Forum + +
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-49%
Le deal à ne pas rater :
4ème maillot Jordan x Paris Saint-Germain 2019/20 Stadium Fourth
46 € 90 €
Voir le deal

Des cadres supérieurs et de hauts fonctionnaires se mobilisent

Aller en bas

Des cadres supérieurs  et de hauts fonctionnaires se mobilisent Empty Des cadres supérieurs et de hauts fonctionnaires se mobilisent

Message par Diviciac le Jeu 9 Jan - 1:39

https://infiltres.fr/

https://infiltres.fr/2019/12/12/un-long-coma-politique-avant-les-gilets-jaunes/

extraits:

Depuis mes années de lycée, où je me souviens m’être un peu intéressé à la chose politique, j’étais tombé jusque très récemment dans ce qu’il est permis d’appeler un profond coma politique. Jusqu’au 11 janvier 2019 exactement. Jusqu’à ce que je visionne un peu par hasard et avec stupeur un montage vidéo des (déjà) nombreuses violences policières infligées aux manifestants pendant les premiers actes des gilets jaunes. On y voyait essentiellement des femmes, insultées, tabassées par des CRS, on les voyait trainées à terre par les cheveux, on y voyait des coups portés encore et encore par des policiers déchaînés, on y voyait une manifestante en manteau beige, qui portait la main à sa bouche ensanglantée et une autre à terre, terrassée par un projectile tiré dans son œil par la police. A ce moment déjà, le doute était à peine permis : comment ces manifestantes pouvaient-elles représenter un tel danger pour qu’elles aient été les victimes d’une riposte policière normale ? Comment cette riposte pouvait-elle être comme il se doit : légitime, nécessaire et proportionnée ?
Mon indignation fut encore accentuée en constatant que cette violence était encore à l’époque totalement éludée par les médias mainstream et niée en bloc par tous les ministres, la majorité à l’assemblée et le président de la République lui-même.
La suite, beaucoup d’entre nous la connaissent dorénavant. Les violences et les intimidations policières (ainsi que la judiciarisation outrancière des manifestants) se sont succédées depuis plus d’un an à l’encontre des gilets jaunes. J’en ai moi-même été le témoin direct depuis et pour peu de choses, j’aurais pu en être une victime. Ces violences sont non seulement toujours niées par le pouvoir politique, mais on sait maintenant que ce même pouvoir pousse en coulisse le cynisme jusqu’à les encourager et qu’il permet lorsqu’il n’organise pas, l’impunité judiciaire de leurs auteurs.

Mes amis aussi sont bourgeois. Ces amis de longue date, de promo, de quartier ou de boulot, avec qui j’ai d’ailleurs partagé naturellement mon indignation des premières images de répressions des gilets jaunes et de la bouche de qui j’ai souvent entendu des commentaires comme « ces images sont complotistes/fakes », « tu nous fatigues avec ça » ou même : « ils l’ont bien cherché ». Dont acte. Je ne parle plus à certains d’entre eux de politique. Et plus du tout à d’autres.

Depuis début janvier 2019, j’ai donc pu constater comme beaucoup de Français la triste réalité que la France n’était en rien la démocratie qu’elle s’enorgueillit d’être, que ces dirigeants, qui se gargarisent du mot « République », sont dans les faits régulièrement pris en flagrant délit de mensonges, manipulations en série, inacceptablement redevables des puissances financières qui les ont mis et les maintiennent au pouvoir. Quand ils ne sont pas menteurs, manipulateurs et corrompus tout court.  /.;./

C'est vraiment réconfortant de constater la prise de conscience,  même de privilégiés de ce système.
Bravo !
Diviciac
Diviciac

Messages : 25865
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Des cadres supérieurs  et de hauts fonctionnaires se mobilisent Empty Re: Des cadres supérieurs et de hauts fonctionnaires se mobilisent

Message par ledevois le Jeu 9 Jan - 10:32

Diviciac a écrit:https://infiltres.fr/

https://infiltres.fr/2019/12/12/un-long-coma-politique-avant-les-gilets-jaunes/

extraits:

Depuis mes années de lycée, où je me souviens m’être un peu intéressé à la chose politique, j’étais tombé jusque très récemment dans ce qu’il est permis d’appeler un profond coma politique. Jusqu’au 11 janvier 2019 exactement. Jusqu’à ce que je visionne un peu par hasard et avec stupeur un montage vidéo des (déjà) nombreuses violences policières infligées aux manifestants pendant les premiers actes des gilets jaunes. On y voyait essentiellement des femmes, insultées, tabassées par des CRS, on les voyait trainées à terre par les cheveux, on y voyait des coups portés encore et encore par des policiers déchaînés, on y voyait une manifestante en manteau beige, qui portait la main à sa bouche ensanglantée et une autre à terre, terrassée par un projectile tiré dans son œil par la police. A ce moment déjà, le doute était à peine permis : comment ces manifestantes pouvaient-elles représenter un tel danger pour qu’elles aient été les victimes d’une riposte policière normale ? Comment cette riposte pouvait-elle être comme il se doit : légitime, nécessaire et proportionnée ?
Mon indignation fut encore accentuée en constatant que cette violence était encore à l’époque totalement éludée par les médias mainstream et niée en bloc par tous les ministres, la majorité à l’assemblée et le président de la République lui-même.
La suite, beaucoup d’entre nous la connaissent dorénavant. Les violences et les intimidations policières (ainsi que la judiciarisation outrancière des manifestants) se sont succédées depuis plus d’un an à l’encontre des gilets jaunes. J’en ai moi-même été le témoin direct depuis et pour peu de choses, j’aurais pu en être une victime. Ces violences sont non seulement toujours niées par le pouvoir politique, mais on sait maintenant que ce même pouvoir pousse en coulisse le cynisme jusqu’à les encourager et qu’il permet lorsqu’il n’organise pas, l’impunité judiciaire de leurs auteurs.

Mes amis aussi sont bourgeois. Ces amis de longue date, de promo, de quartier ou de boulot, avec qui j’ai d’ailleurs partagé naturellement mon indignation des premières images de répressions des gilets jaunes et de la bouche de qui j’ai souvent entendu des commentaires comme « ces images sont complotistes/fakes », « tu nous fatigues avec ça » ou même : « ils l’ont bien cherché ». Dont acte. Je ne parle plus à certains d’entre eux de politique. Et plus du tout à d’autres.

Depuis début janvier 2019, j’ai donc pu constater comme beaucoup de Français la triste réalité que la France n’était en rien la démocratie qu’elle s’enorgueillit d’être, que ces dirigeants, qui se gargarisent du mot « République », sont dans les faits régulièrement pris en flagrant délit de mensonges, manipulations en série, inacceptablement redevables des puissances financières qui les ont mis et les maintiennent au pouvoir. Quand ils ne sont pas menteurs, manipulateurs et corrompus tout court.  /.;./

C'est vraiment réconfortant de constater la prise de conscience,  même de privilégiés de ce système.
Bravo !

 Jamais il n'y a eu autant de mépris par l'autorité en France --cette réforme ne justifie pas autant d'agression du peuple Français --


Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 16714
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 80
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum