Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en ...
Voir le deal

Lettre à Macron de Serge Raffy

Aller en bas

Lettre à Macron de Serge Raffy  Empty Lettre à Macron de Serge Raffy

Message par Diviciac Jeu 6 Jan - 0:06

Monsieur le président, vous voilà revenu à votre rôle de prédilection, celui de l’acteur qui prend toute la lumière, bousculant les codes de bonne conduite d’un chef d’Etat, affolant l’opposition, plongeant tête baissée dans le piège que vous lui avez tendu. Ah, cette nouvelle mission que vous vous fixez, celle d’emmerder les non-vaccinés, que de réactions outrées, que d’indignations dignes d’une pièce de théâtre de boulevard ! Tous ont foncé dans le chiffon rouge que vous avez agité. Dans ce contexte du chamboule-tout, du retour d’un virus qui vous frappe personnellement, appelons-le la « sarkozite aiguë », permettez-moi, de vous adresser ces quelques mots.
Que dire, monsieur le président, derrière ce capharnaüm politique que vous avez sciemment déclenché ? Que votre formule a fait mouche. Elle a tapé dans le mille. Vous auriez pu choisir une expression plus consensuelle, certains diront plus présidentielle, comme « faire pression sur », ou « imposer une contrainte douce », ou « pousser les récalcitrants » à rejoindre les rangs de l’immense majorité des Français. Vous avez choisi la méthode trumpienne de la mise à l’index de ces rebelles impénitents, « ces irresponsables » qui ne seraient « plus citoyens », une catégorie de Français coupables de la submersion des chambres de réanimation, et donc de tous les maux. Depuis quelques semaines, vous entendiez la colère des soignants, exaspérés par l’arrivée massive de non-vaccinés, de huit à neuf sur dix, selon les jours, prenant d’assaut les lits des services d’urgence. Vous les observiez sur les chaînes d’information, ces praticiens au bout du rouleau, accusant les « non vax » de mettre en danger la « vie des autres », osant parler d’irresponsabilité. Vous avez surfé sur cette vague de détresse médicale, persuadé que les Français vous sauront gré d’avoir tout fait pour les protéger.

[size=36]Est-ce bien raisonnable ?[/size]

Dans le climat actuel de désarroi et de grande fatigue morale du pays, vous avez donc joué le lanceur d’alerte, en bon Capitaine Fracasse, persuadé que les « non vax » étaient une catégorie électorale perdue pour vous, pour l’élection d’avril prochain. Vous les avez donc collés au mur, sans la moindre hésitation, les transformant à dessein en « émeutiers sanitaires », en défenseurs d’une liberté égotique et paranoïde. Vous auriez pu citer Karl Marx, pour qui « la liberté est la conscience des nécessités », ou bien Rosa Luxembourg, qui précisait que « la liberté, c’est toujours la liberté de l’autre ». Vous auriez pu philosopher, donc, faire des pirouettes, vilipender les outlaws depuis les sommets, tel saint Louis sous son chêne. Vous avez choisi de descendre dans l’arène présidentielle, celle des punchlines et des phrases qui sentent la poudre. En d’autres termes, vous êtes parti au combat, sabre au clair, dans une forme de déclaration de candidature à peine subliminale, convaincu que la campagne électorale sera féroce, brutale, voire sale et peu ragoûtante. Vous avez donc pris l’option de vous salir les mains, de montrer vos muscles.
Mais est-ce bien raisonnable pour un président provisoire de l’Europe, qui a tant à faire avant d’entrer dans la mêlée de la présidentielle ? En deux mots, alors que votre cause est juste, vous vous êtes transformé en petit procureur. A ce jeu, Eric Zemmour et Marine Le Pen pourraient presque passer pour des centristes modérés. Monsieur le président, vous vous êtes mis dans la position du « fouteur de m… », avec une forme de désinvolture étonnante pour un homme qui disait encore, quelques semaines auparavant, qu’il ne voulait plus utiliser des mots qui blessent. Vos équipes vont mesurer très vite les effets sur les sondages de votre sortie intempestive. A quel pourcentage mesureront-elles que vous avez réussi votre coup ?
Avec tout mon respect de citoyen survacciné.
Diviciac
Diviciac

Messages : 38968
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Lettre à Macron de Serge Raffy  Empty Re: Lettre à Macron de Serge Raffy

Message par Invité Jeu 6 Jan - 8:03

Pécresse surenchérit avec la formule "Karcher" De Sarkozy ! Quel cirque !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettre à Macron de Serge Raffy  Empty Re: Lettre à Macron de Serge Raffy

Message par Forcheville Jeu 6 Jan - 9:17

Excellent Serge Raffy, sa biographie de Castro, « Castro, l’infidèle » se lit comme un roman policier sur une trame historique un peu dans le genre Druon, passionnant.


 Messieurs! ce sabre est le plus beau jour de ma vie.
Forcheville
Forcheville

Messages : 1742
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Lettre à Macron de Serge Raffy  Empty Re: Lettre à Macron de Serge Raffy

Message par CriCri Jeu 6 Jan - 9:46

Diviciac a écrit:Monsieur le président, vous voilà revenu à votre rôle de prédilection, celui de l’acteur qui prend toute la lumière, bousculant les codes de bonne conduite d’un chef d’Etat, affolant l’opposition, plongeant tête baissée dans le piège que vous lui avez tendu. Ah, cette nouvelle mission que vous vous fixez, celle d’emmerder les non-vaccinés, que de réactions outrées, que d’indignations dignes d’une pièce de théâtre de boulevard ! Tous ont foncé dans le chiffon rouge que vous avez agité. Dans ce contexte du chamboule-tout, du retour d’un virus qui vous frappe personnellement, appelons-le la « sarkozite aiguë », permettez-moi, de vous adresser ces quelques mots.
Que dire, monsieur le président, derrière ce capharnaüm politique que vous avez sciemment déclenché ? Que votre formule a fait mouche. Elle a tapé dans le mille. Vous auriez pu choisir une expression plus consensuelle, certains diront plus présidentielle, comme « faire pression sur », ou « imposer une contrainte douce », ou « pousser les récalcitrants » à rejoindre les rangs de l’immense majorité des Français. Vous avez choisi la méthode trumpienne de la mise à l’index de ces rebelles impénitents, « ces irresponsables » qui ne seraient « plus citoyens », une catégorie de Français coupables de la submersion des chambres de réanimation, et donc de tous les maux. Depuis quelques semaines, vous entendiez la colère des soignants, exaspérés par l’arrivée massive de non-vaccinés, de huit à neuf sur dix, selon les jours, prenant d’assaut les lits des services d’urgence. Vous les observiez sur les chaînes d’information, ces praticiens au bout du rouleau, accusant les « non vax » de mettre en danger la « vie des autres », osant parler d’irresponsabilité. Vous avez surfé sur cette vague de détresse médicale, persuadé que les Français vous sauront gré d’avoir tout fait pour les protéger.

[size=36]Est-ce bien raisonnable ?[/size]



Dans le climat actuel de désarroi et de grande fatigue morale du pays, vous avez donc joué le lanceur d’alerte, en bon Capitaine Fracasse, persuadé que les « non vax » étaient une catégorie électorale perdue pour vous, pour l’élection d’avril prochain. Vous les avez donc collés au mur, sans la moindre hésitation, les transformant à dessein en « émeutiers sanitaires », en défenseurs d’une liberté égotique et paranoïde. Vous auriez pu citer Karl Marx, pour qui « la liberté est la conscience des nécessités », ou bien Rosa Luxembourg, qui précisait que « la liberté, c’est toujours la liberté de l’autre ». Vous auriez pu philosopher, donc, faire des pirouettes, vilipender les outlaws depuis les sommets, tel saint Louis sous son chêne. Vous avez choisi de descendre dans l’arène présidentielle, celle des punchlines et des phrases qui sentent la poudre. En d’autres termes, vous êtes parti au combat, sabre au clair, dans une forme de déclaration de candidature à peine subliminale, convaincu que la campagne électorale sera féroce, brutale, voire sale et peu ragoûtante. Vous avez donc pris l’option de vous salir les mains, de montrer vos muscles.
Mais est-ce bien raisonnable pour un président provisoire de l’Europe, qui a tant à faire avant d’entrer dans la mêlée de la présidentielle ? En deux mots, alors que votre cause est juste, vous vous êtes transformé en petit procureur. A ce jeu, Eric Zemmour et Marine Le Pen pourraient presque passer pour des centristes modérés. Monsieur le président, vous vous êtes mis dans la position du « fouteur de m… », avec une forme de désinvolture étonnante pour un homme qui disait encore, quelques semaines auparavant, qu’il ne voulait plus utiliser des mots qui blessent. Vos équipes vont mesurer très vite les effets sur les sondages de votre sortie intempestive. A quel pourcentage mesureront-elles que vous avez réussi votre coup ?
Avec tout mon respect de citoyen survacciné.
Toujours lu avec intérêt Raffy !    leve pouce
CriCri
CriCri

Messages : 619
Date d'inscription : 03/03/2021
Localisation : Auvergne Sancy Artense

Revenir en haut Aller en bas

Lettre à Macron de Serge Raffy  Empty Re: Lettre à Macron de Serge Raffy

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum