« C’est notre faute »