Bilan CICE

Aller en bas

Bilan CICE

Message par Nadou le Lun 8 Oct - 14:38

Bascule du CICE en baisse de charges : un effet « significatif » sur l'emploi  Le Point




Si les créations d'emplois liées à la mesure phare de Hollande sont limitées, des économistes confirment l'intérêt de sa transformation, prévue par Macron.










C'est une des mesures de politique économique les plus controversées de ces dernières années. Le crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) de François Hollande, annoncé en 2012, aurait coûté cher – quelque 20 milliards par an en rythme de croisière – pour des résultats en termes d'emplois créés ou sauvegardés extrêmement décevants, de l'ordre de 100 000. Notons avant toute chose que ce dispositif pensé pour baisser le coût du travail pour les entreprises n'a pu être évalué par les économistes que jusqu'en 2015, date à laquelle celles-ci n'avaient touché qu'une seule fois le crédit d'impôt maximum prévu par le dispositif dont la montée en charge était progressive. Cette année-là, elles n'ont réellement encaissé que 12,5 milliards d'euros. En 2014, première année de versement, c'était encore moins : 6,6 milliards, car une partie de leur créance pouvait être reportée jusqu'à trois ans si leur impôt sur les sociétés était inférieur au CICE. Près du tiers de la créance CICE acquise au titre des salaires versés en 2013 a ainsi été consommé après le 1er avril 2017 !

Emmanuel Macron n'en a pas moins promis pendant sa campagne une transformation du CICE en baisse de charges pérennes pour les entreprises. Une mesure très coûteuse pour l'État puisqu'elle va entraîner l'année prochaine un double versement exceptionnel : d'abord le crédit d'impôt dû aux entreprises au titre de l'année 2018, mais aussi la réduction de charges de 2019. Ce qui va creuser temporairement le déficit. L'opposition de gauche dénonce déjà un nouveau cadeau aux entreprises sans aucune contrepartie.


Ah mince ! Voilà qui va ravir Diviciac !  Very Happy





Défaut de conception


Dans ce contexte, l'évaluation économique demandée à l'Institut des politiques publiques (IPP) par les parlementaires en vue de l'examen du projet de loi de finances devrait être attentivement scrutée. Que disent ses auteurs ? Ils rappellent d'abord que les évaluations du CICE ont révélé des « effets modestes sur l'emploi » et « quasi nuls » sur l'investissement. Quatre hypothèses sont sur la table pour expliquer ce piètre résultat. Selon la première, les opposants à la mesure auraient raison, et les politiques de baisse du coût du travail seraient donc inefficaces. Selon la deuxième hypothèse, l'effet du CICE mettra plus de temps que prévu à se matérialiser. La troisième hypothèse suppose que le CICE était mal ciblé sur l'échelle des salaires, en allant jusqu'à 2,5 smic. Mais pour les trois chercheurs, Antoine Bozio, Sophie Cottet, Clément Malgouyres, c'est la quatrième hypothèse qui tient la corde. L'échec relatif du CICE serait lié à sa conception même. François Hollande en a fait un crédit d'impôt afin de pouvoir l'appliquer dès 2013. Mais les entreprises n'ont touché leur crédit d'impôt pour la première fois que l'année suivante, en 2014, ce qui a été crucial pour respecter la réduction du déficit promise aux partenaires européens de la France. Résultat, « le CICE a été largement perçu comme une baisse d'impôt sur les sociétés, plutôt que comme une réduction du coût du travail », considèrent-ils.

Si l'on suit leur raisonnement, la bascule du CICE en baisse de charges pour les entreprises au 1er janvier 2019 promise par Emmanuel Macron « pourrait avoir un effet significatif sur l'emploi » puisqu'elle va corriger ce défaut de conception du CICE. Cette analyse est cohérente avec les témoignages de chefs d'entreprise récoltés par Le Point à plusieurs reprises. Non seulement les entreprises vont bénéficier en 2019 d'un important effet de trésorerie grâce au double versement, mais elles vont réaliser que le CICE est une véritable mesure de baisse du coût du travail.

Prudence


Un autre effet a priori favorable à l'emploi va jouer. Avec la bascule du CICE en baisses de charges, les entreprises vont augmenter leurs profits avant impôts, puisque le poids des salaires dans leurs comptes va baisser. Leur impôt sur les sociétés va donc augmenter de 3,3 milliards d'euros, selon l'IPP. Mais le gouvernement a décidé, à partir du 1er octobre de l'année prochaine, de recycler ces recettes supplémentaires pour l'État en baisse de charges sur les bas salaires, aux alentours du smic, afin de ne pas augmenter le poids global des prélèvements sur les entreprises. Or, les baisses de charges sur les bas salaires sont considérées par les économistes comme les plus efficaces pour créer des emplois.

Selon les économistes de l'IPP, tout cela « est susceptible d'entraîner des effets positifs sur l'emploi, qui ne se manifestent pas dans les modèles macroéconomiques qui font l'hypothèse d'une équivalence entre le CICE et sa bascule en baisse de charges ». Mais, contrairement à la direction générale du Trésor, à Bercy, qui évaluent le gain à 100 000 emplois d'ici 2020-2021, les chercheurs ne se risquent pas à donner un chiffre. « La prudence reste de mise », soulignent-ils, en appelant à la poursuite des évaluations dans les années qui viennent.



Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 17432
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bilan CICE

Message par Diviciac le Lun 8 Oct - 17:14

Nadou a écrit:Bascule du CICE en baisse de charges : un effet « significatif » sur l'emploi  Le Point




Si les créations d'emplois liées à la mesure phare de Hollande sont limitées, des économistes confirment l'intérêt de sa transformation, prévue par Macron.












C'est une des mesures de politique économique les plus controversées de ces dernières années. Le crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) de François Hollande, annoncé en 2012, aurait coûté cher – quelque 20 milliards par an en rythme de croisière – pour des résultats en termes d'emplois créés ou sauvegardés extrêmement décevants, de l'ordre de 100 000. Notons avant toute chose que ce dispositif pensé pour baisser le coût du travail pour les entreprises n'a pu être évalué par les économistes que jusqu'en 2015, date à laquelle celles-ci n'avaient touché qu'une seule fois le crédit d'impôt maximum prévu par le dispositif dont la montée en charge était progressive. Cette année-là, elles n'ont réellement encaissé que 12,5 milliards d'euros. En 2014, première année de versement, c'était encore moins : 6,6 milliards, car une partie de leur créance pouvait être reportée jusqu'à trois ans si leur impôt sur les sociétés était inférieur au CICE. Près du tiers de la créance CICE acquise au titre des salaires versés en 2013 a ainsi été consommé après le 1er avril 2017 !

Emmanuel Macron n'en a pas moins promis pendant sa campagne une transformation du CICE en baisse de charges pérennes pour les entreprises. Une mesure très coûteuse pour l'État puisqu'elle va entraîner l'année prochaine un double versement exceptionnel : d'abord le crédit d'impôt dû aux entreprises au titre de l'année 2018, mais aussi la réduction de charges de 2019. Ce qui va creuser temporairement le déficit. L'opposition de gauche dénonce déjà un nouveau cadeau aux entreprises sans aucune contrepartie.




Ah mince ! Voilà qui va ravir Diviciac !  Very Happy





Very Happy
Et effet,  j'attends que la gabegie soit officielle pour vous voir vous tortiller comme les sakozettes jadis pour nous expliquer que c'est à cause "d'investissements"  et de la conjoncture.
Font connaît la chanson par cœur 

Au fait,  l'augmentation du déficit public c'était dans son programme à Manu ?    Very Happy
avatar
Diviciac

Messages : 10879
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum