Mais pourquoi ?

Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Mais pourquoi ?

Message par Nadou le Lun 22 Juil - 21:34

EXCLUSIF. La contrevérité de Hulot sur le Ceta

Selon les informations du « Point », au moins un des éléments avancés par l'ex-ministre pour appeler à voter contre le Ceta est faux. Explications.





La lettre ouverte de Nicolas Hulot publiée lundi 22 juillet sur le site de Franceinfo, pour appeler les députés à voter contre l'accord de libre-échange avec le Canada a agité les cercles du pouvoir. À la veille du vote solennel prévu sur le Ceta, le gouvernement, la direction générale du Commerce de la Commission européenne ou encore les services de l'Assemblée nationale cherchaient des informations permettant de répliquer au président de la Fondation pour la nature et l'homme.

Dans sa tribune, Nicolas Hulot cite deux cas concrets. Le premier concerne l'« herbicide », « 2,4-D ». Selon lui, la Commission se préparerait à relever la limite maximale de résidu dans les produits concernés. Une information que nie formellement l'institution européenne. Une demande a bien été formulée par le Canada et les États-Unis pour les graines de soja, mais elle ne compte pas y répondre favorablement. Elle va proposer de maintenir la limite actuelle autorisée, extrêmement faible (0,05 mg par kilo), contraignant le Canada à la respecter.





L'ex-ministre brandit également le cas de la « multiplication par 10 » des valeurs autorisées pour la « clothianidine », un pesticide néonicotinoïde interdit en Europe, mais utilisé au Canada sur les pommes de terre. Hulot l'avoue lui-même, cette proposition de la Commission européenne a été rejetée par une résolution contraignante du Parlement européen. Mais il craint qu'elle revienne à la charge sur le sujet. Du côté de Bruxelles, on indique effectivement « réfléchir », à ce stade, sur l'attitude à adopter désormais : laisser tomber ou remettre le sujet sur la table.



L'institution européenne dément formellement tout lien entre sa proposition sur les pommes de terre et le Ceta. Pour obtenir une modification des seuils, les procédures sont les mêmes pour un exportateur extérieur à l'Union que pour un producteur européen, explique-t-elle, selon des informations obtenues par Le Point. Le processus de prise de décision est fondé sur l'état des connaissances scientifiques actuelles. « L'Union n'a aucune raison de donner au Canada quelque chose qu'elle n'aurait pas concédé dans le cadre des négociations et pour lequel elle aurait pu obtenir des concessions en échange. Pourquoi soudain octroyer ce qu'on a constamment défendu dans les négociations ? C'est un raisonnement tiré par les cheveux », déplore Édouard Bourcieu, représentant de la Commission européenne en France et en Belgique pour les questions commerciales.

« Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà »

Comme preuve supposée du danger induit par le Ceta, Nicolas Hulot souligne enfin le fait que le Canada vient d'attaquer, début juillet, l'Union européenne devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) « sur son application du principe de précaution quant aux perturbateurs endocriniens et autres substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) ». Il prend le soin d'ajouter que « ce n'est pas nouveau. Déjà en 2016, le Canada avait fait pression avec succès sur la Commission européenne pour affaiblir sa proposition de définition des pesticides perturbateurs endocriniens ».
Se faisant, il reconnaît donc que le Ceta n'est pas en cause ; qu'il n'y a pas besoin du traité pour que les partenaires commerciaux attaquent la législation de l'UE parce qu'elle est la plus protectrice au monde. Pour Édouard Bourcieu, c'est d'ailleurs la preuve que l'Europe protège son modèle : « En France, tout le monde a l'impression que l'Europe est une passoire. Pour le monde entier, au contraire, l'Europe est une forteresse. Ça fait quand même réfléchir... Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »



Selon la Commission de Bruxelles, l'Union a d'ailleurs largement de quoi défendre sa législation devant l'OMC qui reconnaît le principe de précaution, lequel peut être invoqué quand des analyses scientifiques, même minoritaires, peuvent faire naître un doute sur les conséquences de l'utilisation d'un produit. Elle a déjà fourni toutes les explications nécessaires au comité spécialisé de l'OMC pour justifier sa législation protectrice, fait-elle valoir.

https://www.lepoint.fr/economie/exclusif-la-contreverite-de-hulot-sur-le-ceta-22-07-2019-2326037_28.php

C'est contre-productif de ne pas dire la vérité quand on se targue d'être un chevalier blanc.



Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24912
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Re: Mais pourquoi ?

Message par le.k le Lun 22 Juil - 21:41

Hulot a toujours été comme çà

le.k

Messages : 388
Date d'inscription : 02/06/2019

Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Re: Mais pourquoi ?

Message par Diviciac le Lun 22 Juil - 23:40

Nadou a écrit:EXCLUSIF. La contrevérité de Hulot sur le Ceta

Selon les informations du « Point », au moins un des éléments avancés par l'ex-ministre pour appeler à voter contre le Ceta est faux. Explications.






[size=33]
La lettre ouverte de Nicolas Hulot publiée lundi 22 juillet sur le site de Franceinfo, pour appeler les députés à voter contre l'accord de libre-échange avec le Canada a agité les cercles du pouvoir. À la veille du vote solennel prévu sur le Ceta, le gouvernement, la direction générale du Commerce de la Commission européenne ou encore les services de l'Assemblée nationale cherchaient des informations permettant de répliquer au président de la Fondation pour la nature et l'homme.

Dans sa tribune, Nicolas Hulot cite deux cas concrets. Le premier concerne l'« herbicide », « 2,4-D ». Selon lui, la Commission se préparerait à relever la limite maximale de résidu dans les produits concernés. Une information que nie formellement l'institution européenne. Une demande a bien été formulée par le Canada et les États-Unis pour les graines de soja, mais elle ne compte pas y répondre favorablement. Elle va proposer de maintenir la limite actuelle autorisée, extrêmement faible (0,05 mg par kilo), contraignant le Canada à la respecter.





L'ex-ministre brandit également le cas de la « multiplication par 10 » des valeurs autorisées pour la « clothianidine », un pesticide néonicotinoïde interdit en Europe, mais utilisé au Canada sur les pommes de terre. Hulot l'avoue lui-même, cette proposition de la Commission européenne a été rejetée par une résolution contraignante du Parlement européen. Mais il craint qu'elle revienne à la charge sur le sujet. Du côté de Bruxelles, on indique effectivement « réfléchir », à ce stade, sur l'attitude à adopter désormais : laisser tomber ou remettre le sujet sur la table.



L'institution européenne dément formellement tout lien entre sa proposition sur les pommes de terre et le Ceta. Pour obtenir une modification des seuils, les procédures sont les mêmes pour un exportateur extérieur à l'Union que pour un producteur européen, explique-t-elle, selon des informations obtenues par Le Point. Le processus de prise de décision est fondé sur l'état des connaissances scientifiques actuelles. « L'Union n'a aucune raison de donner au Canada quelque chose qu'elle n'aurait pas concédé dans le cadre des négociations et pour lequel elle aurait pu obtenir des concessions en échange. Pourquoi soudain octroyer ce qu'on a constamment défendu dans les négociations ? C'est un raisonnement tiré par les cheveux », déplore Édouard Bourcieu, représentant de la Commission européenne en France et en Belgique pour les questions commerciales.
[/size]




« Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà »




[size=33]Comme preuve supposée du danger induit par le Ceta, Nicolas Hulot souligne enfin le fait que le Canada vient d'attaquer, début juillet, l'Union européenne devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) « sur son application du principe de précaution quant aux perturbateurs endocriniens et autres substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) ». Il prend le soin d'ajouter que « ce n'est pas nouveau. Déjà en 2016, le Canada avait fait pression avec succès sur la Commission européenne pour affaiblir sa proposition de définition des pesticides perturbateurs endocriniens ».
Se faisant, il reconnaît donc que le Ceta n'est pas en cause ; qu'il n'y a pas besoin du traité pour que les partenaires commerciaux attaquent la législation de l'UE parce qu'elle est la plus protectrice au monde. Pour Édouard Bourcieu, c'est d'ailleurs la preuve que l'Europe protège son modèle : « En France, tout le monde a l'impression que l'Europe est une passoire. Pour le monde entier, au contraire, l'Europe est une forteresse. Ça fait quand même réfléchir... Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »



Selon la Commission de Bruxelles, l'Union a d'ailleurs largement de quoi défendre sa législation devant l'OMC qui reconnaît le principe de précaution, lequel peut être invoqué quand des analyses scientifiques, même minoritaires, peuvent faire naître un doute sur les conséquences de l'utilisation d'un produit. Elle a déjà fourni toutes les explications nécessaires au comité spécialisé de l'OMC pour justifier sa législation protectrice, fait-elle valoir.

https://www.lepoint.fr/economie/exclusif-la-contreverite-de-hulot-sur-le-ceta-22-07-2019-2326037_28.php

C'est contre-productif de ne pas dire la vérité quand on se targue d'être un chevalier blanc.[/size]




La commission libérale de Bruxelles n'est pas fiable. Ce texte n'a comme mérite que d'évoquer mon bon maître Montaigne à propos du célèbre trajet d'une rivière (la Bidassoa), qui fait ici vertu ce qui devient crime au delà des Pyrénées .  Preuve que l'UE n'est pas fiable non plus.
Mais,  bon , cette référence littéraire n'est accessible qu'à des érudits . Very Happy
Diviciac
Diviciac

Messages : 19016
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Re: Mais pourquoi ?

Message par Invité le Mar 23 Juil - 0:23

Je ne saurais dire pourquoi, mais en matière d'écologie, j'ai davantage confiance en un défenseur avéré de la nature plutôt qu'un banquier libéral qui s'improvise président d'une république. Allez savoir pourquoi ! Un vieux réflexe de survie sans doute ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Re: Mais pourquoi ?

Message par dugenou le Mar 23 Juil - 0:36

Grain de sable a écrit:Je ne saurais dire pourquoi, mais en matière d'écologie, j'ai davantage confiance en un défenseur avéré de la nature plutôt qu'un banquier libéral qui s'improvise président d'une république. Allez savoir pourquoi ! Un vieux réflexe de survie sans doute ...
Je ne fais confiance ni à l’un, ni à l’autre
J’ai le souvenir d’Hulot dans ses émissions avec son hélico, de ses sorties en mer avec son gros zodiaque (ça fait tâche pour un écolo convaincu). On peut imaginer qu’il a fini par ouvrir les yeux sur l’urgence à sauver la planète.
Pour Macron, rien à faire, ou alors il va devoir limer ses canines pour me faire changer d’avis.


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 3659
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais pourquoi ? Empty Re: Mais pourquoi ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum