Plus jamais Macron ?

Aller en bas

Plus jamais Macron ?  Empty Plus jamais Macron ?

Message par Diviciac le Jeu 6 Fév - 21:48

A gauche, l’étoile du président est presque éteinte. Rejeté pour son comportement et sa politique jugée « de droite », peut-il encore contenter l’électorat social-démocrate ?

Plus jamais Macron ? En 2017, près de la moitié des anciens électeurs de François Hollande apportaient leurs suffrages au candidat d’En Marche ! dès le premier tour. Un lointain passé. Ils sont aujourd’hui moins de un sur six à se satisfaire de sa politique, qu’ils jugent « trop à droite ». Un ressentiment récemment aggravé par le conflit social sur la réforme des retraites. L’ancien sénateur socialiste Henri Weber, auteur de « Où va la Macronie ? », dans la revue « le Débat » de septembre-octobre 2019, pronostique :
« Les grèves et les manifestations réveillent le peuple de gauche. Le prix politique de cette réforme sera considérable. »
Solidaires des grévistes, on a même vu réapparaître des intellectuels engagés radicalement hostiles au « président des riches" 

L’expérience s’est déroulée dans la salle à manger de « l’Obs », un mercredi soir de la fin du mois de janvier. Une quinzaine d’électeurs sélectionnés par Ipsos ont débattu à bâtons rompus pendant plus de deux heures trente. Le thème de la soirée ? Emmanuel Macron vu par des électeurs de gauche. Car Romain, Jessica, Marie-Florence, Emma, Samir (certains prénoms ont été changés) et les autres ont un point commun : ils ont toujours voté à gauche… jusqu’à l’élection présidentielle de 2017.

Lors de ce scrutin, en effet, par choix ou par nécessité, ils ont glissé dans l’urne un bulletin au nom d’Emmanuel Macron, assurant ainsi son triomphe… Certains l’ont fait dès le premier tour. D’autres sont d’abord restés fidèles au Parti socialiste en optant pour Benoît Hamon. Comment expliquent-ils aujourd’hui leur suffrage pour le candidat « en marche » ? Quel regard portent-ils sur l’action du président de la République qui promettait d’être « et de gauche et de droite » ? Seraient-ils prêts à revoter pour lui si l’occasion se représentait en 2022 ? « Nous n’avons pas retenu les profils des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, dont l’opinion est déjà arrêtée », explique Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos France. Il n’empêche. Au terme d’échanges passionnés, la déception et même la colère des panélistes de « l’Obs » à l’égard du président sont clairement apparues. Jusqu’où ira la rupture ?

Diviciac
Diviciac

Messages : 23505
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum