Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr?

Aller en bas

Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? Empty Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr?

Message par Zerbinette le Ven 15 Fév - 13:13

Votre abonnement numérique à 5€ par mois
S'inscrire à la newsletter l'Essentiel
Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? Devices Votre abonnement numérique à 5€ par mois
Accédez à tout Le Point en illimité.

S'abonner
Déjà un compte ? Identifiez-vous
Newsletter l'Essentiel
Choisissez le(s) moment(s) de la journée où vous souhaitez recevoir l’essentiel de l’actualité :
Édition matinale Édition de la mi-journée Édition du soir

Recevez en avant-première nos offres et exclusivités éditoriales.








Menu Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? Logo-lepoint
Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? 2424







Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? 2293640 Actualité Société
Chronique d'un flic #13 - « Jérôme Rodrigues, un martyr, vraiment ? »

Cette semaine, KSF revient sur le cas du Gilet jaune Jérôme Rodrigues, qui a perdu un œil. Il estime le pouvoir de ces meneurs néfaste pour la France.

KSF*
Publié le 15/02/2019 à 11:51 | Le Point.fr

Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? 18127228lpw-18127360-article-jpg_5966725_660x281

Jérôme Rodrigues est dorénavant une icône, un leader d’opinion. 
©️ Karine Pierre / Hans Lucas
PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT A 5€ PAR MOIS !















« Je suis le référent de l'organisation de la manif. Je vais te donner mon numéro de téléphone. Si vous avez le moindre souci, tu dis que tu connais Jérôme ! Donc, tu n'hésites pas ! » Propos tenus par Jérôme Rodrigues à un journaliste de Quotidien le 19 janvier, lors de l'acte X.
Dire que la solution était là sous notre nez. Cela fait quatorze samedis que nous sommes mobilisés, quatorze samedis que nos techniques de maintien de l'ordre sont remises en cause, quatorze samedis qu'on en prend plein la tronche sur le terrain, sur les réseaux et dans les médias, alors que, à en croire ces paroles, il suffisait de connaître Jérôme.

Lire aussi Chronique d'un flic #12 - Mineur, mi-démon

Grosse tête

Est-ce que je me trompe ou ce mec avait déjà un boulard hors norme une semaine avant sa blessure ? OK, il ne la mérite pas pour autant. Cependant, rappelons tout de même les circonstances qui ont conduit à faire de lui ce héros martyr : nous sommes à l'acte XI, en live avec Jérôme, à deux pas de la Bastille. Il apprend que des Black Blocs s'en prennent aux forces de l'ordre sur cette place.

Lire aussi Gilets jaunes : Jérôme Rodrigues annonce avoir perdu son œil
Tel Jésus de Nazareth, il se sent subitement investi d'une mission, celle de ramener saines et sauves ces brebis égarées, selon lui piégées au milieu de ces affrontements. Tandis qu'autour de lui, ça canardait des projectiles et des cocktails Molotov dans tous les sens sur mes collègues, monsieur Rodrigues a effectivement été blessé gravement. Comme quoi, journaliste de guerre ou prophète, cela ne s'improvise pas.
Lire aussi Chronique d'un flic #10 - Gilets jaunes, grosse fatigue



Bien sûr que nous regrettons cette scène. Surtout qu'à l'évidence elle ne pouvait qu'alimenter le bûcher de la raison. Seulement, encore une fois, et comme je l'expliquais lors d'une chronique précédente, on ne peut pas se promener délibérément au milieu d'un champ de mines et se plaindre d'une déflagration, CQFD. Et encore moins prendre une grenade dans la main et s'étonner qu'elle explose. Selon le nouvel évangile que sont les réseaux sociaux, Jérôme est dorénavant une icône, un leader d'opinion. Il a atteint une telle notoriété qu'il fait des jaloux dans le monde de la lutte. Notamment vis-à-vis d'une tête à claques nommée Louis Boyard, oui, le syndicaliste lycéen aux dents démesurément longues, qui fait tout depuis pour se prendre des tirs de LBD.
Le niveau d'influence de Jérôme Rodrigues sur le fonctionnement de notre pays est bien au-delà de ce qu'il devrait être. 
Je ne dis pas que monsieur Rodrigues soit foncièrement quelqu'un de mauvais, loin de là. Je ne dis pas non plus que sa starification soit usurpée dans une société où les candidats de télé-réalité ont une telle aura. Je dis, en revanche, que son niveau d'influence sur le fonctionnement de notre pays est bien au-delà de ce qu'il devrait être. J'ai écouté quelques-unes de ses grand-messes. En effet, difficile de le trouver véritablement antipathique de prime abord, quoique ça commence à venir. Là où ça devient problématique, c'est qu'il est tout aussi difficile de savoir exactement où il veut en venir et, principalement, où il veut nous emmener.



Je ne suis pas un émissaire du gouvernement, je suis un simple flic comme les autres, mobilisé sur les actes. C'est vrai qu'après ça et le reste, nous ne sommes pas censés être à une aberration près. Je reste néanmoins un policier qui réclame du sens. Et je le répète, la poursuite de ce mouvement sous la forme de ces déclinaisons théâtrales en manque cruellement.
Même s'il n'est pas le plus virulent des leaders GJ, j'ai choisi de parler du cas de Jérôme Rodrigues, car je le trouve à la fois emblématique et symptomatique de cette cause initialement juste. Par ces mots, je prétends simplement que la gloire et le pouvoir de ces meneurs sont néfastes pour notre pays, voire dangereux. Si le ridicule ne tue pas, n'oubliez pas que la bêtise dispose de ce pouvoir, surtout à grande échelle.
Lire aussi Gilets jaunes : le témoignage de Jérôme Rodrigues, blessé à l'œil à Paris
Ce jusqu'au-boutisme prolonge leur exposition à la lumière, mais, pendant ce temps-là, beaucoup trop de Français trinquent. À commencer par nous les policiers, même si de plus en plus s'en réjouissent. Leurs appels à la lutte, comme les prêches en banlieue de Jérôme de Nazareth la semaine dernière, créent des drames chaque week-end depuis trop longtemps, le tout sous le couvert d'un plébiscite invraisemblable. Je ne suis pas sûr du tout qu'ils réfléchissent réellement à ces lourdes responsabilités. Et disons-le, pas sûr que tous parmi eux en aient formellement la capacité.
Combien de blessés faudra-t-il encore pour que cela cesse ? Combien de dégâts, de manques économiques, de débilités, avant que l'opinion publique ne siffle la fin de la récré « samedinicale » ? Il y a beaucoup à redire sur la gestion politique de notre pays, mais nous sommes bel et bien une démocratie, et non pas une dictature, contrairement à ce que certains veulent nous faire croire. Plus que jamais, les débats sont ouverts pour l'améliorer, alors, dépassons nos colères pour nous en emparer…
« La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes », disait Winston Churchill.
* KSF, pour K, simple flic, est policier dans la région lyonnaise.


." je vis et je pense à mes risques et périls... Ce qui fait que par moments, j' ai l' air d' un imbécile... J' y consens.. Je suis fier de ma bêtise."...V.Hugo.....
Zerbinette
Zerbinette

Messages : 5620
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr? Empty Re: Chronique d'un flic......Rodriguez Martyr?

Message par Diviciac le Ven 15 Fév - 13:36

Seulement la vidéo tournée par Rodigues lui-même juste avant de perdre un oeil prouve que ce ne sont que des conneries : pas le moindre cocktail molotov, un souci affirmé de se désolidariser des black blocs et un appel aux "jaunes" à quitter la place de la Bastille pour rejoindre République.  






La peste néo-libérale, qui démantèle la protection sociale et les services publics, nourrit la "lèpre nationaliste" qui monte en Europe. (B.Hamon )
Diviciac
Diviciac

Messages : 17754
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum