Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -17%
Casque de réalité virtuelle Meta Quest 2 ...
Voir le deal
249.99 €

Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Aller en bas

rigolo Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Jeu 9 Mar - 11:37

Voilà une idée qu'elle est bonne!
Bon c'est un peu long, alors les feignasses: s'abstenir!



Vers un nucléaire sans déchets

Créées le 9 mars, deux start-up vont développer des réacteurs innovants, issus de recherches menées au Commissariat à l’énergie atomique.
Par Géraldine Wœssner
Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249574-libre-jpg_9380231
[size=23]À la pointe. Avec la start-up Hexana, Paul Gauthé, Jean-Baptiste Droin et Sylvain Nizou (de g. à dr.) relancent le nucléaire de quatrième génération.
[/size]

Publié le 09/03/2023 à 08h38

Voilà un ex de startop voulues par notre Président P-abonne Lecture audio réservée aux abonnés



[size=40]«Ce n'est pas un remake, c'est un spin-off ! », précisent en riant Sylvain Nizou et Paul Gauthé, hier encore chefs de projet au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), aujourd'hui à la tête d'une toute nouvelle start-up créée pour inventer le nucléaire de demain. Son nom : Hexana. Son ambition : réaliser un petit réacteur innovant, fabricable en usine et hyperflexible, susceptible d'aider l'industrie lourde à se décarboner, en valorisant des décennies d'expertise sur une technologie clé : celle des réacteurs à neutrons rapides de quatrième génération.
Confirmée par Emmanuel Macron lors d'un récent conseil de politique nucléaire, la volonté du gouvernement de relancer l'atome passe par le développement de deux types de réacteurs. À côté des imposants EPR qui alimenteront le réseau électrique et qui restent des réacteurs à eau pressurisée classiques, le gouvernement veut développer une flotte de petites installations modulaires, de faible puissance et de technologies variées, conçues pour être fabriquées en série et assemblées sur site afin de servir d'autres usages, comme la production de chaleur à haute température indispensable aux industries les plus polluantes (aciéries, cimenteries, fabricants d'engrais…). Lancé dans le cadre de France 2030, un appel à projets mettra 500 millions d'euros sur la table pour soutenir les concepts de réacteurs nucléaires en rupture. Hexana, dernière-née de la pépinière foisonnante de start-up du CEA (la première, créée en 1972, deviendra le mastodonte des semi-conducteurs ST Micro-electronics) a de bonnes chances de remporter la mise : elle est la seule à s'appuyer sur une technologie mature et surtout à aborder la fermeture du cycle du combustible. Cette exigence, légale en France, vise à réduire considérablement les déchets produits en réutilisant le plutonium et est poursuivie depuis des années à travers plusieurs réacteurs expérimentaux, puis industriels. « Il y a eu Rapsodie, Phénix, Superphénix, et enfin Astrid. Le projet a été stoppé en 2019, mais la recherche ne s'est pas arrêtée », confie Stéphane Sarrade, directeur des programmes énergie du CEA. Il a mis, il y a plusieurs mois, ses équipes au défi de lui présenter « des solutions au problème très clair de la transition énergétique ». 

UN SYSTÈME ÉNERGÉTIQUE INTÉGRÉ 

Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249575-embed-libre-jpg_9380223


Pépite. À Cadarache, Paul Gauthé, qui a œuvré sur les projets Phénix et Astrid, a planché sur une adaptation de la filière de réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium liquide avec le spécialiste de l'économie circulaire du carbone Sylvain Nizou. Et ils sont convaincus d'avoir trouvé une pépite. « Nous gardons les fondamentaux : un réacteur à neutrons rapides permettant de valoriser les combustibles usés, à savoir le plutonium issu des centrales classiques et l'uranium appauvri. Mais la conception du petit réacteur modulaire est complètement nouvelle, car nos réacteurs, qui fonctionneront par paire, seront couplés à un système de stockage thermique », explique Paul Gauthé. Pour faire simple, il faut se représenter deux petits réacteurs, chacun d'une puissance de 400 mégawatts thermiques, qui seront reliés à deux grands réservoirs de stockage de chaleur, un système permettant d'accumuler l'excès de production de chaleur pour la restituer lorsque les circonstances le justifient. L'innovation devrait permettre une grande flexibilité d'utilisation : alors que la puissance du réacteur sera constante, celle des réservoirs sera modulable et capable de produire de la chaleur à très haute température, jusqu'à 500 degrés, soit pour produire de l'électricité, soit pour fournir directement cette chaleur à l'industrie « Cela permettra de remplacer le gaz naturel utilisé dans l'industrie chimique, les aciéries ou les usines de production d'ammoniac », détaille Paul Gauthé. « Nous apportons une réponse concrète aux 50 sites les plus émetteurs de CO2, qui n'ont pour l'instant pas de solution pour décarboner leurs usages », insiste Sylvain Nizou. « Notre réacteur pourra aussi servir à fabriquer de l'hydrogène ou à monter rapidement des fours à très haute température, ou encore à capter du CO2, qui pourra être couplé ensuite avec de l'hydrogène, afin de fabriquer du méthanol ou du kérosène de synthèse. Nous proposons des solutions bas-carbone pour les secteurs n'ayant pas d'alternative, comme le transport maritime lourd ou l'aérien longue distance. »
Plusieurs industriels ont déjà manifesté leur intérêt, et un accord a été signé avec l'entreprise Framatome, qui fournira le combustible usé (du plutonium, dans un premier temps) destiné à alimenter les réacteurs, dont la première mise en service est attendue pour 2035. « La filière est mature. Phénix, c'est quand même trente-cinq ans de bons et loyaux services, et des RNR-Sodium [réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium, NDLR] qui fonctionnent dans le monde cumulent cinq cents années de fonctionnement. Nous savons fabriquer le combustible et le retraiter. Il n'y a pas de rupture technologique attendue, mais une rupture dans les usages de l'énergie. » Et, au-delà de l'aventure entrepreneuriale, cet indispensable maintien de l'expérience acquise, depuis les années 1970, dans les réacteurs de quatrième génération permettra, demain, de multiplier par cinquante nos réserves de combustible en utilisant l'uranium appauvri et d'aboutir à un recyclage complet des matières. Une course à la souveraineté dans laquelle se sont déjà lancées toutes les grandes nations nucléaires§


[/size]

[size=39]Stellaria, le booster d’usines[/size]


Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249578lpw-24249576-libre-jpg_9375919Aux commandes de Stellaria.
Fondé sur une technologie moins mature, le réacteur développé par la seconde start-up lancée par le CEA fonctionne aux sels fondus : le combustible neuf est un mélange de sels de plutonium, d’uranium et de chlorure de sodium (du sel de table !) qui devient liquide à une température de 500 degrés Celsius. Le CEA y travaille depuis 2012 et, si nombre de défis ne sont pas totalement résolus (comme la résistance des matériaux à la corrosion), ses avantages potentiels sont énormes : ce type de réacteur pourrait utiliser une large gamme de combustibles multirecyclables, brûler davantage de déchets qu’il n’en produit et présenterait une sécurité optimale, sans pression et sans risque d’incendie. Porté par une équipe aguerrie (photo) en partenariat avec le fournisseur de sels Orano, le projet vise à construire un petit réacteur de 100 mégawatts électriques pouvant fonctionner de manière autonome : « L’objectif est de fournir une pile capable de délivrer 4 milliards de kilowattheure d’électricité pendant cinq ans, ce qui représente en gros la consommation d’une ville de 150 000 habitants », explique Nicolas Breyton, aujourd’hui spécialiste des systèmes d’efficacité énergétique dans l’industrie. Data centers, mines, pétrochimie… Le dispositif, directement branché au site industriel, serait capable de s’adapter à la demande en stabilisant en quelques secondes la puissance demandée, et intéresse plusieurs industriels, qui participeront au premier tour de table… Pour un prototype attendu en 2031§ 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Snub 36 Jeu 9 Mar - 21:54

N'Magicfly a écrit:Voilà une idée qu'elle est bonne!
Bon c'est un peu long, alors les feignasses: s'abstenir!



Vers un nucléaire sans déchets

Créées le 9 mars, deux start-up vont développer des réacteurs innovants, issus de recherches menées au Commissariat à l’énergie atomique.
Par Géraldine Wœssner
Confirmée par Emmanuel Macron lors d'un récent conseil de politique nucléaire, la volonté du gouvernement de relancer l'atome passe par le développement de deux types de réacteurs. À côté des imposants EPR qui alimenteront le réseau électrique et qui restent des réacteurs à eau pressurisée classiques, le gouvernement veut développer une flotte de petites installations modulaires, de faible puissance et de technologies variées, conçues pour être fabriquées en série et assemblées sur site afin de servir d'autres usages, comme la production de chaleur à haute température indispensable aux industries les plus polluantes (aciéries, cimenteries, fabricants d'engrais…).
 « Il y a eu Rapsodie, Phénix, Superphénix, et enfin Astrid. Le projet a été stoppé en 2019, mais la recherche ne s'est pas arrêtée », confie Stéphane Sarrade, directeur des programmes énergie du CEA. Il a mis, il y a plusieurs mois, ses équipes au défi de lui présenter « des solutions au problème très clair de la transition énergétique ». 
 

Wouaouuuuu VIVE Macron 

Man dyeu, ma dyeu, ..... déjà en 55 du siècle dernier y son'mi un réacteur dans une petite boîte 

Le premier réacteur de test fut démarré en 1953, et deux ans plus tard en 1955, le premier sous-marin nucléaire, l'USS Nautilus (SSN-571), fut mis à la mer. Une grande partie des premiers développements sur les réacteurs navals furent réalisés au Naval Reactor Facility américain du Laboratoire national de l'Idaho.


en 1945 le premier "Calculateur" (ENIAC)
Voilà un ex de startop voulues par notre Président 00119410  aujourd'hui 100X plus puissant  Voilà un ex de startop voulues par notre Président Cacule10

Mais RIEN pour le nucléaire civil 
Et comme par hasard c'est MACRON ... mais quel bouffonnerie  Very Happy


Les temps difficiles créent des hommes forts. Les hommes forts créent les périodes de paix. Les périodes de paix créent les hommes faibles.
Snub 36
Snub 36

Messages : 3938
Date d'inscription : 09/03/2021
Age : 64
Localisation : Strasbourg Alsace

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Forcheville Jeu 9 Mar - 22:16

N'Magicfly a écrit:Voilà une idée qu'elle est bonne!
Bon c'est un peu long, alors les feignasses: s'abstenir!



Vers un nucléaire sans déchets

Créées le 9 mars, deux start-up vont développer des réacteurs innovants, issus de recherches menées au Commissariat à l’énergie atomique.
Par Géraldine Wœssner
Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249574-libre-jpg_9380231
[size=23]À la pointe. Avec la start-up Hexana, Paul Gauthé, Jean-Baptiste Droin et Sylvain Nizou (de g. à dr.) relancent le nucléaire de quatrième génération.
[/size]

Publié le 09/03/2023 à 08h38

Voilà un ex de startop voulues par notre Président P-abonne Lecture audio réservée aux abonnés



[size=40]«Ce n'est pas un remake, c'est un spin-off ! », précisent en riant Sylvain Nizou et Paul Gauthé, hier encore chefs de projet au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), aujourd'hui à la tête d'une toute nouvelle start-up créée pour inventer le nucléaire de demain. Son nom : Hexana. Son ambition : réaliser un petit réacteur innovant, fabricable en usine et hyperflexible, susceptible d'aider l'industrie lourde à se décarboner, en valorisant des décennies d'expertise sur une technologie clé : celle des réacteurs à neutrons rapides de quatrième génération.
Confirmée par Emmanuel Macron lors d'un récent conseil de politique nucléaire, la volonté du gouvernement de relancer l'atome passe par le développement de deux types de réacteurs. À côté des imposants EPR qui alimenteront le réseau électrique et qui restent des réacteurs à eau pressurisée classiques, le gouvernement veut développer une flotte de petites installations modulaires, de faible puissance et de technologies variées, conçues pour être fabriquées en série et assemblées sur site afin de servir d'autres usages, comme la production de chaleur à haute température indispensable aux industries les plus polluantes (aciéries, cimenteries, fabricants d'engrais…). Lancé dans le cadre de France 2030, un appel à projets mettra 500 millions d'euros sur la table pour soutenir les concepts de réacteurs nucléaires en rupture. Hexana, dernière-née de la pépinière foisonnante de start-up du CEA (la première, créée en 1972, deviendra le mastodonte des semi-conducteurs ST Micro-electronics) a de bonnes chances de remporter la mise : elle est la seule à s'appuyer sur une technologie mature et surtout à aborder la fermeture du cycle du combustible. Cette exigence, légale en France, vise à réduire considérablement les déchets produits en réutilisant le plutonium et est poursuivie depuis des années à travers plusieurs réacteurs expérimentaux, puis industriels. « Il y a eu Rapsodie, Phénix, Superphénix, et enfin Astrid. Le projet a été stoppé en 2019, mais la recherche ne s'est pas arrêtée », confie Stéphane Sarrade, directeur des programmes énergie du CEA. Il a mis, il y a plusieurs mois, ses équipes au défi de lui présenter « des solutions au problème très clair de la transition énergétique ». 

UN SYSTÈME ÉNERGÉTIQUE INTÉGRÉ 

Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249575-embed-libre-jpg_9380223


Pépite. À Cadarache, Paul Gauthé, qui a œuvré sur les projets Phénix et Astrid, a planché sur une adaptation de la filière de réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium liquide avec le spécialiste de l'économie circulaire du carbone Sylvain Nizou. Et ils sont convaincus d'avoir trouvé une pépite. « Nous gardons les fondamentaux : un réacteur à neutrons rapides permettant de valoriser les combustibles usés, à savoir le plutonium issu des centrales classiques et l'uranium appauvri. Mais la conception du petit réacteur modulaire est complètement nouvelle, car nos réacteurs, qui fonctionneront par paire, seront couplés à un système de stockage thermique », explique Paul Gauthé. Pour faire simple, il faut se représenter deux petits réacteurs, chacun d'une puissance de 400 mégawatts thermiques, qui seront reliés à deux grands réservoirs de stockage de chaleur, un système permettant d'accumuler l'excès de production de chaleur pour la restituer lorsque les circonstances le justifient. L'innovation devrait permettre une grande flexibilité d'utilisation : alors que la puissance du réacteur sera constante, celle des réservoirs sera modulable et capable de produire de la chaleur à très haute température, jusqu'à 500 degrés, soit pour produire de l'électricité, soit pour fournir directement cette chaleur à l'industrie « Cela permettra de remplacer le gaz naturel utilisé dans l'industrie chimique, les aciéries ou les usines de production d'ammoniac », détaille Paul Gauthé. « Nous apportons une réponse concrète aux 50 sites les plus émetteurs de CO2, qui n'ont pour l'instant pas de solution pour décarboner leurs usages », insiste Sylvain Nizou. « Notre réacteur pourra aussi servir à fabriquer de l'hydrogène ou à monter rapidement des fours à très haute température, ou encore à capter du CO2, qui pourra être couplé ensuite avec de l'hydrogène, afin de fabriquer du méthanol ou du kérosène de synthèse. Nous proposons des solutions bas-carbone pour les secteurs n'ayant pas d'alternative, comme le transport maritime lourd ou l'aérien longue distance. »
Plusieurs industriels ont déjà manifesté leur intérêt, et un accord a été signé avec l'entreprise Framatome, qui fournira le combustible usé (du plutonium, dans un premier temps) destiné à alimenter les réacteurs, dont la première mise en service est attendue pour 2035. « La filière est mature. Phénix, c'est quand même trente-cinq ans de bons et loyaux services, et des RNR-Sodium [réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium, NDLR] qui fonctionnent dans le monde cumulent cinq cents années de fonctionnement. Nous savons fabriquer le combustible et le retraiter. Il n'y a pas de rupture technologique attendue, mais une rupture dans les usages de l'énergie. » Et, au-delà de l'aventure entrepreneuriale, cet indispensable maintien de l'expérience acquise, depuis les années 1970, dans les réacteurs de quatrième génération permettra, demain, de multiplier par cinquante nos réserves de combustible en utilisant l'uranium appauvri et d'aboutir à un recyclage complet des matières. Une course à la souveraineté dans laquelle se sont déjà lancées toutes les grandes nations nucléaires§


[/size]

[size=39]Stellaria, le booster d’usines[/size]


Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249578lpw-24249576-libre-jpg_9375919Aux commandes de Stellaria.
Fondé sur une technologie moins mature, le réacteur développé par la seconde start-up lancée par le CEA fonctionne aux sels fondus : le combustible neuf est un mélange de sels de plutonium, d’uranium et de chlorure de sodium (du sel de table !) qui devient liquide à une température de 500 degrés Celsius. Le CEA y travaille depuis 2012 et, si nombre de défis ne sont pas totalement résolus (comme la résistance des matériaux à la corrosion), ses avantages potentiels sont énormes : ce type de réacteur pourrait utiliser une large gamme de combustibles multirecyclables, brûler davantage de déchets qu’il n’en produit et présenterait une sécurité optimale, sans pression et sans risque d’incendie. Porté par une équipe aguerrie (photo) en partenariat avec le fournisseur de sels Orano, le projet vise à construire un petit réacteur de 100 mégawatts électriques pouvant fonctionner de manière autonome : « L’objectif est de fournir une pile capable de délivrer 4 milliards de kilowattheure d’électricité pendant cinq ans, ce qui représente en gros la consommation d’une ville de 150 000 habitants », explique Nicolas Breyton, aujourd’hui spécialiste des systèmes d’efficacité énergétique dans l’industrie. Data centers, mines, pétrochimie… Le dispositif, directement branché au site industriel, serait capable de s’adapter à la demande en stabilisant en quelques secondes la puissance demandée, et intéresse plusieurs industriels, qui participeront au premier tour de table… Pour un prototype attendu en 2031§ 
Une façon de récupérer la technologie de super Phénix qu’on a avait bêtement abandonnée sous la pression écologiste et dans laquelle on avait de l’avance sur le reste du monde ? Mais au lieu de grosses centrales, de petites unités directement sur les sites industriels ? Si j’ai bien compris.


La stratégie consiste à continuer à tirer pour faire croire à l'ennemi qu'on a encore des munitions
Forcheville
Forcheville

Messages : 2727
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Jeu 9 Mar - 23:28

Forcheville a écrit:
N'Magicfly a écrit:Voilà une idée qu'elle est bonne!
Bon c'est un peu long, alors les feignasses: s'abstenir!



Vers un nucléaire sans déchets

Créées le 9 mars, deux start-up vont développer des réacteurs innovants, issus de recherches menées au Commissariat à l’énergie atomique.
Par Géraldine Wœssner
Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249574-libre-jpg_9380231
[size=23]À la pointe. Avec la start-up Hexana, Paul Gauthé, Jean-Baptiste Droin et Sylvain Nizou (de g. à dr.) relancent le nucléaire de quatrième génération.
[/size]

Publié le 09/03/2023 à 08h38

Voilà un ex de startop voulues par notre Président P-abonne Lecture audio réservée aux abonnés



[size=40]«Ce n'est pas un remake, c'est un spin-off ! », précisent en riant Sylvain Nizou et Paul Gauthé, hier encore chefs de projet au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), aujourd'hui à la tête d'une toute nouvelle start-up créée pour inventer le nucléaire de demain. Son nom : Hexana. Son ambition : réaliser un petit réacteur innovant, fabricable en usine et hyperflexible, susceptible d'aider l'industrie lourde à se décarboner, en valorisant des décennies d'expertise sur une technologie clé : celle des réacteurs à neutrons rapides de quatrième génération.
Confirmée par Emmanuel Macron lors d'un récent conseil de politique nucléaire, la volonté du gouvernement de relancer l'atome passe par le développement de deux types de réacteurs. À côté des imposants EPR qui alimenteront le réseau électrique et qui restent des réacteurs à eau pressurisée classiques, le gouvernement veut développer une flotte de petites installations modulaires, de faible puissance et de technologies variées, conçues pour être fabriquées en série et assemblées sur site afin de servir d'autres usages, comme la production de chaleur à haute température indispensable aux industries les plus polluantes (aciéries, cimenteries, fabricants d'engrais…). Lancé dans le cadre de France 2030, un appel à projets mettra 500 millions d'euros sur la table pour soutenir les concepts de réacteurs nucléaires en rupture. Hexana, dernière-née de la pépinière foisonnante de start-up du CEA (la première, créée en 1972, deviendra le mastodonte des semi-conducteurs ST Micro-electronics) a de bonnes chances de remporter la mise : elle est la seule à s'appuyer sur une technologie mature et surtout à aborder la fermeture du cycle du combustible. Cette exigence, légale en France, vise à réduire considérablement les déchets produits en réutilisant le plutonium et est poursuivie depuis des années à travers plusieurs réacteurs expérimentaux, puis industriels. « Il y a eu Rapsodie, Phénix, Superphénix, et enfin Astrid. Le projet a été stoppé en 2019, mais la recherche ne s'est pas arrêtée », confie Stéphane Sarrade, directeur des programmes énergie du CEA. Il a mis, il y a plusieurs mois, ses équipes au défi de lui présenter « des solutions au problème très clair de la transition énergétique ». 

UN SYSTÈME ÉNERGÉTIQUE INTÉGRÉ 

Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249577lpw-24249575-embed-libre-jpg_9380223


Pépite. À Cadarache, Paul Gauthé, qui a œuvré sur les projets Phénix et Astrid, a planché sur une adaptation de la filière de réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium liquide avec le spécialiste de l'économie circulaire du carbone Sylvain Nizou. Et ils sont convaincus d'avoir trouvé une pépite. « Nous gardons les fondamentaux : un réacteur à neutrons rapides permettant de valoriser les combustibles usés, à savoir le plutonium issu des centrales classiques et l'uranium appauvri. Mais la conception du petit réacteur modulaire est complètement nouvelle, car nos réacteurs, qui fonctionneront par paire, seront couplés à un système de stockage thermique », explique Paul Gauthé. Pour faire simple, il faut se représenter deux petits réacteurs, chacun d'une puissance de 400 mégawatts thermiques, qui seront reliés à deux grands réservoirs de stockage de chaleur, un système permettant d'accumuler l'excès de production de chaleur pour la restituer lorsque les circonstances le justifient. L'innovation devrait permettre une grande flexibilité d'utilisation : alors que la puissance du réacteur sera constante, celle des réservoirs sera modulable et capable de produire de la chaleur à très haute température, jusqu'à 500 degrés, soit pour produire de l'électricité, soit pour fournir directement cette chaleur à l'industrie « Cela permettra de remplacer le gaz naturel utilisé dans l'industrie chimique, les aciéries ou les usines de production d'ammoniac », détaille Paul Gauthé. « Nous apportons une réponse concrète aux 50 sites les plus émetteurs de CO2, qui n'ont pour l'instant pas de solution pour décarboner leurs usages », insiste Sylvain Nizou. « Notre réacteur pourra aussi servir à fabriquer de l'hydrogène ou à monter rapidement des fours à très haute température, ou encore à capter du CO2, qui pourra être couplé ensuite avec de l'hydrogène, afin de fabriquer du méthanol ou du kérosène de synthèse. Nous proposons des solutions bas-carbone pour les secteurs n'ayant pas d'alternative, comme le transport maritime lourd ou l'aérien longue distance. »
Plusieurs industriels ont déjà manifesté leur intérêt, et un accord a été signé avec l'entreprise Framatome, qui fournira le combustible usé (du plutonium, dans un premier temps) destiné à alimenter les réacteurs, dont la première mise en service est attendue pour 2035. « La filière est mature. Phénix, c'est quand même trente-cinq ans de bons et loyaux services, et des RNR-Sodium [réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium, NDLR] qui fonctionnent dans le monde cumulent cinq cents années de fonctionnement. Nous savons fabriquer le combustible et le retraiter. Il n'y a pas de rupture technologique attendue, mais une rupture dans les usages de l'énergie. » Et, au-delà de l'aventure entrepreneuriale, cet indispensable maintien de l'expérience acquise, depuis les années 1970, dans les réacteurs de quatrième génération permettra, demain, de multiplier par cinquante nos réserves de combustible en utilisant l'uranium appauvri et d'aboutir à un recyclage complet des matières. Une course à la souveraineté dans laquelle se sont déjà lancées toutes les grandes nations nucléaires§


[/size]

[size=39]Stellaria, le booster d’usines[/size]


Voilà un ex de startop voulues par notre Président 24249578lpw-24249576-libre-jpg_9375919Aux commandes de Stellaria.
Fondé sur une technologie moins mature, le réacteur développé par la seconde start-up lancée par le CEA fonctionne aux sels fondus : le combustible neuf est un mélange de sels de plutonium, d’uranium et de chlorure de sodium (du sel de table !) qui devient liquide à une température de 500 degrés Celsius. Le CEA y travaille depuis 2012 et, si nombre de défis ne sont pas totalement résolus (comme la résistance des matériaux à la corrosion), ses avantages potentiels sont énormes : ce type de réacteur pourrait utiliser une large gamme de combustibles multirecyclables, brûler davantage de déchets qu’il n’en produit et présenterait une sécurité optimale, sans pression et sans risque d’incendie. Porté par une équipe aguerrie (photo) en partenariat avec le fournisseur de sels Orano, le projet vise à construire un petit réacteur de 100 mégawatts électriques pouvant fonctionner de manière autonome : « L’objectif est de fournir une pile capable de délivrer 4 milliards de kilowattheure d’électricité pendant cinq ans, ce qui représente en gros la consommation d’une ville de 150 000 habitants », explique Nicolas Breyton, aujourd’hui spécialiste des systèmes d’efficacité énergétique dans l’industrie. Data centers, mines, pétrochimie… Le dispositif, directement branché au site industriel, serait capable de s’adapter à la demande en stabilisant en quelques secondes la puissance demandée, et intéresse plusieurs industriels, qui participeront au premier tour de table… Pour un prototype attendu en 2031§ 
Une façon de récupérer la technologie de super Phénix qu’on a avait bêtement abandonnée sous la pression écologiste et dans laquelle on avait de l’avance sur le reste du monde ? Mais au lieu de grosses centrales, de petites unités directement sur les sites industriels ? Si j’ai bien compris.
J'ai bossé qqes mois, en 71/72 sur le prototype Phénix de Marcoule (calcul des pyroténax de chauffage des tuyauteries de sodium du circuit primaire). Les ingés du CEA espéraient bcp des RNR et disaient que c'était l'avenir de la filière nucléaire. C'est à ce moment qu'on a abandonné la filière graphite/gaz et racheté à Westinghouse les brevets du PWR. Malheureusement le manque de courage des politiques y a mis fin. Mais le Phénix pourrait renaître de ses cendres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par BariFox Dim 26 Mar - 10:13

Macron est dans le coup ? C'est ce qui m'inquiète le plus, car la politique l'emportera largement sur la technique....

Mais avant, Macron veut mettre en route la plus grande exploitation de lithium d'Europe.  Ce psychopathe grandiloquent risque d'avoir des pbs avec les écolos !

Une mine de lithium pourrait ouvrir en 2027, dans l’Allier. Les dommages écologiques sont assurés mais peut-on accepter qu’ils ne se produisent qu’à l’étranger ? La question de la place de la voiture électrique se pose.
« On n’a pas de pétrole, mais on a du lithium. » Emmanuel Macron manie avec brio les références à ses prédécesseurs. Le 26 octobre, dans une interview accordée à France 2, le président de la République a remis au goût du jour la célèbre phrase prononcée par Valéry Giscard d’Estaing, au lendemain du choc pétrolier de 1973."


Voilà un ex de startop voulues par notre Président Arton210

La carrière d’Échassieres (Allier) où doit être implantée la future mine de lithium, abrite déjà une exploitation minière consacrée à l’extraction de kaolin et d’un concentré d’autres métaux. 
BariFox
BariFox

Messages : 87
Date d'inscription : 08/06/2021

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Dim 26 Mar - 10:43

BariFox a écrit:Macron est dans le coup ? C'est ce qui m'inquiète le plus, car la politique l'emportera largement sur la technique....

Mais avant, Macron veut mettre en route la plus grande exploitation de lithium d'Europe.  Ce psychopathe grandiloquent risque d'avoir des pbs avec les écolos !

Une mine de lithium pourrait ouvrir en 2027, dans l’Allier. Les dommages écologiques sont assurés mais peut-on accepter qu’ils ne se produisent qu’à l’étranger ? La question de la place de la voiture électrique se pose.
« On n’a pas de pétrole, mais on a du lithium. » Emmanuel Macron manie avec brio les références à ses prédécesseurs. Le 26 octobre, dans une interview accordée à France 2, le président de la République a remis au goût du jour la célèbre phrase prononcée par Valéry Giscard d’Estaing, au lendemain du choc pétrolier de 1973."




La carrière d’Échassieres (Allier) où doit être implantée la future mine de lithium, abrite déjà une exploitation minière consacrée à l’extraction de kaolin et d’un concentré d’autres métaux. 


Dites donc, mauvais esprit  Very Happy

Pour le reste, 2027 ou 2028 ?
Alors si quelqu'un a toutes les données, moi je veux bien essayer de comprendre; plus de thermiques (on peut comprendre, vu le changement et le peu d'envie qu'on les Européens de voir déferler chez eux les réfugiés climatiques), pas d'électrique non plus ? Une mine, d'emblée,  je fronce le nez. Ou alors acheté à des Africains qui nous détestent et des Chinois qui nous saucissonnent ? 

reste... La carriole et le cheval ?
Ou le baudet.
Notez, j'aime beaucoup les ânes (sauf Diviciac).
Mais il va morfler, le grand prix de Monaco.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par BariFox Dim 26 Mar - 11:35

Horiel a écrit:Dites donc, mauvais esprit  Voilà un ex de startop voulues par notre Président Icon_biggrin

Mauvais esprit ? Moi ?   Mais pas du tout, je suis tout bonnement réaliste en parlant de vot' Président, ambigu et sniffeur de blanche.  Vous avez vu son comportement en Afrique ? une honte !

Concernant la fin des moteurs thermiques en 2035, l'Allemagne a déjà obtenu une dérogation...et d'autres vont suivre (dont moi !)
On en reparle dans 12 ans ?  Voilà un ex de startop voulues par notre Président 1f604
BariFox
BariFox

Messages : 87
Date d'inscription : 08/06/2021

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 11:36

Horiel a écrit:
BariFox a écrit:Macron est dans le coup ? C'est ce qui m'inquiète le plus, car la politique l'emportera largement sur la technique....

Mais avant, Macron veut mettre en route la plus grande exploitation de lithium d'Europe.  Ce psychopathe grandiloquent risque d'avoir des pbs avec les écolos !

Une mine de lithium pourrait ouvrir en 2027, dans l’Allier. Les dommages écologiques sont assurés mais peut-on accepter qu’ils ne se produisent qu’à l’étranger ? La question de la place de la voiture électrique se pose.
« On n’a pas de pétrole, mais on a du lithium. » Emmanuel Macron manie avec brio les références à ses prédécesseurs. Le 26 octobre, dans une interview accordée à France 2, le président de la République a remis au goût du jour la célèbre phrase prononcée par Valéry Giscard d’Estaing, au lendemain du choc pétrolier de 1973."




La carrière d’Échassieres (Allier) où doit être implantée la future mine de lithium, abrite déjà une exploitation minière consacrée à l’extraction de kaolin et d’un concentré d’autres métaux. 


Dites donc, mauvais esprit  Very Happy

Pour le reste, 2027 ou 2028 ?
Alors si quelqu'un a toutes les données, moi je veux bien essayer de comprendre; plus de thermiques (on peut comprendre, vu le changement et le peu d'envie qu'on les Européens de voir déferler chez eux les réfugiés climatiques), pas d'électrique non plus ? Une mine, d'emblée,  je fronce le nez. Ou alors acheté à des Africains qui nous détestent et des Chinois qui nous saucissonnent ? 

reste... La carriole et le cheval ?
Ou le baudet.
Notez, j'aime beaucoup les ânes (sauf Diviciac).
Mais il va morfler, le grand prix de Monaco.


Ce n'est peut-être pas la peine d'en discuter trop , du nucléaire:  votre Manu vient encore de se faire envoyer paître par l'Allemagne sur le sujet . 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 11:43

BariFox a écrit:
Horiel a écrit:Dites donc, mauvais esprit  Voilà un ex de startop voulues par notre Président Icon_biggrin

Mauvais esprit ? Moi ?   Mais pas du tout, je suis tout bonnement réaliste en parlant de vot' Président, ambigu et sniffeur de blanche.  Vous avez vu son comportement en Afrique ? une honte !

Concernant la fin des moteurs thermiques en 2035, l'Allemagne a déjà obtenu une dérogation...et d'autres vont suivre (dont moi !)
On en reparle dans 12 ans ?  Voilà un ex de startop voulues par notre Président 1f604
 
Encore une mesure claironnée par Manu et qui va foirer .   
 Il n'a pas la baraka et ce moment , Jupiter . 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Dim 26 Mar - 11:43

BariFox a écrit:
Mauvais esprit ? Moi ?   Mais pas du tout, je suis tout bonnement réaliste en parlant de vot' Président, ambigu et sniffeur de blanche.  Vous avez vu son comportement en Afrique ? une honte !

Concernant la fin des moteurs thermiques en 2035, l'Allemagne a déjà obtenu une dérogation...et d'autres vont suivre (dont moi !)
On en reparle dans 12 ans ?  Voilà un ex de startop voulues par notre Président 1f604


Vous êtes un déglingo, Barifox : vous allez complètement à contre-courant des opinions "Gala" et "Franche Démence" d'une partie de ce forum, pour laquelle Notre Joli Président est surtout caresseur de blacks (je crois que ça leur donne des frissons tout partout, lorsqu'ils insinuent...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Dim 26 Mar - 11:46

Diviciac a écrit:
BariFox a écrit:

Mauvais esprit ? Moi ?   Mais pas du tout, je suis tout bonnement réaliste en parlant de vot' Président, ambigu et sniffeur de blanche.  Vous avez vu son comportement en Afrique ? une honte !

Concernant la fin des moteurs thermiques en 2035, l'Allemagne a déjà obtenu une dérogation...et d'autres vont suivre (dont moi !)
On en reparle dans 12 ans ?  Voilà un ex de startop voulues par notre Président 1f604
 
Encore une mesure claironnée par Manu et qui va foirer .   
 Il n'a pas la baraka et ce moment , Jupiter . 


Rien à voir, et cela me chagrine.
Je mets ma main au feu que c'était un engagement pour adoucir les Verts et une partie des Socialistes, et qu'étant donné leur lâcheté chronique sur les sujets sociétaux et économiques, on leur retirer le hochet.

Pourtant, c'est nécessaire (chiant, handicapant, exigeant un effort d'adaptation, mais nécessaire...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 11:55

Horiel a écrit:
Diviciac a écrit:
 
Encore une mesure claironnée par Manu et qui va foirer .   
 Il n'a pas la baraka et ce moment , Jupiter . 


Rien à voir, et cela me chagrine.
Je mets ma main au feu que c'était un engagement pour adoucir les Verts et une partie des Socialistes, et qu'étant donné leur lâcheté chronique sur les sujets sociétaux et économiques, on leur retirer le hochet.

Pourtant, c'est nécessaire (chiant, handicapant, exigeant un effort d'adaptation, mais nécessaire...).

En ce moment , votre opportuniste Machiavel à la petite semaine courtise plutôt les LR ... Bayrou n'est pas content . 


A force de bouffer à tous les râteliers et de vouloir embobiner tout le monde, il va finir par se faire jeter de partout . 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Dim 26 Mar - 12:08

Diviciac a écrit:
Horiel a écrit:


Rien à voir, et cela me chagrine.
Je mets ma main au feu que c'était un engagement pour adoucir les Verts et une partie des Socialistes, et qu'étant donné leur lâcheté chronique sur les sujets sociétaux et économiques, on leur retirer le hochet.

Pourtant, c'est nécessaire (chiant, handicapant, exigeant un effort d'adaptation, mais nécessaire...).

En ce moment , votre opportunisme Machiavel à la petite semaine courtise plutôt les LR ... Bayrou n'est pas content . 


A force de bouffer à tous les râteliers et de vouloir embobiner tout le monde, il va finir par se faire jeter de partout . 


Vous êtes puceau en politique ?  Very Happy
Chercher des alliances en cas de majorité relative est une norme (quoique vous puissiez lire chez les andouilles dominées par leur cerveau reptilien).

Non, la cour aux LR, je crois que c'est mort, ils ont prouvé qu'ils n'étaient... plus rien.
Quant à Bayrou, même s'il n'a jamais apprécié Macron, ils partagent tant d'idées qu'il faut bien écrire parfois qu'ils se détestent.
C'est peut être vrai, à la longue. Mais quel intérêt ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 13:05

Horiel a écrit:
Diviciac a écrit:

En ce moment , votre opportunisme Machiavel à la petite semaine courtise plutôt les LR ... Bayrou n'est pas content . 


A force de bouffer à tous les râteliers et de vouloir embobiner tout le monde, il va finir par se faire jeter de partout . 


Vous êtes puceau en politique ?  Very Happy
Chercher des alliances en cas de majorité relative est une norme (quoique vous puissiez lire chez les andouilles dominées par leur cerveau reptilien).

Non, la cour aux LR, je crois que c'est mort, ils ont prouvé qu'ils n'étaient... plus rien.
Quant à Bayrou, même s'il n'a jamais apprécié Macron, ils partagent tant d'idées qu'il faut bien écrire parfois qu'ils se détestent.
C'est peut être vrai, à la longue. Mais quel intérêt ?


Je sais que je vous passionne et que vous ne pouvez vous empêcher de parler de moi mais raconter un jour que je suis bouffé par le bolchévisme depuis ma plus tendre enfance et vous demander le lendemain si je suis puceau en politique démontre la même constance que celle de la jolie girouette à voile et à vapeur dont vous vous êtes sottement entichée. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par BariFox Dim 26 Mar - 13:12

Horiel a écrit:Quant à Bayrou, même s'il n'a jamais apprécié Macron, ils partagent tant d'idées qu'il faut bien écrire parfois qu'ils se détestent.
C'est peut être vrai, à la longue. Mais quel intérêt ?

Quel intérêt ? Alors là : totalement d'accord.  Il serait grand temps que ce bafouilleur blablateur versatile soporifique prenne sa retraite !
BariFox
BariFox

Messages : 87
Date d'inscription : 08/06/2021

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Invité Dim 26 Mar - 13:25

Diviciac a écrit:
Horiel a écrit:


Vous êtes puceau en politique ?  Very Happy
Chercher des alliances en cas de majorité relative est une norme (quoique vous puissiez lire chez les andouilles dominées par leur cerveau reptilien).

Non, la cour aux LR, je crois que c'est mort, ils ont prouvé qu'ils n'étaient... plus rien.
Quant à Bayrou, même s'il n'a jamais apprécié Macron, ils partagent tant d'idées qu'il faut bien écrire parfois qu'ils se détestent.
C'est peut être vrai, à la longue. Mais quel intérêt ?


Je sais que je vous passionne et que vous ne pouvez vous empêcher de parler de moi mais raconter un jour que je suis bouffé par le bolchévisme depuis ma plus tendre enfance et vous demander le lendemain si je suis puceau en politique démontre la même constance que celle de la jolie girouette à voile et à vapeur dont vous vous êtes sottement entichée. 


Donc oui.
Vous avez reçu quelques câlins bolcheviques et considérez avoir fait le tour du monde politique et de ses pratiques.
Les préliminaires genre négociations vous échappent totalement.
Tout s'explique  Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 13:39

Horiel a écrit:
Diviciac a écrit:


Je sais que je vous passionne et que vous ne pouvez vous empêcher de parler de moi mais raconter un jour que je suis bouffé par le bolchévisme depuis ma plus tendre enfance et vous demander le lendemain si je suis puceau en politique démontre la même constance que celle de la jolie girouette à voile et à vapeur dont vous vous êtes sottement entichée. 


Donc oui.
Vous avez reçu quelques câlins bolcheviques et considérez avoir fait le tour du monde politique et de ses pratiques.
Les préliminaires genre négociations vous échappent totalement.
Tout s'explique  Smile
Pas du tout, une fois de plus vous élucubrez. 


Quant aux "préliminaires" il faut croire que Manu et son gang les ont complètement foirés sinon cette pauv'Babete n'aurait pas été obligée d'user du 49-3 et l'adage "où tu mets le doigt, tu mets le chinois" se serait vérifié.
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Antichrist Dim 26 Mar - 15:40

il faut imperativement que la france refasse son retard en matiere technolgique...
que ce soit sous l'impulsion de macron ou d'un autre n'est pas vraiment important

donc bravo aux ingenieurs français

pb...en matiere de budget...
on choisi toujours le social plutot que l'investissement technologique.

c'est pour cela que finalement la france n'y arrivera pas...tant quon changera pas de logiciel
Antichrist
Antichrist

Messages : 4012
Date d'inscription : 28/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Diviciac Dim 26 Mar - 15:50

Antichrist a écrit:il faut imperativement que la france refasse son retard en matiere technolgique...
que ce soit sous l'impulsion de macron ou d'un autre n'est pas vraiment important

donc bravo aux ingenieurs français

pb...en matiere de budget...
on choisi toujours le social plutot que l'investissement technologique.

c'est pour cela que finalement la france n'y arrivera pas...tant quon changera pas de logiciel
 
Il doit exister bon nombre de pays où "le logiciel" est nettement mieux et où, du coup, vous aussi, vous seriez nettement mieux.    
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: Voilà un ex de startop voulues par notre Président

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum