La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Aller en bas

rigolo La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par magicfly le Mer 29 Mai - 16:49

Même Versailles ville que je connais particulièrement bien, Bellamy adjoint au maire a été balayé par la Renaissance Macronienne. Very Happy

Neuilly, Versailles…, ces fiefs qui ont basculé de la droite à LREM


 La liste menée par Bellamy n'a récolté que 8,5 % des voix aux européennes. Dans les Hauts-de-Seine, un bastion historique, LR n'arrive qu'en 3e position.


Par Valentine Arama



Ce sont des territoires traditionnellement acquis à la droite. Pourtant, lors de ce scrutin européen, leurs électeurs ont largement préféré La République en marche. Arrivée en tête dans la majorité des villes des Hauts-de-Seine, LREM fait même mieux que Les Républicains à Versailles (Yvelines), municipalité où François-Xavier Bellamy est adjoint au maire depuis plus de dix ans. Dans les communes de Suresnes, Puteaux, Courbevoie ou Rueil-Malmaison, la liste emmenée par le trio Bellamy-Evren-Danjean arrive même en troisième position, derrière Europe Écologie-Les Verts (EELV). À Neuilly-sur-Seine – ville de Nicolas Sarkozy, où François Fillon a fait 65 % au premier tour de la présidentielle –, LREM récolte cette fois près de 45 % des suffrages exprimés. Une tendance qui se vérifie dans presque toutes les communes des Yvelines ou des Hauts-de-Seine.






11,39 % à Suresnes, 12,62 % à Courbevoie, 13,75 % à Puteaux… Pour la droite, la déroute est historique. Mais à en croire certains ténors du parti, le fait que les électeurs de l'Ouest parisien aient choisi LREM n'est pas une surprise. « Déjà en 2017, le mouvement a commencé à se dessiner », estime Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine. Selon lui, il y a dans ces villes un public de « cadres », sensible à la politique d'Emmanuel Macron. « Et c'est encore plus vrai pour les élections européennes. Nos électeurs perçoivent LREM comme plus europhile que Les Républicains, qui ont émis quelques réserves et critiques sur le fonctionnement de Bruxelles pendant la campagne. »

« La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes »

Un argument que confirme Laura, 28 ans, qui se décrit comme ayant « une sensibilité centre-droit » et inscrite sur les listes électorales de Neuilly-sur-Seine. Dimanche, cette dernière a voté pour la liste Renaissance, menée par Nathalie Loiseau. Elle explique ne pas avoir voulu « envoyer au Parlement des eurodéputés qui auraient freiné l'intégration européenne ». Elle ajoute : « Surtout dans un contexte où les partis populistes sont en forte progression partout sur le continent. » La jeune femme, qui assure n'avoir aucune « antipathie » pour François-Xavier Bellamy, explique cependant avoir trouvé certains candidats de sa liste trop conservateurs.






Mais pour Jérôme Sainte-Marie, politologue et fondateur de l'institut de sondages PollingVox, l'argument du conservatisme de François-Xavier Bellamy, philosophe de profession, ne tient pas. « La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes », assure-t-il au Point. Face à une droite révulsée par ce mouvement et très attachée à l'ordre républicain, Emmanuel Macron a selon lui trouvé une « juste réponse ». « Il y a eu une digne surprise, les électeurs de droite ont trouvé que Macron avait riposté avec vigueur. Et de leur côté, Les Républicains ne sont pas en mesure d'incarner l'ordre, puisqu'ils ne sont pas au pouvoir. C'est donc naturellement que les électeurs se sont donc déportés vers LREM. »
Une idée qui revient effectivement chez certains votants. « Malgré la réelle légitimité des revendications des Gilets jaunes, je pense que, face à l'impossibilité pour la droite de présenter une politique nouvelle et cohérente, Emmanuel Macron mérite d'être soutenu », confie Arthur*, un élève avocat de 25 ans originaire de Vaucresson (92), qui précise avoir avant cela « toujours voté pour les candidats affiliés à la droite républicaine ». « Macron fait le travail, il réforme vite et plus que ses prédécesseurs. Force est de constater que ça fonctionne », note Jérôme Sainte-Marie. Autant d'éléments auxquels sont sensibles les électeurs qui se situent à droite de l'échiquier politique.

Bipolarisation du scrutin

« En intervenant comme il l'a fait à la fin de la campagne et en laissant Nathalie Loiseau dire que le « débouché politique des Gilets jaunes [serait] le Rassemblement national », Emmanuel Macron a transformé les élections européennes en un référendum autour de sa personne », poursuit Jérôme Sainte-Marie. « Il y a effectivement eu une bipolarisation très forte de ce scrutin », abonde Hervé Marseille, sénateur des Hauts-de-Seine et président du groupe Union centriste au Sénat.






L'ancien maire de Meudon (92) estime que le président a installé un débat politique qui insinuait qu'il était le seul à pouvoir défendre l'Europe ainsi que la place de la France en Europe. « Il a mis en place le vote utile », nous dit Hervé Marseille. Un argument qui ne peut que séduire une droite modérée, attachée à l'Union européenne et très présente dans les Hauts-de-Seine ou les Yvelines. « Chez l'électorat ouest-parisien, l'idée européenne est consubstantielle du monde. Il n'y avait donc à ses yeux plus que le Rassemblement national, eurosceptique, ou LREM. » « C'est encore plus facile quand on sait que Laurent Wauquiez a une ligne politique réductrice et qu'il n'a pas su rassembler », ajoute le sénateur, convaincu que la liste LR n'était pas celle de « l'union de la droite et du centre », mais de « la droite et de la droite ».

Inquiétude à quelques mois des municipales

À dix mois des municipales, le signal est inquiétant. « Jusqu'ici, on se disait que même si LREM avait bien pris chez nous lors des législatives, elle n'avait aucun maillage dans les villes », note Roger Karoutchi. Le sénateur s'inquiète cependant que les scores importants du parti de la majorité aux européennes ne donnent des idées à certains. Et de conclure : « Je n'écarte pas le fait que dans certaines villes des Hauts-de-Seine et des Yvelines, des élus se disent "il y a un fort électorat macroniste, alors pourquoi pas tenter ma chance ?" »


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8099
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Fontsestian le Mer 29 Mai - 17:17

magicfly a écrit:Même Versailles ville que je connais particulièrement bien, Bellamy adjoint au maire a été balayé par la Renaissance Macronienne. Very Happy

Neuilly, Versailles…, ces fiefs qui ont basculé de la droite à LREM


 La liste menée par Bellamy n'a récolté que 8,5 % des voix aux européennes. Dans les Hauts-de-Seine, un bastion historique, LR n'arrive qu'en 3e position.




Par Valentine Arama



Ce sont des territoires traditionnellement acquis à la droite. Pourtant, lors de ce scrutin européen, leurs électeurs ont largement préféré La République en marche. Arrivée en tête dans la majorité des villes des Hauts-de-Seine, LREM fait même mieux que Les Républicains à Versailles (Yvelines), municipalité où François-Xavier Bellamy est adjoint au maire depuis plus de dix ans. Dans les communes de Suresnes, Puteaux, Courbevoie ou Rueil-Malmaison, la liste emmenée par le trio Bellamy-Evren-Danjean arrive même en troisième position, derrière Europe Écologie-Les Verts (EELV). À Neuilly-sur-Seine – ville de Nicolas Sarkozy, où François Fillon a fait 65 % au premier tour de la présidentielle –, LREM récolte cette fois près de 45 % des suffrages exprimés. Une tendance qui se vérifie dans presque toutes les communes des Yvelines ou des Hauts-de-Seine.






11,39 % à Suresnes, 12,62 % à Courbevoie, 13,75 % à Puteaux… Pour la droite, la déroute est historique. Mais à en croire certains ténors du parti, le fait que les électeurs de l'Ouest parisien aient choisi LREM n'est pas une surprise. « Déjà en 2017, le mouvement a commencé à se dessiner », estime Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine. Selon lui, il y a dans ces villes un public de « cadres », sensible à la politique d'Emmanuel Macron. « Et c'est encore plus vrai pour les élections européennes. Nos électeurs perçoivent LREM comme plus europhile que Les Républicains, qui ont émis quelques réserves et critiques sur le fonctionnement de Bruxelles pendant la campagne. »

« La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes »



Un argument que confirme Laura, 28 ans, qui se décrit comme ayant « une sensibilité centre-droit » et inscrite sur les listes électorales de Neuilly-sur-Seine. Dimanche, cette dernière a voté pour la liste Renaissance, menée par Nathalie Loiseau. Elle explique ne pas avoir voulu « envoyer au Parlement des eurodéputés qui auraient freiné l'intégration européenne ». Elle ajoute : « Surtout dans un contexte où les partis populistes sont en forte progression partout sur le continent. » La jeune femme, qui assure n'avoir aucune « antipathie » pour François-Xavier Bellamy, explique cependant avoir trouvé certains candidats de sa liste trop conservateurs.






Mais pour Jérôme Sainte-Marie, politologue et fondateur de l'institut de sondages PollingVox, l'argument du conservatisme de François-Xavier Bellamy, philosophe de profession, ne tient pas. « La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes », assure-t-il au Point. Face à une droite révulsée par ce mouvement et très attachée à l'ordre républicain, Emmanuel Macron a selon lui trouvé une « juste réponse ». « Il y a eu une digne surprise, les électeurs de droite ont trouvé que Macron avait riposté avec vigueur. Et de leur côté, Les Républicains ne sont pas en mesure d'incarner l'ordre, puisqu'ils ne sont pas au pouvoir. C'est donc naturellement que les électeurs se sont donc déportés vers LREM. »
Une idée qui revient effectivement chez certains votants. « Malgré la réelle légitimité des revendications des Gilets jaunes, je pense que, face à l'impossibilité pour la droite de présenter une politique nouvelle et cohérente, Emmanuel Macron mérite d'être soutenu », confie Arthur*, un élève avocat de 25 ans originaire de Vaucresson (92), qui précise avoir avant cela « toujours voté pour les candidats affiliés à la droite républicaine ». « Macron fait le travail, il réforme vite et plus que ses prédécesseurs. Force est de constater que ça fonctionne », note Jérôme Sainte-Marie. Autant d'éléments auxquels sont sensibles les électeurs qui se situent à droite de l'échiquier politique.

Bipolarisation du scrutin



« En intervenant comme il l'a fait à la fin de la campagne et en laissant Nathalie Loiseau dire que le « débouché politique des Gilets jaunes [serait] le Rassemblement national », Emmanuel Macron a transformé les élections européennes en un référendum autour de sa personne », poursuit Jérôme Sainte-Marie. « Il y a effectivement eu une bipolarisation très forte de ce scrutin », abonde Hervé Marseille, sénateur des Hauts-de-Seine et président du groupe Union centriste au Sénat.






L'ancien maire de Meudon (92) estime que le président a installé un débat politique qui insinuait qu'il était le seul à pouvoir défendre l'Europe ainsi que la place de la France en Europe. « Il a mis en place le vote utile », nous dit Hervé Marseille. Un argument qui ne peut que séduire une droite modérée, attachée à l'Union européenne et très présente dans les Hauts-de-Seine ou les Yvelines. « Chez l'électorat ouest-parisien, l'idée européenne est consubstantielle du monde. Il n'y avait donc à ses yeux plus que le Rassemblement national, eurosceptique, ou LREM. » « C'est encore plus facile quand on sait que Laurent Wauquiez a une ligne politique réductrice et qu'il n'a pas su rassembler », ajoute le sénateur, convaincu que la liste LR n'était pas celle de « l'union de la droite et du centre », mais de « la droite et de la droite ».

Inquiétude à quelques mois des municipales



À dix mois des municipales, le signal est inquiétant. « Jusqu'ici, on se disait que même si LREM avait bien pris chez nous lors des législatives, elle n'avait aucun maillage dans les villes », note Roger Karoutchi. Le sénateur s'inquiète cependant que les scores importants du parti de la majorité aux européennes ne donnent des idées à certains. Et de conclure : « Je n'écarte pas le fait que dans certaines villes des Hauts-de-Seine et des Yvelines, des élus se disent "il y a un fort électorat macroniste, alors pourquoi pas tenter ma chance ?" »
Si les éléments sains qui restent encore chez LR veulent continuer à oeuvrer utilement pour le pays ils doivent rejoindre la majorité présidentielle, c'est le message très clair que leur ont envoyé leurs électeurs.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5082
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par ledevois le Mer 29 Mai - 17:51

Fontsestian a écrit:
magicfly a écrit:Même Versailles ville que je connais particulièrement bien, Bellamy adjoint au maire a été balayé par la Renaissance Macronienne. Very Happy

Neuilly, Versailles…, ces fiefs qui ont basculé de la droite à LREM


 La liste menée par Bellamy n'a récolté que 8,5 % des voix aux européennes. Dans les Hauts-de-Seine, un bastion historique, LR n'arrive qu'en 3e position.







Par Valentine Arama



Ce sont des territoires traditionnellement acquis à la droite. Pourtant, lors de ce scrutin européen, leurs électeurs ont largement préféré La République en marche. Arrivée en tête dans la majorité des villes des Hauts-de-Seine, LREM fait même mieux que Les Républicains à Versailles (Yvelines), municipalité où François-Xavier Bellamy est adjoint au maire depuis plus de dix ans. Dans les communes de Suresnes, Puteaux, Courbevoie ou Rueil-Malmaison, la liste emmenée par le trio Bellamy-Evren-Danjean arrive même en troisième position, derrière Europe Écologie-Les Verts (EELV). À Neuilly-sur-Seine – ville de Nicolas Sarkozy, où François Fillon a fait 65 % au premier tour de la présidentielle –, LREM récolte cette fois près de 45 % des suffrages exprimés. Une tendance qui se vérifie dans presque toutes les communes des Yvelines ou des Hauts-de-Seine.






11,39 % à Suresnes, 12,62 % à Courbevoie, 13,75 % à Puteaux… Pour la droite, la déroute est historique. Mais à en croire certains ténors du parti, le fait que les électeurs de l'Ouest parisien aient choisi LREM n'est pas une surprise. « Déjà en 2017, le mouvement a commencé à se dessiner », estime Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine. Selon lui, il y a dans ces villes un public de « cadres », sensible à la politique d'Emmanuel Macron. « Et c'est encore plus vrai pour les élections européennes. Nos électeurs perçoivent LREM comme plus europhile que Les Républicains, qui ont émis quelques réserves et critiques sur le fonctionnement de Bruxelles pendant la campagne. »

« La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes »






Un argument que confirme Laura, 28 ans, qui se décrit comme ayant « une sensibilité centre-droit » et inscrite sur les listes électorales de Neuilly-sur-Seine. Dimanche, cette dernière a voté pour la liste Renaissance, menée par Nathalie Loiseau. Elle explique ne pas avoir voulu « envoyer au Parlement des eurodéputés qui auraient freiné l'intégration européenne ». Elle ajoute : « Surtout dans un contexte où les partis populistes sont en forte progression partout sur le continent. » La jeune femme, qui assure n'avoir aucune « antipathie » pour François-Xavier Bellamy, explique cependant avoir trouvé certains candidats de sa liste trop conservateurs.






Mais pour Jérôme Sainte-Marie, politologue et fondateur de l'institut de sondages PollingVox, l'argument du conservatisme de François-Xavier Bellamy, philosophe de profession, ne tient pas. « La liste LR est une victime collatérale des Gilets jaunes », assure-t-il au Point. Face à une droite révulsée par ce mouvement et très attachée à l'ordre républicain, Emmanuel Macron a selon lui trouvé une « juste réponse ». « Il y a eu une digne surprise, les électeurs de droite ont trouvé que Macron avait riposté avec vigueur. Et de leur côté, Les Républicains ne sont pas en mesure d'incarner l'ordre, puisqu'ils ne sont pas au pouvoir. C'est donc naturellement que les électeurs se sont donc déportés vers LREM. »
Une idée qui revient effectivement chez certains votants. « Malgré la réelle légitimité des revendications des Gilets jaunes, je pense que, face à l'impossibilité pour la droite de présenter une politique nouvelle et cohérente, Emmanuel Macron mérite d'être soutenu », confie Arthur*, un élève avocat de 25 ans originaire de Vaucresson (92), qui précise avoir avant cela « toujours voté pour les candidats affiliés à la droite républicaine ». « Macron fait le travail, il réforme vite et plus que ses prédécesseurs. Force est de constater que ça fonctionne », note Jérôme Sainte-Marie. Autant d'éléments auxquels sont sensibles les électeurs qui se situent à droite de l'échiquier politique.

Bipolarisation du scrutin






« En intervenant comme il l'a fait à la fin de la campagne et en laissant Nathalie Loiseau dire que le « débouché politique des Gilets jaunes [serait] le Rassemblement national », Emmanuel Macron a transformé les élections européennes en un référendum autour de sa personne », poursuit Jérôme Sainte-Marie. « Il y a effectivement eu une bipolarisation très forte de ce scrutin », abonde Hervé Marseille, sénateur des Hauts-de-Seine et président du groupe Union centriste au Sénat.






L'ancien maire de Meudon (92) estime que le président a installé un débat politique qui insinuait qu'il était le seul à pouvoir défendre l'Europe ainsi que la place de la France en Europe. « Il a mis en place le vote utile », nous dit Hervé Marseille. Un argument qui ne peut que séduire une droite modérée, attachée à l'Union européenne et très présente dans les Hauts-de-Seine ou les Yvelines. « Chez l'électorat ouest-parisien, l'idée européenne est consubstantielle du monde. Il n'y avait donc à ses yeux plus que le Rassemblement national, eurosceptique, ou LREM. » « C'est encore plus facile quand on sait que Laurent Wauquiez a une ligne politique réductrice et qu'il n'a pas su rassembler », ajoute le sénateur, convaincu que la liste LR n'était pas celle de « l'union de la droite et du centre », mais de « la droite et de la droite ».

Inquiétude à quelques mois des municipales






À dix mois des municipales, le signal est inquiétant. « Jusqu'ici, on se disait que même si LREM avait bien pris chez nous lors des législatives, elle n'avait aucun maillage dans les villes », note Roger Karoutchi. Le sénateur s'inquiète cependant que les scores importants du parti de la majorité aux européennes ne donnent des idées à certains. Et de conclure : « Je n'écarte pas le fait que dans certaines villes des Hauts-de-Seine et des Yvelines, des élus se disent "il y a un fort électorat macroniste, alors pourquoi pas tenter ma chance ?" »
Si les éléments sains qui restent encore chez LR veulent continuer à oeuvrer utilement pour le pays ils doivent rejoindre la majorité présidentielle, c'est le message très clair que leur ont envoyé leurs électeurs.



Le message c'est que nous finirons par avoir un candidat capable de détrôner Macron --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11267
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Zerbinette le Mer 29 Mai - 18:24

Mon maire,qui n'est pas un mauvais bougre,mais adore être président partout ou il peut se glisser,soutenait depuis des mois LR,et entendait que la municipalité et autres suivent.......
Et hier soir,vlan! Une jeune conseillère a claqué la porte,en expliquant pourquoi.........D'ou article ds le canard local,etc.......
Effectivement,ça va grenouiller ds les marigots!


." je vis et je pense à mes risques et périls... Ce qui fait que par moments, j' ai l' air d' un imbécile... J' y consens.. Je suis fier de ma bêtise."...V.Hugo.....
Zerbinette
Zerbinette

Messages : 6276
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par magicfly le Mer 29 Mai - 18:51

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
Si les éléments sains qui restent encore chez LR veulent continuer à oeuvrer utilement pour le pays ils doivent rejoindre la majorité présidentielle, c'est le message très clair que leur ont envoyé leurs électeurs.



Le message c'est que nous finirons par avoir un candidat capable de détrôner Macron --

La foi du boulanger c'est comme la foi du charbonnier Very Happy



« Le Diable un jour demanda à un malheureux charbonnier :
- Que crois-tu ?
Le pauvre hère répondit :
- Toujours je crois ce que l'Église croit.
Le diable insista :
- Mais à quoi l'Église croit-elle ?
L'homme répondit :
- Elle croit ce que je crois.
Le Diable eu beau insister, il n'en tira guère plus et se retira confus devant l'entêtement du charbonnier »

Autant dire que le 'charboniais' de ce conte ne fonde sa foi sur aucun argument théologique ou philosophique. Il croit ce que l'Église lui dit, sans même savoir vraiment de quoi il s'agit, être capable de l'expliquer et de le défendre.


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8099
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par ledevois le Mer 29 Mai - 19:08

Zerbinette a écrit:Mon maire,qui n'est pas un mauvais bougre,mais adore être président partout ou il peut se glisser,soutenait depuis des mois LR,et entendait que la municipalité et autres suivent.......
Et hier soir,vlan! Une jeune conseillère a claqué la porte,en expliquant pourquoi.........D'ou article ds le canard local,etc.......
Effectivement,ça va grenouiller ds les marigots!


Si ton maire est L R , il ne doit pas être mauvais bougre à mon avis ---
Pour moi ce qui m’agace c'est la relation Macron Sarkozy , et surtout qu'il se définit par rapport à Macron -- c'est blessant pour grand nombre d'entre nous --
Je sais très bien que Sarkosy à été toujours un proche du centre , et cela ne m'étonne pas qu'il se sente proche de Macron -
Les deux sont narcissique avec une conception autocratique de la fonction présidentielle --
A ce qu'il parait il serait à l’affût pour reprendre le L R --- à déconseiller si nous ne voulons pas que le L R disparaisse --  

Arnaud Danjean -François‑Xavier Bellamy-.Valérie Pécresse -Valérie Pécresse -Geoffroy Didier- agnès Evren -- la relève n'est pas en manque --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 11267
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Nadou le Mer 29 Mai - 19:51

Les électeurs LR ont apprécié, contrairement à Lili, Dugenou et Ledevois avec quelle maîtrise Castaner a ramené l'ordre. Les GJ casseurs, les BB ont disparu des rues et Macron fait le job !


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24910
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Fontsestian le Mer 29 Mai - 19:52

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
Si les éléments sains qui restent encore chez LR veulent continuer à oeuvrer utilement pour le pays ils doivent rejoindre la majorité présidentielle, c'est le message très clair que leur ont envoyé leurs électeurs.



Le message c'est que nous finirons par avoir un candidat capable de détrôner Macron --
Pourquoi pas mais ça n'en prend pas le chemin.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5082
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Fontsestian le Mer 29 Mai - 19:59

Nadou a écrit:Les électeurs LR ont apprécié, contrairement à Lili, Dugenou et Ledevois avec quelle maîtrise Castaner a ramené l'ordre. Les GJ casseurs, les BB ont disparu des rues et Macron fait le job !
C'est vrai qu'ils ont fait le job, on s'en rend encore mieux compte maintenant.


A Forcalquier chez Castaner LaRem est arrivée en tête alors que les fachos ont fait un carton dans le département.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5082
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Diviciac le Mer 29 Mai - 23:34

Nadou a écrit:Les électeurs LR ont apprécié, contrairement à Lili, Dugenou et Ledevois avec quelle maîtrise Castaner a ramené l'ordre. Les GJ casseurs, les BB ont disparu des rues et Macron fait le job !

Que les électeurs LR apprécient la politique de Manu , c'est incontestable. En revanche vous ne devez plus être bien nombreux à oser encore vous dire macronistes et "toujours de gauche".



« Ce qui a créé la colère sincère d’une partie de la population n’est pas derrière nous »

Manu
Diviciac
Diviciac

Messages : 19016
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Tiote valisse le Jeu 30 Mai - 9:27

La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine Plusqu10


La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine Coluch10
Tiote valisse
Tiote valisse

Messages : 3160
Date d'inscription : 20/02/2018
Age : 83
Localisation : Hauts de France

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Fontsestian le Jeu 30 Mai - 9:29

Diviciac a écrit:
Nadou a écrit:Les électeurs LR ont apprécié, contrairement à Lili, Dugenou et Ledevois avec quelle maîtrise Castaner a ramené l'ordre. Les GJ casseurs, les BB ont disparu des rues et Macron fait le job !

Que les électeurs LR apprécient la politique de Manu , c'est incontestable. En revanche vous ne devez plus être bien nombreux à oser encore vous dire macronistes et "toujours de gauche".

Les intéressés vous répondront mais à mon sens on peut effectivement être les deux lorsqu'on ne se braque pas sur des principes idéologiques.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
Fontsestian
Fontsestian

Messages : 5082
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 73
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

rigolo Re: La déconfiture de la droite dans leurs fiefs historique des Hauts de Seine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum