Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par ledevois le Mer 5 Juin - 18:48

Une lueur d’espoir, les députés essayent de s’organiser pour contrôler la dépense publique -- lol10

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu
pétition taxes macron
Le candidat Macron s’était engagé à réduire les impôts. Le Président élu, plutôt que de tailler dans les dépenses publiques, a choisi de taxer les Français.
En 2018, c’est taxes pour tous ! Il faut dire que le mandat d’Emmanuel Macron n’a pas débuté sous les meilleurs auspices.

Macron 2017 : un impôt par mois

En huit mois, de mai à décembre 2017, les troupes du Président ont mis en place huit nouveaux impôts et taxes dans la loi de finances 2018 et les lois rectificatives de 2017 :

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI).
Deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés.
Deux taxes sur l’exploration d’hydrocarbures et de gîtes géothermiques à haute température.
Une taxe sur les plus-values de ventes de logements par les offices HLM.
Une taxe sur le développement des industries de fabrication de papier.
Et une nouvelle taxe sur les boissons sucrées.
L’ISF a disparu, sauf pour les propriétaires immobiliers avec l’IFI. La fortune ne devient donc taxée que parce qu’elle est immobilière. Comme si cela était répréhensible. La situation est d’autant plus inconvenante que l’immobilier génère sans doute les revenus les plus faibles, voire inexistants.

En 2018, la détention d’un bien immobilier s’accompagne d’une litanie de taxes ponctuelles ou récurrentes : 50 impôts et taxes au total. Du délire !

Les mêmes ont voté l’augmentation de la CSG de 1,7 point (ce qui équivaut à une hausse de 25%), effective depuis le 1er janvier.

Cette enflure fiscale tourne au jeu de massacre pour de nombreux retraités lesquels, à la différence des salariés, n’ont pas vu leur hausse de CSG être compensée par une diminution des cotisations sociales. Elle n’est pas compensée non plus pour les travailleurs indépendants, les artisans et libéraux.

C’est une perte d’autant de pouvoir d’achat pour eux.

Macron 2018 : tous spoliés !

Le gouvernement a vanté sa baisse d’impôt et de charges pour 2018, dont chaque salarié est censé avoir ressenti les bienfaits à la lecture de son bulletin de paie de janvier…

Une analyse plus concrète a de quoi rendre plus circonspect. En effet, les deux mesures emblématiques mises en avant pour donner aux Français une douce impression de soulagement reposent sur un allègement de cotisations salariales et une suppression progressive de la taxe d’habitation.

Or, d’une part, ces mesures n’entrent en vigueur que progressivement et, d’autre part, elles sont d’ores et déjà compensées par d’autres charges.

Pour ce qui en est des cotisations salariales, leur baisse n’est que progressive. 2,20 points en janvier et 0,95 point en fin d’année, alors que l’augmentation de 1,7 point de la CSG est immédiate. Soit un mini-gain de 0,5 point qui ne profite pas aux retraités et épargnants soumis à la CSG en plus, sans aucune contrepartie, on l’a dit.

En ce qui concerne la taxe d’habitation, la suppression complète de celle-ci interviendrait « au plus tard d’ici à 2021 », selon les dires du gouvernement, qui peine à se faire une doctrine sur le sujet. Le calendrier exact de la réforme reste flou. Matignon promet que cette réforme sera « largement financée par des économies budgétaires ».

Difficile à croire, tant les dépenses publiques n’ont de cesse d’augmenter aux niveaux national et local. D’autant plus que la facture sera très lourde : on estime la perte des recettes entre 18 à 25 milliards d’euros en 2020.

Macron et compagnie, ces fortiches de la com’, veulent nous faire croire que cette mesure n’aura aucun impact pour le contribuable. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, fait savoir à qui veut l’entendre qu’il est « exclu d’augmenter les impôts ou de créer un nouvel impôt local ». Mais cette règle ne s’applique pas à la surtaxe sur les résidences secondaires, qui est considérée comme un simple transfert de fiscalité…

Les maires l’ont d’ailleurs bien compris et anticipent d’ores et déjà la suppression annoncée de la taxe d’habitation.

À Nice, Christian Estrosi, a fait voter le triplement de la majoration sur les résidences secondaires qui passe à 60%. Idem pour Anne Hidalgo à Paris, ou Alain Juppé, à Bordeaux, qui a monté le taux à 50 %.

Dans le même ordre d’idée, pensez à regarder de très près votre prochaine facture d’ordures ménagères…

Et la future exonération de taxe d’habitation ne peut servir à cacher une taxe foncière de plus en plus oppressante pour tous les propriétaires. Un investisseur peut en définitive payer jusqu’à 65 % d’impôt sur ses revenus fonciers (impôt sur le revenu, prélèvements sociaux, contribution sur les hauts revenus…).

Taxe sur le gaz naturel : + 1200%

Autre subtilité langagière, quand le gouvernement promet de ne pas augmenter les impôts, cela ne veut en rien dire qu’il n’augmente pas les taxes.

Ses derniers agissements le prouvent : les taxes sur la consommation ont largement augmenté le 1er janvier dernier. Le tabac en hausse de 10 %, le gazole à la pompe de 7,6 centimes par litre et l’essence de 3,84 centimes ; le timbre flambe de 10 centimes.

Signez la pétition STOP AUX TAXES MACRON

signez la pétition de Contribuables Associés

Quant au gaz naturel, il est prévu une augmentation de la taxe intérieure (TICGN) de 43,7 % dès cette année pour arriver à presque un triplement de la taxe en 2022. Depuis la fin de son exonération pour les particuliers en 2014, cette taxe aura alors grimpé de près de 1 200 %, si elle continue sur sa lancée jusqu’en 2022…

Au final, quand le salarié profite d’une petite baisse de ses cotisations, le consommateur subit une grosse augmentation de ses taxes et le contribuable est perdant.

En un mot comme en cent, les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu…

Newsletter
E-mailTweetLikeImprimer
Cet article est taggé dans:  Emmanuel Macron,  taxes

Pingback: Vigilance super-senior
Pingback: Macron ruine les retraités et les automobilistes pour financer ses clandestins - RUTUBE.fr
Par reiller, le 01/07/18 à 16:34 Répondre
@ Jamas
Votre municipalité doit vous détester! Mais c’est comme cela que notre démocratie ne sombre pas totalement, faute de contre pouvoirs un peu organisés.

Hélas ni nos députés, ni C.A., ne sont d’avis de s’y atteler: le contrôle parlementaire envisagé est une évaluation « indépendante » des textes de projet de lois, surtout pas un audit des services de l’état comme cela existe en Angleterre, quand à mettre en œuvre les conclusions et observations de la cour des comptes personne n’y songe semble t il!

Par jamas, le 02/07/18 à 09:27 Répondre
@ reiller,
Comme dirait le canard enchainé : la démocratie ne s’use que s’y on ne s’en sert pas.
et comme peu de gens s’intéressent à la chose publique, au bout d’un moment les élus locaux (ou nationaux) se croient un peu tout permis.

Par reiller, le 02/07/18 à 11:24 Répondre
@ Jamas.
Pourtant il est bien clair que d’autres organisations démocratiques sont bien plus démocratiques ,et moins couteuses ce qui n’est pas négligeable, que la notre: la fatalité a bon dos. Il y a quelque chose de vicieux dans notre système, qui au fond me parait tenir à notre vision de l’homme, et en particulier de l’homme élu …ou diplômé ( c’est un peu la même sanctification non raisonnable).
Et puis il y a cette foutue manie de rameuter la morale partout: il faudrait écrire la nécessaire utilité de nos travers, qui ne sont effacés par aucune distinction: pour construire des organisations efficaces il faut penser toujours qu’elles seront habitées par des bipèdes comme les autres; moches ou pas n’est qu’une vision idéologique.

Par jamas, le 02/07/18 à 12:29 Répondre
@ reiller,
Notre drame à nous français, c’est qu’on se croit un peu supérieurs, parce qu’on aurait inventé la démocratie moderne du fait de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen instituée lors des Etats Généraux de 1789 à Versailles, une peu comme avec les jeux olympiques moderne remis en selle par P. de Coubertin. De ce fait on se croit dans l’absolu le pays des droits de l’homme.
Erreur car nous ne sommes que la plume du texte originel, remis au gout du jour depuis, notamment en 1948, après les horreurs de la seconde guerre mondiale.
Aujourd’hui des pays comme la Suisse, le Danemark ou l’ensemble des pays nordiques, l’Australie, le Canada, et d’autres sont bien plus démocratiques que nous.
Revendiquons notre rôle historique de l’époque, mais non pas notre pratique actuelle vertueuse ou exemplaire, loin s’en faut

!https://www.contribuables.org/2018/06/emmanuel-macron-les-baisses-dimpots-et-de-depenses-promises-nont-pas-eu-lieu/



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11267
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par jeanpil le Jeu 6 Juin - 4:08

Ce n'est pas en survolant les problèmes que l'on est à même de les résoudre. Et ces "petits soucis" là doivent être débattus en petits comités, avec les syndicats (enfin, pour ce qu'il en reste !).

Je parle là bien sûr de la Fonction Publique, ogre dont l'appétit n'est jamais rassasié. Il va bien falloir que les fonctionnaires se disent qu'il faut une réforme profonde, ne serait-ce qu'au nom de l'Egalité.


"Cette histoire se passait il y a bien longtemps. Ses protagonistes ne sont que poussière à présent".
jeanpil
jeanpil

Messages : 331
Date d'inscription : 13/03/2019
Age : 59
Localisation : Bretagne Occidentale

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par magicfly le Jeu 6 Juin - 8:37

jeanpil a écrit:Ce n'est pas en survolant les problèmes que l'on est à même de les résoudre. Et ces "petits soucis" là doivent être débattus en petits comités, avec les syndicats (enfin, pour ce qu'il en reste !).

Je parle là bien sûr de la Fonction Publique, ogre dont l'appétit n'est jamais rassasié. Il va bien falloir que les fonctionnaires se disent qu'il faut une réforme profonde, ne serait-ce qu'au nom de l'Egalité.

Mouai, mais sommes-nous à l'aube de l'ère glaciaire où le mammouth de la fonction publique sera congelé: pas sûr, car ça n'impacte pas que les 5 millions de fonctionnaires et assimilés, mais aussi tous ceux qui en tirent un avantage matériel ou sentimental; je pense aux familles par ex.


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8099
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par Lili-Rose le Jeu 6 Juin - 8:50

magicfly a écrit:
jeanpil a écrit:Ce n'est pas en survolant les problèmes que l'on est à même de les résoudre. Et ces "petits soucis" là doivent être débattus en petits comités, avec les syndicats (enfin, pour ce qu'il en reste !).

Je parle là bien sûr de la Fonction Publique, ogre dont l'appétit n'est jamais rassasié. Il va bien falloir que les fonctionnaires se disent qu'il faut une réforme profonde, ne serait-ce qu'au nom de l'Egalité.

Mouai, mais sommes-nous à l'aube de l'ère glaciaire où le mammouth de la fonction publique sera congelé: pas sûr, car ça n'impacte pas que les 5 millions de fonctionnaires et assimilés, mais aussi tous ceux qui en tirent un avantage matériel ou sentimental; je pense aux familles par ex.


Et s'il n'y avait que ça.
Toute l'articulation administrative est sclérosée.
Ce matin je retourne pour la seconde fois au centres des impôts, car la chambre de commerce étant dans la parfaite incapacité technique de résoudre le préblème.
Donc 3 voyages, et toujours rien.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 5004
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par dugenou le Jeu 6 Juin - 9:19

ledevois a écrit:Une lueur d’espoir, les députés essayent de s’organiser pour contrôler la dépense publique -- lol10

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu
pétition taxes macron
Le candidat Macron s’était engagé à réduire les impôts. Le Président élu, plutôt que de tailler dans les dépenses publiques, a choisi de taxer les Français.
En 2018, c’est taxes pour tous ! Il faut dire que le mandat d’Emmanuel Macron n’a pas débuté sous les meilleurs auspices.

Macron 2017 : un impôt par mois

En huit mois, de mai à décembre 2017, les troupes du Président ont mis en place huit nouveaux impôts et taxes dans la loi de finances 2018 et les lois rectificatives de 2017 :

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI).
Deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés.
Deux taxes sur l’exploration d’hydrocarbures et de gîtes géothermiques à haute température.
Une taxe sur les plus-values de ventes de logements par les offices HLM.
Une taxe sur le développement des industries de fabrication de papier.
Et une nouvelle taxe sur les boissons sucrées.
L’ISF a disparu, sauf pour les propriétaires immobiliers avec l’IFI. La fortune ne devient donc taxée que parce qu’elle est immobilière. Comme si cela était répréhensible. La situation est d’autant plus inconvenante que l’immobilier génère sans doute les revenus les plus faibles, voire inexistants.

En 2018, la détention d’un bien immobilier s’accompagne d’une litanie de taxes ponctuelles ou récurrentes : 50 impôts et taxes au total. Du délire !

Les mêmes ont voté l’augmentation de la CSG de 1,7 point (ce qui équivaut à une hausse de 25%), effective depuis le 1er janvier.

Cette enflure fiscale tourne au jeu de massacre pour de nombreux retraités lesquels, à la différence des salariés, n’ont pas vu leur hausse de CSG être compensée par une diminution des cotisations sociales. Elle n’est pas compensée non plus pour les travailleurs indépendants, les artisans et libéraux.

C’est une perte d’autant de pouvoir d’achat pour eux.

Macron 2018 : tous spoliés !

Le gouvernement a vanté sa baisse d’impôt et de charges pour 2018, dont chaque salarié est censé avoir ressenti les bienfaits à la lecture de son bulletin de paie de janvier…

Une analyse plus concrète a de quoi rendre plus circonspect. En effet, les deux mesures emblématiques mises en avant pour donner aux Français une douce impression de soulagement reposent sur un allègement de cotisations salariales et une suppression progressive de la taxe d’habitation.

Or, d’une part, ces mesures n’entrent en vigueur que progressivement et, d’autre part, elles sont d’ores et déjà compensées par d’autres charges.

Pour ce qui en est des cotisations salariales, leur baisse n’est que progressive. 2,20 points en janvier et 0,95 point en fin d’année, alors que l’augmentation de 1,7 point de la CSG est immédiate. Soit un mini-gain de 0,5 point qui ne profite pas aux retraités et épargnants soumis à la CSG en plus, sans aucune contrepartie, on l’a dit.

En ce qui concerne la taxe d’habitation, la suppression complète de celle-ci interviendrait « au plus tard d’ici à 2021 », selon les dires du gouvernement, qui peine à se faire une doctrine sur le sujet. Le calendrier exact de la réforme reste flou. Matignon promet que cette réforme sera « largement financée par des économies budgétaires ».

Difficile à croire, tant les dépenses publiques n’ont de cesse d’augmenter aux niveaux national et local. D’autant plus que la facture sera très lourde : on estime la perte des recettes entre 18 à 25 milliards d’euros en 2020.

Macron et compagnie, ces fortiches de la com’, veulent nous faire croire que cette mesure n’aura aucun impact pour le contribuable. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, fait savoir à qui veut l’entendre qu’il est « exclu d’augmenter les impôts ou de créer un nouvel impôt local ». Mais cette règle ne s’applique pas à la surtaxe sur les résidences secondaires, qui est considérée comme un simple transfert de fiscalité…

Les maires l’ont d’ailleurs bien compris et anticipent d’ores et déjà la suppression annoncée de la taxe d’habitation.

À Nice, Christian Estrosi, a fait voter le triplement de la majoration sur les résidences secondaires qui passe à 60%. Idem pour Anne Hidalgo à Paris, ou Alain Juppé, à Bordeaux, qui a monté le taux à 50 %.

Dans le même ordre d’idée, pensez à regarder de très près votre prochaine facture d’ordures ménagères…

Et la future exonération de taxe d’habitation ne peut servir à cacher une taxe foncière de plus en plus oppressante pour tous les propriétaires. Un investisseur peut en définitive payer jusqu’à 65 % d’impôt sur ses revenus fonciers (impôt sur le revenu, prélèvements sociaux, contribution sur les hauts revenus…).

Taxe sur le gaz naturel : + 1200%

Autre subtilité langagière, quand le gouvernement promet de ne pas augmenter les impôts, cela ne veut en rien dire qu’il n’augmente pas les taxes.

Ses derniers agissements le prouvent : les taxes sur la consommation ont largement augmenté le 1er janvier dernier. Le tabac en hausse de 10 %, le gazole à la pompe de 7,6 centimes par litre et l’essence de 3,84 centimes ; le timbre flambe de 10 centimes.

Signez la pétition STOP AUX TAXES MACRON

signez la pétition de Contribuables Associés

Quant au gaz naturel, il est prévu une augmentation de la taxe intérieure (TICGN) de 43,7 % dès cette année pour arriver à presque un triplement de la taxe en 2022. Depuis la fin de son exonération pour les particuliers en 2014, cette taxe aura alors grimpé de près de 1 200 %, si elle continue sur sa lancée jusqu’en 2022…

Au final, quand le salarié profite d’une petite baisse de ses cotisations, le consommateur subit une grosse augmentation de ses taxes et le contribuable est perdant.

En un mot comme en cent, les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu…

Newsletter
E-mailTweetLikeImprimer
Cet article est taggé dans:  Emmanuel Macron,  taxes

Pingback: Vigilance super-senior
Pingback: Macron ruine les retraités et les automobilistes pour financer ses clandestins - RUTUBE.fr
Par reiller, le 01/07/18 à 16:34 Répondre
@ Jamas
Votre municipalité doit vous détester! Mais c’est comme cela que notre démocratie ne sombre pas totalement, faute de contre pouvoirs un peu organisés.

Hélas ni nos députés, ni C.A., ne sont d’avis de s’y atteler: le contrôle parlementaire envisagé est une évaluation « indépendante » des textes de projet de lois, surtout pas un audit des services de l’état comme cela existe en Angleterre, quand à mettre en œuvre les conclusions et observations de la cour des comptes personne n’y songe semble t il!

Par jamas, le 02/07/18 à 09:27 Répondre
@ reiller,
Comme dirait le canard enchainé : la démocratie ne s’use que s’y on ne s’en sert pas.
et comme peu de gens s’intéressent à la chose publique, au bout d’un moment les élus locaux (ou nationaux) se croient un peu tout permis.

Par reiller, le 02/07/18 à 11:24 Répondre
@ Jamas.
Pourtant il est bien clair que d’autres organisations démocratiques sont bien plus démocratiques ,et moins couteuses ce qui n’est pas négligeable, que la notre: la fatalité a bon dos. Il y a quelque chose de vicieux dans notre système, qui au fond me parait tenir à notre vision de l’homme, et en particulier de l’homme élu …ou diplômé ( c’est un peu la même sanctification non raisonnable).
Et puis il y a cette foutue manie de rameuter la morale partout: il faudrait écrire la nécessaire utilité de nos travers, qui ne sont effacés par aucune distinction: pour construire des organisations efficaces il faut penser toujours qu’elles seront habitées par des bipèdes comme les autres; moches ou pas n’est qu’une vision idéologique.

Par jamas, le 02/07/18 à 12:29 Répondre
@ reiller,
Notre drame à nous français, c’est qu’on se croit un peu supérieurs, parce qu’on aurait inventé la démocratie moderne du fait de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen instituée lors des Etats Généraux de 1789 à Versailles, une peu comme avec les jeux olympiques moderne remis en selle par P. de Coubertin. De ce fait on se croit dans l’absolu le pays des droits de l’homme.
Erreur car nous ne sommes que la plume du texte originel, remis au gout du jour depuis, notamment en 1948, après les horreurs de la seconde guerre mondiale.
Aujourd’hui des pays comme la Suisse, le Danemark ou l’ensemble des pays nordiques, l’Australie, le Canada, et d’autres sont bien plus démocratiques que nous.
Revendiquons notre rôle historique de l’époque, mais non pas notre pratique actuelle vertueuse ou exemplaire, loin s’en faut

!https://www.contribuables.org/2018/06/emmanuel-macron-les-baisses-dimpots-et-de-depenses-promises-nont-pas-eu-lieu/
Excellent article qui dénonce la supercherie de ce gouvernement.


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3659
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par ledevois le Jeu 6 Juin - 10:57

dugenou a écrit:
ledevois a écrit:Une lueur d’espoir, les députés essayent de s’organiser pour contrôler la dépense publique -- lol10

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu
pétition taxes macron
Le candidat Macron s’était engagé à réduire les impôts. Le Président élu, plutôt que de tailler dans les dépenses publiques, a choisi de taxer les Français.
En 2018, c’est taxes pour tous ! Il faut dire que le mandat d’Emmanuel Macron n’a pas débuté sous les meilleurs auspices.

Macron 2017 : un impôt par mois

En huit mois, de mai à décembre 2017, les troupes du Président ont mis en place huit nouveaux impôts et taxes dans la loi de finances 2018 et les lois rectificatives de 2017 :

L’impôt sur la fortune immobilière (IFI).
Deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés.
Deux taxes sur l’exploration d’hydrocarbures et de gîtes géothermiques à haute température.
Une taxe sur les plus-values de ventes de logements par les offices HLM.
Une taxe sur le développement des industries de fabrication de papier.
Et une nouvelle taxe sur les boissons sucrées.
L’ISF a disparu, sauf pour les propriétaires immobiliers avec l’IFI. La fortune ne devient donc taxée que parce qu’elle est immobilière. Comme si cela était répréhensible. La situation est d’autant plus inconvenante que l’immobilier génère sans doute les revenus les plus faibles, voire inexistants.

En 2018, la détention d’un bien immobilier s’accompagne d’une litanie de taxes ponctuelles ou récurrentes : 50 impôts et taxes au total. Du délire !

Les mêmes ont voté l’augmentation de la CSG de 1,7 point (ce qui équivaut à une hausse de 25%), effective depuis le 1er janvier.

Cette enflure fiscale tourne au jeu de massacre pour de nombreux retraités lesquels, à la différence des salariés, n’ont pas vu leur hausse de CSG être compensée par une diminution des cotisations sociales. Elle n’est pas compensée non plus pour les travailleurs indépendants, les artisans et libéraux.

C’est une perte d’autant de pouvoir d’achat pour eux.

Macron 2018 : tous spoliés !

Le gouvernement a vanté sa baisse d’impôt et de charges pour 2018, dont chaque salarié est censé avoir ressenti les bienfaits à la lecture de son bulletin de paie de janvier…

Une analyse plus concrète a de quoi rendre plus circonspect. En effet, les deux mesures emblématiques mises en avant pour donner aux Français une douce impression de soulagement reposent sur un allègement de cotisations salariales et une suppression progressive de la taxe d’habitation.

Or, d’une part, ces mesures n’entrent en vigueur que progressivement et, d’autre part, elles sont d’ores et déjà compensées par d’autres charges.

Pour ce qui en est des cotisations salariales, leur baisse n’est que progressive. 2,20 points en janvier et 0,95 point en fin d’année, alors que l’augmentation de 1,7 point de la CSG est immédiate. Soit un mini-gain de 0,5 point qui ne profite pas aux retraités et épargnants soumis à la CSG en plus, sans aucune contrepartie, on l’a dit.

En ce qui concerne la taxe d’habitation, la suppression complète de celle-ci interviendrait « au plus tard d’ici à 2021 », selon les dires du gouvernement, qui peine à se faire une doctrine sur le sujet. Le calendrier exact de la réforme reste flou. Matignon promet que cette réforme sera « largement financée par des économies budgétaires ».

Difficile à croire, tant les dépenses publiques n’ont de cesse d’augmenter aux niveaux national et local. D’autant plus que la facture sera très lourde : on estime la perte des recettes entre 18 à 25 milliards d’euros en 2020.

Macron et compagnie, ces fortiches de la com’, veulent nous faire croire que cette mesure n’aura aucun impact pour le contribuable. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, fait savoir à qui veut l’entendre qu’il est « exclu d’augmenter les impôts ou de créer un nouvel impôt local ». Mais cette règle ne s’applique pas à la surtaxe sur les résidences secondaires, qui est considérée comme un simple transfert de fiscalité…

Les maires l’ont d’ailleurs bien compris et anticipent d’ores et déjà la suppression annoncée de la taxe d’habitation.

À Nice, Christian Estrosi, a fait voter le triplement de la majoration sur les résidences secondaires qui passe à 60%. Idem pour Anne Hidalgo à Paris, ou Alain Juppé, à Bordeaux, qui a monté le taux à 50 %.

Dans le même ordre d’idée, pensez à regarder de très près votre prochaine facture d’ordures ménagères…

Et la future exonération de taxe d’habitation ne peut servir à cacher une taxe foncière de plus en plus oppressante pour tous les propriétaires. Un investisseur peut en définitive payer jusqu’à 65 % d’impôt sur ses revenus fonciers (impôt sur le revenu, prélèvements sociaux, contribution sur les hauts revenus…).

Taxe sur le gaz naturel : + 1200%

Autre subtilité langagière, quand le gouvernement promet de ne pas augmenter les impôts, cela ne veut en rien dire qu’il n’augmente pas les taxes.

Ses derniers agissements le prouvent : les taxes sur la consommation ont largement augmenté le 1er janvier dernier. Le tabac en hausse de 10 %, le gazole à la pompe de 7,6 centimes par litre et l’essence de 3,84 centimes ; le timbre flambe de 10 centimes.

Signez la pétition STOP AUX TAXES MACRON

signez la pétition de Contribuables Associés

Quant au gaz naturel, il est prévu une augmentation de la taxe intérieure (TICGN) de 43,7 % dès cette année pour arriver à presque un triplement de la taxe en 2022. Depuis la fin de son exonération pour les particuliers en 2014, cette taxe aura alors grimpé de près de 1 200 %, si elle continue sur sa lancée jusqu’en 2022…

Au final, quand le salarié profite d’une petite baisse de ses cotisations, le consommateur subit une grosse augmentation de ses taxes et le contribuable est perdant.

En un mot comme en cent, les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu…

Newsletter
E-mailTweetLikeImprimer
Cet article est taggé dans:  Emmanuel Macron,  taxes

Pingback: Vigilance super-senior
Pingback: Macron ruine les retraités et les automobilistes pour financer ses clandestins - RUTUBE.fr
Par reiller, le 01/07/18 à 16:34 Répondre
@ Jamas
Votre municipalité doit vous détester! Mais c’est comme cela que notre démocratie ne sombre pas totalement, faute de contre pouvoirs un peu organisés.

Hélas ni nos députés, ni C.A., ne sont d’avis de s’y atteler: le contrôle parlementaire envisagé est une évaluation « indépendante » des textes de projet de lois, surtout pas un audit des services de l’état comme cela existe en Angleterre, quand à mettre en œuvre les conclusions et observations de la cour des comptes personne n’y songe semble t il!

Par jamas, le 02/07/18 à 09:27 Répondre
@ reiller,
Comme dirait le canard enchainé : la démocratie ne s’use que s’y on ne s’en sert pas.
et comme peu de gens s’intéressent à la chose publique, au bout d’un moment les élus locaux (ou nationaux) se croient un peu tout permis.

Par reiller, le 02/07/18 à 11:24 Répondre
@ Jamas.
Pourtant il est bien clair que d’autres organisations démocratiques sont bien plus démocratiques ,et moins couteuses ce qui n’est pas négligeable, que la notre: la fatalité a bon dos. Il y a quelque chose de vicieux dans notre système, qui au fond me parait tenir à notre vision de l’homme, et en particulier de l’homme élu …ou diplômé ( c’est un peu la même sanctification non raisonnable).
Et puis il y a cette foutue manie de rameuter la morale partout: il faudrait écrire la nécessaire utilité de nos travers, qui ne sont effacés par aucune distinction: pour construire des organisations efficaces il faut penser toujours qu’elles seront habitées par des bipèdes comme les autres; moches ou pas n’est qu’une vision idéologique.

Par jamas, le 02/07/18 à 12:29 Répondre
@ reiller,
Notre drame à nous français, c’est qu’on se croit un peu supérieurs, parce qu’on aurait inventé la démocratie moderne du fait de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen instituée lors des Etats Généraux de 1789 à Versailles, une peu comme avec les jeux olympiques moderne remis en selle par P. de Coubertin. De ce fait on se croit dans l’absolu le pays des droits de l’homme.
Erreur car nous ne sommes que la plume du texte originel, remis au gout du jour depuis, notamment en 1948, après les horreurs de la seconde guerre mondiale.
Aujourd’hui des pays comme la Suisse, le Danemark ou l’ensemble des pays nordiques, l’Australie, le Canada, et d’autres sont bien plus démocratiques que nous.
Revendiquons notre rôle historique de l’époque, mais non pas notre pratique actuelle vertueuse ou exemplaire, loin s’en faut

!https://www.contribuables.org/2018/06/emmanuel-macron-les-baisses-dimpots-et-de-depenses-promises-nont-pas-eu-lieu/
Excellent article qui dénonce la supercherie de ce gouvernement.

Ceux du L R E M , -- sont des jambons -- , désolé de le dire mais trop c'est trop --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11267
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par le.k le Jeu 6 Juin - 20:01

baisse d'impôts de 313 euros cette année pour un salaire supérieur de 4000 euros, donc c'est une réalité pour moi la baisse d'impôts

le.k

Messages : 385
Date d'inscription : 02/06/2019

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par magicfly le Jeu 6 Juin - 21:32

le.k a écrit:baisse d'impôts de 313 euros cette année pour un salaire supérieur de 4000 euros, donc c'est une réalité pour moi la baisse d'impôts
Ah ben voilà! pour les sceptiques qui noircissent tjrs le tableau!


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8099
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par Lili-Rose le Jeu 6 Juin - 22:24

magicfly a écrit:
le.k a écrit:baisse d'impôts de 313 euros cette année pour un salaire supérieur de 4000 euros, donc c'est une réalité pour moi la baisse d'impôts
Ah ben voilà! pour les sceptiques qui noircissent tjrs le tableau!
313E font grosso modo 26.083E par mois (de tête), sur une base 12 mois bien sur.
Ce n'est pas le salaire d'un agrégé en français. Razz
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 5004
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par frenchy35F le Jeu 6 Juin - 22:46

Un agrégé....C' est quoi cette race de privilégiés...Agrégé???...ce n' est qu' une question d' indice pour la retraite ...certainement pas une qualification ou une compétence de plus pour enseigner.pour le profit des élèves..FAUT ARRÊTER LES GROSSES TÊTES OK ???


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...ils justifient ainsi leur paresse pour faire un effort d' adaptation...
frenchy35F
frenchy35F

Messages : 4261
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par le.k le Jeu 6 Juin - 23:01

Lili-Rose a écrit:
magicfly a écrit:
Ah ben voilà! pour les sceptiques qui noircissent tjrs le tableau!
313E font grosso modo 26.083E par mois (de tête), sur une base 12 mois bien sur.
Ce n'est pas le salaire d'un agrégé en français. Razz
encore faudrait il que je sois célibataire sans enfants à charge

le.k

Messages : 385
Date d'inscription : 02/06/2019

Revenir en haut Aller en bas

Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu Empty Re: Emmanuel Macron : le grand mensonge. Les baisses d’impôts et de dépenses promises n’ont pas eu lieu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum