ledevois a mis son drapeau en berne

Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty ledevois a mis son drapeau en berne

Message par magicfly le Mar 2 Juil - 19:05

les incendies dans les sous marins russes témoignent de leur qualité ventée par ledevois Very Happy




Russie : 14 morts dans un incendie à bord d'un sous-marin


[size=33]L'accident s'est produit lundi 1er juillet à bord d'un submersible destiné à l'étude des environnements marins, selon le ministère russe de la Défense.[/size]


Source AFP






Quatorze marins sont morts dans un incendie à bord d'un sous-marin de recherche de l'armée russe basé dans le Grand Nord russe, ont indiqué les autorités mardi, ravivant le souvenir de la tragédie du Koursk qui a profondément marqué le pays. Le président Vladimir Poutine, très critiqué en 2000 pour sa gestion de la catastrophe du Koursk, n'avait pas réagi mardi soir. L'armée n'a donné que très peu de détails sur l'accident survenu lundi dans un mystérieux submersible destiné, selon la version officielle, à l'étude des environnements marins et du fond des océans.

Selon le ministère de la Défense cité par les agences russes, les 14 personnes tuées, des sous-mariniers de l'armée russe, ont été intoxiquées des suites de l'incendie. L'incendie a été maîtrisé et le sous-marin est rentré à son port d'attache, ce qui sous-entend qu'il y a des rescapés. Le feu s'est déclaré lors d'une opération visant à recueillir des données sur les fonds marins, selon l'armée russe, qui précise que le submersible est basé dans la ville fermée de Severomorsk, dans la région de Mourmansk dans l'Arctique.



Une enquête est menée par l'armée russe pour déterminer les causes de l'incendie, selon la même source, qui ne précise pas combien de marins se trouvaient à bord au moment de l'accident. Selon des sources citées par les journaux russes RBKet Novaïa Gazeta, le submersible en question est le sous-marin nucléaire AS-12, surnommé « Locharik », du nom d'un personnage de dessin animé soviétique en raison de la forme inhabituelle de son armature. Si peu de choses sont connues sur l'AS-12, il ne serait pas armé et pourrait atteindre une profondeur de 6 000 mètres avec 25 membres d'équipage, selon Novaïa Gazeta.

Lire aussi Les soldats russes privés de portable




Nombreux accidents



Cet accident rappelle la tragédie du sous-marin à propulsion nucléaire Koursk, fleuron de la flotte russe du Nord, qui avait sombré lors de manœuvres en mer de Barents avec 118 hommes à bord le 12 août 2000, au début du premier mandat de Vladimir Poutine. Une des torpilles avait explosé, entraînant la destruction du stock entier de munitions et envoyant le bâtiment par 110 mètres de fond. Vingt-troismembres d'équipage avaient survécu plusieurs jours à l'explosion, mais étaient morts faute d'avoir été secourus à temps. La disparition du Koursk reste à ce jour la pire catastrophe qu'ait connue la marine russe, et une ombre au tableau du maître du Kremlin, durement critiqué pour sa gestion de l'affaire. La tragédie a profondément marqué la mémoire de la société russe.

Lire aussi Cinéma - « Kursk » : 20 000 mensonges sous les mers

En 2008, 20 personnes étaient mortes asphyxiées à bord du submersible russe Nerpa en mer du Japon, après avoir inhalé du gaz fréon émis par le système anti-incendie. Plus de 200 personnes se trouvaient à bord, pour une surface habitable prévue pour 80. Sur les dix dernières années, trois incendies se sont déclarés sur des sous-marins russes en réparation. Les spécialistes relèvent des problèmes de discipline et de respect des normes de sécurité sur les chantiers navals. De nombreux autres accidents mortels ont eu lieu dans les années 1960 et 1970 impliquant des sous-marins, principalement soviétiques, mais aussi américain avec la disparition du USS Thresher avec 129 personnes à bord, la catastrophe la plus meurtrière en date.



La Russie ne cesse de renforcer sa présence dans l'Arctique, où elle espère devenir la première puissance économique et militaire en profitant notamment du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, qui devrait ouvrir de nouvelles routes commerciales dans le Grand Nord. Elle a rouvert ces dernières années dans la région plusieurs bases militaires qui avaient été abandonnées à la chute de l'URSS et renforcé les effectifs de sa flotte du Nord


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8237
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par Zerbinette le Mar 2 Juil - 19:25

Ca va castagner pour s'approprier le Groenland!
Je sais bien qu'il est danois,mais le Danemark est bien petit face aux appétits qui visent cet espace!


." je vis et je pense à mes risques et périls... Ce qui fait que par moments, j' ai l' air d' un imbécile... J' y consens.. Je suis fier de ma bêtise."...V.Hugo.....
Zerbinette
Zerbinette

Messages : 6451
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par ledevois le Mar 2 Juil - 20:47

.Ca ne me fait pas sauter de joie -- je plains les familles -



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11705
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par Nadou le Jeu 4 Juil - 11:47

Le Kremlin ne parvient pas à maintenir le secret après l’accident à bord d’un sous-marin






L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur la ténacité des quelques médias russes indépendants.



Depuis l’annonce d’un accident à bord d’un sous-marin militaire dans les eaux de l’Arctique, mardi 2 juillet, la priorité du Kremlin a été d’éviter qu’une quelconque analogie puisse être établie avec la tragédie du Koursk, qui avait coûté la vie à 118 sous-mariniers en août 2000.

A l’époque, le tout jeune président Vladimir Poutine était apparu dans les médias seulement vingt-quatre heures après l’accident, donnant un barbecue à ses amis, en bras de chemise dans sa villa de la mer Noire. Ses rencontres houleuses avec les familles des victimes n’avaient rien arrangé et dans son livre très informé, Les Hommes du Kremlin (Le Cherche midi, 2018), le journaliste Mikhaïl Zygar révèle que le maître du Kremlin avait alors cru arrivée la fin de sa carrière politique.

Mardi soir, quelques heures après l’annonce de la mort de quatorze sous-mariniers dans un incendie en mer de Barents, le président russe est apparu à la télévision, visage grave, écoutant le rapport de son ministre de la défense. Sergueï Choïgou indique qu’un « engin sous-marin d’étude scientifique » a eu un accident lors de« recherches sur les fonds marins »« C’est un navire inhabituel », confirme M. Poutine, qui évoque la mort d’une partie de l’équipage comme « une grande perte pour la Russie » et enjoint à son ministre : « Il faut tout faire pour aider et soutenir les familles. »


Les conditionnels restent de rigueur


Seconde priorité du pouvoir, peu surprenante en pareil cas, maintenir le secret sur l’essentiel des faits, à commencer par l’identité du sous-marin touché.

Mercredi matin, lors d’une brève conférence de presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a mis en avant le « secret d’Etat »et renvoyé à cinq reprises les journalistes vers le ministère de la défense. Lequel s’est contenté de confirmer que sept capitaines « de premier rang » comptaient parmi les victimes, dont deux Héros de la Russie, la plus haute décoration militaire. Autre information dévoilée : la présence à bord d’un personnel civil, évacué au début du drame pour laisser les militaires combattre l’incendie.

Seule autre source officielle à s’exprimer, l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire norvégienne a rapidement indiqué ne pas avoir détecté de radiations dans la zone.

L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur les quelques médias russes indépendants qui, dans un paysage médiatique désolé, font preuve d’une rare ténacité. Si les conditionnels restent de rigueur, les zones d’ombres de l’incident de Severomorsk, à quelques kilomètres de Mourmansk, s’éclairent les unes après les autres, montrant la friabilité du secret imposé par l’Etat.


Qu'en dit RT ?


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 25160
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par ledevois le Jeu 4 Juil - 12:17

Nadou a écrit:Le Kremlin ne parvient pas à maintenir le secret après l’accident à bord d’un sous-marin






L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur la ténacité des quelques médias russes indépendants.



Depuis l’annonce d’un accident à bord d’un sous-marin militaire dans les eaux de l’Arctique, mardi 2 juillet, la priorité du Kremlin a été d’éviter qu’une quelconque analogie puisse être établie avec la tragédie du Koursk, qui avait coûté la vie à 118 sous-mariniers en août 2000.

A l’époque, le tout jeune président Vladimir Poutine était apparu dans les médias seulement vingt-quatre heures après l’accident, donnant un barbecue à ses amis, en bras de chemise dans sa villa de la mer Noire. Ses rencontres houleuses avec les familles des victimes n’avaient rien arrangé et dans son livre très informé, Les Hommes du Kremlin (Le Cherche midi, 2018), le journaliste Mikhaïl Zygar révèle que le maître du Kremlin avait alors cru arrivée la fin de sa carrière politique.

Mardi soir, quelques heures après l’annonce de la mort de quatorze sous-mariniers dans un incendie en mer de Barents, le président russe est apparu à la télévision, visage grave, écoutant le rapport de son ministre de la défense. Sergueï Choïgou indique qu’un « engin sous-marin d’étude scientifique » a eu un accident lors de« recherches sur les fonds marins »« C’est un navire inhabituel », confirme M. Poutine, qui évoque la mort d’une partie de l’équipage comme « une grande perte pour la Russie » et enjoint à son ministre : « Il faut tout faire pour aider et soutenir les familles. »


Les conditionnels restent de rigueur




Seconde priorité du pouvoir, peu surprenante en pareil cas, maintenir le secret sur l’essentiel des faits, à commencer par l’identité du sous-marin touché.

Mercredi matin, lors d’une brève conférence de presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a mis en avant le « secret d’Etat »et renvoyé à cinq reprises les journalistes vers le ministère de la défense. Lequel s’est contenté de confirmer que sept capitaines « de premier rang » comptaient parmi les victimes, dont deux Héros de la Russie, la plus haute décoration militaire. Autre information dévoilée : la présence à bord d’un personnel civil, évacué au début du drame pour laisser les militaires combattre l’incendie.

Seule autre source officielle à s’exprimer, l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire norvégienne a rapidement indiqué ne pas avoir détecté de radiations dans la zone.

L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur les quelques médias russes indépendants qui, dans un paysage médiatique désolé, font preuve d’une rare ténacité. Si les conditionnels restent de rigueur, les zones d’ombres de l’incident de Severomorsk, à quelques kilomètres de Mourmansk, s’éclairent les unes après les autres, montrant la friabilité du secret imposé par l’Etat.


Qu'en dit RT ?

 D'après ce que j'ai lu le Kremlin a ordonné une enquête --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11705
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par Diviciac le Jeu 4 Juil - 12:47

Nadou a écrit:Le Kremlin ne parvient pas à maintenir le secret après l’accident à bord d’un sous-marin






L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur la ténacité des quelques médias russes indépendants.



Depuis l’annonce d’un accident à bord d’un sous-marin militaire dans les eaux de l’Arctique, mardi 2 juillet, la priorité du Kremlin a été d’éviter qu’une quelconque analogie puisse être établie avec la tragédie du Koursk, qui avait coûté la vie à 118 sous-mariniers en août 2000.

A l’époque, le tout jeune président Vladimir Poutine était apparu dans les médias seulement vingt-quatre heures après l’accident, donnant un barbecue à ses amis, en bras de chemise dans sa villa de la mer Noire. Ses rencontres houleuses avec les familles des victimes n’avaient rien arrangé et dans son livre très informé, Les Hommes du Kremlin (Le Cherche midi, 2018), le journaliste Mikhaïl Zygar révèle que le maître du Kremlin avait alors cru arrivée la fin de sa carrière politique.

Mardi soir, quelques heures après l’annonce de la mort de quatorze sous-mariniers dans un incendie en mer de Barents, le président russe est apparu à la télévision, visage grave, écoutant le rapport de son ministre de la défense. Sergueï Choïgou indique qu’un « engin sous-marin d’étude scientifique » a eu un accident lors de« recherches sur les fonds marins »« C’est un navire inhabituel », confirme M. Poutine, qui évoque la mort d’une partie de l’équipage comme « une grande perte pour la Russie » et enjoint à son ministre : « Il faut tout faire pour aider et soutenir les familles. »


Les conditionnels restent de rigueur




Seconde priorité du pouvoir, peu surprenante en pareil cas, maintenir le secret sur l’essentiel des faits, à commencer par l’identité du sous-marin touché.

Mercredi matin, lors d’une brève conférence de presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a mis en avant le « secret d’Etat »et renvoyé à cinq reprises les journalistes vers le ministère de la défense. Lequel s’est contenté de confirmer que sept capitaines « de premier rang » comptaient parmi les victimes, dont deux Héros de la Russie, la plus haute décoration militaire. Autre information dévoilée : la présence à bord d’un personnel civil, évacué au début du drame pour laisser les militaires combattre l’incendie.

Seule autre source officielle à s’exprimer, l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire norvégienne a rapidement indiqué ne pas avoir détecté de radiations dans la zone.

L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur les quelques médias russes indépendants qui, dans un paysage médiatique désolé, font preuve d’une rare ténacité. Si les conditionnels restent de rigueur, les zones d’ombres de l’incident de Severomorsk, à quelques kilomètres de Mourmansk, s’éclairent les unes après les autres, montrant la friabilité du secret imposé par l’Etat.


Qu'en dit RT ?

T'as qu'à lire :

https://francais.rt.com/international/63614-sous-marin-russe-reacteur-nucleaire-affecte-incendie-moscou
Diviciac
Diviciac

Messages : 19642
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par magicfly le Jeu 4 Juil - 13:49

ledevois a écrit:
Nadou a écrit:Le Kremlin ne parvient pas à maintenir le secret après l’accident à bord d’un sous-marin






L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur la ténacité des quelques médias russes indépendants.



Depuis l’annonce d’un accident à bord d’un sous-marin militaire dans les eaux de l’Arctique, mardi 2 juillet, la priorité du Kremlin a été d’éviter qu’une quelconque analogie puisse être établie avec la tragédie du Koursk, qui avait coûté la vie à 118 sous-mariniers en août 2000.

A l’époque, le tout jeune président Vladimir Poutine était apparu dans les médias seulement vingt-quatre heures après l’accident, donnant un barbecue à ses amis, en bras de chemise dans sa villa de la mer Noire. Ses rencontres houleuses avec les familles des victimes n’avaient rien arrangé et dans son livre très informé, Les Hommes du Kremlin (Le Cherche midi, 2018), le journaliste Mikhaïl Zygar révèle que le maître du Kremlin avait alors cru arrivée la fin de sa carrière politique.

Mardi soir, quelques heures après l’annonce de la mort de quatorze sous-mariniers dans un incendie en mer de Barents, le président russe est apparu à la télévision, visage grave, écoutant le rapport de son ministre de la défense. Sergueï Choïgou indique qu’un « engin sous-marin d’étude scientifique » a eu un accident lors de« recherches sur les fonds marins »« C’est un navire inhabituel », confirme M. Poutine, qui évoque la mort d’une partie de l’équipage comme « une grande perte pour la Russie » et enjoint à son ministre : « Il faut tout faire pour aider et soutenir les familles. »


Les conditionnels restent de rigueur






Seconde priorité du pouvoir, peu surprenante en pareil cas, maintenir le secret sur l’essentiel des faits, à commencer par l’identité du sous-marin touché.

Mercredi matin, lors d’une brève conférence de presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a mis en avant le « secret d’Etat »et renvoyé à cinq reprises les journalistes vers le ministère de la défense. Lequel s’est contenté de confirmer que sept capitaines « de premier rang » comptaient parmi les victimes, dont deux Héros de la Russie, la plus haute décoration militaire. Autre information dévoilée : la présence à bord d’un personnel civil, évacué au début du drame pour laisser les militaires combattre l’incendie.

Seule autre source officielle à s’exprimer, l’Autorité de radioprotection et de sûreté nucléaire norvégienne a rapidement indiqué ne pas avoir détecté de radiations dans la zone.

L’affaire aurait pu en rester là, marquée du sceau du « secret d’Etat », mais c’était sans compter sur les quelques médias russes indépendants qui, dans un paysage médiatique désolé, font preuve d’une rare ténacité. Si les conditionnels restent de rigueur, les zones d’ombres de l’incident de Severomorsk, à quelques kilomètres de Mourmansk, s’éclairent les unes après les autres, montrant la friabilité du secret imposé par l’Etat.


Qu'en dit RT ?

 D'après ce que j'ai lu le Kremlin a ordonné une enquête --
ledevois a mis son drapeau en berne 1f92d


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8237
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

ledevois a mis son drapeau en berne Empty Re: ledevois a mis son drapeau en berne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum