Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -42%
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable ...
Voir le deal
319.99 €
Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

La misère de Brassens

Aller en bas

La misère de Brassens Empty La misère de Brassens

Message par elaine Ven 5 Mar - 21:39

La misère de Brassens

L´histoire qui se cache derrière ”Chanson pour l´auvergnat”




«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14633
Date d'inscription : 19/01/2021
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par elaine Sam 6 Mar - 13:08

Grace à cette chanson, j´apprécie mieux Brassens.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14633
Date d'inscription : 19/01/2021
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par elaine Lun 22 Mar - 14:13

Un petit up pour cette magnifique video.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14633
Date d'inscription : 19/01/2021
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Diviciac Lun 22 Mar - 15:03

elaine a écrit:Un petit up pour cette magnifique video.


Toute mon enfance de petit gars de la banlieue sud ! 
Le 14 ème , la rue Didot et la rue de Vanves dont il a fait une chanson, la rue d'Alésia, la  rue Losserand   et ses squats de gitans...    
Il paraît même que Brassens aurait trouvé le recueil de poésies d'Antoine Pol dont il a fait les Passantes au marché aux puces de la porte de Vanves que je fréquentais régulièrement. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par elaine Lun 22 Mar - 15:06

Diviciac a écrit:
elaine a écrit:Un petit up pour cette magnifique video.
Toute mon enfance de petit gars de la banlieue sud ! 
Le 14 ème , la rue Didot et la rue de Vanves dont il a fait une chanson, la rue d'Alésia, la  rue Losserand   et ses squats de gitans...    
Il paraît même que Brassens aurait trouvé le recueil de poésies d'Antoine Pol dont il a fait les Passantes au marché aux puces de la porte de Vanves que je fréquentais régulièrement. 
C ´est chouette tous ces souvenirs même si cette époque n´était pas très rose.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14633
Date d'inscription : 19/01/2021
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Diviciac Lun 22 Mar - 15:53

elaine a écrit:
Diviciac a écrit:
Toute mon enfance de petit gars de la banlieue sud ! 
Le 14 ème , la rue Didot et la rue de Vanves dont il a fait une chanson, la rue d'Alésia, la  rue Losserand   et ses squats de gitans...    
Il paraît même que Brassens aurait trouvé le recueil de poésies d'Antoine Pol dont il a fait les Passantes au marché aux puces de la porte de Vanves que je fréquentais régulièrement. 
C ´est chouette tous ces souvenirs même si cette époque n´était pas très rose.
 
Ce qui est surtout chouette c'est Brassens qui a popularisé , entre autres Villon , Richepin , Lamartine et Hugo


"Peu s'en fallut que ne pleurassent 
les soudards et les écoliers"  

Qui placerait encore autrement que par dérision , cet imparfait du subjonctif de notre belle langue dans une chanson ? 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par elaine Lun 22 Mar - 16:02

Diviciac a écrit:
elaine a écrit:C ´est chouette tous ces souvenirs même si cette époque n´était pas très rose.
 
Ce qui est surtout chouette c'est Brassens qui a popularisé , entre autres Villon , Richepin , Lamartine et Hugo
"Peu s'en fallut que ne pleurassent 
les soudards et les écoliers"  
Qui placerait encore autrement que par dérision , cet imparfait du subjonctif de notre belle langue dans une chanson ? 
Et oui, Divi, notre belle langue comme vous dites fera partie du passé, remplacée par du texto.


«Le monde ne sera pas détruit  par ceux qui font le mal,
mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» (Albert Einstein)
elaine
elaine

Messages : 14633
Date d'inscription : 19/01/2021
Localisation : chez moi

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Sapeur Lipopète Lun 22 Mar - 16:15

Diviciac a écrit:
elaine a écrit:Un petit up pour cette magnifique video.


Toute mon enfance de petit gars de la banlieue sud ! 
Le 14 ème , la rue Didot et la rue de Vanves dont il a fait une chanson, la rue d'Alésia, la  rue Losserand   et ses squats de gitans...    
Il paraît même que Brassens aurait trouvé le recueil de poésies d'Antoine Pol dont il a fait les Passantes au marché aux puces de la porte de Vanves que je fréquentais régulièrement. 

On s'est peut-être rencontrés. J'ai habité Rue Alfred Durand Claye (D'où j'ai été viré parce qu'ils démolissaient l'immeuble) entre la rue Vercingétorix et la rue Raymond Losserand (côté Porte de Vanves).
Sapeur Lipopète
Sapeur Lipopète

Messages : 3867
Date d'inscription : 27/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Sapeur Lipopète Lun 22 Mar - 16:23

Et pi, t'as oublié Banville (La ballade des pendus).
Sapeur Lipopète
Sapeur Lipopète

Messages : 3867
Date d'inscription : 27/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Diviciac Mer 24 Mar - 10:00

Sapeur Lipopète a écrit:
Diviciac a écrit:


Toute mon enfance de petit gars de la banlieue sud ! 
Le 14 ème , la rue Didot et la rue de Vanves dont il a fait une chanson, la rue d'Alésia, la  rue Losserand   et ses squats de gitans...    
Il paraît même que Brassens aurait trouvé le recueil de poésies d'Antoine Pol dont il a fait les Passantes au marché aux puces de la porte de Vanves que je fréquentais régulièrement. 

On s'est peut-être rencontrés. J'ai habité Rue Alfred Durand Claye (D'où j'ai été viré parce qu'ils démolissaient l'immeuble) entre la rue Vercingétorix et la rue Raymond Losserand (côté Porte de Vanves).
 
Ce n'est pas impossible, en sixième j'allais jouer au circuit 24 chez un copain qui habitait rue Vercingétorix .  Ensuite, je fréquentais plutôt les établissements qui fermaient tard: La brasserie Zeyer à Alesia et,  de l'autre côté du périf  "chez Felix" (anciennement le Timbre poste) qui servait les musicos et les artistes qui avaient un petit creux à la fin de leurs prestations parfois bien après après deux heures du matin . 
Le bistrot où Felix  le basque a commencé comme loufiat avant de reprendre l'établissement s'appelait le timbre poste pour les philatélistes qui fréquentaient les nombreux stands dédiés  des puces de la porte de Vanves. 


Je n'ai par contre jamais connu, Jo le trembleur, Teddy de Montréal  et Lulu la Nantaise Very Happy
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Diviciac Mer 24 Mar - 10:37

Sapeur Lipopète a écrit:Et pi, t'as oublié Banville (La ballade des pendus).
 
C'est pas de François Fillon , la balade des pendus ? 


 Tiens ! ça me fait penser au lycée Villon où j'allais, en mai 68,  faire des prises de parole aux AG pour mobiliser les lycéens . 
Je ne sais pas s'il y a toujours cette citation édifiante du poète voyou peinte en lettres géantes sur un mur de la cour : «Ah ! que n ‘ai-je étudié du temps de ma jeunesse folle »
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Le K Keltys Mer 24 Mar - 11:08

Diviciac a écrit:
elaine a écrit:
C ´est chouette tous ces souvenirs même si cette époque n´était pas très rose.
 
Ce qui est surtout chouette c'est Brassens qui a popularisé , entre autres Villon , Richepin , Lamartine et Hugo


"Peu s'en fallut que ne pleurassent 
les soudards et les écoliers"  

Qui placerait encore autrement que par dérision , cet imparfait du subjonctif de notre belle langue dans une chanson ? 
EN parlant de Brassens , j'ai trainé une paire de fois dans un de ses bistrots, "Chez Walczak" rue Brancion d'abord il y'a 35 ans puis il y a une dizaine d'année et rien n'avait changé....Je crois que c'est ce rade qui a inspiré sa chanson "Le Bistrot".
Le K Keltys
Le K Keltys

Messages : 3337
Date d'inscription : 23/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Sapeur Lipopète Mer 24 Mar - 11:48

Diviciac a écrit:
Sapeur Lipopète a écrit:Et pi, t'as oublié Banville (La ballade des pendus).
 
C'est pas de François Fillon , la balade des pendus ? 


 Tiens ! ça me fait penser au lycée Villon où j'allais, en mai 68,  faire des prises de parole aux AG pour mobiliser les lycéens . 
Je ne sais pas s'il y a toujours cette citation édifiante du poète voyou peinte en lettres géantes sur un mur de la cour : «Ah ! que n ‘ai-je étudié du temps de ma jeunesse folle »


LA BALLADE DES PENDUS

 I

Sur ses larges bras étendus,
La forêt où s’éveille Flore,
A des chapelets de pendus
Que le matin caresse et dore.
Ce bois sombre, où le chêne arbore
Des grappes de fruits inouïs
Même chez le Turc et le More,
C’est le verger du roi Louis.
 

II

Tous ces pauvres gens morfondus,
Roulant des pensers qu’on ignore,
Dans les tourbillons éperdus
Voltigent, palpitants encore.
Le soleil levant les dévore.
Regardez-les, cieux éblouis,
Danser dans les feux de l’aurore,
C’est le verger du roi Louis.
 

III

Ces pendus, du diable entendus,
Appellent des pendus encore.
Tandis qu’aux cieux, d’azur tendus,
Où semble luire un météore,
La rosée en l’air s’évapore,
Un essaim d’oiseaux réjouis
Par-dessus leur tête picore.
C’est le verger du roi Louis.
 

Envoi

Prince, il est un bois que décore
Un tas de pendus enfouis
Dans le doux feuillage sonore,
C’est le verger du roi Louis.
 

Extrait de « Gringoire », juin 1854
 

Théodore de BANVILLE
Sapeur Lipopète
Sapeur Lipopète

Messages : 3867
Date d'inscription : 27/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Sapeur Lipopète Mer 24 Mar - 12:23

Diviciac a écrit:
Sapeur Lipopète a écrit:

On s'est peut-être rencontrés. J'ai habité Rue Alfred Durand Claye (D'où j'ai été viré parce qu'ils démolissaient l'immeuble) entre la rue Vercingétorix et la rue Raymond Losserand (côté Porte de Vanves).
 
Ce n'est pas impossible, en sixième j'allais jouer au circuit 24 chez un copain qui habitait rue Vercingétorix .  Ensuite, je fréquentais plutôt les établissements qui fermaient tard: La brasserie Zeyer à Alesia et,  de l'autre côté du périf  "chez Felix" (anciennement le Timbre poste) qui servait les musicos et les artistes qui avaient un petit creux à la fin de leurs prestations parfois bien après après deux heures du matin . 
Le bistrot où Felix  le basque a commencé comme loufiat avant de reprendre l'établissement s'appelait le timbre poste pour les philatélistes qui fréquentaient les nombreux stands dédiés  des puces de la porte de Vanves. 


Je n'ai par contre jamais connu, Jo le trembleur, Teddy de Montréal  et Lulu la Nantaise Very Happy

Tu t'as trompé avec de l'erreur, en ce temps-là, ça s'appelait les boulevards extérieurs.
Sapeur Lipopète
Sapeur Lipopète

Messages : 3867
Date d'inscription : 27/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Diviciac Mer 24 Mar - 14:54

Sapeur Lipopète a écrit:
Diviciac a écrit:
 
Ce n'est pas impossible, en sixième j'allais jouer au circuit 24 chez un copain qui habitait rue Vercingétorix .  Ensuite, je fréquentais plutôt les établissements qui fermaient tard: La brasserie Zeyer à Alesia et,  de l'autre côté du périf  "chez Felix" (anciennement le Timbre poste) qui servait les musicos et les artistes qui avaient un petit creux à la fin de leurs prestations parfois bien après après deux heures du matin . 
Le bistrot où Felix  le basque a commencé comme loufiat avant de reprendre l'établissement s'appelait le timbre poste pour les philatélistes qui fréquentaient les nombreux stands dédiés  des puces de la porte de Vanves. 


Je n'ai par contre jamais connu, Jo le trembleur, Teddy de Montréal  et Lulu la Nantaise Very Happy

Tu t'as trompé avec de l'erreur, en ce temps-là, ça s'appelait les boulevards extérieurs.



C'est pas sûr que j'm'ai trompé ou que j'ai été enduit avec de l'erreur, remis dans le contexte : Felix le Basque a repris le bistrot au tout début des années 80 et le périf a été inauguré en 1973. 
Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître 
Diviciac
Diviciac

Messages : 43162
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La misère de Brassens Empty Re: La misère de Brassens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum