-57%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe à induction Samsung avec charge rapide sans fil ...
14.99 € 34.99 €
Voir le deal
-15%
Le deal à ne pas rater :
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil intellectuel de ...
5.95 € 6.99 €
Voir le deal

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Aller en bas

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire.  . Empty devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Message par ledevois le Mer 13 Mai - 12:12

83 % des pertes allemandes de toute la guerre sur le front de l'Est, c'est à dire que les Britanniques, US, français, polonais, néerlandais et autres réunis n'ont détruit que 17 % en Europe, Afrique du Nord et Atlantique. Qui a gagné la guerre ?



  
Chute du nazisme : Moscou fustige les tentatives américaines d'occulter le rôle de l'URSS

Annie Lacroix-Riz (puis ALR) : Sa date symbolise l’acharnement allemand, qui a été porté jusqu’à la dernière extrémité : c’est le 9 mai que tombe Prague, au lendemain de la capitulation allemande à Berlin. C’est clair sur le caractère impitoyable de cette guerre qui a été pour la Russie une véritable guerre d’extermination. Le 8 mai, à Berlin, en présence enfin de Joukov, pouvait cependant passer encore, à certains égards, pour la confirmation de la première tentative « occidentale » de Reims, le 7 mai. La procédure a d’autant plus indigné les Soviétiques que les Anglo-Américains leur avaient infligé, le 2 mai, la sévère humiliation d’une capitulation séparée de la Wehrmacht en Italie, aux sévères conséquences politiques, notamment yougoslaves. Spécialiste de la Seconde guerre mondiale, Annie Lacroix-Riz est l'auteure des ouvrages parus notamment chez Armand Colin, «Le Vatican, l’Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide» (1914-1955) (2010) ; «Industriels et banquiers français sous l’Occupation» (2013) ; «Les élites françaises», 1940-1944. «De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine» (2016) ;« La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950» (2019) Ces mauvaises façons, s’ajoutant à un immense contentieux, accumulé depuis le 22 juin 1941, anticipaient sur la célébration de la fin de la guerre européenne comme une victoire « occidentale ». Elle imposait aux Soviétiques de proclamer solennellement, devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. Dès 1968, l’excellent historien américain Gabriel Kolko, étudiant la politique de guerre des États-Unis (The Politics of War: The World and United States Foreign Policy, 1943–1945), a démontré que la Russie avait supporté la quasi-totalité de l’effort militaire. Parmi tant d’autres, vient d’être publié un ouvrage anglo-russe sur la correspondance Staline-Churchill juillet 1941-juillet 1945 (Churchill and Stalin. Comrades-in-arms during the Second World War), qui rappelle que l’Union soviétique a supporté le poids du conflit dès l’attaque Barbarossa du 22 juin 1941, seule à toutes les étapes, jusque, grosso modo, au débarquement du 6 juin 1944. À l’Ouest, ce débarquement n’est d’ailleurs possible que parce que l’Union Soviétique livre alors la gigantesque offensive Bagration, qui allège le poids de la Wehrmacht pour les Occidentaux. [...] Si la guerre est effroyable pour l’Union soviétique, cela se passe mieux pour les troupes occidentales. Après l’offensive des Ardennes, à partir de janvier 1945, la Wehrmacht cesse de combattre à l’Ouest. Kolko a fait les comptes précis, via les archives américaines publiées (Foreign Relations of the United States) : il y a encore 270 divisions allemandes qui combattent avec fureur, jusqu’au dernier jour sur le front de l'Est ; il y en a 27 sur le front occidental, dont 26 sont occupées à évacuer vers les Occidentaux les unités de la Wehrmacht et leur matériel pour les soustraire à l’Armée rouge. 300 000 morts soviétiques dans la dernière phase de la prise de Berlin, contre 200 000 pour les Américains, sur tous les fronts, européen (Afrique du Nord comprise) et asiatique, de 1941 à la capitulation japonaise [...]  L'Union soviétique est un vainqueur militaire incontestable, mais un vainqueur blessé à mort Lire aussi «Ce sont eux qui sont coupables» : Poutine évoque le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale Le 9 ma

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/opinions/74878-union-sovietique-est-vainqueur-militaire-incontestable-mais-un-vainqueur-blesse-a-mort


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 16135
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire.  . Empty Re: devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Message par Forcheville le Mer 13 Mai - 14:19

Il faut distinguer le rôle du peuple russe de celui de Staline dans cette "grande guerre patriotique".

Celui du peuple russe est incontestable.
Celui de Staline l'est beaucoup moins:
-s'il n'avait pas signé le pacte germano-soviétique, laissant à Hitler les mains libres à l'Ouest, il n'aurait pas facilité son retournement de juin 41.
- s'il avait écouté les nombreuses informations transmises par ses services qui lui annonçaient une invasion imminente, il se serait préparé et n'aurait pas eu à subir les énormes pertes du début de l'offensive et des efforts de la suite pour redresser la situation.
- s'il n'avait de façon insensée décapité son état-major militaire lors de la "grande terreur" des années 1937-38

Donc les pertes(immenses) soviétiques sont à imputer pour une grande part à Staline lui-même.
Les vainqueurs écrivant eux-mêmes l'Histoire, on a retenu que la fin c'est-à-dire la victoire finale, les épisodes du début et intermédiaires étant passés sous silence.

Forcheville

Messages : 81
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire.  . Empty Re: devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Message par Diviciac le Mer 13 Mai - 16:04

Forcheville a écrit:Il faut distinguer le rôle du peuple russe de celui de Staline dans cette "grande guerre patriotique".

Celui du peuple russe est incontestable.
Celui de Staline l'est beaucoup moins:
-s'il n'avait pas signé le pacte germano-soviétique, laissant à Hitler les mains libres à l'Ouest, il n'aurait pas facilité son retournement de juin 41.
- s'il avait écouté les nombreuses informations transmises par ses services qui lui annonçaient une invasion imminente, il se serait préparé et n'aurait pas eu à subir les énormes pertes du début de l'offensive et des efforts de la suite pour redresser la situation.
- s'il n'avait de façon insensée décapité son état-major militaire lors de la "grande terreur" des années 1937-38

Donc les pertes(immenses) soviétiques sont à imputer pour une grande part à Staline lui-même.
Les vainqueurs écrivant eux-mêmes l'Histoire, on a retenu que la fin c'est-à-dire la victoire finale, les épisodes du début et intermédiaires étant passés sous silence.

En 1945, quand on interrogeait les Français sur le pays qui avait gagné la guerre et vaincu le nazisme en Europe 75 % répondaient  l'URSS. 
Depuis, la communication occidentale et Hollywood ont dû inverser le rapport . 

Quant au pacte germano-soviétique, comme vous le signalez, en 1939 l'armée rouge était complétement désorganisée par la purge des généraux et cadres qui étaient majoritairement trotskystes. L'industrie soviétique était tournée vers la   production de tracteurs et pas de chars d'assaut. Sans ce pacte, en 1939, la  Wehrmacht serait allée comme dans du beurre à Moscou avec la bénédiction de l'Occident qui préférait encore Hitler à Staline.
Diviciac
Diviciac

Messages : 25638
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire.  . Empty Re: devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Message par Forcheville le Mer 13 Mai - 16:42

Diviciac a écrit:
Forcheville a écrit:Il faut distinguer le rôle du peuple russe de celui de Staline dans cette "grande guerre patriotique".

Celui du peuple russe est incontestable.
Celui de Staline l'est beaucoup moins:
-s'il n'avait pas signé le pacte germano-soviétique, laissant à Hitler les mains libres à l'Ouest, il n'aurait pas facilité son retournement de juin 41.
- s'il avait écouté les nombreuses informations transmises par ses services qui lui annonçaient une invasion imminente, il se serait préparé et n'aurait pas eu à subir les énormes pertes du début de l'offensive et des efforts de la suite pour redresser la situation.
- s'il n'avait de façon insensée décapité son état-major militaire lors de la "grande terreur" des années 1937-38

Donc les pertes(immenses) soviétiques sont à imputer pour une grande part à Staline lui-même.
Les vainqueurs écrivant eux-mêmes l'Histoire, on a retenu que la fin c'est-à-dire la victoire finale, les épisodes du début et intermédiaires étant passés sous silence.

En 1945, quand on interrogeait les Français sur le pays qui avait gagné la guerre et vaincu le nazisme en Europe 75 % répondaient  l'URSS. 
Depuis, la communication occidentale et Hollywood ont dû inverser le rapport . 

Quant au pacte germano-soviétique, comme vous le signalez, en 1939 l'armée rouge était complétement désorganisée par la purge des généraux et cadres qui étaient majoritairement trotskystes. L'industrie soviétique était tournée vers la   production de tracteurs et pas de chars d'assaut. Sans ce pacte, en 1939, la  Wehrmacht serait allée comme dans du beurre à Moscou avec la bénédiction de l'Occident qui préférait encore Hitler à Staline.

C'est surtout que l'emprise idéologique communiste en France s'est réduite à peau de chagrin, le PC passant de plus de 20% dans les années d'après guerre  au score de 2 ou 3 % aujourd'hui.
Si Staline avait lu Mein Kampf-il lisait  bien Anatole France- il aurait vu ce qui l'attendait, puisque Hitler y parle bien "d'espace vital à l'Est".
D'ailleurs son ambassadeur à Londres avant guerre a fait des pieds et des mains pour le convaincre de faire plutôt alliance avec l'Ouest, en pure perte.
Il faut lire les articles de la presse soviétique commentant la débâcle française de juin 40:" peuple de dégénérés, il l'avait pas volée..." grosse rigolade à Moscou pour railler une armée qui avait une réputation d'invincibilité.
En juin 41, ce n'était plus la même limonade.

Forcheville

Messages : 81
Date d'inscription : 16/03/2020
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire.  . Empty Re: devant leur peuple, leur incontestable victoire militaire. .

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum