C’est quoi les PMC ?

Aller en bas

C’est quoi les PMC ? Empty C’est quoi les PMC ?

Message par Nadou le Ven 22 Mar - 12:14

Gilets jaunes. C’est quoi les PMC, ces marqueurs chimiques qui vont permettre d’identifier les casseurs ?





Parmi l’arsenal dévoilé ce lundi par Édouard Philippe pour lutter contre les casseurs, lors des manifestations des Gilets jaunes, le Premier ministre a parlé de « produits marquants » pour les identifier. Derrière ce terme vague se cachent les PMC, produits marquants codés, incolores et inodores, que l’on peut diluer dans les canons à eau ou le gaz lacrymogène, mais détectables plusieurs semaines après grâce aux UV. Explications.
Limogeage du préfet de police de Paris, interdictions de manifester, augmentation des amendes, utilisation de drones et de produits marquants : Édouard Philippe s’est voulu ferme, ce lundi, en annonçant plusieurs mesures phare après les violences et pillages survenus à l’occasion du 18e samedi consécutif de manifestations des Gilets jaunes.
Parmi tout cet arsenal juridique, législatif ou opérationnel, un terme intrigue : produits marquants. De quoi s’agit-il exactement ?



Les produits marquants, qu’est-ce que c’est ?


Baptisés PMC, les produits marquants codés sont destinées à marquer physiquement les fauteurs de troubles.
Ces solutions (liquides) sont diluées dans les canons à eau ou dans les gaz lacrymogènes (en grenades ou en bombes). Incolores et inodores (et a priori non toxiques), donc imperceptibles, ils deviennent fluorescents quand on les passe aux ultraviolets (UV).
Ce marquage est durable : un manifestant aspergé de PMC sera identifiable trois semaines plus tard si le produit a touché sa peau – et jusqu’à plusieurs mois si le nuage a imprégné ses vêtements.
Ces produits chimiques sont apparus à l’origine pour marquer les billets dans les banques. À noter que ces PMC (ou des produits équivalents) sont déjà testés aux États-Unis et en Inde.



À quoi ça sert ?


Les forces de l’ordre le répètent depuis plus de quatre mois : la plus grande difficulté, lors des manifestations des Gilets jaunes, reste d’identifier les casseurs, le plus souvent encagoulés et masqués.
Les produits marquants codés permettraient de les retrouver plus facilement, chaque manifestation pouvant être associée à un PMC unique, différent, identifiable, un peu comme un ADN.



Quelles en sont les limites ?


Elles sont doubles : législatives et opérationnelles.
Sur le plan législatif, quelle pourrait être l’attitude de la justice face à des manifestants arrêtés sur le seul fait de traces de PMC sur eux ? Le marquage ne pourra dans la plupart des cas que démontrer la présence de la personne touchée à un moment donné, à un endroit donné - rien de plus. Il faudra donc d’autres éléments (photos, vidéos…) pour étayer l’accusation.
Sur le terrain, une dispersion de produits de ce type peut fort bien toucher des personnes pas directement impliquées par les événements.
Il faudrait donc que la police et les CRS aient recours à des « armes de précision » permettant de cibler les responsables d’actes délictueux, pas la foule des manifestants. Pas simple face à des groupes pas toujours identifiables et souvent très mobiles.

Ce à quoi certains membres de syndicats de police rétorquent qu’à partir du moment où les sommations de dispersion ont été faites par les forces de l’ordre, l’utilisation de PMC ne viserait par la suite que ceux qui ont décidé de rester malgré tout, contrevenant ainsi à la loi.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
Nadou
Nadou
Admin

Messages : 24465
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum