Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

1957 environ 100.000 morts en France

Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Nadou le Mer 13 Mai - 17:30

Il y a 63 ans, le monde vivait sa première pandémie de l'ère moderne. Appelée la grippe asiatique, elle fit 2 à 3 millions de morts dans le monde, dont 100.000 en France.




Un Français sur cinq a la grippe. Les hôpitaux sont submergés. Les médecins doivent travailler jour et nuit. La majorité des victimes sont des adolescents. Scénario catastrophe la grippe A ? Non, informations parues dans "Le Journal du dimanche", daté du 13 octobre 1957. Il y a soixante-trois ans presque jour pour jour, la France était touchée par une vague de grippe sans précédent. Appelée « grippe asiatique », elle restera dans les annales comme la première pandémie grippale de l'ère moderne. Aujourd'hui oubliée de tous, y compris de ceux qui l'ont vécue, elle fit 2 à 3 millions de morts dans le monde, dont 100.000 dans l'Hexagone (voir encadré ci-dessous). Vingt à trente fois plus qu'une grippe saisonnière classique.

Un virus parti de Chine


Parti de Chine en février - d'où son nom -, le virus mortel parcourt alors Hong Kong, Taiwan, Singapour et Bornéo, atteint ensuite l'Australie et l'Amérique du Nord avant de frapper l'Europe au début de l'été, en même temps que l'Afrique et l'Amérique. "La propagation a beau être moins rapide que celle du H1N1 aujourd'hui, elle se fait très vite : il faut six mois au virus pour boucler son tour du monde", remarque le virologue Claude Hannoun (1). L'été, peu propice au développement des virus grippaux, se passe sereinement. Mais les choses s'emballent à la rentrée.
"Il est intéressant d'observer l'évolution des médias de l'époque", note Luc Hessel, directeur des affaires médicales et publiques chez Sanofi-Pasteur MSD, spécialiste des politiques de vaccination. En juin 1957, le secrétariat d'État à la Santé publique affirme que "l'épidémie de grippe asiatique ne justifie pas d'inquiétude particulière". La presse se veut donc rassurante. "La maladie n'a rien d'alarmant jusqu'à présent", assure "Le Figaro". Les victimes signalées à l'étranger - 100.000 cas aux États-Unis, cinq enfants victimes de la maladie au Royaume-Uni -, n'émeuvent guère. Mais, dès la rentrée scolaire, le ton change. Fin septembre, "Le Figaro" donne la parole au Dr Peretti. Ce conseiller municipal parisien souhaite "renvoyer à une date ultérieure la rentrée scolaire, l'école étant un foyer de contamination par excellence". Il ne sera guère écouté.

Pneumonies virales primitives


Soixante ans après la mort de Pasteur, on ne doute pas des pouvoirs de la médecine. À l'époque, les antibiotiques sont présentés comme une riposte très efficace aux surinfections bactériennes, complications classiques de la grippe. Le professeur Étienne Chabrol explique dans "Le Figaro" du 9 octobre que "la riposte par les antibiotiques nous trouve mieux armés qu'à l'époque de la grippe espagnole". Mais le nouveau virus se caractérise par une forte contagiosité. "Trouvant devant lui une population dépourvue d'immunité préalable, il atteint un grand nombre de sujets à l'exception de ceux âgés de plus de 70 ans, qui semblaient plus résistants [on comprendra plus tard que ces derniers possèdent la mémoire immunitaire d'un virus similaire, datant vraisemblablement de 1889-1890, Ndlr]".
Les nombreux cas sévères étaient des pneumonies virales primitives, sans complications bactériennes, mais une maladie chronique sous-jacente était souvent présente. Le virus "était également grave pour la femme enceinte au cours du troisième trimestre de grossesse", rapportent Pierre Saliou et deux autres experts dans leur ouvrage « la Grippe en face » (2). "Deux caractéristiques distinguent la pandémie de la simple épidémie : une vaste extension géographique et un virus nouveau face à laquelle la population est en majorité naïve, c'est-à-dire dépourvue d'anticorps", ajoute l'historien de la santé Patrick Zylberman.

Un vaccin ?


Les scientifiques, pourtant, s'accrochent à une autre découverte de l'après-guerre : le vaccin. "Dix ans plus tôt, en 1947, on a isolé la première souche du virus à l'Institut Pasteur, premier laboratoire français jamais consacré aux recherches sur la grippe, indique Claude Hannoun. Mais les méthodes restent très artisanales et le processus, semi-industriel. Deux laboratoires, Pasteur et Mérieux, possèdent des vaccins à peu près équivalents. Pourtant, il n'y a pas de politique de vaccination : on administre le vaccin à quelques dizaines de milliers de personnes, surtout âgées". Soit, justement, la population la mieux immunisée. De plus, "les vaccins contre la grippe sont moins efficaces que ceux contre la polio, la rougeole, les oreillons ou la variole, soit parce que le virus de la grippe est très instable, soit parce que les vaccins eux-mêmes ne sont pas bien adaptés", rapporte Patrick Zylberman.
Pendant ce temps, la pandémie poursuit son avancée dans l'Hexagone. Le pic survient à l'automne 1957. Présente dans le Nord et l'Est (Moselle), la vague grippale s'intensifie brusquement dans la seconde quinzaine d'octobre, entraînant son lot de désorganisations. "L'offensive de la grippe se développe", titre alors "Le Journal du dimanche" du 13 octobre, mentionnant pêle-mêle les "administrations fonctionnant au ralenti" et les "usines à demi-effectifs". Quelques jours après la rentrée scolaire - à l'époque, elle a lieu début octobre -, 30 % des écoliers français sont grippés. Le traitement médiatique reste parfois bon enfant : dans "France-Soir", un pharmacien de la capitale estime qu'"au fond, les Parisiens sont contents de l'avoir eux aussi", cette grippe.

Les stocks de médicaments s'épuisent vite


Mais la tension monte. Dans les pharmacies, "les malades imaginaires épuisent les stocks de médicaments" (principalement aspirine et vitamine C) note "Le JDD". Le 14 octobre, "Le Figaro" signale "l'ouverture prochaine de centres de vaccination" à Paris. L'Institut Pasteur annonce que "le vaccin sera délivré avant dix jours aux populations prioritaires", en l'occurrence les médecins et les pharmaciens. La réalité sera tout autre. "Il n'y a pas assez de doses vaccinales et elles arrivent trop tard. La moitié d'entre elles ne seront disponibles qu'après le pic de l'épidémie", indique Patrick Zylberman. Dans l'opinion, l'agacement est à son comble. "Le ministère de la Santé a-t-il du vaccin contre la grippe ?", s'interroge "Le Figaro" le 25 octobre, qui assène : "Nous sommes en pleine épidémie de grippe asiatique et personne ou presque n'a été vacciné".
 En fait, la complexité du virus a eu raison du savoir de l'époque. « La pandémie de 1957 est un mauvais coup pour les scientifiques ! » plaisante Claude Hannoun. Le virus est radicalement différent de ses prédécesseurs, et notamment de la fameuse « grippe espagnole », un H1N1. Or le virus de 1957 est un H2N2. Les chercheurs le comprendront trop tard. « Le vaccin ne fonctionnait pas car il n'était tout simplement pas adapté au nouveau virus. Un peu comme si, aujourd'hui, on se vaccinait avec le vaccin contre la grippe saisonnière en pensant se protéger du H1N1 », explique Claude Hannoun. Fin octobre, la chose semble entendue : « L'Institut Pasteur [?] ne disposera que d'une quantité absolument négligeable de vaccins », tranche « Le Monde » du 27-28 octobre, qui souligne que les médecins et les techniciens de Pasteur ont réagi avec « bon sens » : « Ils ont décidé de ne point se faire vacciner ! »

La pandémie s'éteint naturellement


Sans vaccin, ni médicament miracle, la première pandémie moderne s'éteint naturellement. "Les vagues de pandémies finissent toujours par s'atténuer spontanément", souligne Luc Hessel. "Les répliques ont été de moins en moins importantes d'année en année, au fur et à mesure que l'immunité augmentait dans la population. On estime qu'à l'hiver 1957-1958, 20 % des Français ont été malades, donc immunisés, auxquels il convient d'ajouter 5 % de porteurs sains, qui ont attrapé le virus sans le savoir. Petit à petit, celui-ci est devenu saisonnier", note Claude Hannoun. "Le virus de la grippe est un virus voyou : il s'échappe en mutant de manière marginale, par un phénomène de dérive génétique, indique Luc Hessel. Un peu comme s'il changeait de manteau chaque hiver".
Durant l'hiver 1957-1958, ce changement de garde-robe aura fait 9 millions de malades et 100.000 morts en France. Il faudra attendre près de dix ans et la seconde pandémie grippale mondiale de l'ère moderne pour que ce virus H2N2 soit supplanté par un troisième, le H3N2.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 27925
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Lili-Rose le Mer 13 Mai - 18:20

Intéressant, j'en ai justement entendu parler cet après midi.
Le monde des virus reste visiblement un grand mystère.  Pourquoi cette pandémie de 1957 n'attaquait pas les populations âgées de + de 70 ans, et pourquoi la pandémie actuelle justement fait des ravages dans cette population.
Espérons que covid dégage au plus vite.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 7335
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Diviciac le Mer 13 Mai - 18:40

Nadou a écrit:Il y a 53 ans, le monde vivait sa première pandémie de l'ère moderne. /.../
???  

Il y a 53 ans…  en 1957 … 

C'est Antichrist qui a fait le calcul ? 
Diviciac
Diviciac

Messages : 26022
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Lili-Rose le Mer 13 Mai - 19:03

Diviciac a écrit:
Nadou a écrit:Il y a 53 ans, le monde vivait sa première pandémie de l'ère moderne. /.../
???  

Il y a 53 ans…  en 1957 … 

C'est Antichrist qui a fait le calcul ? 


Vous arrivez de nouveau à lire?
Vous vous êtes coupé la frange? Razz
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 7335
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Athos13 le Mer 13 Mai - 19:06

Il s'est trompé de 10 ans... Mais a surtout oublié de parler de la grippe "espagnole" celle là, qui fit beaucoup plus de morts !
Athos13
Athos13

Messages : 1526
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Lili-Rose le Mer 13 Mai - 19:24

Athos13 a écrit:Il s'est trompé de 10 ans... Mais a surtout oublié de parler de la grippe "espagnole" celle là, qui fit beaucoup plus de morts !
Tout juste 50 millions.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 7335
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Forcheville le Mer 13 Mai - 19:50

Lili-Rose a écrit:
Athos13 a écrit:Il s'est trompé de 10 ans... Mais a surtout oublié de parler de la grippe "espagnole" celle là, qui fit beaucoup plus de morts !
Tout juste 50 millions.

Avec la différence que les antibiotiques n'existaient pas encore et que la virulence du virus était due aussi aux surinfections bactériennes qu'il entraînait.

Forcheville

Messages : 211
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Nadou le Mer 13 Mai - 20:05

Athos13 a écrit:Il s'est trompé de 10 ans... Mais a surtout oublié de parler de la grippe "espagnole" celle là, qui fit beaucoup plus de morts !
Oui mais tout le monde connaît et cite la grippe espagnole alors que la grippe Asiatique et la grippe de Hong kong sont peu citées et plus proches de nous.




Des décennies, voire des siècles avant la pandémie de coronavirus, plusieurs épidémies ont frappé la planète. Parmi elles : l'épidémie de grippe de Hong Kong de 1968 qui, en moins de deux ans, a fait près d'un million de morts dans le monde, dont 31 000 en France. Quelle est son origine, les symptômes de la maladie et son taux de mortalité ? Combien de temps a-t-elle duré ? Existe-t-il des points communs avec l'épidémie Covid-19  ? Découverte. 

Origine de la grippe de Hong Kong

La grippe de Hong Kong serait apparue en Chine centrale en février 1968 avant, comme son nom l'indique, de frapper particulièrement Hong Kong en juillet 1968  où elle touche un demi-million d'habitants soit 15% de la population hongkongaise, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé. A noter qu'à l'époque, Hong Kong était une colonie britannique, aujourd'hui, c'est une région administrative de la Chine située au sud-est de Canton. Ensuite, "elle atteint Singapour début août, puis toujours en août, la Malaisie, la République du Vietnam, les Philippines et Taiwan (Chine). En septembre, l'infection gagne Madras, Bombay, la Thaïlande et quelques régions d'Australie; elle atteint aussi l'Iran, probablement par l'intermédiaire des Congrès internationaux de Médecine Tropicale et du Paludisme", liste l'OMS. Importée par des Marines revenant du Vietnam et à cause de la multiplication très rapide des transports aériens, elle se propage ensuite vers les Etats-Unis où elle décime 50 000 personnes en seulement trois mois. Puis, elle est présente en Europe jusqu'à l'hiver 1969. En France, l'épidémie arrive en deux vagues :


  • La première à la fin de l'hiver 1968-1969 : le virus fait des victimes mais ne semble pas se montrer particulièrement meurtrier.
  • La deuxième, entre décembre 1969 et janvier 1970 : l'épidémie est cette fois bien plus sévère et cause près de 40 000 décès, dont 17 000 directement imputables à la grippe. 

• Attention : il ne faut pas confondre la grippe de Hong Kong avec la grippe asiatique qui elle est liée au virus H2N2 de type A et qui est apparue, 10 ans plus tôt, en 1957-1958.
• Les pandémies du XXe siècle sont souvent associées à l'émergence d'un nouveau sous-type de virus de grippe A, à partir de réservoirs animaux, auquels la population n'est pas encore immunisée. 

Symptômes : œdème pulmonaire, crachats de sang...

La grippe de Hong Kong pouvait aussi s'attaquer à des patients jeunes, causant des atteintes gravissimes.
La grippe de Hong Kong est causée par une souche de type A, remplaçante de la souche H2N2 : la souche H3N2. La souche H3N2 est un nouveau virus qui ressemble à la souche H2N2, mais elle n'a pas la même hématogglutinine, une protéine présente à la surface du virus de la grippe qui permet la fixation de la particule virale sur une cellule cible (voir le schéma ci-dessous). Lorsqu'elle infectait des cellules et se propageait au sein d'un organisme, la souche H3N2 entraînait des symptômes typiques de la grippe, plus ou moins sévères en fonction des personnes infectées, comme : une toux sèche et douloureuse, des douleurs musculaires, une fièvre élevée, des maux de tête... Elle était particulièrement agressive chez des personnes avec des pathologies pré-existantes. La grippe de Hong Kong pouvait aussi s'attaquer "à des patients jeunes, causant des atteintes gravissimes. Les gens faisaient des œdèmes pulmonaires aigus : ils toussaient et crachaient du sang. On essayait de les ventiler mais ils mourraient très vite", relate Le professeur Pierre Dellamonica, ancien chef du service infectiologie du CHU de Nice, dans un article du Figaro. 


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 27925
Date d'inscription : 02/07/2017

http://forum-plusplus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Lili-Rose le Mer 13 Mai - 21:05

Forcheville a écrit:
Lili-Rose a écrit:
Tout juste 50 millions.

Avec la différence que les antibiotiques n'existaient pas encore et que la virulence du virus était due aussi aux surinfections bactériennes qu'il entraînait.


Ca je n'en sais rien, mais c'est le schéma classique de la surinfection.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 7335
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par dugenou le Mer 13 Mai - 23:38

Diviciac a écrit:
Nadou a écrit:Il y a 53 ans, le monde vivait sa première pandémie de l'ère moderne. /.../
???  

Il y a 53 ans…  en 1957 … 

C'est Antichrist qui a fait le calcul ? 
rire main


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 4879
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par dugenou le Mer 13 Mai - 23:39

Nadou a écrit:
Athos13 a écrit:Il s'est trompé de 10 ans... Mais a surtout oublié de parler de la grippe "espagnole" celle là, qui fit beaucoup plus de morts !
Oui mais tout le monde connaît et cite la grippe espagnole alors que la grippe Asiatique et la grippe de Hong kong sont peu citées et plus proches de nous.




Des décennies, voire des siècles avant la pandémie de coronavirus, plusieurs épidémies ont frappé la planète. Parmi elles : l'épidémie de grippe de Hong Kong de 1968 qui, en moins de deux ans, a fait près d'un million de morts dans le monde, dont 31 000 en France. Quelle est son origine, les symptômes de la maladie et son taux de mortalité ? Combien de temps a-t-elle duré ? Existe-t-il des points communs avec l'épidémie Covid-19  ? Découverte. 

Origine de la grippe de Hong Kong



La grippe de Hong Kong serait apparue en Chine centrale en février 1968 avant, comme son nom l'indique, de frapper particulièrement Hong Kong en juillet 1968  où elle touche un demi-million d'habitants soit 15% de la population hongkongaise, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé. A noter qu'à l'époque, Hong Kong était une colonie britannique, aujourd'hui, c'est une région administrative de la Chine située au sud-est de Canton. Ensuite, "elle atteint Singapour début août, puis toujours en août, la Malaisie, la République du Vietnam, les Philippines et Taiwan (Chine). En septembre, l'infection gagne Madras, Bombay, la Thaïlande et quelques régions d'Australie; elle atteint aussi l'Iran, probablement par l'intermédiaire des Congrès internationaux de Médecine Tropicale et du Paludisme", liste l'OMS. Importée par des Marines revenant du Vietnam et à cause de la multiplication très rapide des transports aériens, elle se propage ensuite vers les Etats-Unis où elle décime 50 000 personnes en seulement trois mois. Puis, elle est présente en Europe jusqu'à l'hiver 1969. En France, l'épidémie arrive en deux vagues :


  • La première à la fin de l'hiver 1968-1969 : le virus fait des victimes mais ne semble pas se montrer particulièrement meurtrier.
  • La deuxième, entre décembre 1969 et janvier 1970 : l'épidémie est cette fois bien plus sévère et cause près de 40 000 décès, dont 17 000 directement imputables à la grippe. 

• Attention : il ne faut pas confondre la grippe de Hong Kong avec la grippe asiatique qui elle est liée au virus H2N2 de type A et qui est apparue, 10 ans plus tôt, en 1957-1958.
• Les pandémies du XXe siècle sont souvent associées à l'émergence d'un nouveau sous-type de virus de grippe A, à partir de réservoirs animaux, auquels la population n'est pas encore immunisée. 

Symptômes : œdème pulmonaire, crachats de sang...



La grippe de Hong Kong pouvait aussi s'attaquer à des patients jeunes, causant des atteintes gravissimes.
La grippe de Hong Kong est causée par une souche de type A, remplaçante de la souche H2N2 : la souche H3N2. La souche H3N2 est un nouveau virus qui ressemble à la souche H2N2, mais elle n'a pas la même hématogglutinine, une protéine présente à la surface du virus de la grippe qui permet la fixation de la particule virale sur une cellule cible (voir le schéma ci-dessous). Lorsqu'elle infectait des cellules et se propageait au sein d'un organisme, la souche H3N2 entraînait des symptômes typiques de la grippe, plus ou moins sévères en fonction des personnes infectées, comme : une toux sèche et douloureuse, des douleurs musculaires, une fièvre élevée, des maux de tête... Elle était particulièrement agressive chez des personnes avec des pathologies pré-existantes. La grippe de Hong Kong pouvait aussi s'attaquer "à des patients jeunes, causant des atteintes gravissimes. Les gens faisaient des œdèmes pulmonaires aigus : ils toussaient et crachaient du sang. On essayait de les ventiler mais ils mourraient très vite", relate Le professeur Pierre Dellamonica, ancien chef du service infectiologie du CHU de Nice, dans un article du Figaro. 
Waouh, devant tant de connaissances, vous devriez postuler à l’Institut Pasteur.


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 4879
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

1957 environ 100.000 morts en France Empty Re: 1957 environ 100.000 morts en France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum