Ministres et corrida

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par dugenou le Jeu 22 Aoû - 15:39

Nadou a écrit:Etre contre la régulation des sangliers par la chasse demeure un problème d'urbain.
Pourquoi y a t’il autant de sangliers sur notre territoire ? Essayez de trouver une réponse valable.

dugenou

Messages : 3857
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Jeu 22 Aoû - 16:09

plume06 a écrit:
Fontsestian a écrit:
Je ne voudrais pas vous contrarier Zerb mais avec ses rubans et ses clochettes il ne ressemble pas à un taureau de combat votre animal.
Non , il tire la langue à la dame d'en face parce qu'elle lui fait des grimaces   Mad
Il ne ressemble absolument pas à un toro de corrida, vous n'y connaissez rien. rire main


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Jeu 22 Aoû - 16:15

plume06 a écrit:Oui, dialogues de sourds, peut-être qu'avec le temps….les consciences s'élèveront jusqu'à l'interdiction … 

« Torturer un taureau pour le plaisir, l’amusement, c’est plus que torturer un animal, c’est torturer une conscience. Tant qu’il y aura des êtres qui paieront pour voir une corrida, il y aura des guerres. »
Victor Hugo

« L’œil animal n’est pas un œil. L’œil esclave non plus n’est pas un œil, et le tyran n’aime pas le voir »
Alain

Un point de vue de la psychanalyse sur la corrida

Historiquement (hystériquement aimerions-nous plaisanter sur un rituel que sa sécularité n’excuse pas et qui demeure moralement inacceptable), même si la corrida pouvait s’apparenter aux jeux du cirque de l’ancienne Rome, au moment où ces spectacles de tuerie, de combat entre hommes et animaux, sonnaient l’heure de la plongée de la civilisation romaine dans la décadence, la corrida est née dans les abattoirs (Séville – XVIème siècle).
Voici ce qu’il en est de la tradition, voilà ce qu’il en est de la culture.
C’est dans les abattoirs que les bouchers et leurs commis, avant de tuer les taureaux, s’amusaient, et amusaient leurs femmes, puis, moyennant finance, les bourgeoises et les bourgeois à les faire courir, à les piquer, à les poignarder, à les couper, à les saigner vivants, à les tailler en pièces pour distribuer queue, testicules, oreilles aux spectatrices et aux spectateurs fétichistes.
Certes il est nécessaire de considérer la terreur infligée aux animaux qui satisfait les perversions voyeuristes, fétichistes et sadiques des spectateurs avides de sang, compte tenu de la pulsion d’emprise perverse qui veut considérer l’autre (le faible, l’entravé, l’enfant, la femme, l’animal sans voix : la victime potentielle) comme un objet, en une conjugaison archaïque qui mêle pulsion de destruction et pulsion pornophile.
Une condition acceptable de cet abus de pouvoir aurait été que cela restât dans la fiction d’une littérature ou d’une peinture ou d’une sculpture. Pourquoi pas ?
Cependant, il est nécessaire également de prendre en compte pour l’analyse, outre la composante perverse de l’exercice, la dimension psychopathique intrinsèque au rejet d’autrui. Et c’est bien ce qui apparaît dans un tel spectacle : l’abject.
La violence tortionnaire proposée en spectacle à l’esthétique fruste « sublime » une expression sadique brutale, complexe, masquée, ambivalente, issue de la pulsion de destruction, et, plus précisément, issue des pulsions de mort sous leur forme perverse et psychopathique.
L’Autre y est pris en otage sous le statut de chose, d’objet réduit à l’impuissance par des corps impuissants, les tortionnaires et les voyeurs.
Complexité, car l’expression sado-tauro-machique se construit sur un anthropocentrisme borné selon lequel c’est le point de vue de l’observateur (de l’archaïque voyeur) qui est privilégié, et ce nonobstant la torture de l’animal. Un cortège d’arguments prétendument artistiques, sur ce qui reste une esthétique de foire, est appelé en renfort. Justification complexe de la pulsion scopique sous son aspect voyeuriste, donc. Pour autant, cette esthétique foraine populacière doit-elle prendre le pas sur la souffrance et la morale et piétiner la valeur compassionnelle de l’humanité ?
Masque, car l’énergie du taureau peut facilement le faire passer pour un animal agressif par nature, alors que tout est fait, dans son éducation (inculcation violente, incarcération, déportation, contention, brutalité, torture clandestine) pour réduire l’animal à une Chose répondant à l’exigence d’un commerce fondé sur l’abaissement d’une créature unique de beauté au rang de chair à la merci de ce que le peuple a de plus bas, d’un mammifère dont la noblesse, plus que l’homme, en impose. La force déployée par le taureau pour que cesse sa peur et sa souffrance est justifiée ab absurdo par les organisateurs dans son combat contre le torero, c’est-à-dire en inversant le véritable agressif qu’est l’homme, alors que les coups se portent sur le taureau, ivre de terreur, frappé de tous côtés par les picadors.
Ambivalence, car la violence impressionnante des scènes qui se succèdent devant la foule avide relève de la double contiguïté de la douleur de la bête et de l’acharnement de l’humain placée au rang d’une énergie vitale orientée à la fois vers une esthétique sommaire et bouchère (l’étal, l’énergie mortifère, la gestuelle répétitive, les couleurs criardes) et, en fin de compte, vers une mort abjecte (le sang, les tripes, les excréments, l’odeur) au point de faire oublier au spectateur que la soi-disant esthétique dont il est parfois question pour justifier la tenue des toréadors, des picadors, des opérateurs, tortionnaires excusés parce qu’ils donnent à un public demandeur, les autres, ce public, excusés par ce qu’ils ne commettent pas directement, esthétique qui ne devrait pas s’appliquer au crime sur un condamné.
Enfin, la question que pose l’exhibition du spectacle mortifère n’est pas due seulement au développement répétitif d’une danse ridicule (« olé ») s’il n’était question d’épuiser, de saigner et de tuer un animal qui ne veut que faire cesser son calvaire et qui lutte pour conserver sa vie, exhibition manifestement valorisée par les costumes clinquants d’une mise en scène grossière, camouflage du côté obscur et honteux de la référence à la peur de la mort.
C’est aussi que cette manifestation d’un autre âge, l’âge de cette pulsion parmi les premières, de la bête qu’on craint et que des bêtes humaines torturent et regardent pour repousser l’angoisse d’être par elle blessées, dans la nuit d’une jouissance primaire des temps des hommes d’avant l’histoire, que l’on sacrifie aux peurs les plus immédiates, peurs d’être blessé par les crises, l’inculture, la décadence, manifestation proposée en un spectacle admis, toléré, légal.
C’est spécialement là que le bât blesse.
Il existe dans ce spectacle de torture une contradiction dans les faits. Ce qui est encore légalement accepté représente d’une part le règne du plus fort et, paradoxalement, de l’irresponsable – quel exemple dans une démocratie que ce totalitarisme toléré du spectacle de la peine de mort -, ainsi que le règne de ceux qui, contre l’animal seul luttant de peur contre tous, ont la force lâche du plus grand nombre, les chevaux, les épées, les pointes, et ne laissent aucune chance à la bête nue jetée dans l’arène.
Cependant, d’autre part, la poursuite de ce rituel qu’on caractérisera un jour comme l’un des plus ignobles derniers crimes autorisés de ce siècle, implique philosophiquement que l’absence d’empathie, l’impossibilité de se mettre à la place de l’autre souffrant, amoralité à l’origine des pathologies narcissiques, ouvre par l’exemple la possibilité de tous les crimes.
 » Tant qu’il y aura des êtres qui paieront pour voir une corrida, il y aura des guerres. « 
Or, on l’a vu, la conjonction atroce de la pulsion sadique avec le légal n’est rien moins qu’un exercice agréé de la perversité et de la psychopathie, ce qui, encore une fois, ne devrait être possible que dans l’expression littéraire ou artistique, est une condition sine qua non du versant mortifère de la régression narcissique. Le crime doit être montré, infligeant ainsi au spectateur, jouisseur répugnant, la confusion grotesque du bien de la lumière et du mal de la souffrance.


Alexandre SANTEUIL
Ce monsieur Santeuil n'est pas un analyste objectif mais un anti corrida qui en conséquence nous débite une prose qui va dans ce sens.


Quant à prendre cet obsédé sexuel de Hugo comme référent de moralité, laissez moi rire.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Jeu 22 Aoû - 16:17

Aetius a écrit:
Fontsestian a écrit:

Sommes nous capables de mesurer le degré de conscience des êtres vivants? A ma connaissance non, en fait je crois que nous l'établissons à tel ou tel niveau pour justifier nos actes envers eux. Tuer un boeuf dans l'anonymat d'un abattoir est possible parce que l'homme a le "droit" de le manger il n'est donc pas coupable de sa mort. Mais dans une arène, en pleine lumière, quelle horreur! Le consommateur de viande est absous par les conventions morales, l'aficionado lui est honni, pourtant chacun retire une satisfaction de la mort d'une bête. "Légitime" gourmandise pour le premier soi disant délectation morbide pour le second, en quoi l'hypocrite serait il moins coupable que le pseudo sadique?
Pour clore ce débat qui ressemble à un dialogue de sourds, je me contente de rappeler que, lorsqu'on s'appelle Didier Guillaume, ministre chargé de l'agriculture ET de la protection animale, il est pour le moins indécent de montrer en public que l'on est un sadique assoiffé de sang, fut-ce le sang d'un taureau . Sa cruauté et son sadisme sont incompatibles avec sa fonction...et lorsqu'il a été nommé à ce poste, on a fait une énorme erreur de casting !
Mais peut-être - et l'un n'empêche pas l'autre : on peut être à la fois sadique et ambitieux, les exemples historiques ne manquent pas - peut-être, en se mettant au premier plan lors de ce qu'il appelle un "spectacle" , espère-t-il flatter les électeurs potentiels aussi sadiques que lui ? Car la ville de Biarritz dont il voudrait être maire est très proche de la ville de Bayonne . Autant joindre l'utile à l'agréable :-)
Guillaume n'est ni sadique ni cruel, il apprécie les corridas qui sont un spectacle autorisé en France.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Jeu 22 Aoû - 16:22

dugenou a écrit:
Nadou a écrit:Etre contre la régulation des sangliers par la chasse demeure un problème d'urbain.
Pourquoi y a t’il autant de sangliers sur notre territoire ? Essayez de trouver une réponse valable.
Parce qu'on ne les chasse pas assez et non parce qu'ils seraient nourris en douce par les chasseurs qui veulent du gibier comme l'affirme de naïfs écolos.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Aetius le Jeu 22 Aoû - 16:32

Fontsestian a écrit:
Aetius a écrit:
Pour clore ce débat qui ressemble à un dialogue de sourds, je me contente de rappeler que, lorsqu'on s'appelle Didier Guillaume, ministre chargé de l'agriculture ET de la protection animale, il est pour le moins indécent de montrer en public que l'on est un sadique assoiffé de sang, fut-ce le sang d'un taureau . Sa cruauté et son sadisme sont incompatibles avec sa fonction...et lorsqu'il a été nommé à ce poste, on a fait une énorme erreur de casting !
Mais peut-être - et l'un n'empêche pas l'autre : on peut être à la fois sadique et ambitieux, les exemples historiques ne manquent pas - peut-être, en se mettant au premier plan lors de ce qu'il appelle un "spectacle" , espère-t-il flatter les électeurs potentiels aussi sadiques que lui ? Car la ville de Biarritz dont il voudrait être maire est très proche de la ville de Bayonne . Autant joindre l'utile à l'agréable :-)
Guillaume n'est ni sadique ni cruel, il apprécie les corridas qui sont un spectacle autorisé en France.
Mais ce n'est pas parce que c'est légal que c'est loyal ou moral!
Pendant des siècles, l'esclavage était tout à fait légal, la torture était légale;;;;;ce n'était pas moral pour autant !
Autre chose : monsieur Guillaume aurait pu faire un excellent ministre des Affaires étrangères, ou de l'Intérieur, ou d'autre chose ( il y a tellement de ministères, on aurait pu lui en confier un )…..mais en aucun cas, on ne peut défendre l'idée qu'il soit chargé de la protection animale : c'est une aberration ou, comme je l'ai dit, une erreur de casting;
C'est un peu comme si, dans un pays où l'excision est légale, un ministre chargé de la condition féminine assistait couramment à une excision .

Aetius

Messages : 230
Date d'inscription : 23/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par plume06 le Jeu 22 Aoû - 18:02

Fontsestian a écrit:
plume06 a écrit:
Non , il tire la langue à la dame d'en face parce qu'elle lui fait des grimaces   Mad
Il ne ressemble absolument pas à un toro de corrida, vous n'y connaissez rien. rire main
Je n'y connais rien en taureaux de corridas, c'est vrai ! ça prouve au moins que MOI je ne suis pas avide de massacres et que mon amour pour les animaux est inconditionnel et respectueux. Il n'y a pas de quoi rire...Je ne dirais même pas "bêtement"..


Ministres et corrida - Page 8 45108110













 
plume06
plume06

Messages : 1326
Date d'inscription : 15/12/2018
Localisation : Auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par plume06 le Jeu 22 Aoû - 18:16

Fontsestian a écrit:
plume06 a écrit:Oui, dialogues de sourds, peut-être qu'avec le temps….les consciences s'élèveront jusqu'à l'interdiction … 

« Torturer un taureau pour le plaisir, l’amusement, c’est plus que torturer un animal, c’est torturer une conscience. Tant qu’il y aura des êtres qui paieront pour voir une corrida, il y aura des guerres. »
Victor Hugo

« L’œil animal n’est pas un œil. L’œil esclave non plus n’est pas un œil, et le tyran n’aime pas le voir »
Alain

Un point de vue de la psychanalyse sur la corrida

Historiquement (hystériquement aimerions-nous plaisanter sur un rituel que sa sécularité n’excuse pas et qui demeure moralement inacceptable), même si la corrida pouvait s’apparenter aux jeux du cirque de l’ancienne Rome, au moment où ces spectacles de tuerie, de combat entre hommes et animaux, sonnaient l’heure de la plongée de la civilisation romaine dans la décadence, la corrida est née dans les abattoirs (Séville – XVIème siècle).
Voici ce qu’il en est de la tradition, voilà ce qu’il en est de la culture.
C’est dans les abattoirs que les bouchers et leurs commis, avant de tuer les taureaux, s’amusaient, et amusaient leurs femmes, puis, moyennant finance, les bourgeoises et les bourgeois à les faire courir, à les piquer, à les poignarder, à les couper, à les saigner vivants, à les tailler en pièces pour distribuer queue, testicules, oreilles aux spectatrices et aux spectateurs fétichistes.
Certes il est nécessaire de considérer la terreur infligée aux animaux qui satisfait les perversions voyeuristes, fétichistes et sadiques des spectateurs avides de sang, compte tenu de la pulsion d’emprise perverse qui veut considérer l’autre (le faible, l’entravé, l’enfant, la femme, l’animal sans voix : la victime potentielle) comme un objet, en une conjugaison archaïque qui mêle pulsion de destruction et pulsion pornophile.
Une condition acceptable de cet abus de pouvoir aurait été que cela restât dans la fiction d’une littérature ou d’une peinture ou d’une sculpture. Pourquoi pas ?
Cependant, il est nécessaire également de prendre en compte pour l’analyse, outre la composante perverse de l’exercice, la dimension psychopathique intrinsèque au rejet d’autrui. Et c’est bien ce qui apparaît dans un tel spectacle : l’abject.
La violence tortionnaire proposée en spectacle à l’esthétique fruste « sublime » une expression sadique brutale, complexe, masquée, ambivalente, issue de la pulsion de destruction, et, plus précisément, issue des pulsions de mort sous leur forme perverse et psychopathique.
L’Autre y est pris en otage sous le statut de chose, d’objet réduit à l’impuissance par des corps impuissants, les tortionnaires et les voyeurs.
Complexité, car l’expression sado-tauro-machique se construit sur un anthropocentrisme borné selon lequel c’est le point de vue de l’observateur (de l’archaïque voyeur) qui est privilégié, et ce nonobstant la torture de l’animal. Un cortège d’arguments prétendument artistiques, sur ce qui reste une esthétique de foire, est appelé en renfort. Justification complexe de la pulsion scopique sous son aspect voyeuriste, donc. Pour autant, cette esthétique foraine populacière doit-elle prendre le pas sur la souffrance et la morale et piétiner la valeur compassionnelle de l’humanité ?
Masque, car l’énergie du taureau peut facilement le faire passer pour un animal agressif par nature, alors que tout est fait, dans son éducation (inculcation violente, incarcération, déportation, contention, brutalité, torture clandestine) pour réduire l’animal à une Chose répondant à l’exigence d’un commerce fondé sur l’abaissement d’une créature unique de beauté au rang de chair à la merci de ce que le peuple a de plus bas, d’un mammifère dont la noblesse, plus que l’homme, en impose. La force déployée par le taureau pour que cesse sa peur et sa souffrance est justifiée ab absurdo par les organisateurs dans son combat contre le torero, c’est-à-dire en inversant le véritable agressif qu’est l’homme, alors que les coups se portent sur le taureau, ivre de terreur, frappé de tous côtés par les picadors.
Ambivalence, car la violence impressionnante des scènes qui se succèdent devant la foule avide relève de la double contiguïté de la douleur de la bête et de l’acharnement de l’humain placée au rang d’une énergie vitale orientée à la fois vers une esthétique sommaire et bouchère (l’étal, l’énergie mortifère, la gestuelle répétitive, les couleurs criardes) et, en fin de compte, vers une mort abjecte (le sang, les tripes, les excréments, l’odeur) au point de faire oublier au spectateur que la soi-disant esthétique dont il est parfois question pour justifier la tenue des toréadors, des picadors, des opérateurs, tortionnaires excusés parce qu’ils donnent à un public demandeur, les autres, ce public, excusés par ce qu’ils ne commettent pas directement, esthétique qui ne devrait pas s’appliquer au crime sur un condamné.
Enfin, la question que pose l’exhibition du spectacle mortifère n’est pas due seulement au développement répétitif d’une danse ridicule (« olé ») s’il n’était question d’épuiser, de saigner et de tuer un animal qui ne veut que faire cesser son calvaire et qui lutte pour conserver sa vie, exhibition manifestement valorisée par les costumes clinquants d’une mise en scène grossière, camouflage du côté obscur et honteux de la référence à la peur de la mort.
C’est aussi que cette manifestation d’un autre âge, l’âge de cette pulsion parmi les premières, de la bête qu’on craint et que des bêtes humaines torturent et regardent pour repousser l’angoisse d’être par elle blessées, dans la nuit d’une jouissance primaire des temps des hommes d’avant l’histoire, que l’on sacrifie aux peurs les plus immédiates, peurs d’être blessé par les crises, l’inculture, la décadence, manifestation proposée en un spectacle admis, toléré, légal.
C’est spécialement là que le bât blesse.
Il existe dans ce spectacle de torture une contradiction dans les faits. Ce qui est encore légalement accepté représente d’une part le règne du plus fort et, paradoxalement, de l’irresponsable – quel exemple dans une démocratie que ce totalitarisme toléré du spectacle de la peine de mort -, ainsi que le règne de ceux qui, contre l’animal seul luttant de peur contre tous, ont la force lâche du plus grand nombre, les chevaux, les épées, les pointes, et ne laissent aucune chance à la bête nue jetée dans l’arène.
Cependant, d’autre part, la poursuite de ce rituel qu’on caractérisera un jour comme l’un des plus ignobles derniers crimes autorisés de ce siècle, implique philosophiquement que l’absence d’empathie, l’impossibilité de se mettre à la place de l’autre souffrant, amoralité à l’origine des pathologies narcissiques, ouvre par l’exemple la possibilité de tous les crimes.
 » Tant qu’il y aura des êtres qui paieront pour voir une corrida, il y aura des guerres. « 
Or, on l’a vu, la conjonction atroce de la pulsion sadique avec le légal n’est rien moins qu’un exercice agréé de la perversité et de la psychopathie, ce qui, encore une fois, ne devrait être possible que dans l’expression littéraire ou artistique, est une condition sine qua non du versant mortifère de la régression narcissique. Le crime doit être montré, infligeant ainsi au spectateur, jouisseur répugnant, la confusion grotesque du bien de la lumière et du mal de la souffrance.


Alexandre SANTEUIL
Ce monsieur Santeuil n'est pas un analyste objectif mais un anti corrida qui en conséquence nous débite une prose qui va dans ce sens.


Quant à prendre cet obsédé sexuel de Hugo comme référent de moralité, laissez moi rire.
Forcément qu'il n'est pas objectif pour vous , le jour où vous me direz le contraire les poules auront des dents..

Sûr ! peu d'hommes peuvent se vanter d'avoir honoré leur femme 9 fois durant la nuit de noces ! Hugo aimait les femmes et les femmes aimaient Hugo...ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?


Ministres et corrida - Page 8 45108110













 
plume06
plume06

Messages : 1326
Date d'inscription : 15/12/2018
Localisation : Auvergne

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par ledevois le Jeu 22 Aoû - 18:57

plume06 a écrit:
Fontsestian a écrit:
Ce monsieur Santeuil n'est pas un analyste objectif mais un anti corrida qui en conséquence nous débite une prose qui va dans ce sens.


Quant à prendre cet obsédé sexuel de Hugo comme référent de moralité, laissez moi rire.
Forcément qu'il n'est pas objectif pour vous , le jour où vous me direz le contraire les poules auront des dents..

Sûr ! peu d'hommes peuvent se vanter d'avoir honoré leur femme 9 fois durant la nuit de noces ! Hugo aimait les femmes et les femmes aimaient Hugo...ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?


La Catalogne Espagnole a interdit les corridas -- il n'y a plus de mises à morts de taureaux en Catalogne -- 
http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/28/01003-20100728ARTFIG00396-la-corrida-interdite-en-catalogne-a-partir-de-2012.php



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11770
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Ven 23 Aoû - 16:40

plume06 a écrit:
Fontsestian a écrit:
Ce monsieur Santeuil n'est pas un analyste objectif mais un anti corrida qui en conséquence nous débite une prose qui va dans ce sens.


Quant à prendre cet obsédé sexuel de Hugo comme référent de moralité, laissez moi rire.
Forcément qu'il n'est pas objectif pour vous , le jour où vous me direz le contraire les poules auront des dents..

Sûr ! peu d'hommes peuvent se vanter d'avoir honoré leur femme 9 fois durant la nuit de noces ! Hugo aimait les femmes et les femmes aimaient Hugo...ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?
"Honoré leur femme" une expression qui sent son machisme paternaliste du 19° siècle, on ne se demande pas ce qu'en a pensé la dame.
Du coup votre référence devient logique.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Ven 23 Aoû - 16:43

ledevois a écrit:
plume06 a écrit:
Forcément qu'il n'est pas objectif pour vous , le jour où vous me direz le contraire les poules auront des dents..

Sûr ! peu d'hommes peuvent se vanter d'avoir honoré leur femme 9 fois durant la nuit de noces ! Hugo aimait les femmes et les femmes aimaient Hugo...ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?


La Catalogne Espagnole a interdit les corridas -- il n'y a plus de mises à morts de taureaux en Catalogne -- 
http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/28/01003-20100728ARTFIG00396-la-corrida-interdite-en-catalogne-a-partir-de-2012.php
Je crois savoir que cette interdiction a été abolie.

http://www.fondation-droit-animal.org/93-catalogne-labolition-de-corrida-a-ete-abolie-ceci-aura-t-effets/


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Ven 23 Aoû - 16:44

plume06 a écrit:
Fontsestian a écrit:
Il ne ressemble absolument pas à un toro de corrida, vous n'y connaissez rien. rire main
Je n'y connais rien en taureaux de corridas, c'est vrai ! ça prouve au moins que MOI je ne suis pas avide de massacres et que mon amour pour les animaux est inconditionnel et respectueux. Il n'y a pas de quoi rire...Je ne dirais même pas "bêtement"..
Voilà, de nous deux il n'y en a qu'un qui sait de quoi il parle, moi.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par sporthos le Ven 23 Aoû - 22:54

Zerbinette a écrit:Mais si on respecte les règles établies,l'animal ne doit pas être maltraité ds un abattoir,mais être "anesthésié" et mourir vite..........


La plupart des volailles ne sont pas étourdies avant d'être saignées . Finir sur la lame d'une machine et attendre que mort s'en suive en se vidant de son sang les deux pattes en l'air , ce n'est pas si éloigné que ça de la tauromachie . Ne parlons pas de l'abattage selon le rituel religieux . Ames sensibles s'abstenir .
sporthos
sporthos

Messages : 698
Date d'inscription : 11/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par sporthos le Ven 23 Aoû - 23:46

elaine a écrit:
sporthos a écrit:Enfin pour les végétariens , renoncent ils aux sacs et aux semelles en cuir , aux œufs et au lait d'élevage , aux poissons , aux œufs de lump , aux crevettes , aux oreillers avec plumes , etc ,  en pensant à toutes les souffrances générées en amont de leur assiette ?
Laughing
Pour éviter ce conflit on a lancé le Véganisme, très à la mode en ce moment. Very Happy


Sans en arriver à cette extrémité - l'homme passe avant l'animal selon moi , c'est ce que j'appelle l'humanisme - il faut bien reconnaître qu'il reste beaucoup à faire en matière de protection de l'animal .
sporthos
sporthos

Messages : 698
Date d'inscription : 11/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Aetius le Sam 24 Aoû - 7:25

En Inde,  chez les Hindous, on vénère les vaches....pour rien au monde, on ne les tuerait.
En France, au nom d'une " tradition " souvent discutable, on torture à mort les taureaux pour le plus grand plaisir des sadiques qui se réfugient derrière le " combat loyal de l'Homme sur la Bête "
Autre chose : l'égorgement Hallal ou casher est indéfendable à mon sens, mais, tout spectaculaire qu'il soit, fait souffrir l'animal beaucoup moins longtemps que le "spectacle" tauromachique . :-(     .

Aetius

Messages : 230
Date d'inscription : 23/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Sam 24 Aoû - 7:59

Aetius a écrit:En Inde,  chez les Hindous, on vénère les vaches....pour rien au monde, on ne les tuerait.
En France, au nom d'une " tradition " souvent discutable, on torture à mort les taureaux pour le plus grand plaisir des sadiques qui se réfugient derrière le " combat loyal de l'Homme sur la Bête "
Autre chose : l'égorgement Hallal ou casher est indéfendable à mon sens, mais, tout spectaculaire qu'il soit, fait souffrir l'animal beaucoup moins longtemps que le "spectacle" tauromachique . :-(     .
La durée d'un combat dans l'arène tourne autour de 15 minutes, le nombre de toros qui y sont tués doit lui évoluer aux environs de deux cent à deux cent cinquante pour toute la France.


En 2011 un rapport du ministère de l'agriculture évaluait à 40% des bovins ceux qui sont égorgés rituellement sans anesthésie, à 51% pour l'ensemble des animaux de boucherie.


Selon un défenseur des animaux l'agonie d'une vache abattue rituellement durerait 14 minutes qui s'ajouteraient à  la souffrance de l'égorgement.



Que l'on soit opposé aux corridas je le comprends et l'accepte mais qu'on en fasse la cible de critique virulentes en occultant le sort d'un nombre considérable d'animaux destinés à satisfaire la gourmandise de consommateurs qui ne se préoccupent aucunement de  leurs souffrances me sidère.



https://www.francetvinfo.fr/societe/un-rapport-cache-sur-l-abattage-rituel-en-france_70131.html


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Aetius le Sam 24 Aoû - 18:06

Fontsestian a écrit:
Aetius a écrit:En Inde,  chez les Hindous, on vénère les vaches....pour rien au monde, on ne les tuerait.
En France, au nom d'une " tradition " souvent discutable, on torture à mort les taureaux pour le plus grand plaisir des sadiques qui se réfugient derrière le " combat loyal de l'Homme sur la Bête "
Autre chose : l'égorgement Hallal ou casher est indéfendable à mon sens, mais, tout spectaculaire qu'il soit, fait souffrir l'animal beaucoup moins longtemps que le "spectacle" tauromachique . :-(     .
La durée d'un combat dans l'arène tourne autour de 15 minutes, le nombre de toros qui y sont tués doit lui évoluer aux environs de deux cent à deux cent cinquante pour toute la France.


En 2011 un rapport du ministère de l'agriculture évaluait à 40% des bovins ceux qui sont égorgés rituellement sans anesthésie, à 51% pour l'ensemble des animaux de boucherie.


Selon un défenseur des animaux l'agonie d'une vache abattue rituellement durerait 14 minutes qui s'ajouteraient à  la souffrance de l'égorgement.



Que l'on soit opposé aux corridas je le comprends et l'accepte mais qu'on en fasse la cible de critique virulentes en occultant le sort d'un nombre considérable d'animaux destinés à satisfaire la gourmandise de consommateurs qui ne se préoccupent aucunement de  leurs souffrances me sidère.



https://www.francetvinfo.fr/societe/un-rapport-cache-sur-l-abattage-rituel-en-france_70131.html
Mais je trouve également ignoble certaines conditions d'abattage des animaux de boucherie ! Et j'ajoute que les monstruosités commises par ailleurs ne justifient pas d'autres monstruosités.
Pour essayer de me faire comprendre, je dirais que, par exemple, un génocide ayant  fait 10 millions de victimes ne justifie pas un autre génocide n'ayant fait "que" 5 millions de victimes.

Autre reproche que l'on peut faire aux corridas : elles exacerbent le sadisme latent des spectateurs ( vous connaissez le dicton " Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens " )

Aetius

Messages : 230
Date d'inscription : 23/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par sporthos le Sam 24 Aoû - 19:37

Aetius a écrit:
Fontsestian a écrit:
La durée d'un combat dans l'arène tourne autour de 15 minutes, le nombre de toros qui y sont tués doit lui évoluer aux environs de deux cent à deux cent cinquante pour toute la France.


En 2011 un rapport du ministère de l'agriculture évaluait à 40% des bovins ceux qui sont égorgés rituellement sans anesthésie, à 51% pour l'ensemble des animaux de boucherie.


Selon un défenseur des animaux l'agonie d'une vache abattue rituellement durerait 14 minutes qui s'ajouteraient à  la souffrance de l'égorgement.



Que l'on soit opposé aux corridas je le comprends et l'accepte mais qu'on en fasse la cible de critique virulentes en occultant le sort d'un nombre considérable d'animaux destinés à satisfaire la gourmandise de consommateurs qui ne se préoccupent aucunement de  leurs souffrances me sidère.



https://www.francetvinfo.fr/societe/un-rapport-cache-sur-l-abattage-rituel-en-france_70131.html
Mais je trouve également ignoble certaines conditions d'abattage des animaux de boucherie ! Et j'ajoute que les monstruosités commises par ailleurs ne justifient pas d'autres monstruosités.
Pour essayer de me faire comprendre, je dirais que, par exemple, un génocide ayant  fait 10 millions de victimes ne justifie pas un autre génocide n'ayant fait "que" 5 millions de victimes.

Autre reproche que l'on peut faire aux corridas : elles exacerbent le sadisme latent des spectateurs ( vous connaissez le dicton " Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens " )


Ce qui est reproché à Guillaume , c'est d'avoir assisté à une corrida tout en étant en charge de la protection animale .
Les anti-macronistes lui foutraient la paix s'il se contentait comme presque tout le monde de manger des tranches de jambon cuit ou un poulet rôti .
Au moins là , ce serait pour la bonne cause , celle du ventre qui réconcilie tout le monde .

Je vous crois cependant sincère en critiquant la corrida . Dans la famille , nous sommes aussi dans le genre à tourner de l'œil à la vue d'une goutte de sang Very Happy
sporthos
sporthos

Messages : 698
Date d'inscription : 11/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Dim 25 Aoû - 7:21

Aetius a écrit:
Fontsestian a écrit:
La durée d'un combat dans l'arène tourne autour de 15 minutes, le nombre de toros qui y sont tués doit lui évoluer aux environs de deux cent à deux cent cinquante pour toute la France.


En 2011 un rapport du ministère de l'agriculture évaluait à 40% des bovins ceux qui sont égorgés rituellement sans anesthésie, à 51% pour l'ensemble des animaux de boucherie.


Selon un défenseur des animaux l'agonie d'une vache abattue rituellement durerait 14 minutes qui s'ajouteraient à  la souffrance de l'égorgement.



Que l'on soit opposé aux corridas je le comprends et l'accepte mais qu'on en fasse la cible de critique virulentes en occultant le sort d'un nombre considérable d'animaux destinés à satisfaire la gourmandise de consommateurs qui ne se préoccupent aucunement de  leurs souffrances me sidère.



https://www.francetvinfo.fr/societe/un-rapport-cache-sur-l-abattage-rituel-en-france_70131.html
Mais je trouve également ignoble certaines conditions d'abattage des animaux de boucherie ! Et j'ajoute que les monstruosités commises par ailleurs ne justifient pas d'autres monstruosités.
Pour essayer de me faire comprendre, je dirais que, par exemple, un génocide ayant  fait 10 millions de victimes ne justifie pas un autre génocide n'ayant fait "que" 5 millions de victimes.

Autre reproche que l'on peut faire aux corridas : elles exacerbent le sadisme latent des spectateurs ( vous connaissez le dicton " Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens " )
J'apprécie les corridas et je ne me sens aucunement sadique pour la raison que contrairement à ce que prétendent leurs détracteurs je ne tire aucune satisfaction des souffrances et de la mort des toros.


Je n'accuserais pas les consommateurs de viande de sadisme mais je constate que le plaisir qu'ils en retirent est issu de la mort d'un animal.


Il parait qu'Hitler aimait beaucoup son chien, aussi les dictons...


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Aetius le Dim 25 Aoû - 8:07

Mais alors, en quelques mots, en quoi appréciez-vous les corridas ? Son côté kitsch ( les habits de lumière ) ? Le combat du Bien contre le Mal, de l'Homme contre la Bête, de la civilisation contre les forces sauvages ? Le rituel ? J'avoue que je ne comprends pas .

Aetius

Messages : 230
Date d'inscription : 23/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Dim 25 Aoû - 10:52

Aetius a écrit:Mais alors, en quelques mots, en quoi appréciez-vous les corridas ?  Son côté kitsch ( les habits de lumière ) ? Le combat du Bien contre le Mal, de l'Homme contre la  Bête, de la civilisation contre les forces sauvages ?  Le rituel  ? J'avoue que je ne comprends pas .
Je ne vois pas dans la corrida espagnole le combat du bien contre le mal ou de la civilisation contre les forces sauvages mais un rituel qui met en valeur le courage d'un homme et la manière dont il parvient progressivement à dominer l'animal jusqu'à le conduire à la mort.


Il y a aussi le spectacle, l'élégance, la beauté et la vaillance du toro, la qualité technique des toreros, tout ce que l'on retrouve également dans la corrida portugaise sans mise à mort* mais de ce fait sans souffle dramatique.


Je considère notre monde comme étant de plus en plus aseptisé, normalisé, estompé et la corrida comme l'une des rares occasions de s'en démarquer.


Au final elle disparaitra parce que ça va dans le sens de notre évolution sociale émolliente, ce n'est qu'une question d'années. 



* le toro n'est pas tué dans l'arène mais en coulisses après la corrida tout comme les bovins tués en abattoirs pour que, dans les deux cas, le "consommateur" ne se sente pas coupable.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Lili-Rose le Dim 25 Aoû - 11:03

Fontsestian a écrit:
Aetius a écrit:Mais alors, en quelques mots, en quoi appréciez-vous les corridas ?  Son côté kitsch ( les habits de lumière ) ? Le combat du Bien contre le Mal, de l'Homme contre la  Bête, de la civilisation contre les forces sauvages ?  Le rituel  ? J'avoue que je ne comprends pas .
Je ne vois pas dans la corrida espagnole le combat du bien contre le mal ou de la civilisation contre les forces sauvages mais un rituel qui met en valeur le courage d'un homme et la manière dont il parvient progressivement à dominer l'animal jusqu'à le conduire à la mort.


Il y a aussi le spectacle, l'élégance, la beauté et la vaillance du toro, la qualité technique des toreros, tout ce que l'on retrouve également dans la corrida portugaise sans mise à mort* mais de ce fait sans souffle dramatique.


Je considère notre monde comme étant de plus en plus aseptisé, normalisé, estompé et la corrida comme l'une des rares occasions de s'en démarquer.


Au final elle disparaitra parce que ça va dans le sens de notre évolution sociale émolliente, ce n'est qu'une question d'années. 



* le toro n'est pas tué dans l'arène mais en coulisses après la corrida tout comme les bovins tués en abattoirs pour que, dans les deux cas, le "consommateur" ne se sente pas coupable.


Tiens, j'ai décapité un poisson vendredi matin lors d'une mauvaise manip.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 5134
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Fontsestian le Dim 25 Aoû - 11:10

Lili-Rose a écrit:
Fontsestian a écrit:
Je ne vois pas dans la corrida espagnole le combat du bien contre le mal ou de la civilisation contre les forces sauvages mais un rituel qui met en valeur le courage d'un homme et la manière dont il parvient progressivement à dominer l'animal jusqu'à le conduire à la mort.


Il y a aussi le spectacle, l'élégance, la beauté et la vaillance du toro, la qualité technique des toreros, tout ce que l'on retrouve également dans la corrida portugaise sans mise à mort* mais de ce fait sans souffle dramatique.


Je considère notre monde comme étant de plus en plus aseptisé, normalisé, estompé et la corrida comme l'une des rares occasions de s'en démarquer.


Au final elle disparaitra parce que ça va dans le sens de notre évolution sociale émolliente, ce n'est qu'une question d'années. 



* le toro n'est pas tué dans l'arène mais en coulisses après la corrida tout comme les bovins tués en abattoirs pour que, dans les deux cas, le "consommateur" ne se sente pas coupable.


Tiens, j'ai décapité un poisson vendredi matin lors d'une mauvaise manip.
Et?


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5181
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Nadou le Dim 25 Aoû - 12:25

Aetius a écrit:


Autre reproche que l'on peut faire aux corridas : elles exacerbent le sadisme latent des spectateurs ( vous connaissez le dicton " Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens " )

Et on connaît aussi des gens qui recueillent des dizaines de chats et ne supportent pas les gens.
Il faut se méfier des généralités liées aux citations.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 25175
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Lili-Rose le Dim 25 Aoû - 12:26

Fontsestian a écrit:
Lili-Rose a écrit:


Tiens, j'ai décapité un poisson vendredi matin lors d'une mauvaise manip.
Et?
Et?    il est mort.
Hier c'était pas mal non plus.
Un abruti au milieu de la route avec sa bagnolle de merde, puis lorsqu'il dégage, je découvre avec stupeur qu'il m'avait caché la vue d'un piéton tout juste 10 mètres derrière.
Plus de peur que de mal.
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 5134
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Lili-Rose le Dim 25 Aoû - 12:26

Nadou a écrit:
Aetius a écrit:


Autre reproche que l'on peut faire aux corridas : elles exacerbent le sadisme latent des spectateurs ( vous connaissez le dicton " Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens " )

Et on connaît aussi des gens qui recueillent des dizaines de chats et ne supportent pas les gens.
Il faut se méfier des généralités liées aux citations.
Il est vrai que je préfère les animaux à l'humain.
L'animal n'a pas la cupidité inscrite en lui (entre autressss).
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 5134
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Ministres et corrida - Page 8 Empty Re: Ministres et corrida

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum