Les enseignants dans la rue demain

Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Les enseignants dans la rue demain

Message par Diviciac le Ven 29 Mar - 17:17

Les profs appelés à descendre dans la rue samedi

Marie Piquemal Il y a 1 heure

Les cinq principaux syndicats enseignants ont rédigé un appel à la mobilisation commun pour samedi. Les raisons de la colère s'empilent.

Les profs risquent de descendre en nombre dans les rues ce samedi. Des manifestations sont organisées dans une cinquantaine de villes en France, à l’appel – fait rare – des cinq principaux syndicats enseignants (FSU, Unsa, SGEN-CFDT, CGT, Snalc).
«Ils ont été très patients. Ils n’ont pas préjugé de Jean-Michel Blanquer. Ils ont attendu pour voir. Et aujourd’hui leur colère est palpable», avance, dans les colonnes du Café pédagogique ce matin, Francette Popineau, la cosecrétaire du Snuipp-FSU, le principal syndicat du primaire. Lors de la dernière journée de mobilisation, le 19 mars, les enseignants de primaire étaient nombreux à faire grève.

De nombreuses réformes qui inquiètent
Les motifs de colère sont divers, et s’empilent façon crêpe. Il y a la loi sur l’école de la confiance, qui a été votée à l’Assemblée et au menu des sénateurs début avril. Le texte, fourre-tout, contient plusieurs dispositions qui inquiètent le corps enseignant. Comme l’article 1, qui rappelle le devoir d’«exemplarité» des enseignants, et est perçu comme un coup de pression pour garder leur clapet fermé. Le ministre a beau assurer que non, les syndicats enseignants doutent.
Autre mesure du texte qui suscite des réticences : la création des «établissements publics des savoirs fondamentaux», qui va permettre de regrouper des classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles du secteur de recrutement du collège. Beaucoup craignent que l’objectif soit surtout de réaliser des économies en supprimant des postes de directeurs d’école…
Dans le secondaire, ce qui inquiète le plus en ce moment, c’est la fameuse réforme du lycée, qui accompagne celle de Parcoursup menée au pas de charge l’année dernière. Depuis des semaines, sans que le gouvernement semble s’en émouvoir, des profs s’échinent à dénoncer cette réforme qui va, selon eux, accentuer les inégalités sociales. Des lycées sont mobilisés partout en France, dans des territoires ruraux, des banlieues et même dans les beaux quartiers des grandes villes. La mobilisation se maintient sous des formes d’actions inventives : 20/20 à toute la classe pour enrayer la machine Parcoursup, journée «deuil» avec les profs vêtus de noir et gerbe déposée symboliquement devant le lycée… Libé relaie ce mouvement, au fil des jours, et les pressions subies par les profs venant de leur hiérarchie.
On devrait enfin trouver dans les rangs des enseignants de collège, touchés eux aussi par ricochet. Les enveloppes d’heures d’enseignement pour la rentrée prochaine ont été réduites dans nombre d’entre eux. «Les décisions budgétaires pour la rentrée prochaine entraîneront inévitablement une dégradation des conditions d’enseignement et d’accès à la formation», écrivent les syndicats dans leur communiqué commun.




La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 18395
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Re: Les enseignants dans la rue demain

Message par ledevois le Ven 29 Mar - 17:49

Diviciac a écrit:Les profs appelés à descendre dans la rue samedi

Marie Piquemal Il y a 1 heure

Les cinq principaux syndicats enseignants ont rédigé un appel à la mobilisation commun pour samedi. Les raisons de la colère s'empilent.

Les profs risquent de descendre en nombre dans les rues ce samedi. Des manifestations sont organisées dans une cinquantaine de villes en France, à l’appel – fait rare – des cinq principaux syndicats enseignants (FSU, Unsa, SGEN-CFDT, CGT, Snalc).
«Ils ont été très patients. Ils n’ont pas préjugé de Jean-Michel Blanquer. Ils ont attendu pour voir. Et aujourd’hui leur colère est palpable», avance, dans les colonnes du Café pédagogique ce matin, Francette Popineau, la cosecrétaire du Snuipp-FSU, le principal syndicat du primaire. Lors de la dernière journée de mobilisation, le 19 mars, les enseignants de primaire étaient nombreux à faire grève.

De nombreuses réformes qui inquiètent
Les motifs de colère sont divers, et s’empilent façon crêpe. Il y a la loi sur l’école de la confiance, qui a été votée à l’Assemblée et au menu des sénateurs début avril. Le texte, fourre-tout, contient plusieurs dispositions qui inquiètent le corps enseignant. Comme l’article 1, qui rappelle le devoir d’«exemplarité» des enseignants, et est perçu comme un coup de pression pour garder leur clapet fermé. Le ministre a beau assurer que non, les syndicats enseignants doutent.
Autre mesure du texte qui suscite des réticences : la création des «établissements publics des savoirs fondamentaux», qui va permettre de regrouper des classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles du secteur de recrutement du collège. Beaucoup craignent que l’objectif soit surtout de réaliser des économies en supprimant des postes de directeurs d’école…
Dans le secondaire, ce qui inquiète le plus en ce moment, c’est la fameuse réforme du lycée, qui accompagne celle de Parcoursup menée au pas de charge l’année dernière. Depuis des semaines, sans que le gouvernement semble s’en émouvoir, des profs s’échinent à dénoncer cette réforme qui va, selon eux, accentuer les inégalités sociales. Des lycées sont mobilisés partout en France, dans des territoires ruraux, des banlieues et même dans les beaux quartiers des grandes villes. La mobilisation se maintient sous des formes d’actions inventives : 20/20 à toute la classe pour enrayer la machine Parcoursup, journée «deuil» avec les profs vêtus de noir et gerbe déposée symboliquement devant le lycée… Libé relaie ce mouvement, au fil des jours, et les pressions subies par les profs venant de leur hiérarchie.
On devrait enfin trouver dans les rangs des enseignants de collège, touchés eux aussi par ricochet. Les enveloppes d’heures d’enseignement pour la rentrée prochaine ont été réduites dans nombre d’entre eux. «Les décisions budgétaires pour la rentrée prochaine entraîneront inévitablement une dégradation des conditions d’enseignement et d’accès à la formation», écrivent les syndicats dans leur communiqué commun.


  
L'avenir de la France c'est l'enseignement -la formation - et il est étonnant que nombreuses écoles ferment --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 10872
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Re: Les enseignants dans la rue demain

Message par Tiote valisse le Ven 29 Mar - 18:10

ledevois a écrit:
  
L'avenir de la France c'est l'enseignement -la formation - et il est étonnant que nombreuses écoles ferment --
Les enseignants dans la rue demain  1756135956


Les enseignants dans la rue demain  Coluch10
Tiote valisse
Tiote valisse

Messages : 3107
Date d'inscription : 20/02/2018
Age : 83
Localisation : Hauts de France

Revenir en haut Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Re: Les enseignants dans la rue demain

Message par magicfly le Ven 29 Mar - 18:24

Tiote valisse a écrit:
ledevois a écrit:
  
L'avenir de la France c'est l'enseignement -la formation - et il est étonnant que nombreuses écoles ferment --
Les enseignants dans la rue demain  1756135956
... même que le gouvernement envisage de les délocaliser en Chine
magicfly
magicfly

Messages : 7905
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Re: Les enseignants dans la rue demain

Message par Diviciac le Ven 29 Mar - 18:55

Tiote valisse a écrit:
ledevois a écrit:
  
L'avenir de la France c'est l'enseignement -la formation - et il est étonnant que nombreuses écoles ferment --
Les enseignants dans la rue demain  1756135956
 

C'est pas faux: ça ferme beaucoup en province et une copine qui bossait à Paris a vu son école fermer l'année dernière.


La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 18395
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Les enseignants dans la rue demain  Empty Re: Les enseignants dans la rue demain

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum