jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par ledevois le Lun 6 Mai - 16:14

je crois que Mediapart a encore découvert une belle casserole macronienne
bravo Mr  Edwy Plenel


https://francais.rt.com/france/61785-chauffeur-demmanuel-macron-convoque-par-justice-pour-avoir-fui-controle-policier

Mediapart révèle que le gendarme du GSPR en charge de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron sera jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.
Mediapart révèle le 4 mai que le gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) chargé de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ne pas s’être soumis à un contrôle de police. 

[size=16]Lire aussi

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. 5cc96ddd488c7b98088b456aLa carte des lieux clefs de l'affaire Benalla
[/size]
Selon des «sources concordante» évoquées par le site d'investigation, les faits se sont déroulés le 27 février à Sèvre, en proche banlieue parisienne. Alors que le militaire, un certain Stéphane P., n'était pas en service, il aurait roulé à une vitesse excessive, poussant des policiers à l'interpeller «au niveau du pont de Saint-Cloud». Stéphane P. aurait alors refusé d'obtempérer et pris la fuite. 
Les policiers auraient relevé la plaque d'immatriculation du véhicule, ce qui aurait permis d'identifier l'homme. Il sera jugé en 13 janvier 2020 à Nanterre pour «refus d’obtempérer», selon Mediapart, etrisque pour ce délit trois mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et la perte de six points de permis. 
Contactée par le pureplayer, l'Elysée a expliqué via son service presse que le gendarme avait été «changé d’affectation au sein du GSPR à titre conservatoire». Le gendarme reste donc affecté à la protection présidentielle mais ne conduit plus son véhicule. 
Il a par ailleurs été annoncé le 4 mai au Journal officiel que le patron du GSPR, le général Lionel Lavergne, allait quitter ses fonctions sans qu'il y ait un lien entre ce départ et l'affaire touchant le chauffeur d'Emmanuel Macron. Mis en cause par le Sénat dans l'affaire Benalla, l'officier supérieur sera remplacé «à compter du 18 mai».
Lire aussi : Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 12846
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty Re: jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par Tiote valisse le Lun 6 Mai - 16:57

ledevois a écrit:je crois que Mediapart a encore découvert une belle casserole macronienne
bravo Mr  Edwy Plenel


https://francais.rt.com/france/61785-chauffeur-demmanuel-macron-convoque-par-justice-pour-avoir-fui-controle-policier

Mediapart révèle que le gendarme du GSPR en charge de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron sera jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.
Mediapart révèle le 4 mai que le gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) chargé de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ne pas s’être soumis à un contrôle de police. 

[size=16]Lire aussi

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. 5cc96ddd488c7b98088b456aLa carte des lieux clefs de l'affaire Benalla
[/size]
Selon des «sources concordante» évoquées par le site d'investigation, les faits se sont déroulés le 27 février à Sèvre, en proche banlieue parisienne. Alors que le militaire, un certain Stéphane P., n'était pas en service, il aurait roulé à une vitesse excessive, poussant des policiers à l'interpeller «au niveau du pont de Saint-Cloud». Stéphane P. aurait alors refusé d'obtempérer et pris la fuite. 
Les policiers auraient relevé la plaque d'immatriculation du véhicule, ce qui aurait permis d'identifier l'homme. Il sera jugé en 13 janvier 2020 à Nanterre pour «refus d’obtempérer», selon Mediapart, etrisque pour ce délit trois mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et la perte de six points de permis. 
Contactée par le pureplayer, l'Elysée a expliqué via son service presse que le gendarme avait été «changé d’affectation au sein du GSPR à titre conservatoire». Le gendarme reste donc affecté à la protection présidentielle mais ne conduit plus son véhicule. 
Il a par ailleurs été annoncé le 4 mai au Journal officiel que le patron du GSPR, le général Lionel Lavergne, allait quitter ses fonctions sans qu'il y ait un lien entre ce départ et l'affaire touchant le chauffeur d'Emmanuel Macron. Mis en cause par le Sénat dans l'affaire Benalla, l'officier supérieur sera remplacé «à compter du 18 mai».
Lire aussi : Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question
En quoi serait-ce une casserole macronienne puisque ce chauffeur n'était pas en service ? Au contraire cela montre que le PR n'est pas intervenu pour que ledit chauffeur ne passe pas en justice ! Si cet individu vole une orange en faisant son marché, le PR en sera responsable  Question Question


jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Coluch10
Tiote valisse
Tiote valisse

Messages : 3284
Date d'inscription : 20/02/2018
Age : 83
Localisation : Hauts de France

Revenir en haut Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty Re: jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par magicfly le Lun 6 Mai - 17:26

Tiote valisse a écrit:
ledevois a écrit:je crois que Mediapart a encore découvert une belle casserole macronienne
bravo Mr  Edwy Plenel


https://francais.rt.com/france/61785-chauffeur-demmanuel-macron-convoque-par-justice-pour-avoir-fui-controle-policier

Mediapart révèle que le gendarme du GSPR en charge de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron sera jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.
Mediapart révèle le 4 mai que le gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) chargé de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ne pas s’être soumis à un contrôle de police. 

[size=16]Lire aussi

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. 5cc96ddd488c7b98088b456aLa carte des lieux clefs de l'affaire Benalla
[/size]
Selon des «sources concordante» évoquées par le site d'investigation, les faits se sont déroulés le 27 février à Sèvre, en proche banlieue parisienne. Alors que le militaire, un certain Stéphane P., n'était pas en service, il aurait roulé à une vitesse excessive, poussant des policiers à l'interpeller «au niveau du pont de Saint-Cloud». Stéphane P. aurait alors refusé d'obtempérer et pris la fuite. 
Les policiers auraient relevé la plaque d'immatriculation du véhicule, ce qui aurait permis d'identifier l'homme. Il sera jugé en 13 janvier 2020 à Nanterre pour «refus d’obtempérer», selon Mediapart, etrisque pour ce délit trois mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et la perte de six points de permis. 
Contactée par le pureplayer, l'Elysée a expliqué via son service presse que le gendarme avait été «changé d’affectation au sein du GSPR à titre conservatoire». Le gendarme reste donc affecté à la protection présidentielle mais ne conduit plus son véhicule. 
Il a par ailleurs été annoncé le 4 mai au Journal officiel que le patron du GSPR, le général Lionel Lavergne, allait quitter ses fonctions sans qu'il y ait un lien entre ce départ et l'affaire touchant le chauffeur d'Emmanuel Macron. Mis en cause par le Sénat dans l'affaire Benalla, l'officier supérieur sera remplacé «à compter du 18 mai».
Lire aussi : Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question
En quoi serait-ce une casserole macronienne puisque ce chauffeur n'était pas en service ? Au contraire cela montre que le PR n'est pas intervenu pour que ledit chauffeur ne passe pas en justice ! Si cet individu vole une orange en faisant son marché, le PR en sera responsable  Question Question
Tout est bon chez les anti-Macron pour dénigrer! Même que c'est lui, Jupiter, qui a envoyé sa foudre sur Soukhoï à Moscou. Very Happy


Après la peste brune et le choléra rouge, nous voici atteint de la fièvre jaune tout aussi mortelle si on est pas vacciné.
magicfly
magicfly

Messages : 8332
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty Re: jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par ledevois le Lun 6 Mai - 19:51

Tiote valisse a écrit:
ledevois a écrit:je crois que Mediapart a encore découvert une belle casserole macronienne
bravo Mr  Edwy Plenel


https://francais.rt.com/france/61785-chauffeur-demmanuel-macron-convoque-par-justice-pour-avoir-fui-controle-policier

Mediapart révèle que le gendarme du GSPR en charge de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron sera jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.
Mediapart révèle le 4 mai que le gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) chargé de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ne pas s’être soumis à un contrôle de police. 

[size=16]Lire aussi

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. 5cc96ddd488c7b98088b456aLa carte des lieux clefs de l'affaire Benalla
[/size]
Selon des «sources concordante» évoquées par le site d'investigation, les faits se sont déroulés le 27 février à Sèvre, en proche banlieue parisienne. Alors que le militaire, un certain Stéphane P., n'était pas en service, il aurait roulé à une vitesse excessive, poussant des policiers à l'interpeller «au niveau du pont de Saint-Cloud». Stéphane P. aurait alors refusé d'obtempérer et pris la fuite. 
Les policiers auraient relevé la plaque d'immatriculation du véhicule, ce qui aurait permis d'identifier l'homme. Il sera jugé en 13 janvier 2020 à Nanterre pour «refus d’obtempérer», selon Mediapart, etrisque pour ce délit trois mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et la perte de six points de permis. 
Contactée par le pureplayer, l'Elysée a expliqué via son service presse que le gendarme avait été «changé d’affectation au sein du GSPR à titre conservatoire». Le gendarme reste donc affecté à la protection présidentielle mais ne conduit plus son véhicule. 
Il a par ailleurs été annoncé le 4 mai au Journal officiel que le patron du GSPR, le général Lionel Lavergne, allait quitter ses fonctions sans qu'il y ait un lien entre ce départ et l'affaire touchant le chauffeur d'Emmanuel Macron. Mis en cause par le Sénat dans l'affaire Benalla, l'officier supérieur sera remplacé «à compter du 18 mai».
Lire aussi : Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question
En quoi serait-ce une casserole macronienne puisque ce chauffeur n'était pas en service ? Au contraire cela montre que le PR n'est pas intervenu pour que ledit chauffeur ne passe pas en justice ! Si cet individu vole une orange en faisant son marché, le PR en sera responsable  Question Question

 C'est surtout un président mal entouré qui chaque jour à sa polémique -- 
 Je ne savais pas qu'au P R nous étions président -- lol!



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 12846
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty Re: jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par Nestor le Lun 6 Mai - 20:21

Décidément , Médiapart confirme tous les jours un peu plus son statut de fouille merde ..
Nestor
Nestor

Messages : 541
Date d'inscription : 30/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service. Empty Re: jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum