Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP

Aller en bas

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP Empty Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP

Message par ledevois le Jeu 1 Aoû - 9:34

On est géré par des pipes :et avec les accords de commerce CETA, TAFTA, JEFTA, MERCOSUR , ça ne va certainement pas s'améliorer -- je peux comprendre le royaume Uni ---

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre
31 juil. 2019, 19:16
- Avec AFP
Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP 5d41bac009fac29f508b4567Source: Reuters
Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, présente les prévisions économiques de l'exécutif européen à Bruxelles, en Belgique, le 10 juillet 2019 (illustration).


Le ciel se couvre au-dessus de la zone euro, où la croissance et l’inflation ralentissent, laissant présager une baisse des taux de la BCE. Seule bonne nouvelle, le chômage continue de baisser… mais plus pour longtemps, selon les analystes.
La croissance en zone euro a ralenti au deuxième trimestre, tout comme l'inflation en juillet, confirmant l'atonie de l'économie malgré le recul du chômage, selon des chiffres publiés le 31 juillet par l'Office européen des statistiques (Eurostat).

[size=13]Lire aussi

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP 5c5dba59488c7b42268b4567Bruxelles annonce un ralentissement économique dans la zone euro, le budget de la France fragilisé
[/size]
D'avril à fin juin, le Produit intérieur brut (PIB) a crû de 0,2%, contre + 0,4% au premier trimestre, selon une première estimation. L'inflation a elle aussi ralenti, baissant à 1,1% en juillet (contre 1,3% en juin), selon un chiffre provisoire d'Eurostat.
Ce taux s'éloigne encore un peu plus de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) : une inflation très légèrement inférieure à 2,0% sur un an, ce qui laisse présager de nouvelles mesures de relance.
Lors de sa dernière réunion avant les congés d'été, le 25 juillet dernier, la BCE avait brossé un sombre tableau des perspectives en zone euro. Elle avait déjà ouvert la voie à une série de remèdes anticrise pour la rentrée allant d'une ou plusieurs baisses de ses taux à une possible reprise de ses rachats de dette.
L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatiles) a elle aussi reculé en juillet : 0,9%, contre 1,1% en juin.
C'est seulement sur le front de l'emploi que l'horizon continue de s'éclaircir pour l'instant. Le chômage est au plus bas depuis 11 ans, à 7,5% en juin. Il a retrouvé en juin son taux moyen d'avant la crise financière de 2007-2008. Au pire moment du cycle, pendant le deuxième trimestre 2013, le chômage avait atteint dans la zone euro le taux record de 12,1%.
Mais cette bonne nouvelle est ternie par les prévisions pour les mois à venir. «Les enquêtes sur les intentions d'embauche des entreprises donnent à penser que la croissance de l'emploi s'essoufflera, tandis que d'autres enquêtes montrent que les pénuries de main-d'œuvre s'atténuent», estime par exemple Jack Allen-Reynolds, analyste de Capital Economics, société de conseil et de recherche économique basée à Londres, cité par l’AFP.
Le chômage est également très inégalement réparti entre les 19 pays ayant adopté la monnaie unique. Ainsi, l’Allemagne affiche le taux le plus faible de la zone euro : 3,1%, tandis que la Grèce et l'Espagne ont le plus élevé : 17,6% pour la première et 14% pour la seconde.
En France où l’on ne publie plus de chiffres mensuels depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, les dernières données disponibles sont celles du premier trimestre. Elles font apparaître un taux de chômage quasi stable de 8,4% pour l’ensemble de la population et un de taux de chômage des jeunes (15-24 ans) en hausse par rapport au dernier trimestre 2018 de 19,2%.   
Economie
https://francais.rt.com/economie/64774-zone-euro-croissance-sessouffle-second



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 12714
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP Empty Re: Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP

Message par Diviciac le Jeu 1 Aoû - 10:14

ledevois a écrit:On est géré par des pipes :et avec les accords de commerce CETA, TAFTA, JEFTA, MERCOSUR , ça ne va certainement pas s'améliorer -- je peux comprendre le royaume Uni ---

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre
31 juil. 2019, 19:16
- Avec AFP
Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP 5d41bac009fac29f508b4567Source: Reuters
Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, présente les prévisions économiques de l'exécutif européen à Bruxelles, en Belgique, le 10 juillet 2019 (illustration).


Le ciel se couvre au-dessus de la zone euro, où la croissance et l’inflation ralentissent, laissant présager une baisse des taux de la BCE. Seule bonne nouvelle, le chômage continue de baisser… mais plus pour longtemps, selon les analystes.
La croissance en zone euro a ralenti au deuxième trimestre, tout comme l'inflation en juillet, confirmant l'atonie de l'économie malgré le recul du chômage, selon des chiffres publiés le 31 juillet par l'Office européen des statistiques (Eurostat).

[size=13]Lire aussi

Zone euro : la croissance s’essouffle au second trimestre 31 juil. 2019, 19:16 - Avec AFP 5c5dba59488c7b42268b4567Bruxelles annonce un ralentissement économique dans la zone euro, le budget de la France fragilisé
[/size]
D'avril à fin juin, le Produit intérieur brut (PIB) a crû de 0,2%, contre + 0,4% au premier trimestre, selon une première estimation. L'inflation a elle aussi ralenti, baissant à 1,1% en juillet (contre 1,3% en juin), selon un chiffre provisoire d'Eurostat.
Ce taux s'éloigne encore un peu plus de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) : une inflation très légèrement inférieure à 2,0% sur un an, ce qui laisse présager de nouvelles mesures de relance.
Lors de sa dernière réunion avant les congés d'été, le 25 juillet dernier, la BCE avait brossé un sombre tableau des perspectives en zone euro. Elle avait déjà ouvert la voie à une série de remèdes anticrise pour la rentrée allant d'une ou plusieurs baisses de ses taux à une possible reprise de ses rachats de dette.
L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatiles) a elle aussi reculé en juillet : 0,9%, contre 1,1% en juin.
C'est seulement sur le front de l'emploi que l'horizon continue de s'éclaircir pour l'instant. Le chômage est au plus bas depuis 11 ans, à 7,5% en juin. Il a retrouvé en juin son taux moyen d'avant la crise financière de 2007-2008. Au pire moment du cycle, pendant le deuxième trimestre 2013, le chômage avait atteint dans la zone euro le taux record de 12,1%.
Mais cette bonne nouvelle est ternie par les prévisions pour les mois à venir. «Les enquêtes sur les intentions d'embauche des entreprises donnent à penser que la croissance de l'emploi s'essoufflera, tandis que d'autres enquêtes montrent que les pénuries de main-d'œuvre s'atténuent», estime par exemple Jack Allen-Reynolds, analyste de Capital Economics, société de conseil et de recherche économique basée à Londres, cité par l’AFP.
Le chômage est également très inégalement réparti entre les 19 pays ayant adopté la monnaie unique. Ainsi, l’Allemagne affiche le taux le plus faible de la zone euro : 3,1%, tandis que la Grèce et l'Espagne ont le plus élevé : 17,6% pour la première et 14% pour la seconde.
En France où l’on ne publie plus de chiffres mensuels depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, les dernières données disponibles sont celles du premier trimestre. Elles font apparaître un taux de chômage quasi stable de 8,4% pour l’ensemble de la population et un de taux de chômage des jeunes (15-24 ans) en hausse par rapport au dernier trimestre 2018 de 19,2%.   
Economie
https://francais.rt.com/economie/64774-zone-euro-croissance-sessouffle-second

Quand on constate que les deux pays européens du tiercé des états "où la population bénéficie de la meilleure qualité de vie."  n'appartiennent pas à l'UE et que la très  européenne France ne cesse de régresser dans le classement pour pointer aujourd'hui à la 24 ème place alors qu'elle était encore 8 ème en 2009,  on peut en effet légitimement douter des bienfaits de l'appartenance à l'UE.

sources :
https://www.journaldunet.fr/patrimoine/guide-des-finances-personnelles/1170004-classement-idh-2019/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_IDH
Diviciac
Diviciac

Messages : 20725
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum