Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Tout va bien chez le copain de Poutine ...

Aller en bas

Tout va bien chez le copain de Poutine ... Empty Tout va bien chez le copain de Poutine ...

Message par Nadou le Mer 9 Sep - 12:11

L’opposition biélorusse ciblée : Maxime Znak détenu par des « hommes masqués », Maria Kolesnikova échappe à l’exil

Enlevée à Minsk, Maria Kolesnikova a déchiré son passeport pour éviter l’exil forcé et a été arrêtée à la frontière ukrainienne.





Par L'Obs 




L’avocat Maxime Znak, l’un des deux derniers membres du Conseil de coordination de l’opposition biélorusse encore en liberté sur le sol biélorusse, est détenu ce mercredi 9 septembre au matin par des hommes masqués, selon son entourage.
« Maxime Znak est venu au bureau pour participer à une visioconférence, mais il ne l’a jamais rejointe, il a juste pu envoyer un mot masques », a indiqué le service de presse de son groupe d’opposition sur son canal sur la messagerie Telegram, publiant aussi une photo de l’avocat conduit par des hommes masqués et en civil.
Le juriste de 39 ans est un des sept membres de la direction du Conseil de coordination, le présidium formé pour obtenir une transition au pouvoir au Bélarus et le départ du président Alexandre Loukachenko. Maxime Znak et la prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch étaient les derniers dirigeants de ce groupe encore en liberté et en Biélorussie, les autres ayant été soit arrêtés soit contraints à l’exil.
Ces images aériennes montrent l’ampleur de la marée humaine contre Loukachenko en Biélorussie

L’interpellation de l’avocat intervient un mois jour pour jour après la présidentielle qui a déclenché un mouvement de contestation sans précédent dans le pays, dénonçant la réélection frauduleuse d’Alexandre Loukachenko, aux commandes depuis 1994, face à l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, novice en politique.

Une stratégie d’exil forcé

Si la police et les services spéciaux (KGB) n’ont pas confirmé l’arrestation de Maxime Znak, le scénario de sa disparition correspond à celui vécu par d’autres opposants, interpellés par des hommes non identifiés. Puis un jour ou deux plus tard, leur incarcération ou exil sont annoncés.
Mardi, l’opposition a ainsi fait état du rocambolesque enlèvement par les autorités de l’opposante Maria Kolesnikova, qui, emmenée de force à la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine dans la nuit de lundi à mardi, a déchiré son passeport et s’est échappée d’une voiture la transportant pour un exil forcé. Finalement, Minsk a reconnu son arrestation, mais affirmé qu’elle avait été jetée dans les mains des forces de l’ordre par ses camarades.
Maria Kolesnikova, 38 ans, est la dernière des trois figures féminines de l’opposition durant la campagne présidentielle à demeurer en Biélorussie. Les deux autres, la candidate Svetlana Tikhanovskaïa et Veronika Tsepkalo, se sont exilées à l’étranger. « Kolesnikova est actuellement détenue », a confirmé le porte-parole des gardes-frontières biélorusses, Anton Bytchkovski.
S’exprimant plus tôt mardi sur cette affaire, Alexandre Loukachenko avait donné une tout autre version des faits, assurant que Maria Kolesnikova avait été jetée d’une voiture « en marche » par ses deux collègues alors qu’ils fuyaient vers l’Ukraine. Il a assuré négocier avec Kiev la remise des deux autres personnes qui se trouvaient dans le véhicule. Mais cette version avait été démentie dès le matin par les autorités ukrainiennes.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 28097
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Tout va bien chez le copain de Poutine ... Empty Re: Tout va bien chez le copain de Poutine ...

Message par ledevois le Mer 9 Sep - 14:49

Nadou a écrit:L’opposition biélorusse ciblée : Maxime Znak détenu par des « hommes masqués », Maria Kolesnikova échappe à l’exil

Enlevée à Minsk, Maria Kolesnikova a déchiré son passeport pour éviter l’exil forcé et a été arrêtée à la frontière ukrainienne.







Par L'Obs 




L’avocat Maxime Znak, l’un des deux derniers membres du Conseil de coordination de l’opposition biélorusse encore en liberté sur le sol biélorusse, est détenu ce mercredi 9 septembre au matin par des hommes masqués, selon son entourage.
« Maxime Znak est venu au bureau pour participer à une visioconférence, mais il ne l’a jamais rejointe, il a juste pu envoyer un mot masques », a indiqué le service de presse de son groupe d’opposition sur son canal sur la messagerie Telegram, publiant aussi une photo de l’avocat conduit par des hommes masqués et en civil.
Le juriste de 39 ans est un des sept membres de la direction du Conseil de coordination, le présidium formé pour obtenir une transition au pouvoir au Bélarus et le départ du président Alexandre Loukachenko. Maxime Znak et la prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch étaient les derniers dirigeants de ce groupe encore en liberté et en Biélorussie, les autres ayant été soit arrêtés soit contraints à l’exil.
Ces images aériennes montrent l’ampleur de la marée humaine contre Loukachenko en Biélorussie

L’interpellation de l’avocat intervient un mois jour pour jour après la présidentielle qui a déclenché un mouvement de contestation sans précédent dans le pays, dénonçant la réélection frauduleuse d’Alexandre Loukachenko, aux commandes depuis 1994, face à l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, novice en politique.

Une stratégie d’exil forcé



Si la police et les services spéciaux (KGB) n’ont pas confirmé l’arrestation de Maxime Znak, le scénario de sa disparition correspond à celui vécu par d’autres opposants, interpellés par des hommes non identifiés. Puis un jour ou deux plus tard, leur incarcération ou exil sont annoncés.
Mardi, l’opposition a ainsi fait état du rocambolesque enlèvement par les autorités de l’opposante Maria Kolesnikova, qui, emmenée de force à la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine dans la nuit de lundi à mardi, a déchiré son passeport et s’est échappée d’une voiture la transportant pour un exil forcé. Finalement, Minsk a reconnu son arrestation, mais affirmé qu’elle avait été jetée dans les mains des forces de l’ordre par ses camarades.
Maria Kolesnikova, 38 ans, est la dernière des trois figures féminines de l’opposition durant la campagne présidentielle à demeurer en Biélorussie. Les deux autres, la candidate Svetlana Tikhanovskaïa et Veronika Tsepkalo, se sont exilées à l’étranger. « Kolesnikova est actuellement détenue », a confirmé le porte-parole des gardes-frontières biélorusses, Anton Bytchkovski.
S’exprimant plus tôt mardi sur cette affaire, Alexandre Loukachenko avait donné une tout autre version des faits, assurant que Maria Kolesnikova avait été jetée d’une voiture « en marche » par ses deux collègues alors qu’ils fuyaient vers l’Ukraine. Il a assuré négocier avec Kiev la remise des deux autres personnes qui se trouvaient dans le véhicule. Mais cette version avait été démentie dès le matin par les autorités ukrainiennes.

 

Maria Kolesnikova ne vaut pas un clou politiquement , - quand on fui c'est que l'on a des choses à se reprocher - l'Ukraine pays du monde ou  la corruption est la plus importante des pays de l'est -- 



Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 17298
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum