est difficile d'expliquer à quelqu'un qui n'y habite pas ou qui ne veut pas comprendre ...


J'habite un petit village. Il n'y a jamais, JAMAIS eu de médecin. Il a toujours fallu faire 5km pour le trouver. On ne demande pas de médecin généraliste DANS le village mais dans un rayon de 10/15 km. On ne peut pas avoir de médecins dans tous les petits villages.  petit soleil


Il y a un hôpital à 30 km qui est menacé parce qu'il n'a pas de plateau technique suffisant. Je trouve ça normal puisqu'à l'opposé, à 30km,  il y en a un très correct. Pour la neurologie, l'oncologie ... il faut faire DEPUIS TOUJOURS, 80km.


RIEN N'A CHANGE ! On veut juste des généralistes à 10km et des ophtamologues, dermatos à 30km COMME AVANT.


Auparavant dans tous les petits villages, il y avait une école. J'ai même fait classe durant 3 ans à 18 élèves à tous les cours de la maternelle au CM2, dans une seule pièce, sans matériel, sans photocopieuse et bien sûr sans le net. Je n'ai pas aimé, j'ai mal travaillé, les élèves de CP n'avaient pas assez de mon temps disponible.
Quand ils sont allés dans une école équipée à 5 km, leurs conditions de travail se sont améliorées ET dans ce village, il n'y a JAMAIS eu de commerces.  Rolling Eyes


Les jeunes médecins ne veulent même pas venir dans les bourgs de 5 000 habitants alors on n'espère rien pour les villages de 150 habitants, on n'a jamais connu.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par elaine le Lun 29 Avr - 10:52

dugenou a écrit:
elaine a écrit:
Je ne vois pas en quoi les images de lisa étaient de meilleure qualité que les miennes. C´est surement le fait que vous n´allez jamais les visionner ainsi que tous mes autres fils. Vérifiez seulement le nombre de "vues" et vous serez rassuré que me images ne tombent pas dans les oubliettes. Ne croyez surtout pas que je sois jalouse car ce que je poste me satisfait et je le fais avec un grand plaisir.
Il m’arrive d’aller voir vos images, mon seul regret c’est qu’on les trouve partout sur le net. 
Pourquoi ne pas mettre de jolies photos personnelles prises lors de vos pérégrinations ?
Mes images proviennent surtout de PPS que je reçois en privé et j´en ai déjà posté de mes pérégrinations.
Par contre je ne suis pas sûre que celles de Lisa étaient les siennes personnelles.
http://www.forumplusplus.com/t1374-l-hiver-2017-2018
et bien d´autres encore.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
 mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14503
Date d'inscription : 09/08/2017
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Nadou le Lun 29 Avr - 10:57

elaine a écrit:
dugenou a écrit:
elaine a écrit:
Je ne vois pas en quoi les images de lisa étaient de meilleure qualité que les miennes. C´est surement le fait que vous n´allez jamais les visionner ainsi que tous mes autres fils. Vérifiez seulement le nombre de "vues" et vous serez rassuré que me images ne tombent pas dans les oubliettes. Ne croyez surtout pas que je sois jalouse car ce que je poste me satisfait et je le fais avec un grand plaisir.
Il m’arrive d’aller voir vos images, mon seul regret c’est qu’on les trouve partout sur le net. 
Pourquoi ne pas mettre de jolies photos personnelles prises lors de vos pérégrinations ?
Mes images proviennent surtout de PPS que je reçois en privé et j´en ai déjà posté de mes pérégrinations.
Par contre je ne suis pas sûre que celles de Lisa étaient les siennes personnelles.
http://www.forumplusplus.com/t1374-l-hiver-2017-2018
et bien d´autres encore.

C'est juste pour t'ennuyer. Lisa est partie toute seule.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 23674
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par elaine le Lun 29 Avr - 11:01

Nadou a écrit:
elaine a écrit:Mes images proviennent surtout de PPS que je reçois en privé et j´en ai déjà posté de mes pérégrinations.
Par contre je ne suis pas sûre que celles de Lisa étaient les siennes personnelles.
http://www.forumplusplus.com/t1374-l-hiver-2017-2018
et bien d´autres encore.

C'est juste pour t'ennuyer. Lisa est partie toute seule.
Lui et Divi ventent les fils imagés de lisa qui n´étaient pas mieux que les miens. Mais moi je ne suis pas de "GJ". Embarassed


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
 mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14503
Date d'inscription : 09/08/2017
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par elaine le Lun 29 Avr - 21:33

Diviciac a écrit:C'est quand même fou de nier la réalité à ce point ! En gros la "mesure" de Manu c'est "Certes,  vous pourrez toujours partir à la retraite à 62 ans mais avec une poignée de cerises à la place de votre pension."
J´ai une amie qui a travaillé en Allemagne. Quand elle pris sa retraite à 60 ans alors que c´était 65 ans, elle a eu 18% d´abattement.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
 mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14503
Date d'inscription : 09/08/2017
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Zerbinette le Lun 29 Avr - 22:49

Pareil en France........
Tu as envie de raccrocher à 60  ans,tu as suffisamment cotisé,mais tu n'as pas 62 ans,on te propose tout de suite,avec abattement "définitif", donc tu acceptes pour la durée de ta retraite!


." je vis et je pense à mes risques et périls... Ce qui fait que par moments, j' ai l' air d' un imbécile... J' y consens.. Je suis fier de ma bêtise."...V.Hugo.....
Zerbinette
Zerbinette

Messages : 5645
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Lili-Rose le Mar 30 Avr - 8:18

Pour ma part, je pense prendre ma retraite le plus tôt possible, dès que mes investisssements immobiliers seront remboursés.
Les cailles ne tombent pas toutes roties dans l'assiette, je me serai (si tout va bien) fait ma retraite tout seul.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 4371
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par ledevois le Mar 30 Avr - 9:01

Lili-Rose a écrit:Pour ma part, je pense prendre ma retraite le plus tôt possible, dès que mes investisssements immobiliers seront remboursés.
Les cailles ne tombent pas toutes roties dans l'assiette, je me serai (si tout va bien) fait ma retraite tout seul.

 Avec mes 2 appartements  et dividendes , ---me permet d'avoir un pouvoir d'achat stable --- je pense que l'avenir est là ; --pour ceux qui ont les moyens de se faire une retraite privé -- La France est trop instable économiquement et les retraites vont fondre  -----et ce n'est certainement pas le dépensier Macron qui va changer la donne - lui au contraire amplifie le problème -----, une maison , -un jardin , quelques poules c'est amplement suffisant pour être heureux dans ce pays et passer une bonne retraite --- . 
 Ne plus compter sur nos institutions -- tout va - s'écrouler comme un château de cartes , -- même que nous risquons avec le zizi qui nous gouverne d'être au niveau de la Roumanie -- 



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 9894
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Emploi : les pendules remises à l'heure  - Page 3 Empty Re: Emploi : les pendules remises à l'heure

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum