La "vraie armée européenne" de Macron, de la poudre de perlimpinpin, par Philippe Migault

Aller en bas

La "vraie armée européenne" de Macron, de la poudre de perlimpinpin, par Philippe Migault

Message par ledevois le Ven 9 Nov - 19:42

Tout le monde se moque de lui, même les collégiens - lolmdr


Qui veut combattre pour l’UE ? Avec Macron ? Personne.

Lire aussi
Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron défend un «nouvel empire» : l'Union européenne
Emmanuel Macron veut construire une «vraie armée européenne». Soit. Sous quel commandement ? Avec un chef d’Etat-major changeant tous les six mois, comme la présidence de l’UE ? Avec qui ? Les Allemands ? Ils ne veulent plus se battre depuis longtemps. Les Britanniques ? A l’heure du Brexit, il serait pour le moins étrange que Londres choisisse de couper les ponts avec le continent sauf, précisément, dans le domaine où la souveraineté doit s’exercer par excellence, la Défense. Et les autres ? Qui voudra combattre avec nous ? Combattre avec Emmanuel Macron ? L’Italie, que le président français traite en puissance de seconde zone et ses habitants en mauvais élèves de la classe européenne ? Les Espagnols, dont la crise économique a provoqué la quasi-disparition de l’industrie de défense ? Les Grecs ? Un commerce sur deux est fermé dans certains quartiers d’Athènes, dont la population endure, depuis des années, la politique d’austérité à la schlague exigée par l’UE à la demande de l’Allemagne. Combattre pour l’Europe, vraiment ? Pour quelle Europe ? Celle de Macron, qui traite Polonais, Hongrois, Slovaques, Autrichiens, comme des populistes attardés ? Comme des nazis, parce qu’ils ont le malheur d’être catholiques, de vouloir le rester et refusent de voir leur identité chamboulée par l’immigration ? Oui, qui veut combattre pour l’UE ? Avec Macron ? Personne.
Qu’importe si, au sommet de l’Etat, on sait parfaitement que la Russie n’a aucunement l’envie, ni les moyens, de nourrir un projet d’agression contre la France, l’OTAN ou l’UE.
Evidemment le président français, soucieux de retrouver un peu de sa superbe originelle – largement factice – se veut gaullien pour mieux jouer au stratège. Renouant avec le discours de la défense «tous azimuts», y compris vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, il fait mine, pour la bonne cause – la sienne – d’aller à contre-courant de la politique néoconservatrice du quai d’Orsay et de la DGRIS. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, l’ennemi reste le même. Pas l’islamiste, non. Le Russe. 
Lorsqu’Emmanuel Macron évoque ces «puissances autoritaires qui réémergent et se réarment aux confins de l'Europe»il ne cite pas la Turquie, ou l’Algérie, accumulant les armes depuis des années à 800 kilomètres de Marseille tout en nous réclamant, en permanence, des actes de contrition pour notre passé colonial. C’est à «la Russie, qui a démontré qu’elle pouvait de nouveau se montrer menaçante», qu’il pense. La peur du Russe impérialiste, conservateur, maniant le sabre et le goupillon, digne successeur du bolchévique au couteau entre les dents, demeurant encore chez bien des âmes simples, c’est assez habile. Qu’importe si, au sommet de l’Etat, on sait parfaitement que la Russie n’a aucunement l’envie, ni les moyens, de nourrir un projet d’agression contre la France, l’OTAN ou l’UE. Comme sur l’automobile et le diesel, on nage, par pur opportunisme politicien, dans le dogmatisme le plus décorrelé des réalités.
Son discours, sa vision, sa « vraie armée européenne », sont de la poudre de perlimpinpin
http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2018/11/la-vraie-armee-europeenne-de-macron-de-la-poudre-de-perlimpinpin-par-philippe-migault.html



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 7380
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "vraie armée européenne" de Macron, de la poudre de perlimpinpin, par Philippe Migault

Message par Diviciac le Ven 9 Nov - 22:41

ledevois a écrit:Tout le monde se moque de lui, même les collégiens - lolmdr


Qui veut combattre pour l’UE ? Avec Macron ? Personne.

Lire aussi
Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron défend un «nouvel empire» : l'Union européenne
Emmanuel Macron veut construire une «vraie armée européenne». Soit. Sous quel commandement ? Avec un chef d’Etat-major changeant tous les six mois, comme la présidence de l’UE ? Avec qui ? Les Allemands ? Ils ne veulent plus se battre depuis longtemps. Les Britanniques ? A l’heure du Brexit, il serait pour le moins étrange que Londres choisisse de couper les ponts avec le continent sauf, précisément, dans le domaine où la souveraineté doit s’exercer par excellence, la Défense. Et les autres ? Qui voudra combattre avec nous ? Combattre avec Emmanuel Macron ? L’Italie, que le président français traite en puissance de seconde zone et ses habitants en mauvais élèves de la classe européenne ? Les Espagnols, dont la crise économique a provoqué la quasi-disparition de l’industrie de défense ? Les Grecs ? Un commerce sur deux est fermé dans certains quartiers d’Athènes, dont la population endure, depuis des années, la politique d’austérité à la schlague exigée par l’UE à la demande de l’Allemagne. Combattre pour l’Europe, vraiment ? Pour quelle Europe ? Celle de Macron, qui traite Polonais, Hongrois, Slovaques, Autrichiens, comme des populistes attardés ? Comme des nazis, parce qu’ils ont le malheur d’être catholiques, de vouloir le rester et refusent de voir leur identité chamboulée par l’immigration ? Oui, qui veut combattre pour l’UE ? Avec Macron ? Personne.
Qu’importe si, au sommet de l’Etat, on sait parfaitement que la Russie n’a aucunement l’envie, ni les moyens, de nourrir un projet d’agression contre la France, l’OTAN ou l’UE.
Evidemment le président français, soucieux de retrouver un peu de sa superbe originelle – largement factice – se veut gaullien pour mieux jouer au stratège. Renouant avec le discours de la défense «tous azimuts», y compris vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, il fait mine, pour la bonne cause – la sienne – d’aller à contre-courant de la politique néoconservatrice du quai d’Orsay et de la DGRIS. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, l’ennemi reste le même. Pas l’islamiste, non. Le Russe. 
Lorsqu’Emmanuel Macron évoque ces «puissances autoritaires qui réémergent et se réarment aux confins de l'Europe»il ne cite pas la Turquie, ou l’Algérie, accumulant les armes depuis des années à 800 kilomètres de Marseille tout en nous réclamant, en permanence, des actes de contrition pour notre passé colonial. C’est à «la Russie, qui a démontré qu’elle pouvait de nouveau se montrer menaçante», qu’il pense. La peur du Russe impérialiste, conservateur, maniant le sabre et le goupillon, digne successeur du bolchévique au couteau entre les dents, demeurant encore chez bien des âmes simples, c’est assez habile. Qu’importe si, au sommet de l’Etat, on sait parfaitement que la Russie n’a aucunement l’envie, ni les moyens, de nourrir un projet d’agression contre la France, l’OTAN ou l’UE. Comme sur l’automobile et le diesel, on nage, par pur opportunisme politicien, dans le dogmatisme le plus décorrelé des réalités.
Son discours, sa vision, sa « vraie armée européenne », sont de la poudre de perlimpinpin
http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2018/11/la-vraie-armee-europeenne-de-macron-de-la-poudre-de-perlimpinpin-par-philippe-migault.html

Je me demande si  Magic et Macron ne sont pas les deux seuls en Europe à en vouloir,  d'une armée européenne.  
avatar
Diviciac

Messages : 11661
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "vraie armée européenne" de Macron, de la poudre de perlimpinpin, par Philippe Migault

Message par ledevois le Sam 10 Nov - 10:49

Diviciac a écrit:
ledevois a écrit:Tout le monde se moque de lui, même les collégiens - lolmdr




Lire aussi
Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron défend un «nouvel empire» : l'Union européenne
Emmanuel Macron veut construire une «vraie armée européenne». Soit. Sous quel commandement ? Avec un chef d’Etat-major changeant tous les six mois, comme la présidence de l’UE ? Avec qui ? Les Allemands ? Ils ne veulent plus se battre depuis longtemps. Les Britanniques ? A l’heure du Brexit, il serait pour le moins étrange que Londres choisisse de couper les ponts avec le continent sauf, précisément, dans le domaine où la souveraineté doit s’exercer par excellence, la Défense. Et les autres ? Qui voudra combattre avec nous ? Combattre avec Emmanuel Macron ? L’Italie, que le président français traite en puissance de seconde zone et ses habitants en mauvais élèves de la classe européenne ? Les Espagnols, dont la crise économique a provoqué la quasi-disparition de l’industrie de défense ? Les Grecs ? Un commerce sur deux est fermé dans certains quartiers d’Athènes, dont la population endure, depuis des années, la politique d’austérité à la schlague exigée par l’UE à la demande de l’Allemagne. Combattre pour l’Europe, vraiment ? Pour quelle Europe ? Celle de Macron, qui traite Polonais, Hongrois, Slovaques, Autrichiens, comme des populistes attardés ? Comme des nazis, parce qu’ils ont le malheur d’être catholiques, de vouloir le rester et refusent de voir leur identité chamboulée par l’immigration ? Oui, qui veut combattre pour l’UE ? Avec Macron ? Personne.

Evidemment le président français, soucieux de retrouver un peu de sa superbe originelle – largement factice – se veut gaullien pour mieux jouer au stratège. Renouant avec le discours de la défense «tous azimuts», y compris vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique, il fait mine, pour la bonne cause – la sienne – d’aller à contre-courant de la politique néoconservatrice du quai d’Orsay et de la DGRIS. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, l’ennemi reste le même. Pas l’islamiste, non. Le Russe. 
Lorsqu’Emmanuel Macron évoque ces «puissances autoritaires qui réémergent et se réarment aux confins de l'Europe»il ne cite pas la Turquie, ou l’Algérie, accumulant les armes depuis des années à 800 kilomètres de Marseille tout en nous réclamant, en permanence, des actes de contrition pour notre passé colonial. C’est à «la Russie, qui a démontré qu’elle pouvait de nouveau se montrer menaçante», qu’il pense. La peur du Russe impérialiste, conservateur, maniant le sabre et le goupillon, digne successeur du bolchévique au couteau entre les dents, demeurant encore chez bien des âmes simples, c’est assez habile. Qu’importe si, au sommet de l’Etat, on sait parfaitement que la Russie n’a aucunement l’envie, ni les moyens, de nourrir un projet d’agression contre la France, l’OTAN ou l’UE. Comme sur l’automobile et le diesel, on nage, par pur opportunisme politicien, dans le dogmatisme le plus décorrelé des réalités.

http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2018/11/la-vraie-armee-europeenne-de-macron-de-la-poudre-de-perlimpinpin-par-philippe-migault.html

Je me demande si  Magic et Macron ne sont pas les deux seuls en Europe à en vouloir,  d'une armée européenne.  

 L'U E est une utopie quand certains états préfèrent acheter des avions aux Etats Unis alors que l'EUROPE en fabriquent , - 
 Le refus de l'islamisation des pays de l'est Européens est un refus de la culture des oligarchs  de Bruxelles -- 
 Une armée Européenne -? avec qui ? , quand seul Macron considère que la Russie est un danger -- 



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 7380
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "vraie armée européenne" de Macron, de la poudre de perlimpinpin, par Philippe Migault

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum