Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -31%
JBL Flip Essential – Enceinte Bluetooth portable ...
Voir le deal
68.99 €

La perfide Albion

Aller en bas

La perfide Albion Empty La perfide Albion

Message par Magicfly le Mar 20 Oct - 16:06

Vivement la fin de l'année pour en finir avec ses négociations. Je suis pour un no deal, négocier avec eux, c'est se faire entuber.



Brexit : Boris Johnson placé à l'isolement… par les 27 !


Les 27 chefs d'État et de gouvernement restent « unis et déterminés » à faire craquer « BoJo » pour obtenir les trois concessions prérequises à un accord.

 Par Emmanuel Berretta


Confusion, amertume, surprise… Le négociateur anglais David Frost a rédigé une série de tweets étranges jeudi soir, au moment même où Michel Barnier, à Bruxelles, prenait la parole pour dire « la détermination et l'unité » des Européens à obtenir des Britanniques « les mouvements nécessaires » à la conclusion d'un accord global avec le Royaume-Uni dans les semaines à venir. Le Conseil européen a fait un point d'étape sur l'avancée des discussions, mais a surtout mis la pression sur Boris Johnson en réclamant de sa part trois concessions sur les sujets clés : des règles de concurrence équitables, un accord pérenne sur la pêche et des règles de gouvernance crédibles.
Boris Johnson est intervenu, vendredi en milieu de journée, à l'issue du sommet européen. « À moins d'un changement fondamental d'approche, nous irons vers une solution à l'australienne [le no deal, NDLR], a-t-il déclaré. […] Je ne vois pas de signe particulièrement encourageant venant de Bruxelles après ce sommet, hier et aujourd'hui. »Emmanuel Macron lui a répondu sans détour lors de sa conférence de presse post-sommet : « Nous achoppons sur tout. Nous sommes, nous aussi, très malheureux du Brexit mais c'est le choix souverain du peuple britannique. Et il se trouve que les dirigeants souverains des 27 États membres qui ont fait le choix de rester dans l'Union européenne n'ont pas vocation à rendre heureux le premier ministre de Grande Bretagne. »
Au nom de Johnson, David Frost, de son côté, se dit « surpris » que l'Union européenne « ne s'engage plus à travailler de manière intensive pour parvenir à un futur partenariat, comme convenu, avec Ursula von der Leyen le 3 octobre ». Or Michel Barnier a déclaré exactement l'inverse : son mandat a été reconduit par le Conseil européen pour poursuivre « jour et nuit, s'il le faut, » les pourparlers avec les Britanniques autour des onze tables de négociation ouvertes.


« Ce n'est pas le moment de lâcher, Boris Johnson va craquer »

« Ce n'est pas le moment de lâcher, Boris Johnson va craquer », estime un diplomate français qui évalue plusieurs facteurs qui affaiblissent la position britannique. D'abord, la popularité de « BoJo » n'est plus ce qu'elle était, du fait de sa désastreuse gestion du Covid-19. « Il a besoin d'un résultat positif », croit-on deviner au Quai d'Orsay. Ensuite, la situation américaine et les incertitudes liées à la présidentielle le privent durablement d'un accord commercial avec les États-Unis qui lui aurait offert une porte de sortie vers l'ouest. Les Européens ont noté, ces jours-ci, que le locataire du 10 Downing Street parle davantage d'un « accord » avec l'UE que d'un « no deal ». « Il a sans doute hésité jusqu'à il y a encore quelques semaines, mais son choix semble établi : il veut un accord », se persuade-t-on à Bruxelles, où tous voudraient pouvoir lire les intentions, souvent indéchiffrables, de ce grand gambler (joueur).


À ce stade critique de la négociation, la grande scène finale va bientôt se jouer. Les Européens se donnent encore jusqu'à début novembre, et pas plus tard que le 16 (un sommet informel doit se tenir à Berlin), pour conclure. Or, aucun des trois points clés mis en avant par l'UE n'a pour l'instant trouvé de solution. Mais les Britanniques bougent… Sur les onze tables de négociation ouvertes, Michel Barnier constate des progrès sur la coopération policière et judiciaire, la participation à certains programmes de l'UE (Euratom, Horizon…) et des coopérations thématiques. Sur cinq autres tables, des désaccords profonds persistent : sur les règles d'origine dans le commerce des biens, sur la reconnaissance des indications géographiques protégées, sur l'accès aux marchés publics dans les services, sur la tarification du carbone, sur la concurrence dans les transports. Sur la Sécurité sociale, le Royaume-Uni ne veut pas entendre parler de droits mobiles (valables sur le continent comme sur l'île) et refuse de ne pratiquer aucune discrimination entre les États européens.

Des avancées jugées encore trop timides

Enfin et surtout, les 27 ne signeront rien si les conditions d'une concurrence équitable entre les entreprises de l'UE et leurs concurrentes britanniques ne sont pas assurées. Ce n'est qu'à ce prix que l'Europe est prête à ouvrir son marché intérieur sans quota ni tarif douanier. Dans le cas contraire, les Britanniques seront traités comme les États-Unis et se verront appliquer les tarifs douaniers de l'OMC. Ce n'est pas rien, car la moitié des échanges britanniques s'effectuent avec l'UE. Cela signifierait, à court terme, un renchérissement général des prix pour les consommateurs britanniques (notamment sur les aliments) et de multiples tracasseries administratives aux frontières de l'UE pour les exportateurs. Au moment où la crise du Covid-19 frappe le Royaume-Uni, Boris Johnson n'a pas besoin de cette difficulté supplémentaire. Les Européens non plus. La grande différence est que les Européens peuvent s'approvisionner plus facilement ente eux pour zéro taxe et zéro quota, du fait du marché unique. Ils ne dépendent pas du Royaume-Uni pour leur approvisionnement en produits de consommation courante… C'est sur ce point fort que l'UE tente de mettre Boris Johnson à l'isolement et de le faire craquer.


Londres veut bien s'engager sur quelques principes généraux de concurrence équitable : Sur les aides d'État, Londres accepterait un régime spécifique de contrôle par une « autorité administrative indépendante » chargée de les faire respecter – une proposition jugée encore insuffisante par l'UE. S'agissant des normes environnementales et sanitaires, une clause de « non-régression » est toujours à l'étude. Londres, pour l'instant, souhaite pouvoir diverger sur les normes à venir. Inacceptable pour les Européens, puisque cela permettrait, avec le temps, aux Britanniques de se construire des conditions de concurrence de moins en moins équitables.

La France remonte les 27 sur la pêche

Les négociations sur la gouvernance de l'accord n'avancent pas, Londres refusant de se soumettre à un mécanisme de résolution des différends qui serait trop contraignant.
Troisième et dernier sujet majeur pour l'UE : obtenir un accord de pêche multiannuel qui préserve l'essentiel, à savoir l'accès à la zone économique exclusive (ZEE) britannique pour les pêcheurs européens. Huit pays européens (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne…) pêchent en moyenne 760 000 tonnes de poisson par an dans les zones britanniques et, réciproquement, les pêcheurs britanniques prélèvent 90 000 tonnes de poisson dans les eaux des autres pays européens. C'est un levier très puissant pour Londres qui est en situation de force vis-à-vis de Bruxelles sur ce point. « BoJo » veut s'en tenir à un accord annuel.

Une durée trop courte qui ne permet pas d'offrir la sécurité juridique nécessaire aux pêcheurs européens, lesquels ont investi des millions d'euros dans de nouveaux bateaux et veulent pouvoir disposer d'une visibilité suffisante. « Un accord annuel pour renégocier en permanence sur une centaine d'espèces de poissons, ce n'est pas possible », rappelle souvent Michel Barnier. Johnson sait qu'il tient là son meilleur levier sur la position européenne. Emmanuel Macron est monté au créneau pour que, sur ce terrain, qui ne concerne que 8 des 27 États de l'UE, l'unité soit renforcée. Son appel a été entendu et le Conseil européen a réaffirmé jeudi soir une position unanime : un accord sur la pêche demeure le préalable à tout accord de partenariat futur avec le Royaume-Uni.

La menace persistante du nationalisme écossais

Les Européens ne sont pas non plus privés de leviers. Michel Barnier en a identifié trois. La City de Londres aura besoin du passeport financier européen pour demeurer une place financière imposante, or l'UE décidera seule, in fine, au regard de l'équilibre général de l'accord, de lui accorder cette équivalence financière. Les Britanniques ont besoin d'accéder aux données personnelles des Européens. Et enfin, l'énergie : Boris Johnson est en position de demandeur pour maintenir les interconnexions électriques avec le continent. « Aujourd'hui, l'accès du marché unique de l'énergie, ça a une valeur économique pour les Britanniques qui coûte entre 700 millions d'euros et deux milliards et demi. C'est ça, la réalité », a souligné le président Macron en appelant le Royaume-Uni à cesser les jeux tactiques et à « prendre au sérieux » les négociations.

Dernier point de fragilité pour Londres : la menace du nationalisme écossais sur l'unité du royaume. L'Écosse souhaite rester dans le giron de l'UE. Dans le dernier sondage sur la question, 58 % des sondés écossais se disent favorables à l'indépendance, selon l'institut Ipsos Mori. Un niveau record ! Boris Johnson est d'autant plus inquiet que Nicola Sturgeon, la Première ministre écossaise, bénéficie d'une meilleure image – 72 % de taux de satisfaction. Sa gestion prudente de la crise sanitaire lui est créditée… Des élections locales auront lieu en mai 2021. Le parti indépendantiste, le SNP, pourrait rafler de nombreux sièges au Parlement écossais et exercer une pression croissante pour organiser un nouveau référendum sur l'indépendance après l'échec du précédent, en septembre 2014.
Le Parlement européen a, par ailleurs, décidé qu'il ne ratifierait aucun accord de partenariat avec Londres si l'accord de retrait, déjà ratifié, n'était pas intégralement mis en application. Ce qui suppose que Boris Johnson retire son projet de loi sur le marché intérieur qui remet en cause le protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord. Pour l'heure, le texte poursuit son parcours législatif au Parlement. Cette manœuvre de Johnson a été le moyen pour lui de se construire un moyen de pression supplémentaire sur Bruxelles. Mais elle a, en même temps, entamé la confiance en la signature britannique…
Magicfly
Magicfly

Messages : 262
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

La perfide Albion Empty Re: La perfide Albion

Message par Nadou le Mar 20 Oct - 17:39

J'espère que l'Ecosse va se rebeller.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 28284
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La perfide Albion Empty Re: La perfide Albion

Message par Magicfly le Mar 20 Oct - 17:53

Nadou a écrit:J'espère que l'Ecosse va se rebeller.
Et moi aussi: et Divi pourra s'y rendre sans visa.  Et pendant qu'il torche du glen machin il nous fiche la paixVery Happy
Magicfly
Magicfly

Messages : 262
Date d'inscription : 13/10/2020

Revenir en haut Aller en bas

La perfide Albion Empty Re: La perfide Albion

Message par Diviciac le Mar 20 Oct - 18:13

Nadou a écrit:J'espère que l'Ecosse va se rebeller.



J'espère que l'admirable Nicola obtiendra son référendum, j'y serai encore .

 "Des élections locales auront lieu en mai 2021. Le parti indépendantiste, le SNP, pourrait rafler de nombreux sièges au Parlement écossais et exercer une pression croissante pour organiser un nouveau référendum sur l'indépendance après l'échec du précédent, en septembre 2014.

Il semble que l'article date un peu ou n'en tienne pas compte: depuis 2016, le parti national écossais dispose déjà de la majorité absolue au parlement d'Edimbourg avec 63 sièges devant le parti conservateur et le parti travailliste souvent allié au SNP. 
L'Ecosse n'est pas l'Angleterre, c'est une région traditionnellement à gauche, soucieuse de la solidarité, du maintien des services publics et des droits sociaux. 
La perfide Albion ne la lâchera pas facilement Scotland the Brave puisque les  plateformes d'exploitation de pétrole offshore de la GB se trouvent principalement dans ce qui deviendrait les eaux territoriales écossaises. 


L'Irlande du nord, elle aussi hostile au Brexit, pourrait suivre le chemin référendaire de l'Ecosse pour se rattacher à l'Eire,  réduisant la "grande bretagne" à un état mineur de l'Europe .  Robert The Bruce, William Wallace, Mary Stuart  et Jeanne d'Arc seraient vengés.
Diviciac
Diviciac

Messages : 26769
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La perfide Albion Empty Re: La perfide Albion

Message par Diviciac le Mar 20 Oct - 18:23

Magicfly a écrit:
Nadou a écrit:J'espère que l'Ecosse va se rebeller.
Et moi aussi: et Divi pourra s'y rendre sans visa.  Et pendant qu'il torche du glen machin il nous fiche la paixVery Happy
 
Contrairement à mes potes je ne bois pas de Whisky le Glen machin ne sera pas pour moi. Glen (la combe )  me rappelant des paroles ,je vais vous gratifier d'une petite chanson dans la version de Clif Hanley pour vous faire plaisir: 
 



Hark when the night is falling
Hear! hear the pipes are calling,
Loudly and proudly calling,
Down thro' the glen.
There where the hills are sleeping,
Now feel the blood a-leaping,
High as the spirits
Of the old Highland men.
Chorus:
Towering in gallant fame,
Scotland my mountain hame,
High may your proud standards
Gloriously wave,
Land of my high endeavour,
Land of the shining river,
Land of my heart for ever,
Scotland the brave.
 2. High in the misty Highlands,
Out by the purple islands,
Brave are the hearts that beat
Beneath Scottish skies.
Wild are the winds to meet you,
Staunch are the friends that greet you,
Kind as the love that shines
From fair maiden's eyes.
Chorus:
3. Far off in sunlit places,
Sad are the Scottish faces,
Yearning to feel the kiss
Of sweet Scottish rain.
Where tropic skies are beaming,
Love sets the heart a-dreaming,
Longing and dreaming
For the homeland again

Je chante bien, hein ?  Vous chantez ça ou Flowers of Scotland dans un pub écossais et on vous paie à boire au lieu de vous faire sortir avec le goudron et les plumes comme un libéral que vous êtes .  
Diviciac
Diviciac

Messages : 26769
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

La perfide Albion Empty Re: La perfide Albion

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum