AN II pour LE PRESIDENT

Aller en bas

AN II pour LE PRESIDENT

Message par frenchy35F le Dim 13 Mai - 10:41

Voici le programme de l'An II, qui s'annonce tout aussi effréné.


[size=42]Réforme de la justice[/size]

Le projet de loi de réforme de la justice, porté par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, a été présenté en Conseil des ministres le 20 avril. Il vise notamment à simplifier les procédures pénale et civile, mais aussi à améliorer l'organisation territoriale et l'efficacité des peines. Objectif : "Rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice."
Le texte prévoit l’instauration de tribunaux criminels départementaux, une juridiction à mi-chemin entre les assises et les tribunaux correctionnels. Points plus polémiques : la fin de l'incarcération automatique pour les peines inférieures à un an, en multipliant les alternatives en milieu ouvert, et surtout la fusion entre les tribunaux d'instance et de grande instance.
Avocats et magistrats ont déjà conduit plusieurs journées de protestation, dont des journées "justice morte" : pour l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), cette fusion conduirait en effet à la suppression de plus de 300 tribunaux d'instance, vus comme des lieux de "justice de proximité".

Pourquoi les avocats sont vent debout contre la réforme de la justice

La direction de l'administration pénitentiaire a récemment annoncé un nouveau record du nombre de détenus dans les prisons françaises, avec 70.367 personnes incarcérées au 1er avril. Le taux d'occupation atteint en moyenne 118% dans les prisons, et grimpe à 143% dans les maisons d'arrêt.

[size=42]Réforme constitutionnelle[/size]

Peut-être la principale difficulté politique de cette seconde année : pour modifier la Constitution, Emmanuel Macron devra non seulement convaincre mais surtout réunir 60% des suffrages des parlementaires réunis en congrès. Et la droite, majoritaire au Sénat, entend déjà lui mettre des bâtons dans les roues : le gouvernement souhaite en effet introduire une dose de 15% de proportionnelle pour les élections législatives, mais aussi baisser de près de 30% le nombre de députés et sénateurs.
Ce qui signifie qu'à partir de 2022, les deux assemblées compteront 244 sénateurs et 404 députés, contre 577 et 348 actuellement : une mesure plutôt populaire dans l'opinion... Mais qui ne convient pas du tout à la droite pour qui une baisse de cette ampleur "sacrifierait les territoires les plus fragiles". Autre sujet sensible : la limitation à trois mandats maximum dans le temps (pour les communes de plus de 9.000 habitants), également rejetée par la droite.

Nombre de députés, cumul des mandats, Corse... Le gouvernement dévoile sa réforme des institutions

Le texte, qui prévoit aussi une référence explicite à la Corse, doit être présenté, en deux fois, en Conseil des ministres au mois de mai, avec une adoption définitive à l'horizon 2019.

[size=42]Unification des systèmes de retraites[/size]

Attention secousses. Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye travaille à remettre à plat les 37 systèmes de retraites français, pour une réforme "éminemment politique" censée être adoptée d'ici à l'été 2019. Dans le collimateur : tous les régimes spéciaux, notamment ceux des fonctionnaires.

Réforme des retraites : un calendrier et des chausse-trappes

Le sujet est extrêmement sensible et le gouvernement veut se laisser le temps. La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a d'ores et déjà prévenu qu'elle ne voulait pas "se laisser enfermer dans un calendrier". La réforme des retraites devrait être débattue au Parlement "au cours du premier semestre 2019", a néanmoins rappelé Jean-Paul Delevoye, pour qui "le calendrier de cette réforme nous permet de profiter de toute l'année 2018 pour discuter, dialoguer".

[size=42]Plan de départs dans la fonction publique[/size]

L'annonce avait pris les fonctionnaires de court, début février. Gérald Darmanin et Edouard Philippe annonçaient un vaste plan de départs volontaires dans la fonction publique, dans le cadre de l'objectif présidentiel de suppression de 120.000 postes. Une "grande concertation" va courir sur toute l'année 2018 entre le gouvernement et les syndicats de fonctionnaires. Le texte, lui, doit être présenté début 2019.

Réforme de la fonction publique : "On est loin d'un big bang"

L'exécutif souhaite étendre "largement" le recours aux contractuels ne bénéficiant pas de l'emploi à vie et développer davantage la rémunération au "mérite". Outre ces deux dossiers traditionnellement sensibles, la discussion doit également porter sur deux autres chantiers délicats : la simplification des instances représentatives du personnel et l'accompagnement des départs ou des reconversions dans la fonction publique. 

[size=42]PMA, GPA, fin de vie... l'explosive future loi bioéthique[/size]

Les Etats généraux de la bioéthique, ouverts en janvier, se tiennent jusqu'au mois de juillet : cette vaste concertation nationale de citoyens et d'experts doit nourrir un projet de loi bioéthique qui sera déposé à l'automne. PMA pour toutes, fin de vie, données de santé, intelligence artificielle, autant de sujets brûlants qui pourraient susciter bien des réticences chez les conservateurs (Manif pour tous et Conférence des évêques en tête) et les data-sceptiques.

René Frydman : "La GPA éthique n'existe pas, ou de façon exceptionnelle"

L'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA, ou AMP) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, à laquelle est favorable Emmanuel Macron, figure en bonne place dans les discussions. Dans "le Monde" en janvier, 110 personnalités ont par ailleurs réclamé une "réforme urgente" des lois concernant la gestation pour autrui (GPA).

[size=42]Prélèvement à la source[/size]

Elle est donc cette fois en route : la retenue à la source va devenir "une réalité" dès le 1er janvier 2019, et le taux de prélèvement de 37 millions de foyers fiscaux sera calculé, chaque mois, sur la base de leur revenu de référence. Les couples qui le souhaitent pourront opter pour des taux individualisés pour éviter que les deux conjoints ne soient prélevés au même taux, quel que soit leur salaire.
Pour des raisons de confidentialité, les contribuables qui le souhaitent auront en outre la possibilité de demander l'application d'un "taux neutre". Leur taux de prélèvement réel ne sera alors pas connu de leur employeur, mais ils devront régulariser chaque année leur situation auprès du fisc. Autant de dispositifs qui complexifient la réforme, et suscitent de fortes réticences chez les chefs d'entreprise. Faisant part de sa forte inquiétude, le président du Medef Pierre Gattaz, a demandé un moratoire d'un an

La réforme du prélèvement à la source est lancée : ce qui va changer

"Je comprends les interrogations" mais "de temps en temps, c'est bien de penser aux salariés", juge le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, vantant "une mesure de simplification pour les Français" : près de "98% des foyers fiscaux voient leurs revenus changer d'une année sur l'autre", or "le décalage d'un an entre les revenus et le paiement des impôts peut poser de nombreuses difficultés".
Reste à savoir comment les Français encaisseront le choc psychologique de voir leur fiche de paie amputée chaque mois...

[size=42]Les autres mesures attendues[/size]


  • La taxe d'habitation va diminuer d'un tiers dès l'automne 2018, pour 80% des ménages. Elle diminuera d'un second tiers en 2019, avant de disparaître, pour tout le monde, en 2020.

  • Emmanuel Macron a annoncé au magazine "Forbes" sa volonté desupprimer l'"Exit Tax" pour les contribuables partant à l'étranger, suscitant une salve de critiques contre sa politique fiscale déjà accusée de favoriser les très riches. "Les gens sont libres d'investir comme ils le souhaitent", argue Macron, qui dresse un parallèle avec la relation de couple : "Je suis favorable à l'idée de pouvoir se marier librement et de divorcer librement."

  • L'Allocation adulte handicapé (AAH) sera revalorisée de 90 euros par mois, passant de 810 à 860 euros en novembre 2018, puis à 900 euros en novembre 2019.

  • Le CICE sera définitivement transformé en allègements de cotisations sociales pour les entreprises, début 2019.

  • Le nombre d'élèves par classe sera passé à 12 dans 2.500 classes de CP dans les réseaux prioritaires REP+, à la rentrée 2018. La mesure doit être étendue aux CP et aux classes de CE1 en REP.

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


VOILA ENCORE UNE BONNE ANNEE POUR FAIRE DES DEBATS...PAS DES PUBS NI AUTRE CHOSE....


La critique sans bonté trouble le goût et empoisonne les saveurs - Joseph Joubert
avatar
frenchy35F

Messages : 1966
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par magicfly le Dim 13 Mai - 11:46

frenchy35F a écrit:Voici le programme de l'An II, qui s'annonce tout aussi effréné.



Réforme de la justice



Le projet de loi de réforme de la justice, porté par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, a été présenté en Conseil des ministres le 20 avril. Il vise notamment à simplifier les procédures pénale et civile, mais aussi à améliorer l'organisation territoriale et l'efficacité des peines. Objectif : "Rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice."
Le texte prévoit l’instauration de tribunaux criminels départementaux, une juridiction à mi-chemin entre les assises et les tribunaux correctionnels. Points plus polémiques : la fin de l'incarcération automatique pour les peines inférieures à un an, en multipliant les alternatives en milieu ouvert, et surtout la fusion entre les tribunaux d'instance et de grande instance.
Avocats et magistrats ont déjà conduit plusieurs journées de protestation, dont des journées "justice morte" : pour l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), cette fusion conduirait en effet à la suppression de plus de 300 tribunaux d'instance, vus comme des lieux de "justice de proximité".

Pourquoi les avocats sont vent debout contre la réforme de la justice

La direction de l'administration pénitentiaire a récemment annoncé un nouveau record du nombre de détenus dans les prisons françaises, avec 70.367 personnes incarcérées au 1er avril. Le taux d'occupation atteint en moyenne 118% dans les prisons, et grimpe à 143% dans les maisons d'arrêt.

Réforme constitutionnelle



Peut-être la principale difficulté politique de cette seconde année : pour modifier la Constitution, Emmanuel Macron devra non seulement convaincre mais surtout réunir 60% des suffrages des parlementaires réunis en congrès. Et la droite, majoritaire au Sénat, entend déjà lui mettre des bâtons dans les roues : le gouvernement souhaite en effet introduire une dose de 15% de proportionnelle pour les élections législatives, mais aussi baisser de près de 30% le nombre de députés et sénateurs.
Ce qui signifie qu'à partir de 2022, les deux assemblées compteront 244 sénateurs et 404 députés, contre 577 et 348 actuellement : une mesure plutôt populaire dans l'opinion... Mais qui ne convient pas du tout à la droite pour qui une baisse de cette ampleur "sacrifierait les territoires les plus fragiles". Autre sujet sensible : la limitation à trois mandats maximum dans le temps (pour les communes de plus de 9.000 habitants), également rejetée par la droite.

Nombre de députés, cumul des mandats, Corse... Le gouvernement dévoile sa réforme des institutions

Le texte, qui prévoit aussi une référence explicite à la Corse, doit être présenté, en deux fois, en Conseil des ministres au mois de mai, avec une adoption définitive à l'horizon 2019.

Unification des systèmes de retraites



Attention secousses. Le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye travaille à remettre à plat les 37 systèmes de retraites français, pour une réforme "éminemment politique" censée être adoptée d'ici à l'été 2019. Dans le collimateur : tous les régimes spéciaux, notamment ceux des fonctionnaires.

Réforme des retraites : un calendrier et des chausse-trappes

Le sujet est extrêmement sensible et le gouvernement veut se laisser le temps. La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a d'ores et déjà prévenu qu'elle ne voulait pas "se laisser enfermer dans un calendrier". La réforme des retraites devrait être débattue au Parlement "au cours du premier semestre 2019", a néanmoins rappelé Jean-Paul Delevoye, pour qui "le calendrier de cette réforme nous permet de profiter de toute l'année 2018 pour discuter, dialoguer".

Plan de départs dans la fonction publique



L'annonce avait pris les fonctionnaires de court, début février. Gérald Darmanin et Edouard Philippe annonçaient un vaste plan de départs volontaires dans la fonction publique, dans le cadre de l'objectif présidentiel de suppression de 120.000 postes. Une "grande concertation" va courir sur toute l'année 2018 entre le gouvernement et les syndicats de fonctionnaires. Le texte, lui, doit être présenté début 2019.

Réforme de la fonction publique : "On est loin d'un big bang"

L'exécutif souhaite étendre "largement" le recours aux contractuels ne bénéficiant pas de l'emploi à vie et développer davantage la rémunération au "mérite". Outre ces deux dossiers traditionnellement sensibles, la discussion doit également porter sur deux autres chantiers délicats : la simplification des instances représentatives du personnel et l'accompagnement des départs ou des reconversions dans la fonction publique. 

PMA, GPA, fin de vie... l'explosive future loi bioéthique



Les Etats généraux de la bioéthique, ouverts en janvier, se tiennent jusqu'au mois de juillet : cette vaste concertation nationale de citoyens et d'experts doit nourrir un projet de loi bioéthique qui sera déposé à l'automne. PMA pour toutes, fin de vie, données de santé, intelligence artificielle, autant de sujets brûlants qui pourraient susciter bien des réticences chez les conservateurs (Manif pour tous et Conférence des évêques en tête) et les data-sceptiques.

René Frydman : "La GPA éthique n'existe pas, ou de façon exceptionnelle"

L'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA, ou AMP) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, à laquelle est favorable Emmanuel Macron, figure en bonne place dans les discussions. Dans "le Monde" en janvier, 110 personnalités ont par ailleurs réclamé une "réforme urgente" des lois concernant la gestation pour autrui (GPA).

Prélèvement à la source



Elle est donc cette fois en route : la retenue à la source va devenir "une réalité" dès le 1er janvier 2019, et le taux de prélèvement de 37 millions de foyers fiscaux sera calculé, chaque mois, sur la base de leur revenu de référence. Les couples qui le souhaitent pourront opter pour des taux individualisés pour éviter que les deux conjoints ne soient prélevés au même taux, quel que soit leur salaire.
Pour des raisons de confidentialité, les contribuables qui le souhaitent auront en outre la possibilité de demander l'application d'un "taux neutre". Leur taux de prélèvement réel ne sera alors pas connu de leur employeur, mais ils devront régulariser chaque année leur situation auprès du fisc. Autant de dispositifs qui complexifient la réforme, et suscitent de fortes réticences chez les chefs d'entreprise. Faisant part de sa forte inquiétude, le président du Medef Pierre Gattaz, a demandé un moratoire d'un an

La réforme du prélèvement à la source est lancée : ce qui va changer

"Je comprends les interrogations" mais "de temps en temps, c'est bien de penser aux salariés", juge le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, vantant "une mesure de simplification pour les Français" : près de "98% des foyers fiscaux voient leurs revenus changer d'une année sur l'autre", or "le décalage d'un an entre les revenus et le paiement des impôts peut poser de nombreuses difficultés".
Reste à savoir comment les Français encaisseront le choc psychologique de voir leur fiche de paie amputée chaque mois...

Les autres mesures attendues




  • La taxe d'habitation va diminuer d'un tiers dès l'automne 2018, pour 80% des ménages. Elle diminuera d'un second tiers en 2019, avant de disparaître, pour tout le monde, en 2020.

  • Emmanuel Macron a annoncé au magazine "Forbes" sa volonté desupprimer l'"Exit Tax" pour les contribuables partant à l'étranger, suscitant une salve de critiques contre sa politique fiscale déjà accusée de favoriser les très riches. "Les gens sont libres d'investir comme ils le souhaitent", argue Macron, qui dresse un parallèle avec la relation de couple : "Je suis favorable à l'idée de pouvoir se marier librement et de divorcer librement."

  • L'Allocation adulte handicapé (AAH) sera revalorisée de 90 euros par mois, passant de 810 à 860 euros en novembre 2018, puis à 900 euros en novembre 2019.

  • Le CICE sera définitivement transformé en allègements de cotisations sociales pour les entreprises, début 2019.

  • Le nombre d'élèves par classe sera passé à 12 dans 2.500 classes de CP dans les réseaux prioritaires REP+, à la rentrée 2018. La mesure doit être étendue aux CP et aux classes de CE1 en REP.

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


VOILA ENCORE UNE BONNE ANNEE POUR FAIRE DES DEBATS...PAS DES PUBS NI AUTRE CHOSE....
A part le prélèvement à la source qui est une connerie dont on aurait pu se passer, le reste me convient.
avatar
magicfly

Messages : 4196
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par magicfly le Dim 13 Mai - 13:31

J'en connais qui n'ont pas fini de trépigner en L'an II Very Happy
avatar
magicfly

Messages : 4196
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par Diviciac le Dim 13 Mai - 13:37

magicfly a écrit:J'en connais qui n'ont pas fini de trépigner en L'an II Very Happy

"Ô soldats de l'an II, ô guerres épopées
Contre les rois tirant ensemble leurs épées
Prussiens, Autrichiens,
Contre toutes les Tyr et toutes les Sodome ...


A défaut de mai 68,  on peut vous faire Valmy. Very Happy
avatar
Diviciac

Messages : 6332
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par magicfly le Dim 13 Mai - 13:46

Diviciac a écrit:
magicfly a écrit:J'en connais qui n'ont pas fini de trépigner en L'an II Very Happy

"Ô soldats de l'an II, ô guerres épopées
Contre les rois tirant ensemble leurs épées
Prussiens, Autrichiens,
Contre toutes les Tyr et toutes les Sodome ...


A défaut de mai 68,  on peut vous faire Valmy. Very Happy
Je crains fort que tes voeux ne soient pas exaucés. Very Happy
avatar
magicfly

Messages : 4196
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par frenchy35F le Dim 13 Mai - 22:39

ALORS ON LA MODIFIE CETTE CONSTITUTION OU PAS  ??? MOI JE SUIS POUR...


La critique sans bonté trouble le goût et empoisonne les saveurs - Joseph Joubert
avatar
frenchy35F

Messages : 1966
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par Diviciac le Dim 13 Mai - 23:44

magicfly a écrit:
Diviciac a écrit:

"Ô soldats de l'an II, ô guerres épopées
Contre les rois tirant ensemble leurs épées
Prussiens, Autrichiens,
Contre toutes les Tyr et toutes les Sodome ...


A défaut de mai 68,  on peut vous faire Valmy. Very Happy
Je crains fort que tes voeux ne soient pas exaucés. Very Happy

En tout cas à moi qui, contrairement à Macron, crois qu'il existe une culture française, il me restera Hugo.


Eux, dans l'emportement de leurs luttes épiques,
Ivres, ils savouraient tous les bruits héroïques,
Le fer heurtant le fer,
La Marseillaise ailée et volant dans les balles,
Les tambours, les obus, les bombes, les cymbales,
Et ton rire, ô Kléber !

La Révolution leur criait : - Volontaires,
Mourez pour délivrer tous les peuples vos frères ! -
Contents, ils disaient oui.
- Allez, mes vieux soldats, mes généraux imberbes !
Et l'on voyait marcher ces va-nu-pieds superbes
Sur le monde ébloui !

La tristesse et la peur leur étaient inconnues.
Ils eussent, sans nul doute, escaladé les nues
Si ces audacieux,
En retournant les yeux dans leur course olympique,
Avaient vu derrière eux la grande République
Montrant du doigt les cieux ! ...

Une république fondée sur ces valeurs et qui a cette histoire ne peut pas devenir une vulgaire start-up entre les mains pataudes et cupides d'un trader à la petite semaine élu produit de l'année par la pub grâce aux banquiers dont il est le VRP !
Ce n'est pas possible !

avatar
Diviciac

Messages : 6332
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par magicfly le Lun 14 Mai - 7:43

Diviciac a écrit:
magicfly a écrit:
Je crains fort que tes voeux ne soient pas exaucés. Very Happy

En tout cas à moi qui, contrairement à Macron, crois qu'il existe une culture française, il me restera Hugo.


Eux, dans l'emportement de leurs luttes épiques,
Ivres, ils savouraient tous les bruits héroïques,
Le fer heurtant le fer,
La Marseillaise ailée et volant dans les balles,
Les tambours, les obus, les bombes, les cymbales,
Et ton rire, ô Kléber !

La Révolution leur criait : - Volontaires,
Mourez pour délivrer tous les peuples vos frères ! -
Contents, ils disaient oui.
- Allez, mes vieux soldats, mes généraux imberbes !
Et l'on voyait marcher ces va-nu-pieds superbes
Sur le monde ébloui !

La tristesse et la peur leur étaient inconnues.
Ils eussent, sans nul doute, escaladé les nues
Si ces audacieux,
En retournant les yeux dans leur course olympique,
Avaient vu derrière eux la grande République
Montrant du doigt les cieux ! ...

Une république fondée sur ces valeurs et qui a cette histoire ne peut pas devenir une vulgaire start-up entre les mains pataudes et cupides d'un trader à la petite semaine élu produit de l'année par la pub grâce aux banquiers dont il est le VRP !
Ce n'est pas possible !

Ô combien de soumis, combien de merluches. Qui sont partis joyeux pour des urnes lointaines, Dans ce morne horizon se sont évanouis ! Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Gauchon Nox
avatar
magicfly

Messages : 4196
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par Diviciac le Lun 14 Mai - 8:53

magicfly a écrit:
Diviciac a écrit:

En tout cas à moi qui, contrairement à Macron, crois qu'il existe une culture française, il me restera Hugo.


Eux, dans l'emportement de leurs luttes épiques,
Ivres, ils savouraient tous les bruits héroïques,
Le fer heurtant le fer,
La Marseillaise ailée et volant dans les balles,
Les tambours, les obus, les bombes, les cymbales,
Et ton rire, ô Kléber !

La Révolution leur criait : - Volontaires,
Mourez pour délivrer tous les peuples vos frères ! -
Contents, ils disaient oui.
- Allez, mes vieux soldats, mes généraux imberbes !
Et l'on voyait marcher ces va-nu-pieds superbes
Sur le monde ébloui !

La tristesse et la peur leur étaient inconnues.
Ils eussent, sans nul doute, escaladé les nues
Si ces audacieux,
En retournant les yeux dans leur course olympique,
Avaient vu derrière eux la grande République
Montrant du doigt les cieux ! ...

Une république fondée sur ces valeurs et qui a cette histoire ne peut pas devenir une vulgaire start-up entre les mains pataudes et cupides d'un trader à la petite semaine élu produit de l'année par la pub grâce aux banquiers dont il est le VRP !
Ce n'est pas possible !

Ô combien de soumis, combien de merluches. Qui sont partis joyeux pour des urnes lointaines, Dans ce morne horizon se sont évanouis ! Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Gauchon Nox
Pff ça ne rime pas... 


Lorsque avec les gauchistes qu'il prenait pour des bêtes
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Tiote eut quitté déçu la gauche et ses combats
Comme le scrutin venait son gourou arriva
Là, devant la télé et surtout BFM;
Avec Nadou et Snake  ils dirent "c'est lui qu'on aime"
Trahissons nos idées et les amis votons
Pour le joli banquier qui s'appelle Macron.


Mais je suis sûr que leur conscience ne les laisse pas en en paix: même dans la plus grande obscurité,  l’œil du reproche les regarde. Leur sommeil n'est pas tranquille quand les fusillés de la commune , Jaurès et leurs ancêtres de gauche leur disent "Traitres, qu'avez-vous fait ? "



avatar
Diviciac

Messages : 6332
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: AN II pour LE PRESIDENT

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum