Le 5 juillet 1962 à Oran

Aller en bas

Le 5 juillet 1962 à Oran

Message par Invité le Mer 5 Juil 2017 - 8:31

Le 5 juillet 1962, la ville d'Oran s'apprête à fêter l'indépendance de l'Algérie. Le FLN a constitué des cortèges de manifestants qui doivent descendre des quartiers majoritairement "indigènes" vers la ville européenne. Ces foules, débordant d'un enthousiasme qu'on peut qualifier d'hystérique, brandissent les nouveaux drapeaux algériens et crient leur joie d'être "indépendantes". 
Il y a en ce moment à Oran, des troupes françaises commandées par le général Katz (entre 8.000 et 12.000 hommes), mais qui sont stationnées dans leurs casernes, avec l'ordre de ne pas intervenir, conformément aux accords dits d'Evian. Il y a également des A.T.O, sortes de policiers algériens armés mis en place par l'exécutif provisoire qui assure l'interim du GPRA pendant la période transitoire. 
Vers 11 heures alors que la foule aborde le centre ville, des coups de feu sont semble-t-il tirés contre le manifestants, déchainant alors leur colère contre tous les européens qu'ils rencontrent. On s'aperçoit alors que ces manifestants sont encadrés, soit par des A.T.O. armés, soit par des combattants du FLN descendus de leurs djebells, armés également.
Commence alors une chasse aux européens. Certains sont emmenés vers les commissariats tenus par le FLN, d'autres sont massacrés sur place, d'autres sont transportés vers le "Petit lac" d'Oran où ils sont assassinés.
Le général Katz, informé de ces événements, refuse de faire intervenir ses soldats, ne serait-ce que pour protéger les Français en danger.
En danger, ils le resteront jusqu'à 17 heures ce jour là, heure à laquelle les premiers gardes mobiles français sont dépêchés dans la ville pour secourir les quelques européens qui ont échappé au massacre.
Le bilan est lourd; plus de 1.500 européens ont été tués, dans l'horribles conditions, femmes et enfants compris.
Pourquoi le général Katz n'a-t-il pas donné l'ordre à ses troupes d'intervenir tout simplement dans le cadre "d'assistance à personnes en danger" ?
Parcequ'il ne l'a pas fait en fonction des ordres qu'il a reçu directement depuis l'Elysée à Paris ! Il l'a dit lui-même. De Gaulle ne voulant pas "recommencer la guerre d'Algérie" !
Seul, un officier courageux, un capitaine d'origine algérienne, a envoyé sa compagnie au secours de personnes menacées, désobéissant aux ordres !
Est-ce l'OAS qui a fait tirer sur les manifestants algériens ? Non ! Le dernier commando OAS a quitté le port d'Arzew (proximité d'Oran) le 27 juin 1962 à bord d'un chalutier qui le débarquera du côté d'Alicante en Espagne.
Mais le 5 juillet 1962, nous sommes en plein conflit qui démarre entre le gouvernement algérien qui prend peu à peu possession du pays à Alger (ex-GPRA) et l'armée des frontières, celle qui vient du Maroc, sous les ordres du colonel Boumédienne et de Ben Bella, qui ne reconnaissent pas l'autorité des "civils" venus de Tunis et de Tripoli...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 5 juillet 1962 à Oran

Message par Invité le Jeu 6 Juil 2017 - 7:36

Il faut savoir également que la Croix Rouge internationale qui entreprit des procédures de recherche pour essayer de retrouver les personnes disparues dont les 356 soldats du contingent enlevés après le 19 mars 1962, rencontra l'opposition du nouveau gouvernement algérien et ne pu effectuer d'enquête sur place ! Bien entendu le gouvernement (gaulliste) français ne bougea pas le petit doigt... Nous avons le témoignage d'un soldat du contingent, évadé d'un bagne FLN, qui à son arrivée en France (blessé et handicapé) tomba sous le coup d'une mise en accusation pour... désertion !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 5 juillet 1962 à Oran

Message par Invité le Dim 9 Juil 2017 - 11:27

Et que la grande majorité des Européens ne restera pas en Algérie... Ceux qui avaient voulu en furent "dissuadés" par les conditions de vie qui leur étaient réservées, mes parents qui avaient tenté l'aventure, rentrèrent en catastrophe début 1963, ruinés ! Il n'y avait plus un seul agriculteur, les domaines étant nationalisés et confiés à des "fonctionnaires" qui n'y connaissaient rien et s'empressèrent de vendre tracteurs et machines agricoles... au plus offrant !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 5 juillet 1962 à Oran

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum