Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Quand le confinement a du bon : les Français ont fait des économies

Aller en bas

Quand le confinement a du bon : les Français ont fait des économies Empty Quand le confinement a du bon : les Français ont fait des économies

Message par ledevois le Mar 19 Mai - 19:13

l'état trouvera bien un moyen de puiser encore dans l'épargne des français.
                                    Il faudra bien renflouer les caisses.



[size=33]VIDÉO. La plupart des commerces étant fermés, tout comme les bars et les restaurants, les Français ont peu dépensé depuis le début du confinement. L'épargne s'accumule.

 Par Thibaut Déléaz
Modifié le 29/04/2020 à 09:43 - Publié le 28/04/2020 à 15:45 | Le Point.fr[/size]


Ajouter aux favoris
[size][size]

[/size][/size]
Commenter
[size][size]

[/size][/size]
Envoyer par email


 




PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !

Au début du confinement, la plupart des Français en étaient persuadés : cette période de restrictions allait leur permettre de faire des économies. Les trois quarts des personnes interrogées fin mars par un sondage Harris Interactive pour l'Observatoire Cetelem estimaient que les mesures imposées pour lutter contre la pandémie de Covid-19 entraîneraient un ralentissement de leurs dépenses.
Après un mois et demi de confinement, ont-elles vu juste ? Le budget courses a certes augmenté, car les Français sont plus souvent à la maison, privés de restauration à l'extérieur ou de cantine en entreprise ou à l'école. Mais, pour le reste des dépenses, c'est la chute libre, comme le montrent les données de l'application de gestion d'argent Bankin'.



Lire aussi Pourquoi vos courses paraissent plus chères depuis le confinement

Effondrement des dépenses de loisir et de santé

Sans surprise, les bars, les restaurants et les hôtels étant fermés, la consommation s'est effondrée dans la catégorie « loisirs ». Même constat pour les dépenses en carburant : entre le télétravail, les salariés au chômage partiel et les restrictions de déplacement, la voiture reste bien souvent au garage. Quant à ceux qui doivent encore prendre le volant, ils profitent d'une baisse des prix à la pompe.



Même les dépenses de santé – hormis celles en pharmacie, qui sont stables par rapport aux deux mois précédant le confinement – sont en forte baisse. Un constat qui confirme la crainte des autorités sanitaires, qui alertent sur le risque d'un renoncement aux soins de la population pendant la crise.
Lire aussi Confinement : le risque du renoncement aux soins
Rare exception, les sites d'e-commerce profitent légèrement de la situation, du moins dans un premier temps, les données analysées s'arrêtant juste avant la fermeture des entrepôts d'Amazon France après sa condamnation par le tribunal le 14 avril. Pour s'occuper, les consommateurs semblent surtout s'être tournés vers les jeux vidéo, secteur qui a vu les dépenses exploser depuis le début du confinement, selon les données de Bankin'.
Globalement, « les dépenses de consommation finale des ménages auraient diminué de l'ordre de 35 % par rapport à une période « normale » d'activité », estime l'Insee dans son point de conjoncture du 9 avril. L'institut de statistiques pointe également « la chute des achats de carburant, de véhicules automobiles et d'autres biens manufacturés (habillement), mais aussi des services d'hébergement, de restauration ou de loisirs ».

Accumulation d'épargne

Conséquence directe de cette chute des dépenses, malgré une baisse des revenus pour une partie de la population, l'épargne est en nette hausse. « Pour huit semaines de confinement, les ménages accumuleraient une épargne forcée de 55 milliards d'euros », estime une étude de l'Office français des conjonctures économiques (OFCE). En mars, la collecte du livret A a doublé par rapport au mois de février, atteignant 2,71 milliards d'euros, son plus haut niveau depuis 2009. Les livrets de développement durable et solidaire enregistrent un bond similaire, à 1,12 milliard d'euros en mars.
Lire aussi Éric Woerth : « Créons un livret C comme coronavirus »



Si ce réflexe d'épargne refuge était attendu, il n'en est pas moins une source d'inquiétude pour le gouvernement. Devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale le 15 avril dernier, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, évoquait ce « risque de voir le taux d'épargne augmenter face aux incertitudes, au détriment du financement de notre économie. Or, ce n'est pas d'épargne dont nous avons besoin aujourd'hui pour notre économie, mais d'investissement. »
Consultez notre dossier : Coronavirus : le monde à l’arrêt

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Coronavirus : et s’il n’y avait pas de deuxième vague ?Stop Covid : l'astucieuse alternative que s’interdit la France pour l’instantPourquoi les kinés peuvent rouvrir leurs cabinetsDéconfinement à Paris : comment chaque arrondissement s'y prépare
https://www.lepoint.fr/economie/quand-le-confinement-a-du-bon-les-francais-ont-fait-des-economies-28-04-2020-2373256_28.php#


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 17014
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum