Mais d'où viennent les fakes ?

Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Nadou le Lun 13 Mai - 23:34

[size=33]Européennes: la Russie au cœur d’une campagne de désinformation[/size]


Une enquête du New York Times révèle que plusieurs comptes sur les réseaux sociaux et sites web diffusant des fausses informations sont directement liés à la Russie.
Trois ans après l’élection de Donald Trump qui avait bénéficié d’une campagne d’ingérence de la Russie notamment sur les réseaux sociaux, l’histoire se répète. Le New York Times retrace dans une enquête publiée dimanche les origines de plusieurs comptes, pages, groupes ou sites web diffusant des fausses informations sur le fonctionnement de l’Union européenne ou de l’Otan. Le quotidien note aussi de nombreuses campagnes visant à exagérer le phénomène migratoire sur le continent européen. Les sites de groupuscules politiques italiens ou allemands sont notamment au cœur de ces dernières révélations. Ils sont hébergés sur des serveurs russes selon le média américain. Les mêmes serveurs qui ont été utilisés par les hackers russes lors du piratage des réseaux informatiques du parti démocrate américain seulement quelques jours avant le scrutin présidentiel en 2016.
L’enquête va plus loin et révèle que des groupes d’extrême droite répètent les stratégies en ligne du Kremlin pour faire régner la confusion et mettre en avant leurs propres arguments, parfois de façon très insidieuse.
 Le New York Times évoque notamment deux pages fermées par Facebook la semaine dernière en Italie. Ces dernières relayaient des contenus liés au sport et à la mode mais parvenaient à y immiscer des messages politiques d’extrême droite. Ces pages sont au cœur d’un rapport, relayé par le New York Times, sur la désinformation en ligne préparé par l’organisation non gouvernementale de cybermilitantisme Avaaz. Elle y détaille l’activité au total de 104 pages et de 6 groupes hébergés sur le réseau social relayant, entre autres, des contenus anti-réfugiés, antisémites et faisant aussi la promotion des thèses populistes des deux partis au pouvoir: la ligue du Nord et le mouvement cinq étoiles. L’organisation estime que des campagnes similaires ont actuellement lieu en France, en Espagne, ou en Pologne mais qu’elle n’est pas en mesure de les identifier, faute de moyen.

Un électeur Européen sur deux touché

Ces différentes révélations interviennent dans un contexte tendu, seulement quelques jours après le rapport problématique publié par l’agence de cybersécurité SafeGuard Cyber mercredi dernier. Un électeur européen sur deux a été exposé à des fausses informations ou à des publications faisant la promotion de l’extrémisme politique selon lui. 
En tout, 6 700 comptes douteux, souvent automatisés sous forme de bot qui publient et republient de faux posts sans arrêt, liés à la Russie ont été identifiés. Ces derniers adaptent leur stratégie en fonction des pays visés selon l’agence américaine. Si en Allemagne, les contenus liés à «l’invasion des immigrés» sont mis en avant, en Grande-Bretagne, l’objectif est d’accentuer la division entre pro et anti-Brexit par exemple. Leur quantité varie aussi en fonction des pays: «Il y a une claire corrélation entre le volume des attaques et le niveau de représentation au Parlement [européen]» note George Kamide, directeur de recherche chez SafeGuard Cyber. L’Allemagne, pays où 96 eurodéputés seront élus fin mai est le plus fréquemment visé. Suivent ensuite la France et l’Italie qui vont élire respectivement 79 et 76 eurodéputés.

Les réseaux sociaux en première ligne

Facebook, premier réseau social au monde, qui compte plus d’utilisateurs sur le continent européen qu’aux États-Unis, est le plus attendu sur ces enjeux de modération. Il y a même dédié une «war room» ouverte au début du mois au sein de son siège européen à Dublin. Une quarantaine de personnes ont pour mission de repérer et de fermer les faux comptes ou les pages relayant des fausses informations. Elle a également pour objectif de veiller à ce que de potentielles ingérences étrangères n’aient pas d’impact sur le scrutin européen organisé du 23 au 26 mai prochain. C’est en ce sens que Facebook avait annoncé le 6 mai dernier la suppression de 97 comptes, pages et groupes faisant la promotion de la présence russe en Ukraine. Mais la tâche est loin d’être évidente à l’image des révélations du New York Times, d’autant plus que certains contenus sont difficiles à repérer. Ils ne relaient pas directement de fausses informations mais peuvent par exemple exagérer des faits, les mettre en scène d’une certaine façon pour faire passer un message politique.
Twitter est de son côté dans le viseur des autorités, notamment françaises. Le réseau de microblogging qui a interdit toute forme de publicité politique sur sa plateforme est accusé de ne pas débloquer les moyens nécessaires en termes de modération. Le secrétaire d’État au numérique Cédric O regrette que la plateforme n’ait que «4 000 ou 5 000 employés quand Facebook en a 30 000 uniquement sur la modération. On peut comprendre qu’ils mettent du temps à s’adapter, mais ils ont une obligation de résultat qui est de mettre en place un système de modération qui marche» a-t-il déclaré sur Europe 1 lundi matin.

Le pire, ce sont les Français crédules ou complices qui colportent des infos manipulées et orientées venant de RT France ou de Spoutnik !


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24415
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Diviciac le Mar 14 Mai - 7:42

Nadou a écrit:
[size=33]Européennes: la Russie au cœur d’une campagne de désinformation[/size]


Une enquête du New York Times révèle que plusieurs comptes sur les réseaux sociaux et sites web diffusant des fausses informations sont directement liés à la Russie.
Trois ans après l’élection de Donald Trump qui avait bénéficié d’une campagne d’ingérence de la Russie notamment sur les réseaux sociaux, l’histoire se répète. Le New York Times retrace dans une enquête publiée dimanche les origines de plusieurs comptes, pages, groupes ou sites web diffusant des fausses informations sur le fonctionnement de l’Union européenne ou de l’Otan. Le quotidien note aussi de nombreuses campagnes visant à exagérer le phénomène migratoire sur le continent européen. Les sites de groupuscules politiques italiens ou allemands sont notamment au cœur de ces dernières révélations. Ils sont hébergés sur des serveurs russes selon le média américain. Les mêmes serveurs qui ont été utilisés par les hackers russes lors du piratage des réseaux informatiques du parti démocrate américain seulement quelques jours avant le scrutin présidentiel en 2016.
L’enquête va plus loin et révèle que des groupes d’extrême droite répètent les stratégies en ligne du Kremlin pour faire régner la confusion et mettre en avant leurs propres arguments, parfois de façon très insidieuse.
 Le New York Times évoque notamment deux pages fermées par Facebook la semaine dernière en Italie. Ces dernières relayaient des contenus liés au sport et à la mode mais parvenaient à y immiscer des messages politiques d’extrême droite. Ces pages sont au cœur d’un rapport, relayé par le New York Times, sur la désinformation en ligne préparé par l’organisation non gouvernementale de cybermilitantisme Avaaz. Elle y détaille l’activité au total de 104 pages et de 6 groupes hébergés sur le réseau social relayant, entre autres, des contenus anti-réfugiés, antisémites et faisant aussi la promotion des thèses populistes des deux partis au pouvoir: la ligue du Nord et le mouvement cinq étoiles. L’organisation estime que des campagnes similaires ont actuellement lieu en France, en Espagne, ou en Pologne mais qu’elle n’est pas en mesure de les identifier, faute de moyen.

Un électeur Européen sur deux touché



Ces différentes révélations interviennent dans un contexte tendu, seulement quelques jours après le rapport problématique publié par l’agence de cybersécurité SafeGuard Cyber mercredi dernier. Un électeur européen sur deux a été exposé à des fausses informations ou à des publications faisant la promotion de l’extrémisme politique selon lui. 
En tout, 6 700 comptes douteux, souvent automatisés sous forme de bot qui publient et republient de faux posts sans arrêt, liés à la Russie ont été identifiés. Ces derniers adaptent leur stratégie en fonction des pays visés selon l’agence américaine. Si en Allemagne, les contenus liés à «l’invasion des immigrés» sont mis en avant, en Grande-Bretagne, l’objectif est d’accentuer la division entre pro et anti-Brexit par exemple. Leur quantité varie aussi en fonction des pays: «Il y a une claire corrélation entre le volume des attaques et le niveau de représentation au Parlement [européen]» note George Kamide, directeur de recherche chez SafeGuard Cyber. L’Allemagne, pays où 96 eurodéputés seront élus fin mai est le plus fréquemment visé. Suivent ensuite la France et l’Italie qui vont élire respectivement 79 et 76 eurodéputés.

Les réseaux sociaux en première ligne



Facebook, premier réseau social au monde, qui compte plus d’utilisateurs sur le continent européen qu’aux États-Unis, est le plus attendu sur ces enjeux de modération. Il y a même dédié une «war room» ouverte au début du mois au sein de son siège européen à Dublin. Une quarantaine de personnes ont pour mission de repérer et de fermer les faux comptes ou les pages relayant des fausses informations. Elle a également pour objectif de veiller à ce que de potentielles ingérences étrangères n’aient pas d’impact sur le scrutin européen organisé du 23 au 26 mai prochain. C’est en ce sens que Facebook avait annoncé le 6 mai dernier la suppression de 97 comptes, pages et groupes faisant la promotion de la présence russe en Ukraine. Mais la tâche est loin d’être évidente à l’image des révélations du New York Times, d’autant plus que certains contenus sont difficiles à repérer. Ils ne relaient pas directement de fausses informations mais peuvent par exemple exagérer des faits, les mettre en scène d’une certaine façon pour faire passer un message politique.
Twitter est de son côté dans le viseur des autorités, notamment françaises. Le réseau de microblogging qui a interdit toute forme de publicité politique sur sa plateforme est accusé de ne pas débloquer les moyens nécessaires en termes de modération. Le secrétaire d’État au numérique Cédric O regrette que la plateforme n’ait que «4 000 ou 5 000 employés quand Facebook en a 30 000 uniquement sur la modération. On peut comprendre qu’ils mettent du temps à s’adapter, mais ils ont une obligation de résultat qui est de mettre en place un système de modération qui marche» a-t-il déclaré sur Europe 1 lundi matin.

Le pire, ce sont les Français crédules ou complices qui colportent des infos manipulées et orientées venant de RT France ou de Spoutnik !

Bof ! Les médias français aussi diffusent des fakes : sur les gants coquès de Dettinger , sur Geneviève Legay tombée toute seule, sur une pancarte caviardée, sur les gilets jaunes "salafistes" , sur une "attaque"  de la Salpètrière  ou sur zéro mort dû aux forces de l'ordre. .


La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 18306
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Athos13 le Mar 14 Mai - 7:50

Evidemment, maintenant que le communisme est tombé en Russie, c'est la Russie qui "désinforme"... Avant, elle ne le faisait pas ! Et les USA du New York Times, canard pro-coco s'il en est, "dénonce" ce méchant Poutine qui fait que dire des bobards !
Parce que les USA n'ont jamais désinformé ! Jamais ! Moi je me rappelle de ce clown des Affaires Etrangères brandissant devant les foules médusées ce flacon contenant des "armes de destruction massive" soi-disant fabriquées par Saddam Hussein, pour justifier l'attaque contre l'Irak !
Athos13
Athos13

Messages : 1197
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par magicfly le Mar 14 Mai - 8:23

Nadou a écrit:
[size=33]Européennes: la Russie au cœur d’une campagne de désinformation[/size]


Une enquête du New York Times révèle que plusieurs comptes sur les réseaux sociaux et sites web diffusant des fausses informations sont directement liés à la Russie.
Trois ans après l’élection de Donald Trump qui avait bénéficié d’une campagne d’ingérence de la Russie notamment sur les réseaux sociaux, l’histoire se répète. Le New York Times retrace dans une enquête publiée dimanche les origines de plusieurs comptes, pages, groupes ou sites web diffusant des fausses informations sur le fonctionnement de l’Union européenne ou de l’Otan. Le quotidien note aussi de nombreuses campagnes visant à exagérer le phénomène migratoire sur le continent européen. Les sites de groupuscules politiques italiens ou allemands sont notamment au cœur de ces dernières révélations. Ils sont hébergés sur des serveurs russes selon le média américain. Les mêmes serveurs qui ont été utilisés par les hackers russes lors du piratage des réseaux informatiques du parti démocrate américain seulement quelques jours avant le scrutin présidentiel en 2016.
L’enquête va plus loin et révèle que des groupes d’extrême droite répètent les stratégies en ligne du Kremlin pour faire régner la confusion et mettre en avant leurs propres arguments, parfois de façon très insidieuse.
 Le New York Times évoque notamment deux pages fermées par Facebook la semaine dernière en Italie. Ces dernières relayaient des contenus liés au sport et à la mode mais parvenaient à y immiscer des messages politiques d’extrême droite. Ces pages sont au cœur d’un rapport, relayé par le New York Times, sur la désinformation en ligne préparé par l’organisation non gouvernementale de cybermilitantisme Avaaz. Elle y détaille l’activité au total de 104 pages et de 6 groupes hébergés sur le réseau social relayant, entre autres, des contenus anti-réfugiés, antisémites et faisant aussi la promotion des thèses populistes des deux partis au pouvoir: la ligue du Nord et le mouvement cinq étoiles. L’organisation estime que des campagnes similaires ont actuellement lieu en France, en Espagne, ou en Pologne mais qu’elle n’est pas en mesure de les identifier, faute de moyen.

Un électeur Européen sur deux touché



Ces différentes révélations interviennent dans un contexte tendu, seulement quelques jours après le rapport problématique publié par l’agence de cybersécurité SafeGuard Cyber mercredi dernier. Un électeur européen sur deux a été exposé à des fausses informations ou à des publications faisant la promotion de l’extrémisme politique selon lui. 
En tout, 6 700 comptes douteux, souvent automatisés sous forme de bot qui publient et republient de faux posts sans arrêt, liés à la Russie ont été identifiés. Ces derniers adaptent leur stratégie en fonction des pays visés selon l’agence américaine. Si en Allemagne, les contenus liés à «l’invasion des immigrés» sont mis en avant, en Grande-Bretagne, l’objectif est d’accentuer la division entre pro et anti-Brexit par exemple. Leur quantité varie aussi en fonction des pays: «Il y a une claire corrélation entre le volume des attaques et le niveau de représentation au Parlement [européen]» note George Kamide, directeur de recherche chez SafeGuard Cyber. L’Allemagne, pays où 96 eurodéputés seront élus fin mai est le plus fréquemment visé. Suivent ensuite la France et l’Italie qui vont élire respectivement 79 et 76 eurodéputés.

Les réseaux sociaux en première ligne



Facebook, premier réseau social au monde, qui compte plus d’utilisateurs sur le continent européen qu’aux États-Unis, est le plus attendu sur ces enjeux de modération. Il y a même dédié une «war room» ouverte au début du mois au sein de son siège européen à Dublin. Une quarantaine de personnes ont pour mission de repérer et de fermer les faux comptes ou les pages relayant des fausses informations. Elle a également pour objectif de veiller à ce que de potentielles ingérences étrangères n’aient pas d’impact sur le scrutin européen organisé du 23 au 26 mai prochain. C’est en ce sens que Facebook avait annoncé le 6 mai dernier la suppression de 97 comptes, pages et groupes faisant la promotion de la présence russe en Ukraine. Mais la tâche est loin d’être évidente à l’image des révélations du New York Times, d’autant plus que certains contenus sont difficiles à repérer. Ils ne relaient pas directement de fausses informations mais peuvent par exemple exagérer des faits, les mettre en scène d’une certaine façon pour faire passer un message politique.
Twitter est de son côté dans le viseur des autorités, notamment françaises. Le réseau de microblogging qui a interdit toute forme de publicité politique sur sa plateforme est accusé de ne pas débloquer les moyens nécessaires en termes de modération. Le secrétaire d’État au numérique Cédric O regrette que la plateforme n’ait que «4 000 ou 5 000 employés quand Facebook en a 30 000 uniquement sur la modération. On peut comprendre qu’ils mettent du temps à s’adapter, mais ils ont une obligation de résultat qui est de mettre en place un système de modération qui marche» a-t-il déclaré sur Europe 1 lundi matin.

Le pire, ce sont les Français crédules ou complices qui colportent des infos manipulées et orientées venant de RT France ou de Spoutnik !
Tu crois qu'ils vont supprimer les comptes de l'agent Josef Ledevsky? Very Happy


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 7882
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par magicfly le Mar 14 Mai - 8:26

Athos13 a écrit:Evidemment, maintenant que le communisme est tombé en Russie, c'est la Russie qui "désinforme"... Avant, elle ne le faisait pas ! Et les USA du New York Times, canard pro-coco s'il en est, "dénonce" ce méchant Poutine qui fait que dire des bobards !
Parce que les USA n'ont jamais désinformé ! Jamais ! Moi je me rappelle de ce clown des Affaires Etrangères brandissant devant les foules médusées ce flacon contenant des "armes de destruction massive" soi-disant fabriquées par Saddam Hussein, pour justifier l'attaque contre l'Irak !
Toi aussi t'es un rentier de putine?


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 7882
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Lili-Rose le Mar 14 Mai - 8:32

Ca fait un moment que je dis qu'il y a une recrudescence du fake sur les réseaux sociaux, mais n'en connais pas l'origine.
Le meilleur moyen de passer un fake est de foutre le masque d'anonymous, une tenue militaire avec grade élevé, et on peut balancer n'importe quoi. Very Happy
Lili-Rose
Lili-Rose

Messages : 4793
Date d'inscription : 21/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Nadou le Mar 14 Mai - 16:50

magicfly a écrit:
Athos13 a écrit:Evidemment, maintenant que le communisme est tombé en Russie, c'est la Russie qui "désinforme"... Avant, elle ne le faisait pas ! Et les USA du New York Times, canard pro-coco s'il en est, "dénonce" ce méchant Poutine qui fait que dire des bobards !
Parce que les USA n'ont jamais désinformé ! Jamais ! Moi je me rappelle de ce clown des Affaires Etrangères brandissant devant les foules médusées ce flacon contenant des "armes de destruction massive" soi-disant fabriquées par Saddam Hussein, pour justifier l'attaque contre l'Irak !
Toi aussi t'es un rentier de putine?


Moi, je suis Française et je ne me laisse influencer ni par les USA ni par Poutine. Sont étranges ces supposés " patriotes" ... d'aller prendre leurs infos sur des sites russes.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24415
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Athos13 le Mar 14 Mai - 18:44

Mais quand allez vous comprendre que l'allié "naturel" de la France et de l'Europe, c'est la Russie ? Et bien sur celle de Poutine dont un jour peut-être vous serez bien contents d'avoir le soutien !
Si la Russie n'était pas intervenue en Syrie, elle serait aujourd'hui une république islamiste avec tout ce qui en découlera dans la région !
Athos13
Athos13

Messages : 1197
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Nadou le Mar 14 Mai - 18:53

Athos13 a écrit:Mais quand allez vous comprendre que l'allié "naturel" de la France et de l'Europe, c'est la Russie ? Et bien sur celle de Poutine dont un jour peut-être vous serez bien contents d'avoir le soutien !
Si la Russie n'était pas intervenue en Syrie, elle serait aujourd'hui une république islamiste avec tout ce qui en découlera dans la région !

On n'a pas besoin de l'influence et des mensonges russes en France ! Nous sommes Français !


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24415
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par magicfly le Mar 14 Mai - 22:00

Athos13 a écrit:Mais quand allez vous comprendre que l'allié "naturel" de la France et de l'Europe, c'est la Russie ? Et bien sur celle de Poutine dont un jour peut-être vous serez bien contents d'avoir le soutien !
Si la Russie n'était pas intervenue en Syrie, elle serait aujourd'hui une république islamiste avec tout ce qui en découlera dans la région !
T'as vu ça où? N’importe quoi! La Russie est un pays qui n'a connu que la dictature des tsars aux communistes, seuls les qqes années Eltsine furent des années de démocraties. La différence de culture et de mentalité entre la France et la Russie est une véritable frontière tout autant que l'Europe avec la Turquie. Nous sommes alliés avec les US depuis la fin du XIIIème siècle, 2 siècles et demi, ce n'est pas parce que nous avons par moment des différents que c'est comparable avec la Russie dont nos différents sont bien plus âpres. Ça ne m'empêche pas de ne pas vraiment apprécier la mentalité des américains.


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 7882
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Mais d'où viennent les fakes ? Empty Re: Mais d'où viennent les fakes ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum