"A Lille, Lyon et Marseille, la deuxième vague est considérablement plus élevée que la première"