Juppé fait des économies

Aller en bas

nimporte quoi Juppé fait des économies

Message par dugenou le Jeu 14 Juin - 0:22

L'heure n'est pas aux économies dans notre bonne ville de Bordeaux  Evil or Very Mad

https://www.sudouest.fr/2018/06/06/bordeaux-les-opposants-appellent-a-perturber-l-inauguration-de-la-soucoupe-des-bassins-a-flot-5121275-2780.php

L’Association de défense des intérêts du quartier (Adiq) Bacalan et d’autres se rendront sur le quai Armand-Lalande pour "manifester leur désaccord" face à l’installation de l’œuvre de Suzanne Treisler

C’est jeudi 7 juin, sur les coups de 19 h 15, que "Le Vaisseau spatial" de Suzanne Treister, installé au bassin à flot n°1, quai Armand-Lalande, depuis mardi 29 mai, sera officiellement inauguré. Avant cela, à 18 heures, se tiendra le vernissage d’une exposition consacrée à l’artiste contemporaine londonienne au CAPC musée d’art contemporain.

L’artiste ne sera pas présente


[size=16]Si Suzanne Treister sera présente aux discours prévus au CAPC, elle ne se rendra pas aux Bassins à flot. Contrairement à l’Association de défense des intérêts du quartier (Adiq) Bacalan présidée par Luis Diez, Ay Carmela, l’association mémorielle girondine de descendant.e.s et ami.e.s de l’Espagne républicaine, ainsi que tous ceux qui, [size=16]depuis quatre ans, ont affirmé avec force leur opposition à l’arrivée du vaisseau dans ce quartier de Bordeaux.









[/size][/size]




"Baroud d’honneur"


"On va manifester notre désaccord", explique Luis Diez. Quelque 1 000 tracts baptisés "Le Vaisseau nazi Vril attaque…la mémoire de Bacalan" ont été distribués en ville afin d’inciter les Bordelais à ce joindre à ce mouvement de contestation. Difficile de savoir combien de personnes viendront pour manifester, ni ce qu’il se passera au moment des animations sons et lumières prévues pour l’occasion.
"Tout se fera dans un cadre non violent", insiste Luis Diez, qui parle d’un "baroud d’honneur" des opposants. "Que voulez-vous qu’on fasse de plus ? Maintenant qu’elle (l’œuvre) y est, elle y est. Même si elle est moche, on ne va pas abîmer une œuvre."
Pour rappel, ces associations ne veulent pas de cette soucoupe à cause de son coût (750 000 euros) et surtout parce que, selon eux, "elle fait référence aux idées nazies".
avatar
dugenou

Messages : 1315
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

nimporte quoi Re: Juppé fait des économies

Message par magicfly le Jeu 14 Juin - 7:18

Bordeaux : Suzanne Treister défend son vaisseau spatial

La sculpture de l’artiste londonienne qui doit prendre place aux Bassins à flot est violemment contestée par une association de riverains. Suzanne Treister, qui refuse aujourd’hui de s’exprimer sur le sujet, nous avait accordée un entretien en novembre 2015 sur ce qui s’appelait encore "Vril"

[size=16][size=16]Une association conteste votre projet, et plus particulièrement son nom (« Vril »).Elle y voit un lien entre la théorie Vril et l’Allemagne nazie. Que pensez-vous de ce débat ? Comprenez-vous les interrogations des habitants sur ce sujet toujours sensible ?
Bien sûr, je comprends parfaitement que la Deuxième Guerre Mondiale et l’occupation allemande à Bordeaux sont des sujets sensibles pour les populations locales, comme partout d’ailleurs. Je veux croire que les habitants de Bacalan apprécient qu’une œuvre d’art en commande publique soit implantée dans leur quartier, une zone qui entretient un rapport complexe avec son histoire. J’ai bien conscience que les Français ne sont pas les seuls à avoir souffert sous l’occupation allemande mais que bien d’autres, et notamment les républicains espagnols, ont été contraints de participer à la construction de la base sous-marine. Ils sont nombreux à vivre encore sur place, leurs descendants sont restés eux aussi.[/size][/size]
J’espère sincèrement que les intentions de ce projet pourront être expliquées à chacun, que l’on pourra écarter la crainte qu’il s’agisse là d’un projet ‘nazi’. Ce n’est réellement pas mon intention, et je suis horrifié que l’on puisse l’interpréter de cette manière. Ma propre famille a souffert elle aussi à cette époque, mes grands-parents paternels, des juifs polonais, ont été déportés en camp de concentration, avec d’autres membres de ma famille. Mon père était venu à Paris dans les années 1930. Il avait étudié à l’école de sciences politiques et était ensuite devenu membre de la résistance française à Paris, puis en zone occupée. Ma tante elle aussi était dans le maquis, dans le sud de la France. Par leur action, ils ont aidé à sauver de nombreuses vies.
Le nom Vril, que j’ai utilisé pour l’une des trois parties de mon projet, vient d’un livre qu’on considère comme le tout premier roman de science-fiction, Vril: the Power of the Coming Raceécrit en 1871 par un anglais, Sir Edward Bulwer-Lytton. On retrouve dans ce livre plusieurs des problématiques abordées par mon triptyque. Le roman décrit une société imaginaire rendue possible par la technologie, sous la surface de la terre, dont les habitants possèdent un pouvoir leur permettant de contrôler la matière sous toutes ses formes. C’est une vision, une hypothèse de ce que pourrait être notre avenir, un futur où chacun devrait vivre heureux et en paix, conscient des conséquences de son propre pouvoir.
Il n’y a pas de fondement à la rumeur qui prétend que les nazis auraient utilisé le nom Vril pour un supposé programme spatial au cours de la Deuxième Guerre Mondiale. Il faut éviter tout amalgame entre le concept nazi de race dominante et le sous-titre du livre, ‘the Power of the Coming Race’ (la puissance de la race à venir). On sait aujourd’hui que les nazis ont repris et/ou détourné de nombreuses idées, de nombreuses théories, pour soutenir leur programme de domination mondiale ; ils ont emprunté à la philosophie, à la science, aux technologies, mais aussi à la fiction. Tous ces concepts ne sont pas intrinsèquement nazis. Ce sont des idées fortes, que l’on peut utiliser – et que l’on a utilisé sous différentes formes – pour le bien ou pour la destruction de l’humanité. La médecine, la psychologie, les sciences sociales, la guerre sont autant d’exemples d’application. 
C’est ce qui fait tout le côté stimulant de mon projet. Pourtant, cet aspect peut aussi conduire à des erreurs d’interprétation, à des malentendus, si les gens ne cherchent pas à envisager mes propositions sous tous les angles, dans leur complexité, à comprendre les questionnements que je veux soulever, les responsabilités qui sont les nôtres.
Pourriez-vous nous en dire plus sur la genèse de ce projet, votre réflexion ?
Le projet est un triptyque, la navette spatiale est un élément de trois parties interconnectées. Les deux autres éléments sont ‘Le Puits – Bibliothèque Jacques Ellul’, un mémorial vivant dédié aux travaux du philosophe bordelais, célèbre et influent, mais également très inquiet et critique vis-à-vis de l’avenir des technologies et du rapport que les hommes entretiennent avec elles, et ‘L’Observatoire – Bibliothèque de Science-Fiction’, qui s’appuiera sur un observatoire existant à Floirac pour proposer une librairie de science-fiction, autour du télescope d’origine de l’observatoire.
Les trois volets du projet veulent susciter des questions, des interrogations dans trois perspectives différentes - utopie, contre-utopie et technologie de pointe – en lien avec l’histoire spécifique de Bordeaux et la technicité qui entoure la Garonne, des thématiques qui concernent également l’histoire mondiale dans un sens plus large, des idées, des perspectives pour l’avenir.
Quand on m’a invitée à proposer une œuvre d’art publique pour le projet Garonne, Bordeaux Métropole avait organisé pour les artistes sélectionnés différentes conférences et visites de sites. J’ai pris conscience de la façon dont la ville de Bordeaux devenait de plus en plus dépendante des technologies, technologies traditionnelles mais également technologies de pointe, pour survivre, pour empêcher que la ville ne soit complètement submergée par les eaux ; j’ai compris combien cette menace historique était chaque jour plus prégnante avec la montée des eaux consécutive au changement climatique.
Pendant la promenade en bateau le long de la Garonne, j’ai été surprise de découvrir l’existence des nombreuses épaves de la Deuxième Guerre Mondiale toujours au fond de la Garonne, d’apercevoir par endroits les restes d’un navire crever la surface. On nous a également emmenés voir un bunker allemand près de Soulac. Nous l’avons visité, guidés par le fils d’un de ceux qui ont été contraints de construire ce bunker, et qui a entrepris le travail considérable de le restaurer pour les générations futures. Dans la perspective des questions des lecteurs de Sud-Ouest, il est important de préciser qu’il n’a pas voulu restaurer ce bunker en le considérant comme un bâtiment ‘nazi’, mais bien comme un mémorial, pour que l’on n’oublie pas l’atrocité, pour que le pire ne se reproduise jamais.
Après cette excursion, j’ai ressenti fortement les liens étroits entre la ville et l’histoire de la Deuxième Guerre Mondiale, comme si les souvenirs étaient là, juste sous l’eau, comme les navires de guerre, toujours prêts à refaire surface.
J’ai eu l’idée de sortir une épave de la Garonne pour la transformer en quelque chose d’autre, par une sorte d’alchimie, la transformation d’une matière en une autre, pour incarner le processus physique de transformation à l’œuvre dans la cité. J’ai imaginé qu’un de ces navires de guerre français en décomposition puisse devenir, des décennies après la défaite des Allemands, un vaisseau spatial étincelant. Rien à voir avec le fantasme de puissance et de contrôle d’une guerre nazie. Le renouveau d’un vaisseau spatial français, qui emporterait l’histoire jusqu’à aujourd’hui et vers un avenir hypothétique, tout à la fois un rappel de la guerre et un encouragement à imaginer et construire un avenir différent.
Avec cette soucoupe volante, j’ai voulu créer un mémorial d’un type différent, en quelque sorte tourné vers l’avenir autant que vers le passé, pour inviter les gens à se souvenir mais aussi pour les amener à réfléchir, à questionner les chemins que nous empruntons, à la façon dont nous détruisons peut-être notre planète. Une soucoupe volante, tout droit sortie de l’imaginaire de la science-fiction, manifestation des fantasmes, objet technologique faisant le lien avec toutes les techniques mises en œuvre pour sauver Bordeaux des eaux. Un vaisseau spatial également, symbole exaltant des possibilités de changement, de vitesse et d’espace, de l’immensité de l’univers, des limites infinies, capable d’encourager une réflexion prenant du recul bien au-delà du quotidien. Cela pourrait être une image séduisante pour les adolescents s’interrogeant sur la voie à prendre.
Tout aussi important, l’histoire des concepts de ‘Vril’ et de ‘Puissance Vril’ est également le récit du mal et de la guerre, et ces aspects sont inévitablement incarnés par la sculpture Vril pour rappeler à chacun les conséquences potentiellement désastreuses de la science et des technologies.
Que pensez-vous de Bordeaux, la ville, les gens ?
J’aime Bordeaux. C’est une ville magnifique, un endroit agréable à vivre. Je n’ai rencontré que des gens formidables en travaillant sur le projet ces deux dernières années. Des personnes intelligentes, sensibles, complexes et ambitieuses au meilleur sens du terme. Tous veulent améliorer l’habitat dans leur ville et créer pour l’avenir un environnement positif et stimulant. C’est incroyable qu’on ait demandé à quelqu’un de l’envergure de Catherine David de proposer des artistes pour le projet Garonne. Et Alain Chiaradia, responsable des commandes publiques en matière artistique, possède une réelle connaissance des complexités de l’art contemporain. C’est triste à dire, mais la situation n’est vraiment pas la même au Royaume-Uni.
avatar
magicfly

Messages : 4797
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

nimporte quoi Re: Juppé fait des économies

Message par Horiel le Jeu 14 Juin - 9:49

Ouais, bon, la petite-fille de juifs polonais rendant hommage au nazisme, ce n'est pas très crédible  Rolling Eyes
avatar
Horiel

Messages : 2897
Date d'inscription : 04/03/2018
Localisation : Aquitaine Seconde

Revenir en haut Aller en bas

nimporte quoi Re: Juppé fait des économies

Message par magicfly le Jeu 14 Juin - 10:34

Horiel a écrit:Ouais, bon, la petite-fille de juifs polonais rendant hommage au nazisme, ce n'est pas très crédible  Rolling Eyes
C'est mon avis, mais dugenou a oublié de publier jusqu'au bout.
avatar
magicfly

Messages : 4797
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

nimporte quoi Re: Juppé fait des économies

Message par Nadou le Jeu 14 Juin - 14:17

magicfly a écrit:
Horiel a écrit:Ouais, bon, la petite-fille de juifs polonais rendant hommage au nazisme, ce n'est pas très crédible  Rolling Eyes
C'est mon avis, mais dugenou a oublié de publier jusqu'au bout.
Encore une thèse complotiste ... Rolling Eyes


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 14596
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

nimporte quoi Re: Juppé fait des économies

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum