Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
0.89 €

Une prof de FAC menacée: ça continue!

Aller en bas

pas content Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Mer 16 Déc - 20:46

Michel Tubiana, né à Alger le 24 novembre 1952, est un avocat et un ancien président de la Ligue des droits de l'homme.
En 1967, lycéen, il milite à la JCR (Jeunesse communiste révolutionnaire, d'obédience trotskyste).
En 1972, étudiant en droit, il entre en Franc-maçonnerie, au Grand Orient de France, dans la loge Salvador-Allende
Il s'oppose à l'extradition du terroriste italien d'extrême-gauche Cesare Battisti4..
Michel Tubiana est favorable au droit de vote pour les étrangers non-européens 5.
Il participe en décembre 2015 à une table ronde avec des responsables du CCIF, le Syndicat National de la Magistrature et Tariq Ramadan6.
Il s'oppose à l'expulsion des étrangers en situation irrégulière et malades7. Il est favorable à la libération de Abdullah Öcalan et Georges Ibrahim Abdallah8



Comment est-il possible qu'un mec avec un tel pédigré puisse être à la tête de la Ligue des Droits de l'Homme. Ils ont vraiment oublié que cette doctrine est responsable de dizaines de millions de morts, certainement plus que le nazisme et continue de sévir de par le monde!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Ven 18 Déc - 10:51

Ah merdum! j'ai du effacer le texte de départ Crying or Very sad Tant pis






Prof menacée de mort : « Que ceux qui m'accusent de racisme l'assument »

ENTRETIEN. L'enseignante menacée de mort pour avoir critiqué l'islam comprend que l'on puisse ne pas être d'accord avec elle, mais assume ses propos.


 Par Clément Pétreault



Elle ne veut ni laisser publier son nom ni endosser le rôle de figure sacrificielle de la censure qui grignote peu à peu le monde universitaire. Caroline L. est professeur à la fac de droit d'Aix-Marseille. Pour avoir parlé de « religions sexuellement transmissibles » à l'occasion d'un cours de master 2 (en l'occurrence, l'islam et le judaïsme), elle a reçu une plainte de la Ligue des droits de l'homme et d'innombrables menaces de mort. Deux mois après l'assassinat de Samuel Paty, cette affaire d'enseignante accusée de racisme pour des propos sur une religion révèle les incroyables fissures qui fragmentent le monde universitaire et celui des droits de l'homme. Fuyant les médias en espérant préserver son anonymat, elle refuse d'entrer dans les polémiques. Elle a cependant accepté de raconter sa vérité sur cette affaire. Elle assume ses propos, comprend que l'on puisse être en désaccord avec elle et récuse toute accusation de racisme. Interview, sous pseudonyme, à la demande de l'intéressée.


Le Point : Vous avez été entendue par la police pour avoir parlé de « religions sexuellement transmissibles ». Comment cette audition s'est-elle passée ?
Caroline L. : Les questions posées sont restées très factuelles, je me suis limitée à des réponses tout aussi factuelles. C'est la première fois que je suis amenée à justifier des propos devant des policiers. Je suis profondément attristée par ce que je considère comme une attaque contre la liberté d'expression et les libertés académiques. En tant qu'enseignants, nous nous adressons à des étudiants formés intellectuellement et juridiquement, donc, a priori, aptes aux débats et aux opinions divergentes. Je suis moi-même ouverte à tous les débats, j'invite toujours les étudiants à me questionner et à échanger. Je regrette que ces débats se tiennent aujourd'hui dans la sphère médiatique ou, qui sait, dans un prétoire, alors qu'ils devraient se tenir dans les milieux académiques.


Personne ne vous a-t-il reproché ces propos lors de votre cours ?
Non ! Il n'y a eu sur ce cours, à l'inverse de bien d'autres, aucun débat. C'était un enseignement à distance suivi par 100 à 120 personnes en direct. Il n'y a eu aucune question, aucune remarque, rien. Le cours a ensuite été écouté par environ 200 étudiants, je n'ai pas eu davantage de remarques. J'en ai déduit que ceux qui l'avaient écouté n'ont rien trouvé à y redire, ou alors ils se seraient manifestés comme c'est l'usage.
Cette affaire est instrumentalisée à des fins idéologiques.


Vous êtes menacée de mort. Craignez-vous pour votre sécurité ?
Mon nom est publié et répété par Mediapart, alors que le nom des étudiantes qui « témoignent » dans le même article est soigneusement anonymisé… Deux mois après l'assassinat d'un enseignant, on est sur une inversion totale des valeurs ! Depuis, je suis menacée de mort sur les réseaux sociaux. Que celles et ceux qui m'accusent de racisme l'assument et le fassent en leur nom et, surtout, dans le cadre universitaire, je n'ai pas peur du débat d'idées. En revanche, que l'on mette ma sécurité et celle de mes proches en jeu pour une basse manœuvre politique, cela me pose un vrai problème. Je ne peux pas m'empêcher de relever chez ceux qui m'accusent une véritable incapacité à respecter ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils s'attaquent aux personnes qu'ils dénoncent, pratiquant par la même occasion ce qu'ils reprochent aux autres… Je ne peux pas m'empêcher de penser que cette affaire est instrumentalisée à des fins idéologiques.


Lire aussi : Censure dans les universités, l'inquiétante dérive


La Ligue des droits de l'homme a déposé une plainte contre vous pour « injure raciale » et vous reproche d'avoir comparé des religions à des maladies, ce qui signifierait que les croyants sont des malades contagieux…
Ceux qui m'accusent placent évidemment le débat sur le terrain de la qualification pénale, mais mes propos ne contreviennent à aucune loi ! On a le droit d'émettre un avis ou une critique sur toute idée et j'ai la faiblesse de penser qu'une religion est une vision du monde proposée à l'intelligence humaine – donc une idée comme peut l'être le marxisme ou toute philosophie. On peut évidemment tenter de faire entrer au chausse-pied mes propos dans le cadre de l'injure à un groupe de personnes par un raisonnement hasardeux, mais il est pourtant très clair que mes propos portent sur l'islam et non sur les musulmans, ce qui ne correspond à aucune infraction pénale.


Ne craignez-vous pas d'être condamnée ?
Si tel était le cas, cela signifierait que l'on admettrait en France le délit d'opinion, que l'on interdirait aux universitaires d'émettre des jugements critiques sur une religion, une idée politique ou que sais-je encore… Cela serait très grave et signifierait qu'il faudrait très vite organiser de grands autodafés pour brûler les œuvres de Voltaire qui tenait des propos virulents sur les religions, notamment la catholique.


Concevez-vous que vos propos puissent étonner ?
Je comprends que l'on puisse ne pas être d'accord avec moi. En revanche, je ne comprends pas que l'on considère que je n'aurais pas le droit de m'exprimer. Je suis aujourd'hui la victime d'une procédure bâillon qui sert à m'empêcher de parler librement. Aujourd'hui c'est moi, demain ce sera un autre universitaire ou toute personne amenée à s'exprimer en public.


Éprouvez-vous des regrets ou des remords pour ces formules ?
J'assume entièrement ces propos, qui, je le répète, ne sauraient tomber sous le coup de la loi. Sur le fond, aucun remords, donc, mais, après, si vous me demandez si je regrette d'être insultée et menacée de mort, de vivre dans la peur pour ma famille et moi, évidemment que je le regrette. Je déplore de vivre dans une société où des universitaires peuvent se retrouver entravés dans leur liberté de parole, c'est-à-dire dans leur travail. Je fais appel à la connaissance et à l'intelligence de ma matière pour transmettre un savoir qui doit conduire à l'exercice du jugement critique, pas aux dénonciations calomnieuses, aux insultes et aux menaces de mort.


Avez-vous reçu des soutiens ?
Je tiens en effet à souligner que j'ai heureusement reçu le soutien de nombreux collègues et étudiants, y compris de la part d'une étudiante musulmane qui me dit être choquée du sort qui m'est réservé. On doit le respect aux croyants et non aux idées qui doivent être débattues. Devoir rappeler que le délit d'opinion et de blasphème n'existe pas en France est d'une tristesse infinie.


Certains suggèrent que vous auriez « un problème avec l'islam ». Est-ce le cas ?
Quel problème pourrais-je avoir, à partir du moment où je considère que c'est une religion qui a le droit d'être exercée, comme toute autre conviction ? Mon seul problème, c'est que je suis attaquée au nom de ce que je dis. Je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas de droit à une libre parole sur cette religion comme sur les autres.


Modifié le 18/12/2020 à 07:59 - Publié le 18/12/2020 à 07:00 | Le Point.fr

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par ledevois Ven 18 Déc - 12:15

Magicfly a écrit:Ah merdum! j'ai du effacer le texte de départ Crying or Very sad Tant pis






Prof menacée de mort : « Que ceux qui m'accusent de racisme l'assument »

ENTRETIEN. L'enseignante menacée de mort pour avoir critiqué l'islam comprend que l'on puisse ne pas être d'accord avec elle, mais assume ses propos.




 Par Clément Pétreault



Elle ne veut ni laisser publier son nom ni endosser le rôle de figure sacrificielle de la censure qui grignote peu à peu le monde universitaire. Caroline L. est professeur à la fac de droit d'Aix-Marseille. Pour avoir parlé de « religions sexuellement transmissibles » à l'occasion d'un cours de master 2 (en l'occurrence, l'islam et le judaïsme), elle a reçu une plainte de la Ligue des droits de l'homme et d'innombrables menaces de mort. Deux mois après l'assassinat de Samuel Paty, cette affaire d'enseignante accusée de racisme pour des propos sur une religion révèle les incroyables fissures qui fragmentent le monde universitaire et celui des droits de l'homme. Fuyant les médias en espérant préserver son anonymat, elle refuse d'entrer dans les polémiques. Elle a cependant accepté de raconter sa vérité sur cette affaire. Elle assume ses propos, comprend que l'on puisse être en désaccord avec elle et récuse toute accusation de racisme. Interview, sous pseudonyme, à la demande de l'intéressée.


Le Point : Vous avez été entendue par la police pour avoir parlé de « religions sexuellement transmissibles ». Comment cette audition s'est-elle passée ?
Caroline L. : Les questions posées sont restées très factuelles, je me suis limitée à des réponses tout aussi factuelles. C'est la première fois que je suis amenée à justifier des propos devant des policiers. Je suis profondément attristée par ce que je considère comme une attaque contre la liberté d'expression et les libertés académiques. En tant qu'enseignants, nous nous adressons à des étudiants formés intellectuellement et juridiquement, donc, a priori, aptes aux débats et aux opinions divergentes. Je suis moi-même ouverte à tous les débats, j'invite toujours les étudiants à me questionner et à échanger. Je regrette que ces débats se tiennent aujourd'hui dans la sphère médiatique ou, qui sait, dans un prétoire, alors qu'ils devraient se tenir dans les milieux académiques.


Personne ne vous a-t-il reproché ces propos lors de votre cours ?
Non ! Il n'y a eu sur ce cours, à l'inverse de bien d'autres, aucun débat. C'était un enseignement à distance suivi par 100 à 120 personnes en direct. Il n'y a eu aucune question, aucune remarque, rien. Le cours a ensuite été écouté par environ 200 étudiants, je n'ai pas eu davantage de remarques. J'en ai déduit que ceux qui l'avaient écouté n'ont rien trouvé à y redire, ou alors ils se seraient manifestés comme c'est l'usage.
Cette affaire est instrumentalisée à des fins idéologiques.


Vous êtes menacée de mort. Craignez-vous pour votre sécurité ?
Mon nom est publié et répété par Mediapart, alors que le nom des étudiantes qui « témoignent » dans le même article est soigneusement anonymisé… Deux mois après l'assassinat d'un enseignant, on est sur une inversion totale des valeurs ! Depuis, je suis menacée de mort sur les réseaux sociaux. Que celles et ceux qui m'accusent de racisme l'assument et le fassent en leur nom et, surtout, dans le cadre universitaire, je n'ai pas peur du débat d'idées. En revanche, que l'on mette ma sécurité et celle de mes proches en jeu pour une basse manœuvre politique, cela me pose un vrai problème. Je ne peux pas m'empêcher de relever chez ceux qui m'accusent une véritable incapacité à respecter ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils s'attaquent aux personnes qu'ils dénoncent, pratiquant par la même occasion ce qu'ils reprochent aux autres… Je ne peux pas m'empêcher de penser que cette affaire est instrumentalisée à des fins idéologiques.


Lire aussi : Censure dans les universités, l'inquiétante dérive


La Ligue des droits de l'homme a déposé une plainte contre vous pour « injure raciale » et vous reproche d'avoir comparé des religions à des maladies, ce qui signifierait que les croyants sont des malades contagieux…
Ceux qui m'accusent placent évidemment le débat sur le terrain de la qualification pénale, mais mes propos ne contreviennent à aucune loi ! On a le droit d'émettre un avis ou une critique sur toute idée et j'ai la faiblesse de penser qu'une religion est une vision du monde proposée à l'intelligence humaine – donc une idée comme peut l'être le marxisme ou toute philosophie. On peut évidemment tenter de faire entrer au chausse-pied mes propos dans le cadre de l'injure à un groupe de personnes par un raisonnement hasardeux, mais il est pourtant très clair que mes propos portent sur l'islam et non sur les musulmans, ce qui ne correspond à aucune infraction pénale.


Ne craignez-vous pas d'être condamnée ?
Si tel était le cas, cela signifierait que l'on admettrait en France le délit d'opinion, que l'on interdirait aux universitaires d'émettre des jugements critiques sur une religion, une idée politique ou que sais-je encore… Cela serait très grave et signifierait qu'il faudrait très vite organiser de grands autodafés pour brûler les œuvres de Voltaire qui tenait des propos virulents sur les religions, notamment la catholique.


Concevez-vous que vos propos puissent étonner ?
Je comprends que l'on puisse ne pas être d'accord avec moi. En revanche, je ne comprends pas que l'on considère que je n'aurais pas le droit de m'exprimer. Je suis aujourd'hui la victime d'une procédure bâillon qui sert à m'empêcher de parler librement. Aujourd'hui c'est moi, demain ce sera un autre universitaire ou toute personne amenée à s'exprimer en public.


Éprouvez-vous des regrets ou des remords pour ces formules ?
J'assume entièrement ces propos, qui, je le répète, ne sauraient tomber sous le coup de la loi. Sur le fond, aucun remords, donc, mais, après, si vous me demandez si je regrette d'être insultée et menacée de mort, de vivre dans la peur pour ma famille et moi, évidemment que je le regrette. Je déplore de vivre dans une société où des universitaires peuvent se retrouver entravés dans leur liberté de parole, c'est-à-dire dans leur travail. Je fais appel à la connaissance et à l'intelligence de ma matière pour transmettre un savoir qui doit conduire à l'exercice du jugement critique, pas aux dénonciations calomnieuses, aux insultes et aux menaces de mort.


Avez-vous reçu des soutiens ?
Je tiens en effet à souligner que j'ai heureusement reçu le soutien de nombreux collègues et étudiants, y compris de la part d'une étudiante musulmane qui me dit être choquée du sort qui m'est réservé. On doit le respect aux croyants et non aux idées qui doivent être débattues. Devoir rappeler que le délit d'opinion et de blasphème n'existe pas en France est d'une tristesse infinie.


Certains suggèrent que vous auriez « un problème avec l'islam ». Est-ce le cas ?
Quel problème pourrais-je avoir, à partir du moment où je considère que c'est une religion qui a le droit d'être exercée, comme toute autre conviction ? Mon seul problème, c'est que je suis attaquée au nom de ce que je dis. Je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas de droit à une libre parole sur cette religion comme sur les autres.


Modifié le 18/12/2020 à 07:59 - Publié le 18/12/2020 à 07:00 | Le Point.fr

 De quoi nous plaignons nous -? on délivre visa et aides sociales sans se poser de questions en France -- vous les avez voulus les musulmans avec des lois qui vont contre les Français -- même que le mot race est interdit --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 19347
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Ven 18 Déc - 12:57

Certaines religions, malheureusement, se transmettent sexuellement puisque l'enfant biologique est considéré comme d'office appartenant à cette religion, et que dans certains cas, s'il souhaite s'en échapper il risque la peine de mort pour apostasie. ......et devinez qu'elle est cette religion de paix, de tolérance et d'amour?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Nadou Ven 18 Déc - 16:45

Magicfly a écrit:Certaines religions, malheureusement, se transmettent sexuellement puisque l'enfant biologique est considéré comme d'office appartenant à cette religion, et que dans certains cas, s'il souhaite s'en échapper il risque la peine de mort pour apostasie. ......et devinez qu'elle est cette religion de paix, de tolérance et d'amour?


Les religions, c'est l'enfer ...


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 29643
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par sporthos Ven 18 Déc - 22:38

Magicfly a écrit:Certaines religions, malheureusement, se transmettent sexuellement puisque l'enfant biologique est considéré comme d'office appartenant à cette religion, et que dans certains cas, s'il souhaite s'en échapper il risque la peine de mort pour apostasie. ......et devinez qu'elle est cette religion de paix, de tolérance et d'amour?


C'est exact , dans le meilleur des cas , ils sont reniés par leur famille et doivent prendre la porte .

sporthos

Messages : 930
Date d'inscription : 11/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Lili-Rose Sam 19 Déc - 9:59

Magicfly a écrit:Certaines religions, malheureusement, se transmettent sexuellement puisque l'enfant biologique est considéré comme d'office appartenant à cette religion, et que dans certains cas, s'il souhaite s'en échapper il risque la peine de mort pour apostasie. ......et devinez qu'elle est cette religion de paix, de tolérance et d'amour?


Je crois que tu vas bien trop loin dans ton raisonnement. Crying or Very sad
Je n'ai pas l'impression que ça ait été interprété de cette manière.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 8311
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Sam 19 Déc - 12:01

Lili-Rose a écrit:
Magicfly a écrit:Certaines religions, malheureusement, se transmettent sexuellement puisque l'enfant biologique est considéré comme d'office appartenant à cette religion, et que dans certains cas, s'il souhaite s'en échapper il risque la peine de mort pour apostasie. ......et devinez qu'elle est cette religion de paix, de tolérance et d'amour?


Je crois que tu vas bien trop loin dans ton raisonnement. Crying or Very sad
Je n'ai pas l'impression que ça ait été interprété de cette manière.
Expliques toi; en quoi je vais trop loin? Ferais-tu partie des mous qui sont déjà dans l'acceptation? Cette prof a dit en cours

que "que certaines religions – en l'occurrence, l'islam et le judaïsme – sont « sexuellement transmissibles » et c'est une vérité revendiquée par ces deux religions: c'est bien à la naissance qu'est défini la religion: les juifs c'est la femme qui donne la judéité de l'enfant, chez les musulmans c'est l'homme qui donne son appartenance à la religion musulmane.
C'est pour cette affirmation pourtant réelle que Tubiana président de LDH à porté plainte et que sur ce, Médiapart a dévoilé son nom alors qu'il a caché les noms des islamistes qui l'ont menacées, la mettant ainsi en grave danger.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par ledevois Sam 19 Déc - 12:13

Magicfly a écrit:
Lili-Rose a écrit:


Je crois que tu vas bien trop loin dans ton raisonnement. Crying or Very sad
Je n'ai pas l'impression que ça ait été interprété de cette manière.
Expliques toi; en quoi je vais trop loin? Ferais-tu partie des mous qui sont déjà dans l'acceptation? Cette prof a dit en cours

que "que certaines religions – en l'occurrence, l'islam et le judaïsme – sont « sexuellement transmissibles » et c'est une vérité revendiquée par ces deux religions: c'est bien à la naissance qu'est défini la religion: les juifs c'est la femme qui donne la judéité de l'enfant, chez les musulmans c'est l'homme qui donne son appartenance à la religion musulmane.
C'est pour cette affirmation pourtant réelle que Tubiana président de LDH à porté plainte et que sur ce, Médiapart a dévoilé son nom alors qu'il a caché les noms des islamistes qui l'ont menacées, la mettant ainsi en grave danger.

 Pour ce qui est des mous le mieux c'est que tu poses la question à ceux qui gèrent le pays -- tes amis -- ta soumission à eux --  ne me fait plus rire sur tes manoeuvres de la connerie --
 Il préfèrent tabasser les pauvres gens qui n'ont pas de quoi vivre depuis qu'ils sont élus --


 Etant dans une démocratie bananière et des lois non appliqués , - la seule chose que nous pouvons faire c'est le voyeurisme -- 


 Je suppose que tu le sais combien de musulmans , des islamistes relachés de prison sont dans la nature prêt à te couper le cou -- 


 L'insécurité en France est vraiment une actualité de vérité ; que ce soit par l'islam ou par le covid qui ne laisse rien présager de bon -- 


 Moi -- je suis un déçu de  Macron --- par ce que tu dis , et des promesses non tenus -


 Alors ne vient pas nous emmerder avec tes leçons -- assume --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 19347
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Lili-Rose Sam 19 Déc - 15:11

Magicfly a écrit:
Lili-Rose a écrit:


Je crois que tu vas bien trop loin dans ton raisonnement. Crying or Very sad
Je n'ai pas l'impression que ça ait été interprété de cette manière.
Expliques toi; en quoi je vais trop loin? Ferais-tu partie des mous qui sont déjà dans l'acceptation? Cette prof a dit en cours

que "que certaines religions – en l'occurrence, l'islam et le judaïsme – sont « sexuellement transmissibles » et c'est une vérité revendiquée par ces deux religions: c'est bien à la naissance qu'est défini la religion: les juifs c'est la femme qui donne la judéité de l'enfant, chez les musulmans c'est l'homme qui donne son appartenance à la religion musulmane.
C'est pour cette affirmation pourtant réelle que Tubiana président de LDH à porté plainte et que sur ce, Médiapart a dévoilé son nom alors qu'il a caché les noms des islamistes qui l'ont menacées, la mettant ainsi en grave danger.


Mais non t'as pas pigé ce que je voulais dire.
Les raz du front vont plus assimiler sexe et religion. 
Pour ma part, je ne pense pas faire parti des "mous", je me demande surtout pourquoi en est arrivé à devoir parler de l'islam à différents niveaux de scolarité.
En principe on ne parle que de ce qui pose problème.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 8311
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Sam 19 Déc - 16:09

Lili-Rose a écrit:
Magicfly a écrit:
Expliques toi; en quoi je vais trop loin? Ferais-tu partie des mous qui sont déjà dans l'acceptation? Cette prof a dit en cours

que "que certaines religions – en l'occurrence, l'islam et le judaïsme – sont « sexuellement transmissibles » et c'est une vérité revendiquée par ces deux religions: c'est bien à la naissance qu'est défini la religion: les juifs c'est la femme qui donne la judéité de l'enfant, chez les musulmans c'est l'homme qui donne son appartenance à la religion musulmane.
C'est pour cette affirmation pourtant réelle que Tubiana président de LDH à porté plainte et que sur ce, Médiapart a dévoilé son nom alors qu'il a caché les noms des islamistes qui l'ont menacées, la mettant ainsi en grave danger.


Mais non t'as pas pigé ce que je voulais dire.
Les raz du front vont plus assimiler sexe et religion. 
Pour ma part, je ne pense pas faire parti des "mous", je me demande surtout pourquoi en est arrivé à devoir parler de l'islam à différents niveaux de scolarité.
En principe on ne parle que de ce qui pose problème.
Justement, il semble bien que les islamistes posent problème en France depuis au moins 20 ans! Donc on en parle à l'école, en FAC.
Ce que je retiens de cette affaire, c'est que ça prouve encore une fois que l'extrême gauche est bien pro-islamiste. Ici nous avons le président de LDH au pédigré trotskiste affirmé et Médiapart dont la réputation n'est plus à faire. Qu'attend t-on pour arrêter ces délateurs? Que la prof soit décapitée?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Diviciac Sam 19 Déc - 16:36

ledevois a écrit:
Magicfly a écrit:
Expliques toi; en quoi je vais trop loin? Ferais-tu partie des mous qui sont déjà dans l'acceptation? Cette prof a dit en cours

que "que certaines religions – en l'occurrence, l'islam et le judaïsme – sont « sexuellement transmissibles » et c'est une vérité revendiquée par ces deux religions: c'est bien à la naissance qu'est défini la religion: les juifs c'est la femme qui donne la judéité de l'enfant, chez les musulmans c'est l'homme qui donne son appartenance à la religion musulmane.
C'est pour cette affirmation pourtant réelle que Tubiana président de LDH à porté plainte et que sur ce, Médiapart a dévoilé son nom alors qu'il a caché les noms des islamistes qui l'ont menacées, la mettant ainsi en grave danger.

 Pour ce qui est des mous le mieux c'est que tu poses la question à ceux qui gèrent le pays -- tes amis -- ta soumission à eux --  ne me fait plus rire sur tes manoeuvres de la connerie --
 Il préfèrent tabasser les pauvres gens qui n'ont pas de quoi vivre depuis qu'ils sont élus --


 Etant dans une démocratie bananière et des lois non appliqués , - la seule chose que nous pouvons faire c'est le voyeurisme -- 


 Je suppose que tu le sais combien de musulmans , des islamistes relachés de prison sont dans la nature prêt à te couper le cou -- 


 L'insécurité en France est vraiment une actualité de vérité ; que ce soit par l'islam ou par le covid qui ne laisse rien présager de bon -- 


 Moi -- je suis un déçu de  Macron --- par ce que tu dis , et des promesses non tenus -


 Alors ne vient pas nous emmerder avec tes leçons -- assume --
 
En  page 12 de l'excellent Charlie Hebdo, dernier hebdomadaire laïc du pays , Juin retrace l'évolution de  la girouette Manu sur le sujet; ça commence par une citation de 2016 " Au titre d'une Laïcité revancharde on en vient à sortir des citoyens des lieux de la République et à les confiner à l'écart  " 
Donc pour ce faux-cul opportuniste, à l'époque, le séparatisme, c'était la faute de la laïcité "revancharde". 
Dans ce domaine comme dans les autres, Manu n'a aucune ligne politique, aucune idéologie, aucun corpus doctrinal, aucune conviction durable, il est tout "en même temps". Il peut raconter tout et son contraire avec le même aplomb .
Diviciac
Diviciac

Messages : 29959
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Lili-Rose Dim 20 Déc - 9:21

Magicfly a écrit:
Lili-Rose a écrit:


Mais non t'as pas pigé ce que je voulais dire.
Les raz du front vont plus assimiler sexe et religion. 
Pour ma part, je ne pense pas faire parti des "mous", je me demande surtout pourquoi en est arrivé à devoir parler de l'islam à différents niveaux de scolarité.
En principe on ne parle que de ce qui pose problème.
Justement, il semble bien que les islamistes posent problème en France depuis au moins 20 ans! Donc on en parle à l'école, en FAC.
Ce que je retiens de cette affaire, c'est que ça prouve encore une fois que l'extrême gauche est bien pro-islamiste. Ici nous avons le président de LDH au pédigré trotskiste affirmé et Médiapart dont la réputation n'est plus à faire. Qu'attend t-on pour arrêter ces délateurs? Que la prof soit décapitée?
Ben je l'ai déjà dit, des solutions existent pourtant, regarde par exemple ramadan le "Suisse" qui voulait la nationalité "Française" (habituellement c'est quand même plutôt l'inverse, ce qui peut mettre en évidence à la base un trouble chez lui), t'en entends encore parler?
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 8311
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par ledevois Dim 20 Déc - 10:02

Diviciac a écrit:
ledevois a écrit:

 Pour ce qui est des mous le mieux c'est que tu poses la question à ceux qui gèrent le pays -- tes amis -- ta soumission à eux --  ne me fait plus rire sur tes manoeuvres de la connerie --
 Il préfèrent tabasser les pauvres gens qui n'ont pas de quoi vivre depuis qu'ils sont élus --


 Etant dans une démocratie bananière et des lois non appliqués , - la seule chose que nous pouvons faire c'est le voyeurisme -- 


 Je suppose que tu le sais combien de musulmans , des islamistes relachés de prison sont dans la nature prêt à te couper le cou -- 


 L'insécurité en France est vraiment une actualité de vérité ; que ce soit par l'islam ou par le covid qui ne laisse rien présager de bon -- 


 Moi -- je suis un déçu de  Macron --- par ce que tu dis , et des promesses non tenus -


 Alors ne vient pas nous emmerder avec tes leçons -- assume --
 
En  page 12 de l'excellent Charlie Hebdo, dernier hebdomadaire laïc du pays , Juin retrace l'évolution de  la girouette Manu sur le sujet; ça commence par une citation de 2016 " Au titre d'une Laïcité revancharde on en vient à sortir des citoyens des lieux de la République et à les confiner à l'écart  " 
Donc pour ce faux-cul opportuniste, à l'époque, le séparatisme, c'était la faute de la laïcité "revancharde". 
Dans ce domaine comme dans les autres, Manu n'a aucune ligne politique, aucune idéologie, aucun corpus doctrinal, aucune conviction durable, il est tout "en même temps". Il peut raconter tout et son contraire avec le même aplomb .
 Si la popularité de Macron augmente sans rien faire pourquoi devrait il se casser la tête -


 pour ma part quand on est en guerre contre l'islamisme et que ceux qui sont emprisonnés ont combattu nos soldats et même tués  ; -- on met en place un tribunal militaire qui passe par les armes les djihadistes --


 J"ai vécu une époque ou cela existait que le terrorisme passait par les armes -- 


 Je ne comprends pas les mots de Macron --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 19347
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 81
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Forcheville Dim 20 Déc - 10:05

Lili-Rose a écrit:
Magicfly a écrit:
Justement, il semble bien que les islamistes posent problème en France depuis au moins 20 ans! Donc on en parle à l'école, en FAC.
Ce que je retiens de cette affaire, c'est que ça prouve encore une fois que l'extrême gauche est bien pro-islamiste. Ici nous avons le président de LDH au pédigré trotskiste affirmé et Médiapart dont la réputation n'est plus à faire. Qu'attend t-on pour arrêter ces délateurs? Que la prof soit décapitée?
Ben je l'ai déjà dit, des solutions existent pourtant, regarde par exemple ramadan le "Suisse" qui voulait la nationalité "Française" (habituellement c'est quand même plutôt l'inverse, ce qui peut mettre en évidence à la base un trouble chez lui), t'en entends encore parler?

Ben oui.
Il y a des nanas qui l'accusent, alors qu'en plein désarroi existentiel elles voulaient lui poser des questions de théologie, de leur avoir montré pour toute réponse son petit Jésus (pardon son petit Mahomet).
Forcheville
Forcheville

Messages : 535
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Lili-Rose Dim 20 Déc - 10:11

Forcheville a écrit:
Lili-Rose a écrit:
Ben je l'ai déjà dit, des solutions existent pourtant, regarde par exemple ramadan le "Suisse" qui voulait la nationalité "Française" (habituellement c'est quand même plutôt l'inverse, ce qui peut mettre en évidence à la base un trouble chez lui), t'en entends encore parler?

Ben oui.
Il y a des nanas qui l'accusent, alors qu'en plein désarroi existentiel elles voulaient lui poser des questions de théologie, de leur avoir montré pour toute réponse son petit Jésus (pardon son petit Mahomet).


Et bé, son petit "momo" lui a joué un sacré tour, celui de se retrouver derrière les barreaux.
Pour ma part, je le préfère en cabane que sur sur un plateau TV, ce type est une merde.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 8311
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Invité Dim 20 Déc - 10:26

Lili-Rose a écrit:
Magicfly a écrit:
Justement, il semble bien que les islamistes posent problème en France depuis au moins 20 ans! Donc on en parle à l'école, en FAC.
Ce que je retiens de cette affaire, c'est que ça prouve encore une fois que l'extrême gauche est bien pro-islamiste. Ici nous avons le président de LDH au pédigré trotskiste affirmé et Médiapart dont la réputation n'est plus à faire. Qu'attend t-on pour arrêter ces délateurs? Que la prof soit décapitée?
Ben je l'ai déjà dit, des solutions existent pourtant, regarde par exemple ramadan le "Suisse" qui voulait la nationalité "Française" (habituellement c'est quand même plutôt l'inverse, ce qui peut mettre en évidence à la base un trouble chez lui), t'en entends encore parler?
M'enfin Alain, quel rapport avec Ramadan, on s'en fiche de Ramadan. ici on parle d'une enseignante qui risque sa vie parce que deux gauchistes, une institution et un média, l'ont dénoncées et nommées alors qu'elle faisait son job.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Diviciac Dim 20 Déc - 10:54

Magicfly a écrit:
Lili-Rose a écrit:
Ben je l'ai déjà dit, des solutions existent pourtant, regarde par exemple ramadan le "Suisse" qui voulait la nationalité "Française" (habituellement c'est quand même plutôt l'inverse, ce qui peut mettre en évidence à la base un trouble chez lui), t'en entends encore parler?
M'enfin Alain, quel rapport avec Ramadan, on s'en fiche de Ramadan. ici on parle d'une enseignante qui risque sa vie parce que deux gauchistes, une institution et un média, l'ont dénoncée et nommée alors qu'elle faisait son job.
 
C'est quoi,  ce pays où on doit rester dans l'anonymat sous peine de mort si on osé critiquer une religion par des caricatures , sur internet ou en cours ? 



Tout le monde le sait que l'islam est sexuellement transmissible puisque beaucoup de musulmans (pas tous) considèrent que leurs femmes et leurs enfants n'ont pas le choix. Les gamins sont "musulmans"  dès la naissance, c'est une tare congénitale. 
Diviciac
Diviciac

Messages : 29959
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Lili-Rose Dim 20 Déc - 13:46

Est-il utile de revenir sur les faiblesses démagogiques des candidats et élus, qui se cachent derrière un texte qui a 115 ans?
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 8311
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

pas content Re: Une prof de FAC menacée: ça continue!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum