Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Aller en bas

Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Diviciac le Mer 7 Nov - 17:15

"M. Sarkozy peut bien se targuer d’avoir fait disparaître le mot « Constitution ». Un traité qu’on ne peut modifier qu’à l’unanimité des vingt-sept Etats membres est au moins aussi contraignant.

Ce n’est pas s’avancer beaucoup que de prédire une nouvelle et profonde crise de la démocratie et une désaffection redoublée à l’égard d’une Europe que nos gouvernants avaient une occasion historique de redresser, en s’appuyant sur la volonté populaire.

Quand les inévitables difficultés économiques à venir et les conséquences de l’alignement de notre politique extérieure, en particulier sur l’affaire du Moyen-orient, apparaîtront, alors le peuple français se rendra compte qu’il a été doublement piégé, dans la forme et dans le fond. Le seul véritable coup de maître qu’aura réussi M. Sarkozy aura été d’entraîner le parti socialiste, derrière MM. Kouchner et Jouyet désormais consacrés comme ses « éclaireurs de pointe ». La décrédibilisation de l’opposition n’est pas une bonne chose pour la démocratie. 

(il prédit clairement l'effondrement du PS )  

     Pour éviter une colère populaire aveugle, rien n’est sans doute plus important que de songer dès maintenant à rebâtir un recours républicain."

https://www.chevenement.fr/Contre-le-traite-de-Lisbonne_a485.html


Et si "la montée des populismes" et la désaffection grandissante pour l'UE n'étaient que les conséquences logiques et prévisibles de cette trahison de la démocratie par ses élites politiques ?
Pour moi,  la réponse est très clairement: Oui ! 
avatar
Diviciac

Messages : 11660
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Nadou le Mer 7 Nov - 17:47

Bonnes vacances, Monsieur Hulot !


Dans toute démission, dans celle de Monsieur Hulot comme dans d’autres, il y a la forme et il y a le fond. 

La forme en a surpris plus d’un, à commencer sans doute par le Président de la République. 

Puis-je rappeler un souvenir ? A deux reprises, sur la politique industrielle et sur la guerre du Golfe, François Mitterrand m’a demandé de surseoir à ma démission de plusieurs jours et même de plusieurs semaines. « Vous n’allez pas démissionner la nuit, comme Rocard ? » m’avait-il ainsi interrogé le 29 janvier 1991. Nous sommes convenus que la passation de pouvoirs à l’Hôtel de Brienne se ferait le surlendemain et François Mitterrand connaissait ma décision depuis le 7 décembre 1990 ! 

Aujourd’hui tout se gère à l’aune de la « communication ». Monsieur Hulot était pour le Président Macron une splendide prise médiatique. Il a plutôt une bonne tête. Depuis Ushuaia, l’émission qui l’a rendu célèbre, il jouit de la faveur de l’opinion. De surcroît, Monsieur Hulot n’est pas vraiment un « Vert ». Il était là pour permettre au gouvernement de gérer cette petite frange de l’opinion qui met la notion vague d’écologie au sommet de ses priorités. 

Soyons clairs : que les questions environnementales et la préservation des biens communs à toute l’humanité (eau, air, sol, etc…) soient d’une importance primordiale, je suis le premier à en convenir. Mais il en va tout autrement de l’idéologie des Verts qui est une forme de millénarisme : depuis 1945, l’humanité a substitué à son horizon le mythe de la catastrophe en lieu et place de celui du progrès. En réaction au nazisme, le philosophe allemand Hans Jonas a inventé le « principe de précaution ». Ce principe, inscrit dans notre Constitution, n’a rien de scientifique. Un gouvernement qui voudrait l’appliquer pleinement ne devrait pas se borner à abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes. Il lui faudrait fermer toutes les usines non seulement nucléaires mais chimiques, renoncer aux grands projets d’infrastructures, multiplier les conflits avec les agriculteurs et les entrepreneurs à force de réglementations tracassières. Tel n’était pas l’état d’esprit de Monsieur Hulot. Depuis qu’on sait qu’il ne trouvait plus le sommeil, l’opinion s’interrogeait : que cachait depuis six mois ce chantage public et permanent à la démission ? Comment se terminerait ce ballet d’hésitations ? Sur quel grand sujet le ministre choisirait-il de tomber ? 

Depuis quelques jours, on respire : ce n’était que la chasse et la présence d’un « lobbyste » à l’Élysée ! Comme si les politiques ne passaient pas une grande partie de leur temps à écouter – et d’ailleurs à juste titre – les représentants des intérêts particuliers, leur tâche étant de faire prévaloir, in fine, l’intérêt général.

Ainsi, la chasse n’était, pour le ministre, qu’un prétexte. En réalité, Monsieur Hulot gère au plus près son « capital médiatique ». L’écologie politique est un fonds de commerce et la concurrence est rude : même Jean-Luc Mélenchon vient d’annoncer avoir découvert le problème de l’eau : chaude ou froide, il ne précise pas… 

Dans toute cette affaire, je ne vois guère le souci de l’État. Monsieur Hulot donne à Emmanuel Macron un coup dont il se relèvera. En quoi l’avait-il mérité, sinon d’en avoir fait son ministre de l’Écologie ? 

Quelle est, sur le fond, la question qui justifie la décision de Monsieur Hulot ? Je n’en vois qu’une, à vrai dire, c’est la place du nucléaire dans l’approvisionnement énergétique de la France. En démissionnant à la radio, le ministre s’est lâché : il a incriminé le nucléaire, « cette folie inutile, économiquement et techniquement, dans laquelle on s’entête ». 

Nicolas Hulot sait très bien qu’Emmanuel Macron, à juste titre, juge totalement irréaliste l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans l’électricité produite en France en 2025. L’objectif en question a été fixé dans le programme du PS de 2011. C’est François Hollande qui l’a fait passer dans la loi, en 2015. Cet « objectif » est complètement démagogique, purement électoraliste et contraire à l’intérêt du pays. 

Le solaire et l’éolien sont des énergies intermittentes qui rendent nécessaire de maintenir le nucléaire, source permanente, la moins chère et la moins polluante. 

On voit ce que coûte aux Allemands la décision de Madame Merkel, en 2011, de renoncer au nucléaire : ils doivent recourir au charbon et acquitter, s’agissant des particuliers, une facture d’électricité près de deux fois supérieure à celle payée par les ménages français. S’engager dans cette voie serait, de surcroît pour notre pays, un terrible gâchis industriel ! Voit-on que la Chine, l’Inde, la Russie, la Grande-Bretagne, le Japon même après Fukushima, aient renoncé au nucléaire ? 

Tout au contraire ! Rosatom en Russie a un carnet de commande à l’exportation de 33 projets de centrales. Tout cela était à notre portée, si la main de l’État n’avait pas tremblé sous la pression du lobby écologiste. 

Depuis des décennies, notre industrie nucléaire s’étiole. Elle perd ses savoir-faire. Il faut dire que la dernière centrale construite, celle de Civaux a été décidée en 1981 et inaugurée en 1999, il y a vingt ans ! 

Voilà le « mal français » : depuis des décennies nos élites ont fait le choix de laisser s’effilocher le tissu industriel. 

On en voit le résultat : une balance commerciale déficitaire de près de 70 milliards d’euros en 2017 quand l’Allemagne affiche un excédent de 254 milliards ! Comment, dans ces conditions, remettre la France « au centre du jeu européen » ? Notre seul vrai problème est celui de notre compétitivité. Le solde de notre balance commerciale n’a cessé de se dégrader depuis 2003. Le déficit énergétique (38 milliards d’euros en 2017) s’ajoute au déficit manufacturier (plus de 30 milliards). 

Or, l’hostilité viscérale au nucléaire est le noyau, si je puis dire, de l’idéologie des Verts, fondamentalement réactionnaire et technophobe. 

Le choix du nucléaire est un choix de longue portée, une affaire de générations. 

Un rapport commandé par Nicolas Hulot préconise de construire six EPR à partir de 2025 pour une entrée en service en 2035. Le centre d’enfouissement des déchets ultimes de Bure dans la Meuse n’entrera en service que dans la décennie 2040. Or le centre de Bure concentre déjà l’hostilité violente des Verts, à l’échelle européenne ! Et cela ne fait que commencer ! 

L’avenir d’un atout industriel majeur de la France est ainsi l’objet d’un bras de fer entre d’une part une minorité de décideurs qui se refusent à brader l’héritage des générations en même temps que l’avenir du pays, et d’autre part une petite minorité extrémiste (à peine 3% des électeurs) qui entend prendre en otage l’opinion, à travers un système politico-médiatique dont l’indépendance de la France est devenue le cadet des soucis. Sur ce dossier vital, Nicolas Hulot n’avait pas la capacité de trancher en homme d’État. 

Tel est l’éclairage de fond qui donne sens à sa démission : d’un côté les fantasmes d’une idéologie millénariste, de l’autre le souci de maintenir la France dans l’Histoire. Monsieur Hulot a bien raison de dire : « Je ne pouvais plus me mentir ! ». Il y avait, en effet, de quoi perdre le sommeil pour un l’homme d’État qui sans doute sommeillait en lui ! Si cette hypothèse d’une contradiction intenable pour Monsieur Hulot, ministre, s’avérait exacte, alors il faudrait lui dire sincèrement : Bonnes vacances, Monsieur Hulot ! ».



Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Parisien, édition du 2 septembre 2018



Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite à la démission de Nicolas Hulot du gouvernement.




La démission de Nicolas Hulot du gouvernement est la dernière figure d’un ballet d’hésitations contraire aux intérêts de l’Etat et devenu lassant depuis longtemps. La réception des chasseurs à l’Elysée n’est qu’un prétexte. En République, la concertation et l’écoute des intérêts particuliers sont normales avant la décision politique qui doit être guidée par le souci de l’intérêt général. Ce sont les soi-disant écologistes qui depuis trop longtemps se comportent comme un véritable lobby installé au cœur de l’Etat. Ils inspirent en matières énergétique, industrielle et agricole, des politiques qui sapent la compétitivité de la France. Celle-ci est le principal problème que nous avons à résoudre, comme en témoigne le déficit (75 milliards d’euros) de notre balance commerciale. Il est temps de se recentrer sur l’essentiel.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 18345
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Nadou le Mer 7 Nov - 17:51


  • Sur la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine – première visite du président français en Russie à l’occasion du Forum international économique de Saint-Pétersbourg, 24-25 mai 

    Il faut reconnaître au président Emmanuel Macron le talent de redresser des situations qui paraissaient très compromises:après l'affaire Skripal et celle des frappes americano-franco-britanniques sur la Syrie, il y avait un grand trou noir dans la relation franco-russe. 

    Après le très long tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le résultat a été tout à fait remarquable. Sans nier les désaccords, le président Macron a su trouver les points de convergence et prendre appui sur eux pour aller vers des solutions, sur l'Ukraine ou la Syrie, qui sont à la portée de la main. Je n'en dirais pas autant sur l'Iran, qui est un problème infiniment plus complexe et qui a pesé sur toute la rencontre car la décision du président Trump bouleverse évidemment la donne. 

    Cette visite a été un grand succès y compris au Forum, devant plus de 2000 hommes d'affaires, où étaient présents les présidents Macron et Poutine, le premier ministre japonais Shinzo Abe, un vice-premier ministre chinois et Madame Lagarde. Le discours d'Emmanuel Macron fut d'une rare qualité. Par ailleurs, de très grands contrats ont été signés. 


    Jean-Pierre Chevènement était l'invité de Zemmour & Naulleau sur Paris Première, mercredi 30 mai 2018








Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 18345
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Nadou le Mer 7 Nov - 17:53

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès de Serge Dassault





Serge Dassault a su faire fructifier l'héritage que lui avait transmis son père Marcel Dassault en maintenant ou en mettant à la tête de son groupe des responsables de grands talents. Il a su à la fois développer une activité militaire et une activité civile, les avions d'affaires. Comme ministre de la Défense, j'ai homologué en 1990 le premier exemplaire très contesté du Rafale. Serge Dassault m'a téléphoné pour me remercier, politesse rare chez les industriels de l'armement. 

J'adresse à sa femme, ses enfants et sa famille mes condoléances attristées. 


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 18345
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par magicfly le Mer 7 Nov - 18:01

Nadou a écrit:Bonnes vacances, Monsieur Hulot !


Dans toute démission, dans celle de Monsieur Hulot comme dans d’autres, il y a la forme et il y a le fond. 

La forme en a surpris plus d’un, à commencer sans doute par le Président de la République. 

Puis-je rappeler un souvenir ? A deux reprises, sur la politique industrielle et sur la guerre du Golfe, François Mitterrand m’a demandé de surseoir à ma démission de plusieurs jours et même de plusieurs semaines. « Vous n’allez pas démissionner la nuit, comme Rocard ? » m’avait-il ainsi interrogé le 29 janvier 1991. Nous sommes convenus que la passation de pouvoirs à l’Hôtel de Brienne se ferait le surlendemain et François Mitterrand connaissait ma décision depuis le 7 décembre 1990 ! 

Aujourd’hui tout se gère à l’aune de la « communication ». Monsieur Hulot était pour le Président Macron une splendide prise médiatique. Il a plutôt une bonne tête. Depuis Ushuaia, l’émission qui l’a rendu célèbre, il jouit de la faveur de l’opinion. De surcroît, Monsieur Hulot n’est pas vraiment un « Vert ». Il était là pour permettre au gouvernement de gérer cette petite frange de l’opinion qui met la notion vague d’écologie au sommet de ses priorités. 

Soyons clairs : que les questions environnementales et la préservation des biens communs à toute l’humanité (eau, air, sol, etc…) soient d’une importance primordiale, je suis le premier à en convenir. Mais il en va tout autrement de l’idéologie des Verts qui est une forme de millénarisme : depuis 1945, l’humanité a substitué à son horizon le mythe de la catastrophe en lieu et place de celui du progrès. En réaction au nazisme, le philosophe allemand Hans Jonas a inventé le « principe de précaution ». Ce principe, inscrit dans notre Constitution, n’a rien de scientifique. Un gouvernement qui voudrait l’appliquer pleinement ne devrait pas se borner à abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes. Il lui faudrait fermer toutes les usines non seulement nucléaires mais chimiques, renoncer aux grands projets d’infrastructures, multiplier les conflits avec les agriculteurs et les entrepreneurs à force de réglementations tracassières. Tel n’était pas l’état d’esprit de Monsieur Hulot. Depuis qu’on sait qu’il ne trouvait plus le sommeil, l’opinion s’interrogeait : que cachait depuis six mois ce chantage public et permanent à la démission ? Comment se terminerait ce ballet d’hésitations ? Sur quel grand sujet le ministre choisirait-il de tomber ? 

Depuis quelques jours, on respire : ce n’était que la chasse et la présence d’un « lobbyste » à l’Élysée ! Comme si les politiques ne passaient pas une grande partie de leur temps à écouter – et d’ailleurs à juste titre – les représentants des intérêts particuliers, leur tâche étant de faire prévaloir, in fine, l’intérêt général.
Ainsi, la chasse n’était, pour le ministre, qu’un prétexte. En réalité, Monsieur Hulot gère au plus près son « capital médiatique ». L’écologie politique est un fonds de commerce et la concurrence est rude : même Jean-Luc Mélenchon vient d’annoncer avoir découvert le problème de l’eau : chaude ou froide, il ne précise pas… 

Dans toute cette affaire, je ne vois guère le souci de l’État. Monsieur Hulot donne à Emmanuel Macron un coup dont il se relèvera. En quoi l’avait-il mérité, sinon d’en avoir fait son ministre de l’Écologie ? 

Quelle est, sur le fond, la question qui justifie la décision de Monsieur Hulot ? Je n’en vois qu’une, à vrai dire, c’est la place du nucléaire dans l’approvisionnement énergétique de la France. En démissionnant à la radio, le ministre s’est lâché : il a incriminé le nucléaire, « cette folie inutile, économiquement et techniquement, dans laquelle on s’entête ». 

Nicolas Hulot sait très bien qu’Emmanuel Macron, à juste titre, juge totalement irréaliste l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans l’électricité produite en France en 2025. L’objectif en question a été fixé dans le programme du PS de 2011. C’est François Hollande qui l’a fait passer dans la loi, en 2015. Cet « objectif » est complètement démagogique, purement électoraliste et contraire à l’intérêt du pays. 

Le solaire et l’éolien sont des énergies intermittentes qui rendent nécessaire de maintenir le nucléaire, source permanente, la moins chère et la moins polluante. 

On voit ce que coûte aux Allemands la décision de Madame Merkel, en 2011, de renoncer au nucléaire : ils doivent recourir au charbon et acquitter, s’agissant des particuliers, une facture d’électricité près de deux fois supérieure à celle payée par les ménages français. S’engager dans cette voie serait, de surcroît pour notre pays, un terrible gâchis industriel ! Voit-on que la Chine, l’Inde, la Russie, la Grande-Bretagne, le Japon même après Fukushima, aient renoncé au nucléaire ? 

Tout au contraire ! Rosatom en Russie a un carnet de commande à l’exportation de 33 projets de centrales. Tout cela était à notre portée, si la main de l’État n’avait pas tremblé sous la pression du lobby écologiste. 

Depuis des décennies, notre industrie nucléaire s’étiole. Elle perd ses savoir-faire. Il faut dire que la dernière centrale construite, celle de Civaux a été décidée en 1981 et inaugurée en 1999, il y a vingt ans ! 

Voilà le « mal français » : depuis des décennies nos élites ont fait le choix de laisser s’effilocher le tissu industriel. 

On en voit le résultat : une balance commerciale déficitaire de près de 70 milliards d’euros en 2017 quand l’Allemagne affiche un excédent de 254 milliards ! Comment, dans ces conditions, remettre la France « au centre du jeu européen » ? Notre seul vrai problème est celui de notre compétitivité. Le solde de notre balance commerciale n’a cessé de se dégrader depuis 2003. Le déficit énergétique (38 milliards d’euros en 2017) s’ajoute au déficit manufacturier (plus de 30 milliards). 

Or, l’hostilité viscérale au nucléaire est le noyau, si je puis dire, de l’idéologie des Verts, fondamentalement réactionnaire et technophobe. 

Le choix du nucléaire est un choix de longue portée, une affaire de générations. 

Un rapport commandé par Nicolas Hulot préconise de construire six EPR à partir de 2025 pour une entrée en service en 2035. Le centre d’enfouissement des déchets ultimes de Bure dans la Meuse n’entrera en service que dans la décennie 2040. Or le centre de Bure concentre déjà l’hostilité violente des Verts, à l’échelle européenne ! Et cela ne fait que commencer ! 

L’avenir d’un atout industriel majeur de la France est ainsi l’objet d’un bras de fer entre d’une part une minorité de décideurs qui se refusent à brader l’héritage des générations en même temps que l’avenir du pays, et d’autre part une petite minorité extrémiste (à peine 3% des électeurs) qui entend prendre en otage l’opinion, à travers un système politico-médiatique dont l’indépendance de la France est devenue le cadet des soucis. Sur ce dossier vital, Nicolas Hulot n’avait pas la capacité de trancher en homme d’État. 

Tel est l’éclairage de fond qui donne sens à sa démission : d’un côté les fantasmes d’une idéologie millénariste, de l’autre le souci de maintenir la France dans l’Histoire. Monsieur Hulot a bien raison de dire : « Je ne pouvais plus me mentir ! ». Il y avait, en effet, de quoi perdre le sommeil pour un l’homme d’État qui sans doute sommeillait en lui ! Si cette hypothèse d’une contradiction intenable pour Monsieur Hulot, ministre, s’avérait exacte, alors il faudrait lui dire sincèrement : Bonnes vacances, Monsieur Hulot ! ».



Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Parisien, édition du 2 septembre 2018





Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite à la démission de Nicolas Hulot du gouvernement.




La démission de Nicolas Hulot du gouvernement est la dernière figure d’un ballet d’hésitations contraire aux intérêts de l’Etat et devenu lassant depuis longtemps. La réception des chasseurs à l’Elysée n’est qu’un prétexte. En République, la concertation et l’écoute des intérêts particuliers sont normales avant la décision politique qui doit être guidée par le souci de l’intérêt général. Ce sont les soi-disant écologistes qui depuis trop longtemps se comportent comme un véritable lobby installé au cœur de l’Etat. Ils inspirent en matières énergétique, industrielle et agricole, des politiques qui sapent la compétitivité de la France. Celle-ci est le principal problème que nous avons à résoudre, comme en témoigne le déficit (75 milliards d’euros) de notre balance commerciale. Il est temps de se recentrer sur l’essentiel.
Au-delà de la personne de Hulot, voilà parfaitement résumé notre pb
avatar
magicfly

Messages : 5646
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Diviciac le Mer 7 Nov - 18:02

Quel rapport avec l'UE et la question posée par le texte de 2007,  à part l'auteur ? 
avatar
Diviciac

Messages : 11660
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le très prophétique Chevènement à propos de l'UE en 2007

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum