Borello défent Macron........

Aller en bas

Borello défent Macron........

Message par Zerbinette le Sam 6 Oct 2018 - 13:35

https://www.lepoint.fr/politique/jean-marc-borello-macron-n-est-pas-venu-au-pouvoir-pour-beurrer-les-tartines-06-10-2018-2260770_20.php#xtor=CS2-238



Jean-Marc Borello est un géant atypique. Une grande gueule à la parole politique rare. Cet ancien socialiste, autrefois proche de Simone Veil, est aussi l'ami et un fervent soutien d'Emmanuel Macron, qu'il a épaulé pendant la campagne présidentielle. Patron excentrique sans bureau fixe, Borello est aujourd'hui président du directoire du Groupe SOS, un mastodonte de l'économie sociale et solidaire (1 milliard d'euros de chiffre d'affaires, première entreprise sociale d'Europe). Il est aussi membre du bureau exécutif de La République en marche, responsable de la transformation économique et sociale. Observateur avisé de la vie politique depuis des années, il fait partie du cercle des intimes du président, c'est même l'un des meilleurs connaisseurs de la macronie. On peut le croiser à l'Élysée, dans des ministères ou à l'Assemblée nationale... Il connaît les députés de la majorité pour avoir participé à la commission nationale des investitures (CNI), où il est devenu, à sa grande surprise, « copain avec Jean-Paul (Delevoye, NDLR) et avec Marlène (Schiappa, NDLR) ». S'il jure que « l'Élysée, c'est comme Las Vegas, ce qui s'y passe y reste », il a tout de même accepté de lever une partie du voile sur ce pouvoir qu'il soutient. Interview.
Le Point : Un peu avant de démissionner, Gérard Collomb a dit que le gouvernement avait manqué d'humilité. Est-ce une alerte  ?
Jean-Marc Borello : Non. Gérard Collomb, qui est un type bien, est sincèrement écartelé depuis dix-huit mois entre ses deux passions : son progressisme municipal et l'aventure Macron. Les échéances approchant, ses premières amours l'ont emporté, ce qui pourrait expliquer quelques maladresses. Mais c'est ainsi : lorsque vous êtes affectivement investi, vous n'êtes pas toujours stratège. Le vrai sujet pour lui, c'est son retour à Lyon. Il n'en était d'ailleurs jamais vraiment parti. Quel que soit le sujet que vous abordiez avec lui, au bout de quelques minutes, il finissait par vous dire : « D'ailleurs, à Lyon... » Il ne faut pas oublier que le poste de ministre de l'Intérieur est le pire des jobs. Beauvau, c'est jour et nuit. Un car qui dérape, un con qui s'évade, un crétin qui fait sauter une bombe, bref, il faut toujours être le premier sur les lieux. Ça ne l'a pas empêché de faire de belles réformes sur la police de proximité ou sur l'intégration des étrangers arrivant en France.

Dans un gouvernement, vous avez des gens qui ont le doigt sur la couture du pantalon et d'autres plus complexes, c'est comme ça. Je connais Nicolas Hulot depuis longtemps, c'est un écorché vif, il veut toujours que ça aille plus vite, plus loin. Même en tant que responsable associatif, il n'arrive pas à se modérer... ce qui n'est pas vraiment compatible avec le statut de ministre d'État ! Il a tenu tant qu'il a pu, ça n'allait pas assez loin ni assez vite pour lui, il est parti. Ça arrive lorsqu'on recrute des gens très engagés, qui croient en ce qu'ils font. Les méthodes changent ! Prenez l'exemple du conseil des ministres. Sous les précédentes mandatures, si vous aviez un bon copain à l'Élysée, vous pouviez avoir dès le mercredi matin à 9 heures le compte rendu du conseil des ministres qui n'avait pas encore eu lieu... Tout était hyper formel et écrit à l'avance, la réunion se terminait à midi précis. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. On peut attendre deux heures que les ministres sortent du conseil, ils débattent, ils ne sont pas forcément d'accord, ils discutent, ils ferraillent, c'est comme dans une entreprise. Et c'est tant mieux.
Donc vous jugez la période plutôt positive  ?
Moi, je suis fou de bonheur, et tant pis s'il y a des péripéties ! Certaines insatisfactions sont la marque de l'appétit. Ce pays se transforme. Cela ne se voit peut-être pas à l'œil nu, mais, sur le terrain, on le voit ! On dit, on fait. Le plan santé : ça fait cinquante ans qu'on dit que le numerus clausus est une connerie, ça y est, il est levé ! Tout ne se verra pas demain matin, mais je vous jure que les choses avancent. Les classes dédoublées, ça ne sera rentable que dans 17 ans, quand Macron ne sera plus président. Tous ces petits machins font que ce pays se transforme. C'est quand même plus important que de savoir qui part ou qui entre au gouvernement, non  ? Moi, je ne suis pas un intellectuel, je gère depuis quarante ans des migrants, des toxicos, des prostitués... Je vois bien ce qui marche, et je vous le dis : je suis fan de ce qui est en train de se passer dans ce pays ! Ne croyez pas que c'est par fascination pour Emmanuel Macron, je l'ai connu quand je notais ses copies, il y a 15 ans. Il est courageux, il va au bout des choses. Allez, il y a peut-être quelques erreurs dans le management global, mais le pays bouge. Le nombre de CDI augmente, les investissements augmentent et le chômage des jeunes est en baisse...
Le groupe majoritaire à l'Assemblée donne des signes d'impatience et d'instabilité. Risque-t-il de se diviser  ?
J'ai participé à la commission d'investiture, je les connais. Ce sont pour la plupart des gens qui n'ont pas vécu de la politique avant et qui feront autre chose de leur vie après leur passage dans l'hémicycle, ce sont des gens libres. Cela ne rend peut-être pas la gouvernance plus facile, mais c'est aussi ça, la démocratie. Vous préfériez une Assemblée aux ordres, qui marchait au coup de sifflet  ? Aujourd'hui, vous avez des élus qui réfléchissent, qui ont parfois des points de vue différents de celui du groupe et qui les expriment, qui peuvent parfois décider d'aller prendre un café au moment du vote... Ça ressemble à la vraie vie, et c'est tant mieux.
Une partie des députés LREM considèrent que la politique qu'on leur fait voter n'est pas assez à gauche...
Parce que la gauche a tendance à être naturellement plus bruyante ! Mais il y a aussi une autre partie des députés qui considèrent que cette politique n'est pas assez à droite... Au final, c'est bon signe. Aussi longtemps que l'on fera des commentaires sur pas assez ou trop à gauche ou pas assez ou trop à droite, ça montrera qu'on n'est pas venus au pouvoir pour beurrer les tartines.
Vous êtes entrepreneur social et solidaire depuis plus de trente ans. Trouvez-vous que le plan pauvreté va dans le bon sens  ?
Olivier Noblecourt, qui est délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, a vu des centaines d'associations, de partenaires institutionnels, de dispositifs ultra-innovants... Il a fait remonter des choses concrètes du terrain, et c'est une excellente chose. Rendre la formation obligatoire jusqu'à 18 ans et s'obliger soi-même à proposer des solutions, c'est plutôt une bonne méthode. Aujourd'hui, on n'est pas obligé d'aller à l'école jusqu'à 18 ans, mais, quand on voit qu'on a un 1,3 million de jeunes qui ne sont ni en formation, ni à l'école, ni au boulot, on se dit qu'il y a un vrai sujet. Il veut aussi relancer l'accompagnement des jeunes majeurs, enfin ! Je ne sais pas comment sont vos enfants à 18 ans, mais, s'ils sont totalement indépendants, autonomes et prêts à affronter la vie, faites-moi signe. Dans ce cas, pourquoi les jeunes le plus en difficulté devraient-ils être prêts dès le lendemain de leur anniversaire  ? Soyons sérieux. Il y a de l'argent pour le faire.
C'est un changement d'approche  ?
Ça fait des années que je dis qu'il faut en finir avec la charité et, quand j'entends ces mots dans la bouche du président de la République, j'en suis ravi ! Quand vous avez un type séropo, sans papiers et toxico, le chemin vers l'insertion n'est pas gagné, mais, si on renonce, c'est qu'on se contente de faire la charité. Le côté « il faut que les pauvres vivent un peu moins mal », moi, ça me gonfle. Il faut s'occuper des pauvres pour qu'ils cessent de l'être, pas pour les maintenir dans des structures artificielles. Quand j'entends le président et la ministre du Travail Muriel Pénicaud dire que personne n'est inemployable, ça me réjouit aussi, parce que c'est ce que nous défendons depuis des années. Il faut en finir avec l'assignation à résidence.
Pour vous qui venez de la gauche, le libéralisme défendu par Emmanuel Macron peut-il corriger les inégalités  ?
Pour distribuer du pognon, il faut déjà en avoir. Libérer les énergies pour avancer, c'est faire en sorte que le pays aille mieux et ne pas se laisser étrangler par la dette. Regardez nos camarades italiens... Ce gouvernement de fantaisistes et de fachos n'a pas eu besoin de plus de quarante-huit heures pour changer son fusil d'épaule ! Ils ont vu les taux d'intérêt s'envoler et ils ont modifié leur projet de budget, ce qui montre qu'ils sont quand même moins cons qu'ils en ont l'air. Je sais que ça peut sembler dissonant, mais ça ne va pas si mal ! Macron a pris des engagements et il les tient. Il fera à son rythme et, si quelqu'un essaie de le faire changer, bon courage ! Le camarade président est une barre de fer, vous pourrez faire la danse du ventre autant que vous voudrez, ça ne changera rien. Une fois qu'il a un avis arrêté, il va jusqu'au bout. C'est pareil pour son mandat. Il est là pour cinq ans et, dans quatre ans, on décidera si on le reconduit ou non.
Trouvez-vous qu'il défend une politique de justice sociale  ?
Je fais partie des gens qui se sont battus contre le verrou de Bercy. C'est peut-être un réflexe de gauchiste, mais je trouvais profondément injuste qu'il suffise d'être suffisamment riche et suffisamment fraudeur pour échapper à la justice. S'il suffit de rendre le pognon pour échapper aux poursuites, dans ce cas, le mec qui vole une pomme, il lui suffit de rendre la pomme pour être épargné par la justice  ? Le symbole me paraissait important. J'ai travaillé avec la députée Émilie Cariou, qui a fait un rapport vraiment malin prévoyant désormais que, si l'intention de frauder est démontrée, l'auteur se retrouvera devant les magistrats.
À propos de la crise migratoire, on a le sentiment qu'Emmanuel Macron a eu du mal à trouver une doctrine et à se faire entendre...
Sans solution européenne, le seul dilemme qu'il nous restera sera le suivant : on continue à être ouverts et généreux jusqu'à ce qu'on se fasse battre par l'extrême droite aux prochaines élections ou on se comporte dès maintenant comme eux pour éviter qu'ils accèdent au pouvoir – ce qui est l'étrange solution défendue par Laurent Wauquiez. Pour ne pas se laisser enfermer dans cette course à l'échalote, la solution ne peut être qu'européenne, et tout le monde, y compris Orbán (le Premier ministre hongrois, NDLR), devra prendre sa part, sous peine de dire adieu à ses subventions.
Nous, au Groupe SOS, on a ouvert 4 000 places à des migrants. On a commencé avec Cazeneuve quand il a fallu fermer Calais. J'ai passé deux week-ends dans la jungle pour comprendre, j'y ai vu de la prostitution d'enfants et toutes sortes d'horreurs. On ne pouvait pas continuer comme ça.
Mais l'opinion n'est pas franchement favorable à l'accueil...
La vérité, c'est qu'on ne peut pas décréter que tout le monde doit devenir tolérant et ne pas avoir peur des étrangers. Le sujet, c'est donc la capacité d'accueil des endroits où on réinstalle. On s'est plantés une ou deux fois. On avait mis des gens dans un village et le maire nous a dit « ici, tout le monde a un fusil ». Il y a donc deux sujets, celui de la politique européenne et celui du travail militant dans ce pays, pour expliquer que le principe des migrations n'est pas « le dernier arrivé ferme la porte ». Les gens doivent accepter la complexité de ce sujet.
Les élections européennes qui se profilent s'annoncent-elles compliquées pour la majorité  ?
On n'a jamais connu de situation internationale aussi crispée du fait de grands démocrates du côté de la Hongrie, des États-Unis, de la Turquie ou de la Russie... Concrètement, il ne reste en Europe que deux camps : les progressistes et les nationalistes. La plupart des progressistes européens souhaitent qu'Emmanuel Macron prenne la tête de leur camp en Europe pour résister à tous ces cyniques populistes. Pendant la campagne présidentielle, tous les professionnels de la politique venaient nous dire que le positionnement pro-européen d'En marche ! était une connerie, ils étaient unanimes sur cette question ! On a fait ce que Macron voulait, c'est-à-dire qu'on a gardé le thème européen. Et plus la campagne avançait, plus on voyait les pays basculer. Moi, je partage sa vision du discours de la Sorbonne. La régulation de la taille des œufs, du taux de matière grasse dans le camembert ou la nécessité de faire bouillir le fromage corse ne sont pas des sujets fondamentaux. Les sujets fondamentaux sont la parité homme-femme, la démocratie, la liberté de la presse. Il faut mettre le paquet pour défendre l'essentiel. Et tous ceux qui sont prêts à défendre ces fondamentaux sont les bienvenus, quelle que soit leur couleur politique. Contrairement à ce que dit Mélenchon, ce n'est pas un référendum contre la politique du gouvernement, mais un vrai choix entre progressistes et nationalistes. Quant aux types qui pensent qu'il suffit d'un béret, d'une baguette, d'un camembert et d'un litron de rouge pour s'en sortir, il leur suffira de regarder à quoi ressemble Londres dans un an pour modérer leurs ardeurs.
Vous évoquez Jean-Luc Mélenchon. Est-il le dernier opposant à Macron  ?
Mélenchon est en train d'assassiner ce qu'il reste de la gauche. Si vous écoutez Mélenchon, Cuba a inventé le vaccin contre le cancer du poumon, le Venezuela est une formidable démocratie où les gens vivent bien, même si les opposants se font enfermer dans des caves et que des types se font descendre dans la rue en allant acheter un paquet de clopes... Lorsque je suis arrivé à Paris, Mélenchon était socialiste et le plus jeune sénateur de l'Essonne. Aujourd'hui, je ne sais plus ce qu'il est et s'il défend un projet cohérent. Ce que je vois, c'est qu'il prend d'abord sa revanche sur la gauche. C'est tellement plus facile de se faire aimer en simplifiant les choses qu'en disant qu'il va falloir faire un effort et bosser un peu plus...
La gauche de la gauche serait-elle en train de se convertir à un discours très modéré sur l'immigration  ?
Vous imaginez-vous débarquer aux municipales à Marseille, ville que je connais un peu, en disant que vous allez ouvrir aux migrants  ? Ce n'est même pas la peine de prendre une chambre d'hôtel, vous pouvez repartir le soir même !
Pourquoi avez-vous refusé d'être ministre  ?
Je n'ai rien refusé et on ne m'a rien proposé ! Sincèrement, je ferais un ministre épouvantable. Je n'ai aucune patience. Ici au Groupe SOS, on trouve des idées au bistrot et on les teste dès le lendemain. Les ministres doivent commencer par convaincre trois chefs de bureau avant d'avoir peut-être un jour l'occasion de faire bouger les choses... Je ne veux vraiment pas de cette vie-là. J'ai donné un coup de main aux législatives, un coup de main aux membres du gouvernement qui me l'ont demandé et, sincèrement, je crois qu'on va continuer comme ça, j'aime trop mon job de responsable associatif. Et puis question carrière, je suis plus proche de l'arrivée que du départ !
Vous avez été le prof d'Emmanuel Macron à Sciences Po. Quel regard portez-vous sur votre ancien élève  ?
Je m'occupais des questions sociales pendant la préparation à l'ENA. Comme il devait me trouver baratineur, il a demandé à voir concrètement comment fonctionnait une entreprise sociale et solidaire. Il est comme ça, il a besoin de faire le tour d'une question avant de se faire un avis. Jusqu'ici, la tradition politique voulait qu'on embauche comme conseillers des spécialistes d'un sujet et qu'on leur foute la paix. Ils connaissaient leurs sujets par cœur, rédigeaient leurs notes, rédigeaient le discours, et le politique, qui leur faisait confiance, montait à la tribune et lisait le discours. Avec le président de la République, ce n'est même pas en rêve. Il faut sans cesse le convaincre sur tout, sans ça il ne dira pas un mot et ne prendra pas position. Quand il était candidat à la présidence, il était capable de me dire des trucs du genre « tu ne veux pas me trouver des gens qui ne pensent pas du tout comme toi  ? ». Bon, c'est peut-être un peu vexant, mais il est comme ça. Tant qu'il n'a pas réfléchi et digéré, on ne peut pas le pousser à prendre position. Sincèrement, j'essaie de ne pas avoir l'air trop fan-club, mais il est courageux. Il est capable de prendre des risques à partir du moment où il est convaincu.


L'avenir n'est pas ce qui va nous arriver,mais ce que nous allons faire.
avatar
Zerbinette

Messages : 3083
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Sam 6 Oct 2018 - 14:06

Et il a parfaitement raison de le dire, il faudrait que Macron lui même en soit conscient et s'attache à rester le président jupitérien

qu'il voulait être.


Gouverner, réformer, agir contre vents et marées, il a montré qu'il en est capable, qu'il reste dans ce rôle sans se perdre dans des paroles malheureuses ou de pitoyable tentatives pour récupérer un peu de popularité.


Si au terme de son quinquennat, après avoir fait son boulot, il est viré par des électeurs trop couillons pour le comprendre ce sera dommage pour lui mais le pays ira mieux.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par ledevois le Sam 6 Oct 2018 - 16:47

Fontsestian a écrit:
Et il a parfaitement raison de le dire, il faudrait que Macron lui même en soit conscient et s'attache à rester le président jupitérien

qu'il voulait être.


Gouverner, réformer, agir contre vents et marées, il a montré qu'il en est capable, qu'il reste dans ce rôle sans se perdre dans des paroles malheureuses ou de pitoyable tentatives pour récupérer un peu de popularité.


Si au terme de son quinquennat, après avoir fait son boulot, il est viré par des électeurs trop couillons pour le comprendre ce sera dommage pour lui mais le pays ira mieux.


 Faut surtout pas lui donner un quinquennat de plus si vous ne désirez pas une insurrection -



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6748
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Sam 6 Oct 2018 - 16:50

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
Et il a parfaitement raison de le dire, il faudrait que Macron lui même en soit conscient et s'attache à rester le président jupitérien

qu'il voulait être.


Gouverner, réformer, agir contre vents et marées, il a montré qu'il en est capable, qu'il reste dans ce rôle sans se perdre dans des paroles malheureuses ou de pitoyable tentatives pour récupérer un peu de popularité.


Si au terme de son quinquennat, après avoir fait son boulot, il est viré par des électeurs trop couillons pour le comprendre ce sera dommage pour lui mais le pays ira mieux.


 Faut surtout pas lui donner un quinquennat de plus si vous ne désirez pas une insurrection -
S'il est candidat et réélu ce sera parce qu'une majorité d'électeurs lui aura fait confiance, dès lors qu'est ce qui justifierait une insurrection?


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Zerbinette le Sam 6 Oct 2018 - 17:58



L'avenir n'est pas ce qui va nous arriver,mais ce que nous allons faire.
avatar
Zerbinette

Messages : 3083
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Nadou le Sam 6 Oct 2018 - 18:20

Vous évoquez Jean-Luc Mélenchon. Est-il le dernier opposant à Macron  ?
Mélenchon est en train d'assassiner ce qu'il reste de la gauche. Si vous écoutez Mélenchon, Cuba a inventé le vaccin contre le cancer du poumon, le Venezuela est une formidable démocratie où les gens vivent bien, même si les opposants se font enfermer dans des caves et que des types se font descendre dans la rue en allant acheter un paquet de clopes... Lorsque je suis arrivé à Paris, Mélenchon était socialiste et le plus jeune sénateur de l'Essonne. Aujourd'hui, je ne sais plus ce qu'il est et s'il défend un projet cohérent. Ce que je vois, c'est qu'il prend d'abord sa revanche sur la gauche. C'est tellement plus facile de se faire aimer en simplifiant les choses qu'en disant qu'il va falloir faire un effort et bosser un peu plus...
La gauche de la gauche serait-elle en train de se convertir à un discours très modéré sur l'immigration  ?
Vous imaginez-vous débarquer aux municipales à Marseille, ville que je connais un peu, en disant que vous allez ouvrir aux migrants  ? Ce n'est même pas la peine de prendre une chambre d'hôtel, vous pouvez repartir le soir même !




 Sacré Méluche ... il n'est pas encore maire de Marseille ! Faudrait en faire davantage !


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 17401
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Dim 7 Oct 2018 - 8:18

Ou en Lettonie, là-bas aussi les russes sont en passe de s'emparer du pays grâce à leurs partisans traîtres à leur pays mais aveuglément dévoués à Poutine.


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Dim 7 Oct 2018 - 8:38

Nadou a écrit:Vous évoquez Jean-Luc Mélenchon. Est-il le dernier opposant à Macron  ?
Mélenchon est en train d'assassiner ce qu'il reste de la gauche. Si vous écoutez Mélenchon, Cuba a inventé le vaccin contre le cancer du poumon, le Venezuela est une formidable démocratie où les gens vivent bien, même si les opposants se font enfermer dans des caves et que des types se font descendre dans la rue en allant acheter un paquet de clopes... Lorsque je suis arrivé à Paris, Mélenchon était socialiste et le plus jeune sénateur de l'Essonne. Aujourd'hui, je ne sais plus ce qu'il est et s'il défend un projet cohérent. Ce que je vois, c'est qu'il prend d'abord sa revanche sur la gauche. C'est tellement plus facile de se faire aimer en simplifiant les choses qu'en disant qu'il va falloir faire un effort et bosser un peu plus...
La gauche de la gauche serait-elle en train de se convertir à un discours très modéré sur l'immigration  ?
Vous imaginez-vous débarquer aux municipales à Marseille, ville que je connais un peu, en disant que vous allez ouvrir aux migrants  ? Ce n'est même pas la peine de prendre une chambre d'hôtel, vous pouvez repartir le soir même !




 Sacré Méluche ... il n'est pas encore maire de Marseille ! Faudrait en faire davantage !
Tout peut arriver à Marseille de la victoire du FN à celle de Mélenchon, jusqu'ici la forte personnalité et la roublardise de Gaudin fédéraient une alliance droite/centre qui, avec son départ annoncé, s'émiette et se divise en groupes rivaux. Ce qui a tué le PS local pourrait bien achever l'autre force républicaine et laisser la place aux extrêmes. La population marseillaise, pour une large part, est habituée depuis des décennies à vivre du népotisme et des aides sociales, elle est donc extrêmement perméable aux discours des populistes qui ne se privent donc pas d'en faire de bien alléchants. De surcroit la clientèle des populistes de gauche a les mêmes attentes que celle des populistes de droite: logement sociaux, subventions diverses, gratuité des services publics et les mêmes attitudes rejet vis à vis de communautés différentes, elle pourrait donc passer de Mélenchon à Ravier sans trop d'hésitation pour leur donner une majorité. A mon avis Samia Ghali sera une des pièces maîtresses du jeu, elle a toujours su manoeuvrer au mieux de ses intérêts en passant d'une amitié affichée pour Guérini à un soutien occulte à Gaudin, reste à savoir qui lui fera les meilleures propositions...


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par ledevois le Dim 7 Oct 2018 - 9:31

Fontsestian a écrit:
Nadou a écrit:Vous évoquez Jean-Luc Mélenchon. Est-il le dernier opposant à Macron  ?
Mélenchon est en train d'assassiner ce qu'il reste de la gauche. Si vous écoutez Mélenchon, Cuba a inventé le vaccin contre le cancer du poumon, le Venezuela est une formidable démocratie où les gens vivent bien, même si les opposants se font enfermer dans des caves et que des types se font descendre dans la rue en allant acheter un paquet de clopes... Lorsque je suis arrivé à Paris, Mélenchon était socialiste et le plus jeune sénateur de l'Essonne. Aujourd'hui, je ne sais plus ce qu'il est et s'il défend un projet cohérent. Ce que je vois, c'est qu'il prend d'abord sa revanche sur la gauche. C'est tellement plus facile de se faire aimer en simplifiant les choses qu'en disant qu'il va falloir faire un effort et bosser un peu plus...
La gauche de la gauche serait-elle en train de se convertir à un discours très modéré sur l'immigration  ?
Vous imaginez-vous débarquer aux municipales à Marseille, ville que je connais un peu, en disant que vous allez ouvrir aux migrants  ? Ce n'est même pas la peine de prendre une chambre d'hôtel, vous pouvez repartir le soir même !




 Sacré Méluche ... il n'est pas encore maire de Marseille ! Faudrait en faire davantage !
Tout peut arriver à Marseille de la victoire du FN à celle de Mélenchon, jusqu'ici la forte personnalité et la roublardise de Gaudin fédéraient une alliance droite/centre qui, avec son départ annoncé, s'émiette et se divise en groupes rivaux. Ce qui a tué le PS local pourrait bien achever l'autre force républicaine et laisser la place aux extrêmes. La population marseillaise, pour une large part, est habituée depuis des décennies à vivre du népotisme et des aides sociales, elle est donc extrêmement perméable aux discours des populistes qui ne se privent donc pas d'en faire de bien alléchants. De surcroit la clientèle des populistes de gauche a les mêmes attentes que celle des populistes de droite: logement sociaux, subventions diverses, gratuité des services publics et les mêmes attitudes rejet vis à vis de communautés différentes, elle pourrait donc passer de Mélenchon à Ravier sans trop d'hésitation pour leur donner une majorité. A mon avis Samia Ghali sera une des pièces maîtresses du jeu, elle a toujours su manoeuvrer au mieux de ses intérêts en passant d'une amitié affichée pour Guérini à un soutien occulte à Gaudin, reste à savoir qui lui fera les meilleures propositions...


 Toujours des magouilles dont la France aime se délecter ---- pauvre France ---



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6748
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Dim 7 Oct 2018 - 16:19

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
Tout peut arriver à Marseille de la victoire du FN à celle de Mélenchon, jusqu'ici la forte personnalité et la roublardise de Gaudin fédéraient une alliance droite/centre qui, avec son départ annoncé, s'émiette et se divise en groupes rivaux. Ce qui a tué le PS local pourrait bien achever l'autre force républicaine et laisser la place aux extrêmes. La population marseillaise, pour une large part, est habituée depuis des décennies à vivre du népotisme et des aides sociales, elle est donc extrêmement perméable aux discours des populistes qui ne se privent donc pas d'en faire de bien alléchants. De surcroit la clientèle des populistes de gauche a les mêmes attentes que celle des populistes de droite: logement sociaux, subventions diverses, gratuité des services publics et les mêmes attitudes rejet vis à vis de communautés différentes, elle pourrait donc passer de Mélenchon à Ravier sans trop d'hésitation pour leur donner une majorité. A mon avis Samia Ghali sera une des pièces maîtresses du jeu, elle a toujours su manoeuvrer au mieux de ses intérêts en passant d'une amitié affichée pour Guérini à un soutien occulte à Gaudin, reste à savoir qui lui fera les meilleures propositions...


 Toujours des magouilles dont la France aime se délecter ---- pauvre France ---
La France ne se délecte pas de magouilles elle les constate.


Note que dans ton pays de coeur la corruption dépasse de très loin celle que l'on connait ici.


Dans le classement des pays les moins corrompus la Nouvelle Zélande figure en tête, la France en 23° position et la Russie en ...135°


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par ledevois le Dim 7 Oct 2018 - 16:53

Fontsestian a écrit:
ledevois a écrit:


 Toujours des magouilles dont la France aime se délecter ---- pauvre France ---
La France ne se délecte pas de magouilles elle les constate.


Note que dans ton pays de coeur la corruption dépasse de très loin celle que l'on connait ici.


Dans le classement des pays les moins corrompus la Nouvelle Zélande figure en tête, la France en 23° position et la Russie en ...135°

 Je ne voudrais pas te décevoir mais il s'avère que depuis que Poutine est au pouvoir la Russie a bien changé --- ton sondage à mon avis manque de réalisme --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6748
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Vojnik Sreće le Dim 7 Oct 2018 - 17:26

Nadou a écrit:Vous évoquez Jean-Luc Mélenchon. Est-il le dernier opposant à Macron  ?
Mélenchon est en train d'assassiner ce qu'il reste de la gauche. Si vous écoutez Mélenchon, Cuba a inventé le vaccin contre le cancer du poumon, le Venezuela est une formidable démocratie où les gens vivent bien, même si les opposants se font enfermer dans des caves et que des types se font descendre dans la rue en allant acheter un paquet de clopes... Lorsque je suis arrivé à Paris, Mélenchon était socialiste et le plus jeune sénateur de l'Essonne. Aujourd'hui, je ne sais plus ce qu'il est et s'il défend un projet cohérent. Ce que je vois, c'est qu'il prend d'abord sa revanche sur la gauche. C'est tellement plus facile de se faire aimer en simplifiant les choses qu'en disant qu'il va falloir faire un effort et bosser un peu plus...
La gauche de la gauche serait-elle en train de se convertir à un discours très modéré sur l'immigration  ?
Vous imaginez-vous débarquer aux municipales à Marseille, ville que je connais un peu, en disant que vous allez ouvrir aux migrants  ? Ce n'est même pas la peine de prendre une chambre d'hôtel, vous pouvez repartir le soir même !

C'est grossièrement résumé... Wink Les positions de Mélenchon sont plus nuancées mais bon, on ne traite plus l'hérésie politique par le feu mais, par l'outrance et la caricature qui servent à ridiculiser, et marginaliser certains politiciens.




R.I.P 2 my youth
avatar
Vojnik Sreće

Messages : 187
Date d'inscription : 24/09/2018
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Fontsestian le Lun 8 Oct 2018 - 7:06

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
La France ne se délecte pas de magouilles elle les constate.


Note que dans ton pays de coeur la corruption dépasse de très loin celle que l'on connait ici.


Dans le classement des pays les moins corrompus la Nouvelle Zélande figure en tête, la France en 23° position et la Russie en ...135°

 Je ne voudrais pas te décevoir mais il s'avère que depuis que Poutine est au pouvoir la Russie a bien changé --- ton sondage à mon avis manque de réalisme --
Classement 2017


http://www.lalibre.be/actu/international/la-carte-des-pays-les-plus-corrompus-dans-le-monde-5a8e96c6cd70b558ed7c93ab


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1915
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Borello défent Macron........

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum