Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

L'après Samuel Paty

Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty L'après Samuel Paty

Message par Forcheville Dim 7 Fév - 23:19

BFM:
-Quelle est la situation dans l'enseignement après l'assassinat de  Samuel Paty il y a 4 mois ?
 Didier Lemaire
 -l'action du Président de la République a totalement échoué( il avait écrit une lettre à Macron après avoir subi des menaces sur les réseaux sociaux)
BFM
-que pensez-vous de la loi sur le "séparatisme" ?
Didier Lemaire
- un hochet en vue des présidentielles

Le professeur de philosophie de Trappes a l'intention de changer de métier

Moralité: on continue à "mettre la poussière sous le tapis" et à "ne pas faire de vagues"
Et Darmanin à faire des moulinets.
Forcheville
Forcheville

Messages : 408
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Le K Keltys Lun 8 Fév - 19:54

Je suis plutôt optimiste dans la vie mais la lutte contre le terrorisme religieux en France est perdue d'autant plus que ces terroristes sont soutenus par une grande partie de la gauche . 

Le K Keltys

Messages : 282
Date d'inscription : 23/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Forcheville Lun 8 Fév - 20:28

Le K Keltys a écrit:Je suis plutôt optimiste dans la vie mais la lutte contre le terrorisme religieux en France est perdue d'autant plus que ces terroristes sont soutenus par une grande partie de la gauche . 

Et que ça ne mobilise apparemment pas les foules.
En attendant la mosquée de Pantin qui devait être fermée 6 mois est déjà réouverte.
Une tête dans la rigole, le tarif c'est pas plus de 3 mois.
https://www.europe1.fr/societe/apres-seulement-trois-mois-de-fermeture-la-mosquee-de-pantin-autorisee-a-rouvrir-4022987
Forcheville
Forcheville

Messages : 408
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par ledevois Lun 8 Fév - 20:40

Forcheville a écrit:
Le K Keltys a écrit:Je suis plutôt optimiste dans la vie mais la lutte contre le terrorisme religieux en France est perdue d'autant plus que ces terroristes sont soutenus par une grande partie de la gauche . 

Et que ça ne mobilise apparemment pas les foules.
En attendant la mosquée de Pantin qui devait être fermée 6 mois est déjà réouverte.
Une tête dans la rigole, le tarif c'est pas plus de 3 mois.
https://www.europe1.fr/societe/apres-seulement-trois-mois-de-fermeture-la-mosquee-de-pantin-autorisee-a-rouvrir-4022987

 C'est l'impunité continuelle en France , même pour des cas grave qui mette en danger la démocratie et notre façon de vivre --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18539
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Invité Mar 9 Fév - 9:59

Macron veut que la langue arabe soit enseignée dans les lycées
Mais il n'y a pas assez de profs
Je dis tant mieux
qu'on commence d'abord à apprendre aux élèves à écrire correctement la langue française sans fautes d'orthographe

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par ledevois Mar 9 Fév - 10:06

marinella a écrit:Macron veut que la langue arabe soit enseignée dans les lycées
Mais il n'y a pas assez de profs
Je dis tant mieux
qu'on commence d'abord à apprendre aux élèves à écrire correctement la langue française sans fautes d'orthographe

 Apprendre l'Arabe pour ceux qui le désirent est tout à fait normal  , -- c'est quand même socialiste cette idée -- De toute façon je ne sais pas si c'est nécessaire --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18539
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Nestor Mar 9 Fév - 13:11

Plus que necessaire Ledevois , ce sera bientôt indispensable   silent
Nestor
Nestor

Messages : 916
Date d'inscription : 21/05/2020

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par ledevois Mar 9 Fév - 13:52

Nestor a écrit:Plus que necessaire Ledevois , ce sera bientôt indispensable   silent

 Tout dépend comme tu vois les choses -- 


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 18539
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Invité Mer 10 Fév - 14:35

Je vous en remets une couche


Trappes : le cri désespéré du professeur Lemaire

L’enseignant en philosophie menacé par les islamistes veut « exhorter les politiques à agir » contre les « pourvoyeurs de haine ». Rencontre.



Par Nadjet Cherigui
Publié le 10/02/2021 à 10h00 - Modifié le 10/02/2021 à 13h10

[size=40]En ce lundi 8 février particulièrement gris et glacial, il aurait dû prendre le chemin du lycée de la Plaine-de-Neauphle, à Trappes (Yvelines), où il enseigne la philosophie depuis vingt ans. Mais, aujourd'hui, il a laissé son cartable à la maison ; il n'a pas eu besoin de l'escorte policière armée qui sécurise désormais ses déplacements de son domicile jusqu'à son lieu de travail, depuis le mois de novembre 2020. Didier Lemaire a dû se résigner à « sécher » les cours et l'atelier de poésie programmé de longue date avec ses élèves. Il est convoqué par les services du rectorat de Versailles, dont il dépend, pour discuter de sa situation et de son éventuelle exfiltration de l'établissement et de la ville, afin de garantir sa sécurité.
La vie de ce professeur de philosophie tranquille et sans histoires s'est compliquée il y a quelques mois. Il a raconté dans La Communauté (Albin Michel), le livre de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, journalistes au Monde , la progression du phénomène d'emprise islamiste dans la vie quotidienne des habitants de Trappes, et en particulier dans celle de ses élèves. En 2018, il a écrit avec Jean-Pierre Obin, inspecteur de l'Éducation nationale - connu pour le rapport portant son nom et auteur d'un ouvrage sur l'islamisme à l'école -, une lettre au président de la République pour inciter le gouvernement à agir sans attendre afin de préserver les plus jeunes de l'influence des intégristes. Enfin, en novembre 2020, après la décapitation de Samuel Paty, le professeur Lemaire a publié une lettre ouverte pour dénoncer le manque de stratégie de l'État face à l'islam politique.
Pression communautariste. Professeur engagé pour la défense des principes républicains et pour la liberté d'expression, Didier Lemaire refuse de se résoudre au silence. Il témoigne encore dans un documentaire de la télévision néerlandaise décrivant la situation à Trappes ; il y revient une nouvelle fois sur la pression communautariste et religieuse exercée au quotidien sur ses élèves et sur la jeunesse de cette ville, connue pour comptabiliser le plus grand nombre de départs au djihad de toute l'Europe. La diffusion de ce film, le 22 janvier, a suscité de vives réactions, et la journaliste qui en est l'autrice a reçu de nombreux messages haineux et inquiétants faisant référence à l'intervention du professeur ; la direction de la chaîne a décidé de ne plus le diffuser.
Il y a quelques semaines, une connaissance prévient Didier Lemaire de « rumeurs » et lui fait savoir que, s'il continue « à parler des musulmans et de Trappes », il pourrait « être le prochain Samuel Paty ». Une enquête pour menaces de mort sur personne chargée d'une mission de service public est ouverte et confiée à la police judiciaire de Versailles. Désormais sous protection policière, Didier Lemaire, qui refuse de se taire, s'est confié dans un article publié le 5 février sur le site du Point, dans lequel il raconte sa situation. Depuis, la machine médiatique s'est emballée ; son visage, son histoire, son témoignage sont apparus sur les chaînes d'information et dans les journaux.

[/size]En danger. Didier Lemaire a été informé de rumeurs le menaçant d’« être le prochain Samuel Paty ».


« Situation intenable ». Trois jours après la publication de cet article, nous retrouvons l'enseignant devant son établissement pour évoquer son rendez-vous au rectorat de Versailles. Constatant la présence de plusieurs journalistes et de caméras aux abords du lycée, Didier Lemaire remonte dans sa voiture et nous suggère un endroit moins exposé pour échanger. Là, à quelques encablures de l'établissement, l'enseignant raconte sa fatigue, ses nuits trop courtes, son besoin de réfléchir, de recouvrer calme et sérénité. « Je refuse de céder à la peur. Mais, comme je vous l'ai déjà dit, je suis sous escorte depuis le mois de novembre. Chaque fois que je monte en voiture, je vérifie que mes portières sont bien fermées, que je ne suis pas suivi. »
Attentif aux regards plus ou moins appuyés et plus ou moins hostiles des passants, qui le reconnaissent bien plus aisément depuis son passage à la télévision, l'homme se dit pourtant « serein ». Il plaisante même sur ses cheveux un peu trop longs à son goût et sur ce rendez-vous manqué chez le coiffeur alors qu'il était l'invité de nombreux plateaux télé, ces derniers jours. Il sourit volontiers, son ton est posé, sa détermination sans faille, son attention portée sur chacun des mots qu'il choisit pour exprimer son état d'esprit : celui d'un homme profondément républicain qui ne supporte pas l'idée de pouvoir être assimilé à l'idéologie de l'extrême droite.
Satisfait du soutien que lui ont apporté les équipes du rectorat, il a décidé, pour le moment, de ne pas quitter son poste à Trappes. « Je n'ai pas l'intention d'accepter une mutation, confie-t-il. J'ai bien conscience de la difficulté de mon retour dès cette semaine, mais la question de ma sécurité se posera de la même manière, ici ou ailleurs. » Soudain, il se rembrunit : « En réalité, je me sens capable d'assurer mes cours, je vais retrouver mes élèves cette semaine, mais ma situation devient intenable. Laïque et républicain, je suis mis en difficulté. Et ce qui m'arrive est révélateur de la situation de notre pays, car il n'y a pas réellement d'analyse politique de la situation. Samuel Paty est mort de cette carence-là. On nous parle de loups solitaires, et maintenant de "tarés", alors qu'il existe un véritable écosystème islamiste dans notre société. Il faut arrêter ce déni. » 

Repères


1965 Didier Lemaire naît à La Garenne-Colombes
1990 DEA de philosophie
1991 Premier poste à Épinay-sur-Seine
1994 Certifié de philosophie
2000 Affecté à Trappes
2016 Organise des ateliers de prévention de la radicalisation avec ses élèves
2020 Après l'assassinat de Samuel Paty, publie « Lettre ouverte d'un prof de Trappes »



Attaché à ses principes, Didier Lemaire refuse, pour le moment, de quitter cet établissement et ses élèves, d'abord et surtout pour signifier l'aberration de cette situation où « les victimes deviennent un problème à déplacer », où « des personnes taxées d'islamophobie ou de racisme sont clouées au pilori » alors qu'elles ne font que défendre les valeurs de la République.
« Ma vocation est née au contact de ces jeunes ». Passionné par son travail, il avoue sans détour avoir choisi la voie de l'enseignement par défaut. N'arrivant pas à trouver de poste dans le milieu de la culture, il s'est résigné à signer un contrat avec l'Éducation nationale, il y a trente ans. Il a finalement forgé son engouement et son désir d'enseigner dans les territoires et les établissements les plus difficiles. « J'ai commencé au début des années 1990 à Épinay-sur-Seine, puis à Villeneuve-la-Garenne et dans bien d'autres villes de banlieue très compliquées. Ma vocation est née au contact de ces jeunes. Au début, je faisais des cours brillants pour me satisfaire. Il m'a fallu du temps pour apprendre à transmettre. J'ai compris que c'était là, auprès d'eux, que j'étais vraiment utile. J'ai toujours adoré ces moments magiques où l'on voit le regard d'un élève briller d'un coup parce qu'il se dit : "Ça y est, j'ai compris !" »


Transmission. Le lycée de la Plaine-de-Neauphle, à Trappes. Didier Lemaire y enseigne la philosophie depuis vingt ans.


La carrière de Didier Lemaire l'emmène jusqu'à ce lycée de Trappes, où il pose son cartable à la rentrée de l'année 2000. Il est animé par l'envie d'ouvrir ses élèves à la philosophie, au sens de la critique, de la réflexion. Des outils que l'enseignant sait « absolument nécessaires » à ces jeunes esprits en formation, pour les aider à devenir des citoyens à part entière, capables de se construire avec leur seul libre arbitre, loin de la pression communautariste et islamiste. L'année de sa nomination est tristement marquée par l'incendie de la synagogue de la ville. « Après cela, les juifs sont partis de Trappes, et les inscriptions antisémites ont disparu des murs, soupire-t-il. À présent, les musulmans modérés et les athées s'en vont, car c'est aussi devenu intenable pour eux. » Le professeur, qui compare l'idéologie islamiste à celle du nazisme, n'hésite pas à employer les termes de « processus de purification ». « Ces intégristes religieux sont dans le délire de la pureté. Ils portent un discours victimaire, tout comme les nazis se disaient victimes des juifs, qu'ils présentaient comme une menace pour leur culture. Mais aussi des Slaves qui, selon eux, en voulaient à leur territoire. Se penser comme victime motive la haine contre celui que l'on désigne comme oppresseur. Cette haine est aussi cultivée par le sentiment d'être humilié. C'est précisément le discours de ces extrémistes religieux en direction de la jeunesse. »

Les signes d'une fracture


En novembre 2020, un sondage Ifop pour le Comité Laïcité République (CLR) mettait en lumière la défiance d'une partie des jeunes Français musulmans vis-à-vis de la République. D'après cette étude, 57 % des 15-24 ans considèrent que la charia est au-dessus des lois républicaines, soit 10 points de plus qu'en 2016. 75 % de ces jeunes se définissant comme musulmans se disent favorables « au port des signes religieux ostentatoires ». Ces chiffres démontrent une progression marquée de la revendication d'un statut particulier chez les citoyens de confession musulmane, en particulier les plus jeunes.

« Vies gâchées ». Didier Lemaire raconte ses vingt ans d'enseignement à Trappes comme autant d'années de « combat » pour offrir à ses élèves un petit espace de respiration, de liberté où ils pourront, s'ils en ont envie, « être eux-mêmes », loin du contrôle de la communauté et des religieux. Inlassablement, il organise des activités, des sorties culturelles, pour les ouvrir, toujours plus, à tous les mondes, à tous les autres, à toutes les différences, « pour finalement entrouvrir d'autres possibles ».
Les années passent et le constat de Didier Lemaire est amer. « J'aime mes élèves. J'ai envie de les aider à se construire, assure-t-il, mais cela devient de plus en plus difficile. Dans certains établissements comme celui-ci, la République ne garantit plus l'effectivité de ses principes. Ces jeunes ne sont plus libres ni égaux. Leurs vies sont gâchées par leur environnement ou certains parents qui en font des objets. Trappes est aujourd'hui une ville définitivement perdue, tombée aux mains des islamistes. Les jeunes générations sont très salafisées et je n'ai plus de prise. Je commence à faire semblant d'enseigner la philosophie car je sais qu'ils ne m'écoutent plus. Ils ne parlent plus pour mieux cacher leurs pensées et leur idéologie. C'est effrayant ! » Il ajoute : « Tout s'accélère ; en deux ans, j'ai vu plus de transformations chez les jeunes et dans l'espace public que ces dix-huit dernières années. Aujourd'hui, les atteintes à la laïcité sont collectives et très bien organisées. »
« Scénario de guerre civile à l'algérienne ». L'homme est intarissable. Il a besoin de dire, de raconter et de dénoncer, non pour provoquer la polémique mais pour « exhorter les politiques à agir ». S'il s'accroche autant, c'est pour ne pas céder à ceux qu'il définit comme des « pourvoyeurs de haine » contre la France. Il sait les limites de l'exercice d'équilibriste auquel il se livre et admet que sa carrière dans l'enseignement ne pourra pas durer. « Je continuerai à être professeur de philosophie aussi longtemps que je pourrai tenir. Je suis prêt à changer de métier s'il le faut, mais je ne renoncerai jamais à ce combat pour la liberté. »
Didier Lemaire insiste pour rappeler ses convictions d'« homme de gauche ». Cependant, il défend sans aucun complexe la nécessité d'une réponse politique « forte » et d'une action de fermeté. « Un récent sondage l'a démontré, assène-t-il, près de 60 % des jeunes musulmans considèrent que la charia - la loi coranique - est plus importante à leurs yeux que les lois de la République (voir ci-dessus). Ces jeunes sont un réservoir énorme pour ces intégristes qui veulent détruire notre pays. Nombre d'entre eux sont élevés dans la haine de la France. Le temps nous est compté, car nous ne sommes pas loin d'un scénario de guerre civile à l'algérienne. » Puis il ajoute : « Il nous faut appliquer au plus vite des lois d'exception, car nous ne sommes plus dans un État de droit, ni même de paix. » §

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Diviciac Mer 10 Fév - 16:01

Le K Keltys a écrit:Je suis plutôt optimiste dans la vie mais la lutte contre le terrorisme religieux en France est perdue d'autant plus que ces terroristes sont soutenus par une grande partie de la gauche . 


Ca doit être pour ça que les seuls journalistes et dessinateurs de France à avoir subi un massacre par des terroristes islamistes étaient notoirement de gauche: ils "soutenait" trop les terroristes  . 
De plus, à ma connaissance on n'a aucun exemple d'un homme de gauche en situation de représenter tous les Français  (Mitterrand , Jospin , Hollande)  tenant des discours aussi prosélytes (lèche-babouches selon l'expression consacrée ) que Sarkozy à Ryad ou Fillon à la mosquée d'Argenteuil : 


"Vous avez un héritage à défendre, il faut le défendre. Cet héritage c’est le fruit de la rencontre féconde entre les principes universels des droits de l’homme et une spiritualité et une civilisation musulmane brillante, qui a donné les plus grands maîtres de la philosophie, de la médecine, de l’histoire et des sciences. C’est ce trésor de finesse, ce trésor de pensée, ce trésor de beauté qu’il faut valoriser"


Plus "lèche-babouches" , c'est possible ? 
C'est mielleux et historiquement faux . La bigoterie qu'elle soit juive, chrétienne ou musulmane n'a jamais rien inventé d'utile.
 Les "lumières de l'Islam"  que l'obséquieux cul-bénit évoque furent tous des dissidents, souvent poursuivis pour impiété .



 


Diviciac
Diviciac

Messages : 28400
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Plume Mer 10 Fév - 16:11

C'est vrai ! Et brûlés  !
Plume
Plume

Messages : 538
Date d'inscription : 12/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Diviciac Mer 10 Fév - 16:16

N'Magicfly a écrit:Je vous en remets une couche


Trappes : le cri désespéré du professeur Lemaire

L’enseignant en philosophie menacé par les islamistes veut « exhorter les politiques à agir » contre les « pourvoyeurs de haine ». Rencontre.





Par Nadjet Cherigui
Publié le 10/02/2021 à 10h00 - Modifié le 10/02/2021 à 13h10

[size=40]En ce lundi 8 février particulièrement gris et glacial, il aurait dû prendre le chemin du lycée de la Plaine-de-Neauphle, à Trappes (Yvelines), où il enseigne la philosophie depuis vingt ans. Mais, aujourd'hui, il a laissé son cartable à la maison ; il n'a pas eu besoin de l'escorte policière armée qui sécurise désormais ses déplacements de son domicile jusqu'à son lieu de travail, depuis le mois de novembre 2020. Didier Lemaire a dû se résigner à « sécher » les cours et l'atelier de poésie programmé de longue date avec ses élèves. Il est convoqué par les services du rectorat de Versailles, dont il dépend, pour discuter de sa situation et de son éventuelle exfiltration de l'établissement et de la ville, afin de garantir sa sécurité.
La vie de ce professeur de philosophie tranquille et sans histoires s'est compliquée il y a quelques mois. Il a raconté dans La Communauté (Albin Michel), le livre de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, journalistes au Monde , la progression du phénomène d'emprise islamiste dans la vie quotidienne des habitants de Trappes, et en particulier dans celle de ses élèves. En 2018, il a écrit avec Jean-Pierre Obin, inspecteur de l'Éducation nationale - connu pour le rapport portant son nom et auteur d'un ouvrage sur l'islamisme à l'école -, une lettre au président de la République pour inciter le gouvernement à agir sans attendre afin de préserver les plus jeunes de l'influence des intégristes. Enfin, en novembre 2020, après la décapitation de Samuel Paty, le professeur Lemaire a publié une lettre ouverte pour dénoncer le manque de stratégie de l'État face à l'islam politique.
Pression communautariste. Professeur engagé pour la défense des principes républicains et pour la liberté d'expression, Didier Lemaire refuse de se résoudre au silence. Il témoigne encore dans un documentaire de la télévision néerlandaise décrivant la situation à Trappes ; il y revient une nouvelle fois sur la pression communautariste et religieuse exercée au quotidien sur ses élèves et sur la jeunesse de cette ville, connue pour comptabiliser le plus grand nombre de départs au djihad de toute l'Europe. La diffusion de ce film, le 22 janvier, a suscité de vives réactions, et la journaliste qui en est l'autrice a reçu de nombreux messages haineux et inquiétants faisant référence à l'intervention du professeur ; la direction de la chaîne a décidé de ne plus le diffuser.
Il y a quelques semaines, une connaissance prévient Didier Lemaire de « rumeurs » et lui fait savoir que, s'il continue « à parler des musulmans et de Trappes », il pourrait « être le prochain Samuel Paty ». Une enquête pour menaces de mort sur personne chargée d'une mission de service public est ouverte et confiée à la police judiciaire de Versailles. Désormais sous protection policière, Didier Lemaire, qui refuse de se taire, s'est confié dans un article publié le 5 février sur le site du Point, dans lequel il raconte sa situation. Depuis, la machine médiatique s'est emballée ; son visage, son histoire, son témoignage sont apparus sur les chaînes d'information et dans les journaux.

[/size]En danger. Didier Lemaire a été informé de rumeurs le menaçant d’« être le prochain Samuel Paty ».


« Situation intenable ». Trois jours après la publication de cet article, nous retrouvons l'enseignant devant son établissement pour évoquer son rendez-vous au rectorat de Versailles. Constatant la présence de plusieurs journalistes et de caméras aux abords du lycée, Didier Lemaire remonte dans sa voiture et nous suggère un endroit moins exposé pour échanger. Là, à quelques encablures de l'établissement, l'enseignant raconte sa fatigue, ses nuits trop courtes, son besoin de réfléchir, de recouvrer calme et sérénité. « Je refuse de céder à la peur. Mais, comme je vous l'ai déjà dit, je suis sous escorte depuis le mois de novembre. Chaque fois que je monte en voiture, je vérifie que mes portières sont bien fermées, que je ne suis pas suivi. »
Attentif aux regards plus ou moins appuyés et plus ou moins hostiles des passants, qui le reconnaissent bien plus aisément depuis son passage à la télévision, l'homme se dit pourtant « serein ». Il plaisante même sur ses cheveux un peu trop longs à son goût et sur ce rendez-vous manqué chez le coiffeur alors qu'il était l'invité de nombreux plateaux télé, ces derniers jours. Il sourit volontiers, son ton est posé, sa détermination sans faille, son attention portée sur chacun des mots qu'il choisit pour exprimer son état d'esprit : celui d'un homme profondément républicain qui ne supporte pas l'idée de pouvoir être assimilé à l'idéologie de l'extrême droite.
Satisfait du soutien que lui ont apporté les équipes du rectorat, il a décidé, pour le moment, de ne pas quitter son poste à Trappes. « Je n'ai pas l'intention d'accepter une mutation, confie-t-il. J'ai bien conscience de la difficulté de mon retour dès cette semaine, mais la question de ma sécurité se posera de la même manière, ici ou ailleurs. » Soudain, il se rembrunit : « En réalité, je me sens capable d'assurer mes cours, je vais retrouver mes élèves cette semaine, mais ma situation devient intenable. Laïque et républicain, je suis mis en difficulté. Et ce qui m'arrive est révélateur de la situation de notre pays, car il n'y a pas réellement d'analyse politique de la situation. Samuel Paty est mort de cette carence-là. On nous parle de loups solitaires, et maintenant de "tarés", alors qu'il existe un véritable écosystème islamiste dans notre société. Il faut arrêter ce déni. » 

Repères




1965 Didier Lemaire naît à La Garenne-Colombes
1990 DEA de philosophie
1991 Premier poste à Épinay-sur-Seine
1994 Certifié de philosophie
2000 Affecté à Trappes
2016 Organise des ateliers de prévention de la radicalisation avec ses élèves
2020 Après l'assassinat de Samuel Paty, publie « Lettre ouverte d'un prof de Trappes »



Attaché à ses principes, Didier Lemaire refuse, pour le moment, de quitter cet établissement et ses élèves, d'abord et surtout pour signifier l'aberration de cette situation où « les victimes deviennent un problème à déplacer », où « des personnes taxées d'islamophobie ou de racisme sont clouées au pilori » alors qu'elles ne font que défendre les valeurs de la République.
« Ma vocation est née au contact de ces jeunes ». Passionné par son travail, il avoue sans détour avoir choisi la voie de l'enseignement par défaut. N'arrivant pas à trouver de poste dans le milieu de la culture, il s'est résigné à signer un contrat avec l'Éducation nationale, il y a trente ans. Il a finalement forgé son engouement et son désir d'enseigner dans les territoires et les établissements les plus difficiles. « J'ai commencé au début des années 1990 à Épinay-sur-Seine, puis à Villeneuve-la-Garenne et dans bien d'autres villes de banlieue très compliquées. Ma vocation est née au contact de ces jeunes. Au début, je faisais des cours brillants pour me satisfaire. Il m'a fallu du temps pour apprendre à transmettre. J'ai compris que c'était là, auprès d'eux, que j'étais vraiment utile. J'ai toujours adoré ces moments magiques où l'on voit le regard d'un élève briller d'un coup parce qu'il se dit : "Ça y est, j'ai compris !" »


Transmission. Le lycée de la Plaine-de-Neauphle, à Trappes. Didier Lemaire y enseigne la philosophie depuis vingt ans.


La carrière de Didier Lemaire l'emmène jusqu'à ce lycée de Trappes, où il pose son cartable à la rentrée de l'année 2000. Il est animé par l'envie d'ouvrir ses élèves à la philosophie, au sens de la critique, de la réflexion. Des outils que l'enseignant sait « absolument nécessaires » à ces jeunes esprits en formation, pour les aider à devenir des citoyens à part entière, capables de se construire avec leur seul libre arbitre, loin de la pression communautariste et islamiste. L'année de sa nomination est tristement marquée par l'incendie de la synagogue de la ville. « Après cela, les juifs sont partis de Trappes, et les inscriptions antisémites ont disparu des murs, soupire-t-il. À présent, les musulmans modérés et les athées s'en vont, car c'est aussi devenu intenable pour eux. » Le professeur, qui compare l'idéologie islamiste à celle du nazisme, n'hésite pas à employer les termes de « processus de purification ». « Ces intégristes religieux sont dans le délire de la pureté. Ils portent un discours victimaire, tout comme les nazis se disaient victimes des juifs, qu'ils présentaient comme une menace pour leur culture. Mais aussi des Slaves qui, selon eux, en voulaient à leur territoire. Se penser comme victime motive la haine contre celui que l'on désigne comme oppresseur. Cette haine est aussi cultivée par le sentiment d'être humilié. C'est précisément le discours de ces extrémistes religieux en direction de la jeunesse. »

Les signes d'une fracture




En novembre 2020, un sondage Ifop pour le Comité Laïcité République (CLR) mettait en lumière la défiance d'une partie des jeunes Français musulmans vis-à-vis de la République. D'après cette étude, 57 % des 15-24 ans considèrent que la charia est au-dessus des lois républicaines, soit 10 points de plus qu'en 2016. 75 % de ces jeunes se définissant comme musulmans se disent favorables « au port des signes religieux ostentatoires ». Ces chiffres démontrent une progression marquée de la revendication d'un statut particulier chez les citoyens de confession musulmane, en particulier les plus jeunes.

« Vies gâchées ». Didier Lemaire raconte ses vingt ans d'enseignement à Trappes comme autant d'années de « combat » pour offrir à ses élèves un petit espace de respiration, de liberté où ils pourront, s'ils en ont envie, « être eux-mêmes », loin du contrôle de la communauté et des religieux. Inlassablement, il organise des activités, des sorties culturelles, pour les ouvrir, toujours plus, à tous les mondes, à tous les autres, à toutes les différences, « pour finalement entrouvrir d'autres possibles ».
Les années passent et le constat de Didier Lemaire est amer. « J'aime mes élèves. J'ai envie de les aider à se construire, assure-t-il, mais cela devient de plus en plus difficile. Dans certains établissements comme celui-ci, la République ne garantit plus l'effectivité de ses principes. Ces jeunes ne sont plus libres ni égaux. Leurs vies sont gâchées par leur environnement ou certains parents qui en font des objets. Trappes est aujourd'hui une ville définitivement perdue, tombée aux mains des islamistes. Les jeunes générations sont très salafisées et je n'ai plus de prise. Je commence à faire semblant d'enseigner la philosophie car je sais qu'ils ne m'écoutent plus. Ils ne parlent plus pour mieux cacher leurs pensées et leur idéologie. C'est effrayant ! » Il ajoute : « Tout s'accélère ; en deux ans, j'ai vu plus de transformations chez les jeunes et dans l'espace public que ces dix-huit dernières années. Aujourd'hui, les atteintes à la laïcité sont collectives et très bien organisées. »
« Scénario de guerre civile à l'algérienne ». L'homme est intarissable. Il a besoin de dire, de raconter et de dénoncer, non pour provoquer la polémique mais pour « exhorter les politiques à agir ». S'il s'accroche autant, c'est pour ne pas céder à ceux qu'il définit comme des « pourvoyeurs de haine » contre la France. Il sait les limites de l'exercice d'équilibriste auquel il se livre et admet que sa carrière dans l'enseignement ne pourra pas durer. « Je continuerai à être professeur de philosophie aussi longtemps que je pourrai tenir. Je suis prêt à changer de métier s'il le faut, mais je ne renoncerai jamais à ce combat pour la liberté. »
Didier Lemaire insiste pour rappeler ses convictions d'« homme de gauche ». Cependant, il défend sans aucun complexe la nécessité d'une réponse politique « forte » et d'une action de fermeté. « Un récent sondage l'a démontré, assène-t-il, près de 60 % des jeunes musulmans considèrent que la charia - la loi coranique - est plus importante à leurs yeux que les lois de la République (voir ci-dessus). Ces jeunes sont un réservoir énorme pour ces intégristes qui veulent détruire notre pays. Nombre d'entre eux sont élevés dans la haine de la France. Le temps nous est compté, car nous ne sommes pas loin d'un scénario de guerre civile à l'algérienne. » Puis il ajoute : « Il nous faut appliquer au plus vite des lois d'exception, car nous ne sommes plus dans un État de droit, ni même de paix. » §


Encore un homme de gauche .. comme les promoteurs de la laïcité, comme les profs qui dénoncèrent le voile au collège dans l'affaire des sœurs Levy, comme les journalistes de Charly Hebdo , comme l'avocat de Mila qui les défend etc .. 

Elle fout quoi la droite, pendant ce temps-là ?
Diviciac
Diviciac

Messages : 28400
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Diviciac Mer 10 Fév - 16:43

Plume a écrit:C'est vrai ! Et brûlés  !
C'est qui  "les plus grands maîtres de la philosophie, de la médecine, de l’histoire et des sciences." dont parlait le lèche-cul sarthois ?  
 L'aristotélicien Averroès ? Avicenne , tellement amateur de beuveries et de sauteries qu'il en est mort?  Omar Khayyâm, le Persan épicurien et agnostique qui faisait l'éloge de l'ivresse, qui préférait une bouteille de pinard ou une belle fille au Coran  et affirmait que les mosquées n'accueillaient que des pétochards redoutant la mort ? 


Si ce sont eux les savants donnés par "une spiritualité et une civilisation musulmane brillante" Eh ben, il faudrait que l'escroc cul-bénit du pays des rillettes en lise enfin quelques lignes, il en a le temps.  


Puisque vous aimez la littérature, voici un petit bouquin qui vous éclairera on ne peut mieux sur la "piété" de Khayyâm souvent récupéré par les pieux musulmans :
 
L'après Samuel Paty 84545536_max
Diviciac
Diviciac

Messages : 28400
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Forcheville Mer 10 Fév - 17:15

Le problème c'est que le corps enseignant bien que syndiqué à gauche (FSU etc...),, devant l'islamisme, ne joue pas "collectif" mais perso, chacun angoissé dans son coin essaie sa petite stratégie d'évitement en espérant passer entre les gouttes.
A part quelques exceptions notables comme Paty ou ce Lemaire.
Qui sont de véritables kamikazes.
Quand l'ED en est réduite à utiliser ceux-ci, il est à craindre que l'empire enseignant en soit à tirer ses dernières cartouches comme celui autrefois du Levant.
Autre handicap majeur, un handicap idéologique qui incite les enseignants à transformer tout problème à l'école en problème social, ce qui dans les cas présent est une erreur majeure d'analyse, ils transforment les agresseurs en victimes ce que souhaitent ardemment ces derniers.

L'exemple du syndicalisme à la RATP n'est pas plus glorieux, les syndicats ont laissé les atteintes grossières à la laïcité y prospérer avec le soutien à la Ponce Pilate de la direction( Pepy et l'actuelle ministre des armées)
Forcheville
Forcheville

Messages : 408
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Diviciac Mer 10 Fév - 19:04

Forcheville a écrit:Le problème c'est que le corps enseignant bien que syndiqué à gauche (FSU etc...),, devant l'islamisme, ne joue pas "collectif" mais perso, chacun angoissé dans son coin essaie sa petite stratégie d'évitement en espérant passer entre les gouttes.
A part quelques exceptions notables comme Paty ou ce Lemaire.
Qui sont de véritables kamikazes.
Quand l'ED en est réduite à utiliser ceux-ci, il est à craindre que l'empire enseignant en soit à tirer ses dernières cartouches comme celui autrefois du Levant.
Autre handicap majeur, un handicap idéologique qui incite les enseignants à transformer tout problème à l'école en problème social, ce qui dans les cas présent est une erreur majeure d'analyse, ils transforment les agresseurs en victimes ce que souhaitent ardemment ces derniers.

L'exemple du syndicalisme à la RATP n'est pas plus glorieux, les syndicats ont laissé les atteintes grossières à la laïcité y prospérer avec le soutien à la Ponce Pilate de la direction( Pepy et l'actuelle ministre des armées)

Je ne sais pas si vous connaissez ce milieu (celui des cités)  Un principe de réalité semble vous échapper: les gamins de quinze ans que vous voyez à la télé caillasser  des flics et les rouer de coups sont scolarisés ils sont donc confiés par paquets de trente à des nanas de 50 kilos alors que deux cars de flics armés n'arrivent pas à les maîtriser. 
Pour 1800 balles par mois on ne peut pas demander à ces enseignantes d'être toutes des kamikazes , des superwoman ou d'héroïques Lara Croft  qui risquent leurs vies chaque jour. 
J'ai souvenir qu'au lycée, la discipline hors des classes n'incombait pas aux profs mais à des "pions". Il paraît qu'il y en a beaucoup moins que "de notre temps". Il ne faudrait pas tout attendre de l'enseignant. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 28400
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Forcheville Mer 10 Fév - 20:02

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:Le problème c'est que le corps enseignant bien que syndiqué à gauche (FSU etc...),, devant l'islamisme, ne joue pas "collectif" mais perso, chacun angoissé dans son coin essaie sa petite stratégie d'évitement en espérant passer entre les gouttes.
A part quelques exceptions notables comme Paty ou ce Lemaire.
Qui sont de véritables kamikazes.
Quand l'ED en est réduite à utiliser ceux-ci,
il est à craindre que l'empire enseignant en soit à tirer ses dernières cartouches comme celui autrefois du Levant.
Autre handicap majeur, un handicap idéologique qui incite les enseignants à transformer tout problème à l'école en problème social, ce qui dans les cas présent est une erreur majeure d'analyse, ils transforment les agresseurs en victimes ce que souhaitent ardemment ces derniers.

L'exemple du syndicalisme à la RATP n'est pas plus glorieux, les syndicats ont laissé les atteintes grossières à la laïcité y prospérer avec le soutien à la Ponce Pilate de la direction( Pepy et l'actuelle ministre des armées)

Je ne sais pas si vous connaissez ce milieu (celui des cités)  Un principe de réalité semble vous échapper: les gamins de quinze ans que vous voyez à la télé caillasser  des flics et les rouer de coups sont scolarisés ils sont donc confiés par paquets de trente à des nanas de 50 kilos alors que deux cars de flics armés n'arrivent pas à les maîtriser. 
Pour 1800 balles par mois on ne peut pas demander à ces enseignantes d'être toutes des kamikazes , des superwoman ou d'héroïques Lara Croft  qui risquent leurs vies chaque jour. 
J'ai souvenir qu'au lycée, la discipline hors des classes n'incombait pas aux profs mais à des "pions". Il paraît qu'il y en a beaucoup moins que "de notre temps". Il ne faudrait pas tout attendre de l'enseignant. 

J' attends d'autant moins "tout" de l'enseignant que je déplore son utilisation comme "kamikaze" ( si toutefois vous m'avez lu plus haut).
Un prof n'a pas à jouer les gros bras ou les super-héros.
Ce que je critique c'est l'organisation (ou l'inorganisation) et la défense collective de ces enseignants , défense dévolue à des syndicats aux abonnés absents , à une hiérarchie pusillanime, aux parents, à la société toute entière. Le tout baignant dans une idéologie de l'excuse et de la déresponsabilisation.
Quand la défense collective n'existe plus, quoi de plus naturel que de se replier sur une stratégie individuelle.
Forcheville
Forcheville

Messages : 408
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Diviciac Jeu 11 Fév - 8:43

Forcheville a écrit:
Diviciac a écrit:

Je ne sais pas si vous connaissez ce milieu (celui des cités)  Un principe de réalité semble vous échapper: les gamins de quinze ans que vous voyez à la télé caillasser  des flics et les rouer de coups sont scolarisés ils sont donc confiés par paquets de trente à des nanas de 50 kilos alors que deux cars de flics armés n'arrivent pas à les maîtriser. 
Pour 1800 balles par mois on ne peut pas demander à ces enseignantes d'être toutes des kamikazes , des superwoman ou d'héroïques Lara Croft  qui risquent leurs vies chaque jour. 
J'ai souvenir qu'au lycée, la discipline hors des classes n'incombait pas aux profs mais à des "pions". Il paraît qu'il y en a beaucoup moins que "de notre temps". Il ne faudrait pas tout attendre de l'enseignant. 

J' attends d'autant moins "tout" de l'enseignant que je déplore son utilisation comme "kamikaze" ( si toutefois vous m'avez lu plus haut).
Un prof n'a pas à jouer les gros bras ou les super-héros.
Ce que je critique c'est l'organisation (ou l'inorganisation) et la défense collective de ces enseignants , défense dévolue à des syndicats aux abonnés absents , à une hiérarchie pusillanime, aux parents, à la société toute entière. Le tout baignant dans une idéologie de l'excuse et de la déresponsabilisation.
Quand la défense collective n'existe plus, quoi de plus naturel que de se replier sur une stratégie individuelle.
  
Coïncidence amusante , Manu qui sait vraiment faire tous les rôles va vous l'expliquer dès demain : 

Egalité des chances : Emmanuel Macron veut se réconcilier avec sa gauche

Le chef de l’Etat, soucieux de ne pas délaisser le terrain social et pressé par une partie de sa base, doit annoncer des mesures sur l’accès aux concours de la haute fonction publique jeudi à Nantes, puis sur la lutte contre les discriminations, vendredi à Paris.

"Je sais bien que sur la question de l'égalité des chances, on n'en a pas fait assez."

Egalité des chances : Emmanuel Macron veut se réconcilier avec sa gauche - Le Parisien

 
En avant première , l'opinion de la ministre concernée: 


  Face à Jean-Michel Aphatie, alors qu'elle était de passage sur l'antenne de LCI ce vendredi 25 décembre, Élisabeth Moreno a pris position contre le racisme en montant au créneau pour pointer le privilège blanc du doigt. Soit un terme selon lequel les personnes racisées font l'objet d'un comportement discriminatoire, notamment dans la recherche d'un emploi ou d'un logement, contrairement aux personnes blanches, qui sont exemptées de tout stéréotype lié à leur couleur de peau. "Évidemment qu'il y a un privilège blanc", a ainsi affirmé la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'égalité des chances.
Ce qui est important, c'est de lutter contre ces inégalités", a ainsi poursuivi Élisabeth Moreno. Première étape pour les combattre ? "Il faut commencer par les reconnaître." Pour les plus réticents, la ministre déléguée tient donc à faire une mise au point. "Il ne faut pas que les gens se sentent coupables d'avoir une situation plus confortable (...) Ce n'est pas un drame et ce n'est pas faux de dire que certaines personnes ont plus de chances que d'autres." Déclaration qui risque bien de faire jaser puisque, comme le lui rappelle ensuite Jean-Michel Aphatie, l'aveu d'un privilège blanc est souvent rejeté par la sphère médiatique. L'ex-présidente France de Lenovo n'en démord pas. "Il ne faut pas que ce soit insupportable (...) c'est le constat d'un fait. Si c'est un fait, ça n'a pas à être insupportable", a-t-elle renchéri. Et d'ajouter : "ce n'est pas le fait d'avoir des privilèges qui est un problème, le problème c'est d'être traité inégalement et de ne pas avoir accès aux mêmes droits (...) Il ne s'agit pas de mettre les gens les uns contre les autres."
Diviciac
Diviciac

Messages : 28400
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Forcheville Jeu 11 Fév - 11:19

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:

J' attends d'autant moins "tout" de l'enseignant que je déplore son utilisation comme "kamikaze" ( si toutefois vous m'avez lu plus haut).
Un prof n'a pas à jouer les gros bras ou les super-héros.
Ce que je critique c'est l'organisation (ou l'inorganisation) et la défense collective de ces enseignants , défense dévolue à des syndicats aux abonnés absents , à une hiérarchie pusillanime, aux parents, à la société toute entière. Le tout baignant dans une idéologie de l'excuse et de la déresponsabilisation.
Quand la défense collective n'existe plus, quoi de plus naturel que de se replier sur une stratégie individuelle.
  
Coïncidence amusante , Manu qui sait vraiment faire tous les rôles va vous l'expliquer dès demain : 

Egalité des chances : Emmanuel Macron veut se réconcilier avec sa gauche

Le chef de l’Etat, soucieux de ne pas délaisser le terrain social et pressé par une partie de sa base, doit annoncer des mesures sur l’accès aux concours de la haute fonction publique jeudi à Nantes, puis sur la lutte contre les discriminations, vendredi à Paris.





"Je sais bien que sur la question de l'égalité des chances, on n'en a pas fait assez."

Egalité des chances : Emmanuel Macron veut se réconcilier avec sa gauche - Le Parisien

 
En avant première , l'opinion de la ministre concernée: 


  Face à Jean-Michel Aphatie, alors qu'elle était de passage sur l'antenne de LCI ce vendredi 25 décembre, Élisabeth Moreno a pris position contre le racisme en montant au créneau pour pointer le privilège blanc du doigt. Soit un terme selon lequel les personnes racisées font l'objet d'un comportement discriminatoire, notamment dans la recherche d'un emploi ou d'un logement, contrairement aux personnes blanches, qui sont exemptées de tout stéréotype lié à leur couleur de peau. "Évidemment qu'il y a un privilège blanc", a ainsi affirmé la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'égalité des chances.
Ce qui est important, c'est de lutter contre ces inégalités", a ainsi poursuivi Élisabeth Moreno. Première étape pour les combattre ? "Il faut commencer par les reconnaître." Pour les plus réticents, la ministre déléguée tient donc à faire une mise au point. "Il ne faut pas que les gens se sentent coupables d'avoir une situation plus confortable (...) Ce n'est pas un drame et ce n'est pas faux de dire que certaines personnes ont plus de chances que d'autres." Déclaration qui risque bien de faire jaser puisque, comme le lui rappelle ensuite Jean-Michel Aphatie, l'aveu d'un privilège blanc est souvent rejeté par la sphère médiatique. L'ex-présidente France de Lenovo n'en démord pas. "Il ne faut pas que ce soit insupportable (...) c'est le constat d'un fait. Si c'est un fait, ça n'a pas à être insupportable", a-t-elle renchéri. Et d'ajouter : "ce n'est pas le fait d'avoir des privilèges qui est un problème, le problème c'est d'être traité inégalement et de ne pas avoir accès aux mêmes droits (...) Il ne s'agit pas de mettre les gens les uns contre les autres."

Moreno, je connaissais Nadine, mais pas Elisabeth, elle reprend le discours des indigénistes, des décoloniaux Houria Bouteldjia, Assa Traoré et autres racisés.
"L'homme blanc n'est pas seulement dans le viseur des antiracistes mais aussi des féministes"

Le fameux "mâle blanc de plus de cinquante ans" de Delphine Ernotte
 
Auquel d'autres féministes ajoutent le qualificatif à leurs yeux injurieux "d'hétérosexuel"
"mâle blanc" expression reprise à son compte par ce nigaud de Macron qui croit pouvoir jouer toutes les partitions avec tout le monde.

"Y a-t-il un privilège noir en Afrique, un privilège chinois en Chine ?"

J'ajouterais un privilège arabe en Arabie ?
Des privilèges particuliers, finis les privilèges universels.
Je m'excuse auprès de cette Moreno de ma pigmentation.
Son homonyme m'avais dit qu'il fallait en être fier, je ne sais plus qui écouter et à quel saint me vouer.
Forcheville
Forcheville

Messages : 408
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

L'après Samuel Paty Empty Re: L'après Samuel Paty

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum