-29%
Le deal à ne pas rater :
Seb Friteuse Sans Huile Actifry – FZ710800
99.99 € 139.99 €
Voir le deal

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par frenchy35F le Lun 3 Fév - 21:56

Extrait au minimum à lire...pensons-y pour le Futur...NOTRE FUTUR...:


"" En 2018, le budget recherche du CNRS était sept fois inférieur à celui d'Amazon. Si nous ne soutenons pas cette institution, des domaines comme la médecine ou l'intelligence artificielle pourraient dépendre d'intérêts privés et restreindre l'étendue de leurs projets.


Tribune. 2019 a été l’année de la célébration du 80anniversaire du CNRS, premier organisme public de recherche européen, dont l’une des missions majeures est le développement de la recherche fondamentale, celle qui vise à acquérir de nouvelles connaissances sans en envisager a priori une utilisation particulière et qui construit le socle de l’innovation de demain. Au même moment étaient présentés les rapports des groupes de travail sur la future loi 
de programmation pluriannuelle de la recherche. Ces deux événements ont mis le projecteur sur la situation de la recherche française et le constat est unanime : la France perd du terrain et le niveau de financement de sa recherche est insuffisant. Elle n’investit que 2,2% de son PIB dans la recherche, moins que les Etats-Unis (2,8%) et très loin derrière le Danemark, la Suisse, et l’Allemagne qui dépassent les 3%, quand la Corée du Sud et Israël sont au-delà des 4,5% !

 
Cette situation alarmante pose la question de l’effort que nous sommes collectivement prêts à faire pour rester une grande nation scientifique et d’innovation. Soutenir la recherche fondamentale est indispensable pour garantir l’indépendance technologique d’un pays sur le long terme. Et ce soutien doit se faire sur la durée, car le temps long de la science n’est pas celui du politique ni celui des attentes du citoyen. La capacité qu’a aujourd’hui l’Europe de lancer des satellites découle des programmes fortement dotés, dont le programme Ariane lancé en 1973 par l’Agence spatiale européenne.
 
Les défis actuels – résistance aux antibiotiques, ordinateur quantique, énergies propres, réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité etc. – réclament des investissements intellectuels et financiers encore plus conséquents que par le passé. Sur ces thématiques, les géants du web (les fameux Gafam) engagent des sommes comparables voire supérieures à celles des plus grandes nations scientifiques. Le budget de recherche d’Amazon en 2018 était ainsi sept fois supérieur à celui du CNRS. A terme, le risque est que, dans les domaines de la médecine personnalisée et de l’intelligence artificielle, nous dépendions d’intérêts privés dans l’accès aux nouvelles technologies.
 

Dans un contexte budgétaire contraint, il pourrait être tentant d’orienter les financements vers quelques grands thèmes en relation avec les questions sociétales actuelles, au détriment de tous les autres. Ce serait oublier que, de façon générale, quand on cherche, on ne sait pas ce qu’on va trouver et que la recherche fondamentale et le développement technologique qui s’ensuit procèdent par rupture. Ainsi, l’immunothérapie, qui a changé la donne dans le traitement de certains cancers, résulte de découvertes récentes en immunologie fondamentale. Cette stratégie thérapeutique n’a rien à voir avec la chimiothérapie et la radiothérapie utilisées classiquement.
 
Deux autres exemples issus de la virologie illustrent la difficulté de prédire les domaines de recherche à prioriser. Dans les années 70, les travaux menés sur les rétrovirus étaient peu soutenus : on doutait qu’ils puissent un jour avoir une application. Ils se sont pourtant révélés décisifs en 1983 pour identifier et caractériser le virus responsable du sida. Cette recherche a aussi fourni des outils importants en biotechnologie, en particulier en thérapie génique. A la fin des années 90, la France arrête la recherche sur les coronavirus, l’étude de cette famille virale étant jugée peu pertinente du point de vue de la santé publique. Cette décision sera déplorée en 2003 lorsque éclatera l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) causée par un coronavirus jusque-là inconnu et très proche de celui qui frappe à nouveau la Chine en ce moment.
 
Le déclin actuel du financement de la recherche française, même s’il commence à se faire sentir dans les laboratoires, n’a pas encore d’effet irréversible ni d’impact sur le quotidien des citoyens. S’il se poursuit, c’est dans une dizaine d’années qu’on comprendra qu’il nous aura définitivement condamnés à l’impuissance face aux défis sociétaux et au statut de nation de seconde zone dans le domaine des technologies de pointe. ""


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...pas d' efforts positifs = arriérés négatifs
frenchy35F
frenchy35F

Messages : 4464
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par frenchy35F le Lun 3 Fév - 22:32

Pas trop fatiguant à lire ??? 

J' attends la nouvelle série d' amendements de la "bande des 4" mais ne répètez pas 4 fois les mêmes..........
Un peu de variété quand même car les critiques permanents et négatifs...Ras le bol !!!!!! Thanks


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...pas d' efforts positifs = arriérés négatifs
frenchy35F
frenchy35F

Messages : 4464
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par dugenou le Lun 3 Fév - 22:36

frenchy35F a écrit:Extrait au minimum à lire...pensons-y pour le Futur...NOTRE FUTUR...:


"" En 2018, le budget recherche du CNRS était sept fois inférieur à celui d'Amazon. Si nous ne soutenons pas cette institution, des domaines comme la médecine ou l'intelligence artificielle pourraient dépendre d'intérêts privés et restreindre l'étendue de leurs projets.


Tribune. 2019 a été l’année de la célébration du 80anniversaire du CNRS, premier organisme public de recherche européen, dont l’une des missions majeures est le développement de la recherche fondamentale, celle qui vise à acquérir de nouvelles connaissances sans en envisager a priori une utilisation particulière et qui construit le socle de l’innovation de demain. Au même moment étaient présentés les rapports des groupes de travail sur la future loi 
de programmation pluriannuelle de la recherche. Ces deux événements ont mis le projecteur sur la situation de la recherche française et le constat est unanime : la France perd du terrain et le niveau de financement de sa recherche est insuffisant. Elle n’investit que 2,2% de son PIB dans la recherche, moins que les Etats-Unis (2,8%) et très loin derrière le Danemark, la Suisse, et l’Allemagne qui dépassent les 3%, quand la Corée du Sud et Israël sont au-delà des 4,5% !

 
Cette situation alarmante pose la question de l’effort que nous sommes collectivement prêts à faire pour rester une grande nation scientifique et d’innovation. Soutenir la recherche fondamentale est indispensable pour garantir l’indépendance technologique d’un pays sur le long terme. Et ce soutien doit se faire sur la durée, car le temps long de la science n’est pas celui du politique ni celui des attentes du citoyen. La capacité qu’a aujourd’hui l’Europe de lancer des satellites découle des programmes fortement dotés, dont le programme Ariane lancé en 1973 par l’Agence spatiale européenne.
 
Les défis actuels – résistance aux antibiotiques, ordinateur quantique, énergies propres, réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité etc. – réclament des investissements intellectuels et financiers encore plus conséquents que par le passé. Sur ces thématiques, les géants du web (les fameux Gafam) engagent des sommes comparables voire supérieures à celles des plus grandes nations scientifiques. Le budget de recherche d’Amazon en 2018 était ainsi sept fois supérieur à celui du CNRS. A terme, le risque est que, dans les domaines de la médecine personnalisée et de l’intelligence artificielle, nous dépendions d’intérêts privés dans l’accès aux nouvelles technologies.
 

Dans un contexte budgétaire contraint, il pourrait être tentant d’orienter les financements vers quelques grands thèmes en relation avec les questions sociétales actuelles, au détriment de tous les autres. Ce serait oublier que, de façon générale, quand on cherche, on ne sait pas ce qu’on va trouver et que la recherche fondamentale et le développement technologique qui s’ensuit procèdent par rupture. Ainsi, l’immunothérapie, qui a changé la donne dans le traitement de certains cancers, résulte de découvertes récentes en immunologie fondamentale. Cette stratégie thérapeutique n’a rien à voir avec la chimiothérapie et la radiothérapie utilisées classiquement.
 
Deux autres exemples issus de la virologie illustrent la difficulté de prédire les domaines de recherche à prioriser. Dans les années 70, les travaux menés sur les rétrovirus étaient peu soutenus : on doutait qu’ils puissent un jour avoir une application. Ils se sont pourtant révélés décisifs en 1983 pour identifier et caractériser le virus responsable du sida. Cette recherche a aussi fourni des outils importants en biotechnologie, en particulier en thérapie génique. A la fin des années 90, la France arrête la recherche sur les coronavirus, l’étude de cette famille virale étant jugée peu pertinente du point de vue de la santé publique. Cette décision sera déplorée en 2003 lorsque éclatera l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) causée par un coronavirus jusque-là inconnu et très proche de celui qui frappe à nouveau la Chine en ce moment.
 
Le déclin actuel du financement de la recherche française, même s’il commence à se faire sentir dans les laboratoires, n’a pas encore d’effet irréversible ni d’impact sur le quotidien des citoyens. S’il se poursuit, c’est dans une dizaine d’années qu’on comprendra qu’il nous aura définitivement condamnés à l’impuissance face aux défis sociétaux et au statut de nation de seconde zone dans le domaine des technologies de pointe. ""
Les chercheurs Français partent de plus en plus à l’étranger parce que mieux soutenus financièrement. C’est un fait. 
Nous avons de vraies pépites, à nous de les conserver


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 4463
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par ledevois le Mar 4 Fév - 10:17

dugenou a écrit:
frenchy35F a écrit:Extrait au minimum à lire...pensons-y pour le Futur...NOTRE FUTUR...:


"" En 2018, le budget recherche du CNRS était sept fois inférieur à celui d'Amazon. Si nous ne soutenons pas cette institution, des domaines comme la médecine ou l'intelligence artificielle pourraient dépendre d'intérêts privés et restreindre l'étendue de leurs projets.


Tribune. 2019 a été l’année de la célébration du 80anniversaire du CNRS, premier organisme public de recherche européen, dont l’une des missions majeures est le développement de la recherche fondamentale, celle qui vise à acquérir de nouvelles connaissances sans en envisager a priori une utilisation particulière et qui construit le socle de l’innovation de demain. Au même moment étaient présentés les rapports des groupes de travail sur la future loi 
de programmation pluriannuelle de la recherche. Ces deux événements ont mis le projecteur sur la situation de la recherche française et le constat est unanime : la France perd du terrain et le niveau de financement de sa recherche est insuffisant. Elle n’investit que 2,2% de son PIB dans la recherche, moins que les Etats-Unis (2,8%) et très loin derrière le Danemark, la Suisse, et l’Allemagne qui dépassent les 3%, quand la Corée du Sud et Israël sont au-delà des 4,5% !

 
Cette situation alarmante pose la question de l’effort que nous sommes collectivement prêts à faire pour rester une grande nation scientifique et d’innovation. Soutenir la recherche fondamentale est indispensable pour garantir l’indépendance technologique d’un pays sur le long terme. Et ce soutien doit se faire sur la durée, car le temps long de la science n’est pas celui du politique ni celui des attentes du citoyen. La capacité qu’a aujourd’hui l’Europe de lancer des satellites découle des programmes fortement dotés, dont le programme Ariane lancé en 1973 par l’Agence spatiale européenne.
 
Les défis actuels – résistance aux antibiotiques, ordinateur quantique, énergies propres, réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité etc. – réclament des investissements intellectuels et financiers encore plus conséquents que par le passé. Sur ces thématiques, les géants du web (les fameux Gafam) engagent des sommes comparables voire supérieures à celles des plus grandes nations scientifiques. Le budget de recherche d’Amazon en 2018 était ainsi sept fois supérieur à celui du CNRS. A terme, le risque est que, dans les domaines de la médecine personnalisée et de l’intelligence artificielle, nous dépendions d’intérêts privés dans l’accès aux nouvelles technologies.
 

Dans un contexte budgétaire contraint, il pourrait être tentant d’orienter les financements vers quelques grands thèmes en relation avec les questions sociétales actuelles, au détriment de tous les autres. Ce serait oublier que, de façon générale, quand on cherche, on ne sait pas ce qu’on va trouver et que la recherche fondamentale et le développement technologique qui s’ensuit procèdent par rupture. Ainsi, l’immunothérapie, qui a changé la donne dans le traitement de certains cancers, résulte de découvertes récentes en immunologie fondamentale. Cette stratégie thérapeutique n’a rien à voir avec la chimiothérapie et la radiothérapie utilisées classiquement.
 
Deux autres exemples issus de la virologie illustrent la difficulté de prédire les domaines de recherche à prioriser. Dans les années 70, les travaux menés sur les rétrovirus étaient peu soutenus : on doutait qu’ils puissent un jour avoir une application. Ils se sont pourtant révélés décisifs en 1983 pour identifier et caractériser le virus responsable du sida. Cette recherche a aussi fourni des outils importants en biotechnologie, en particulier en thérapie génique. A la fin des années 90, la France arrête la recherche sur les coronavirus, l’étude de cette famille virale étant jugée peu pertinente du point de vue de la santé publique. Cette décision sera déplorée en 2003 lorsque éclatera l’épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) causée par un coronavirus jusque-là inconnu et très proche de celui qui frappe à nouveau la Chine en ce moment.
 
Le déclin actuel du financement de la recherche française, même s’il commence à se faire sentir dans les laboratoires, n’a pas encore d’effet irréversible ni d’impact sur le quotidien des citoyens. S’il se poursuit, c’est dans une dizaine d’années qu’on comprendra qu’il nous aura définitivement condamnés à l’impuissance face aux défis sociétaux et au statut de nation de seconde zone dans le domaine des technologies de pointe. ""
Les chercheurs Français partent de plus en plus à l’étranger parce que mieux soutenus financièrement. C’est un fait. 
Nous avons de vraies pépites, à nous de les conserver

Sans fric dans les caisses comment la France peut elle soutenir la recherche --? 


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 14985
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par frenchy35F le Mar 4 Fév - 11:29

Question : 
QUELLES SONT TES IDEES POUR REMPLIR LES CAISSES ?
TAXER LES MOINS AISES ou TAXER LES PLUS AISES....voire largement TROP AISES ????

Allez un effort de logique ... Very Happy Very Happy


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...pas d' efforts positifs = arriérés négatifs
frenchy35F
frenchy35F

Messages : 4464
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par Diviciac le Mar 4 Fév - 12:10

frenchy35F a écrit:Question : 
QUELLES SONT TES IDEES POUR REMPLIR LES CAISSES ?
TAXER LES MOINS AISES ou TAXER LES PLUS AISES....voire largement TROP AISES ????

Allez un effort de logique ... Very Happy Very Happy

C'est curieux, Frenchy, vous défendez un régime qui fait le contraire de ce que vous semblez souhaiter. 
Les plus aisés, grâce à la surpression de l'ISF , l'instauration du   prélèvement libératoire de 30% sur les revenus du capital mobilier (dividendes, intérêts) et le sabordage de l'exit taxe de Sarkozy n'ont jamais été aussi choyés et aussi riches.   
Mes idées ? Revenir sur ces mesures qui gavent les plus riches au delà du raisonnable. Ca fera des revenus à l'Etat et ce sera "moral" car il n'est pas normal que des dividendes obtenus sans rien foutre soient moins taxés que des salaires obtenus en bossant . 
Diviciac
Diviciac

Messages : 23606
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par ledevois le Mar 4 Fév - 13:37

frenchy35F a écrit:Question : 
QUELLES SONT TES IDEES POUR REMPLIR LES CAISSES ?
TAXER LES MOINS AISES ou TAXER LES PLUS AISES....voire largement TROP AISES ????

Allez un effort de logique ... Very Happy Very Happy

 Pour ce qui est des supers aisés  et de taxer les aisés dans ce pays j'en sais quelque chose , et pour ce qui est des trop aisés je ne suis pas contre -faudrait établir un des paramètres parce que franchement je ne sais pas vu me situer - 
 Ce n'est pas ma faute si j'ai gagné ma vie convenablement , et je ni suis pour rien si mon épouse à un travail lucratif -- 
 Notre problème c'est que marié sous le régime de la communauté nous avons un revenu qui dépasse de trop la signification de ce que l'on appelle Français moyen -- 
 oui je paye plus pour ceux qui n'ont pas grand chose , et pour le public -- ;  que ce que j'en récolte comme service -- , à se demander quelle considération nous avons dans ce pays d'être riche sans magouiller -


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 14985
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE  Empty Re: Importance du Budget de LA RECHERCHE PUBLIQUE FRANçAISE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum