La démocratie en péril......

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Fontsestian le Sam 6 Oct - 13:29

Nadou a écrit:
Fontsestian a écrit:
Je n'en suis pas certain, la crise migratoire encourage le populisme et le populisme conduit toujours au fascisme qui lui s'appuie forcément sur l'armée.


Nous ne sommes à l'abri de rien.

Nous n'avons pas une tradition dictature militaire. Je pense que nos généraux, nos colonels sont suffisamment républicains pour ne pas désirer diriger le peuple.
Même un Mélenchon ou une MLP ne réussiraient pas à les y contraindre.
Tu as raison mais j'ai le souvenir du putsch des généraux en Algérie et quelques années avant de la pression exercée par Salan et Massu pour obtenir le retour de De Gaulle à l'occasion du 13 mai1958.


Deux actions qui ont eut des résultats différents mais qui ont montré que l'Armée ne reste pas forcément fidèle à la République, en remontant un peu dans le temps on trouve une large majorité de militaires en soutien à Pétain et Laval, c'est pourquoi je ne jurerais de rien.

Fontsestian

Messages : 1931
Date d'inscription : 11/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 13:53

Nadou a écrit:
Zigomar17 a écrit:
...Je ne vis pas au Brésil...donc je ne connais que par ce que rapporte la presse...en résumé : la situation économique n'est pas bonne du tout-- un doux euphémisme-- l'insécurité est partout présente dans le pays -- les gangs font la loi dans des quartiers entiers où la police ne peut plus entrer sans faire appel à l'armée --les politiciens sont tous corrompus et baignent dans des scandales financiers à répétition...
Cela se passe au Brésil...pourtant cette description devrait vous rappeler une situation, pratiquement similaire à peu de choses près, dans notre belle démocratie pourrie jusqu'à la moelle...  

Si un régime de militaires s'installait en France, vous ne pourriez plus écrire ici que vous en êtes heureux, le forum aurait été fermé.
Dame Nadou...même si je vous respecte, vous ne pouvez prétendre le contraire malgré mes mauvaises manières de ruffian, je vais, cependant, vous dire deux trois choses qui ne vous seront pas forcément agréables...
Zigomar est nature et entier et ne cherche pas à être bien en cours...comme certain(e)s, de votre entourage, que je ne nommerai pas...
1) Ou avez-vous vu que je cautionnerai "l'installation d'un régime militaire en France "..?
2) Que je sache, Jair Bolsonaro, le candidat "populiste et d'Extrême Droite", selon votre classification...n'est plus un militaire d'active mais souhaite, s'il est élu, s'entourer de quelques généraux pour...ramener la sécurité et la paix civile au Brésil et mettre un terme à la loi des gangs et des trafiquants de drogue...un programme largement soutenu par une majorité de Brésiliens épouvantés par une insécurité dans tout le pays qui dure et perdure depuis des lustres...
3) Vous me permettrez, enfin, de vous dire...juste entre nous...que cela vous va bien de ne parler que démocratie, liberté de parole, etc...lorsque l'on se permet, comme vous le faites sans vergogne, de couper le droit d’expression et de réponse à vos opposants sur ce forum, de les censurer, et de donner systématiquement raison à votre hargneuse petite cour de chialeuses patentées...
Et de préciser que je vous dis cela sans agressivité aucune ni la volonté d'en découdre en permanence... Smile
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 14:13

le 5 octobre 2018
Brésil : le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro grand favori de la présidentielle.
Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro devrait virer en tête du premier tour des élections au Brésil, dimanche. Les sondages lui prédisent une avance confortable.
Jair Bolsonaro est le grand favori des élections brésiliennes, dont le premier tour a lieu dimanche. Jeudi, le candidat du PSL (Parti social libéral) a joué la provocation en accordant une interview au moment même où ses adversaires participaient au dernier débat télévisé de la campagne. Poignardé en pleine rue début septembre, cet ancien capitaine de l'armée a invoqué des raisons de santé pour ne pas débattre avec les autres candidats. Et depuis quelques jours, son avance en tête des sondages se renforce.
Bolsonaro en tête au premier et au second tour.
Selon une enquête d'opinion publiée jeudi soir par l'institut DataFolha, Jair Bolsonaro renforce son avance en tête des intentions de vote pour le premier tour, dimanche. Il obtient 35% des voix, contre 22% pour Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT) investi à la place de l'ex-président Lula, son principal adversaire. Les deux favoris restent largement devant le troisième, Ciro Gomes (centre gauche), qui stagne à 11%.
Ancien militaire nostalgique de la dictature, Bolsonaro veut nommer six généraux au gouvernement et compte réduire la violence qui frappe le pays en libéralisant le port d'arme et en autorisant les exécutions extra-judiciaires de "bandits" par la police. Pour redynamiser une économie en difficulté, il veut s'appuyer sur un programme ultra-libéral, bien qu'il admette ne pas être un spécialiste des sujets économiques. Hostile à l'avortement, à l'égalité des salaires hommes-femmes, il veut nettoyer le pays de ses "élites corrompues", une posture populaire auprès de l'électorat. Le candidat tire également sa force des réseaux sociaux, où son message anti-système fait mouche.
Au second tour, l'institut DataFolha donne le candidat d'extrême droite vainqueur d'un rien contre Fernando Haddad (44% contre 43%), un résultat qui reste sujet à la marge d'erreur de 2 points de pourcentage. Jair Bolsonaro était déjà donné vainqueur lors du précédent sondage de l'institut, à 44% contre 42%.
Face à Bolsonaro, la gauche arrivera-t-elle à inverser la tendance? La candidature de l'ex-président Lula, emprisonné pour corruption, ayant été invalidée, son remplaçant, Fernando Haddad, ex-maire de Sao Paulo, a fortement progressé dans les intentions de vote après son entrée tardive en campagne le 11 septembre. Cette progression devrait lui assurer sa place au second tour de l'élection, mais comme le montrent les sondages, la victoire finale sera plus compliquée.
Le candidat doit en effet composer avec un fort sentiment anti-Parti des Travailleurs, ce qui pourrait lui coûter cher au second tour. Si le PT a gagné les quatre dernières présidentielles, son histoire avec le pays s'est très mal terminée avec la destitution fracassante en 2016 de Dilma Rousseff. Aujourd'hui, beaucoup jugent le parti responsable des difficultés actuelles du Brésil et Jair Bolsonaro surfe sur ce raz-le-bol.


Voici un résumé, qui sans être dithyrambique pour Bolsonaro, a au moins le mérite d'être un plus honnête que ce que j'ai pu lire, à son propos, sur ce post jusqu'à maintenant...
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par ledevois le Sam 6 Oct - 14:37

Zigomar17 a écrit:le 5 octobre 2018
Brésil : le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro grand favori de la présidentielle.
Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro devrait virer en tête du premier tour des élections au Brésil, dimanche. Les sondages lui prédisent une avance confortable.
Jair Bolsonaro est le grand favori des élections brésiliennes, dont le premier tour a lieu dimanche. Jeudi, le candidat du PSL (Parti social libéral) a joué la provocation en accordant une interview au moment même où ses adversaires participaient au dernier débat télévisé de la campagne. Poignardé en pleine rue début septembre, cet ancien capitaine de l'armée a invoqué des raisons de santé pour ne pas débattre avec les autres candidats. Et depuis quelques jours, son avance en tête des sondages se renforce.
Bolsonaro en tête au premier et au second tour.
Selon une enquête d'opinion publiée jeudi soir par l'institut DataFolha, Jair Bolsonaro renforce son avance en tête des intentions de vote pour le premier tour, dimanche. Il obtient 35% des voix, contre 22% pour Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT) investi à la place de l'ex-président Lula, son principal adversaire. Les deux favoris restent largement devant le troisième, Ciro Gomes (centre gauche), qui stagne à 11%.
Ancien militaire nostalgique de la dictature, Bolsonaro veut nommer six généraux au gouvernement et compte réduire la violence qui frappe le pays en libéralisant le port d'arme et en autorisant les exécutions extra-judiciaires de "bandits" par la police. Pour redynamiser une économie en difficulté, il veut s'appuyer sur un programme ultra-libéral, bien qu'il admette ne pas être un spécialiste des sujets économiques. Hostile à l'avortement, à l'égalité des salaires hommes-femmes, il veut nettoyer le pays de ses "élites corrompues", une posture populaire auprès de l'électorat. Le candidat tire également sa force des réseaux sociaux, où son message anti-système fait mouche.
Au second tour, l'institut DataFolha donne le candidat d'extrême droite vainqueur d'un rien contre Fernando Haddad (44% contre 43%), un résultat qui reste sujet à la marge d'erreur de 2 points de pourcentage. Jair Bolsonaro était déjà donné vainqueur lors du précédent sondage de l'institut, à 44% contre 42%.
Face à Bolsonaro, la gauche arrivera-t-elle à inverser la tendance? La candidature de l'ex-président Lula, emprisonné pour corruption, ayant été invalidée, son remplaçant, Fernando Haddad, ex-maire de Sao Paulo, a fortement progressé dans les intentions de vote après son entrée tardive en campagne le 11 septembre. Cette progression devrait lui assurer sa place au second tour de l'élection, mais comme le montrent les sondages, la victoire finale sera plus compliquée.
Le candidat doit en effet composer avec un fort sentiment anti-Parti des Travailleurs, ce qui pourrait lui coûter cher au second tour. Si le PT a gagné les quatre dernières présidentielles, son histoire avec le pays s'est très mal terminée avec la destitution fracassante en 2016 de Dilma Rousseff. Aujourd'hui, beaucoup jugent le parti responsable des difficultés actuelles du Brésil et Jair Bolsonaro surfe sur ce raz-le-bol.


Voici un résumé, qui sans être dithyrambique pour Bolsonaro, a au moins le mérite d'être un plus honnête que ce que j'ai pu lire, à son propos, sur ce post jusqu'à maintenant...

 Je ne serai pas défavorable d'un régime militaire en France pendant quelques années étant donné que les politiques sont incapables de gouverner la France --- 
 Je pense qu'il serait bienvenu qu'il y est un coup d'état militaire dans ce pays ou règne la racaille et l'insécurité -- 
  Je le pense vraiment --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6795
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par keltys le Sam 6 Oct - 14:42

ledevois a écrit:
Zigomar17 a écrit:le 5 octobre 2018
Brésil : le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro grand favori de la présidentielle.
Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro devrait virer en tête du premier tour des élections au Brésil, dimanche. Les sondages lui prédisent une avance confortable.
Jair Bolsonaro est le grand favori des élections brésiliennes, dont le premier tour a lieu dimanche. Jeudi, le candidat du PSL (Parti social libéral) a joué la provocation en accordant une interview au moment même où ses adversaires participaient au dernier débat télévisé de la campagne. Poignardé en pleine rue début septembre, cet ancien capitaine de l'armée a invoqué des raisons de santé pour ne pas débattre avec les autres candidats. Et depuis quelques jours, son avance en tête des sondages se renforce.
Bolsonaro en tête au premier et au second tour.
Selon une enquête d'opinion publiée jeudi soir par l'institut DataFolha, Jair Bolsonaro renforce son avance en tête des intentions de vote pour le premier tour, dimanche. Il obtient 35% des voix, contre 22% pour Fernando Haddad, le candidat du Parti des travailleurs (PT) investi à la place de l'ex-président Lula, son principal adversaire. Les deux favoris restent largement devant le troisième, Ciro Gomes (centre gauche), qui stagne à 11%.
Ancien militaire nostalgique de la dictature, Bolsonaro veut nommer six généraux au gouvernement et compte réduire la violence qui frappe le pays en libéralisant le port d'arme et en autorisant les exécutions extra-judiciaires de "bandits" par la police. Pour redynamiser une économie en difficulté, il veut s'appuyer sur un programme ultra-libéral, bien qu'il admette ne pas être un spécialiste des sujets économiques. Hostile à l'avortement, à l'égalité des salaires hommes-femmes, il veut nettoyer le pays de ses "élites corrompues", une posture populaire auprès de l'électorat. Le candidat tire également sa force des réseaux sociaux, où son message anti-système fait mouche.
Au second tour, l'institut DataFolha donne le candidat d'extrême droite vainqueur d'un rien contre Fernando Haddad (44% contre 43%), un résultat qui reste sujet à la marge d'erreur de 2 points de pourcentage. Jair Bolsonaro était déjà donné vainqueur lors du précédent sondage de l'institut, à 44% contre 42%.
Face à Bolsonaro, la gauche arrivera-t-elle à inverser la tendance? La candidature de l'ex-président Lula, emprisonné pour corruption, ayant été invalidée, son remplaçant, Fernando Haddad, ex-maire de Sao Paulo, a fortement progressé dans les intentions de vote après son entrée tardive en campagne le 11 septembre. Cette progression devrait lui assurer sa place au second tour de l'élection, mais comme le montrent les sondages, la victoire finale sera plus compliquée.
Le candidat doit en effet composer avec un fort sentiment anti-Parti des Travailleurs, ce qui pourrait lui coûter cher au second tour. Si le PT a gagné les quatre dernières présidentielles, son histoire avec le pays s'est très mal terminée avec la destitution fracassante en 2016 de Dilma Rousseff. Aujourd'hui, beaucoup jugent le parti responsable des difficultés actuelles du Brésil et Jair Bolsonaro surfe sur ce raz-le-bol.


Voici un résumé, qui sans être dithyrambique pour Bolsonaro, a au moins le mérite d'être un plus honnête que ce que j'ai pu lire, à son propos, sur ce post jusqu'à maintenant...

 Je ne serai pas défavorable d'un régime militaire en France pendant quelques années étant donné que les politiques sont incapables de gouverner la France --- 
 Je pense qu'il serait bienvenu qu'il y est un coup d'état militaire dans ce pays ou règne la racaille et l'insécurité -- 
  Je le pense vraiment --
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 

keltys

Messages : 1947
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par ledevois le Sam 6 Oct - 14:49

keltys a écrit:
ledevois a écrit:

 Je ne serai pas défavorable d'un régime militaire en France pendant quelques années étant donné que les politiques sont incapables de gouverner la France --- 
 Je pense qu'il serait bienvenu qu'il y est un coup d'état militaire dans ce pays ou règne la racaille et l'insécurité -- 
  Je le pense vraiment --
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 

 Je fais plus confiance à un régime militaire qui respectera les institutions qu'a Le Pen qui est un politique --- 
 La France a vraiment besoin d'un coup d'ETAT pour en finir avec la mascarade --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6795
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 14:49

keltys a écrit:
ledevois a écrit:

 Je ne serai pas défavorable d'un régime militaire en France pendant quelques années étant donné que les politiques sont incapables de gouverner la France --- 
 Je pense qu'il serait bienvenu qu'il y est un coup d'état militaire dans ce pays ou règne la racaille et l'insécurité -- 
  Je le pense vraiment --
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 
...C'est surtout la politique de l'autruche de vous et vos semblables qui finira, tôt ou tard et fatalement, par amener un Le Pen, voire pire encore, au pouvoir...ici comme ailleurs...
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par keltys le Sam 6 Oct - 15:04

Zigomar17 a écrit:
keltys a écrit:
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 
...C'est surtout la politique de l'autruche de vous et vos semblables qui finira, tôt ou tard et fatalement, par amener un Le Pen, voire pire encore, au pouvoir...ici comme ailleurs...
Je pense que c'est par  l'ouverture d'esprit qu'on arrivera à s'en sortir, les gens obtus adeptes de la pensée unique sont ceux qui veulent faire chuter la France,
 un gars comme Macron (qu'on nous a vendu comme le De Gaulle du 21éme siècle n'est rien d'autre qu'une pâle copie de ses prédécesseurs ey qui a récupéré autour de lui les tourneurs de veste les plus rapides de l'ouest, il a pris le plus mauvais de ceux qui étaient là avant) est un être obtus pensant détenir le savoir absolu, c'est peut être le problème des présidents jeunes, Giscard était un peu comme çà et quand on voit le résultat, c'est vrai qu'on peut avoir peur

keltys

Messages : 1947
Date d'inscription : 03/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zerbinette le Sam 6 Oct - 15:40

Combien d'autres voix vont s'élever pour dénoncer ce que dénonce Attali avec tellement de justesse. Qui va finir par réagir face à cet orchestre médiatique qui joue faux en permanence pour un public qui ne sait plus entendre que la cacophonie et les voix des menteurs et des extrêmes.
Le compte à rebours a commencé, dans quelques 6 mois notre sort européen sera scellé préfigurant d'autres élections à risque majeur.

extrême violence,…


L'avenir n'est pas ce qui va nous arriver,mais ce que nous allons faire.
avatar
Zerbinette

Messages : 3111
Date d'inscription : 12/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par ledevois le Sam 6 Oct - 16:29

Zerbinette a écrit:Combien d'autres voix vont s'élever pour dénoncer ce que dénonce Attali avec tellement de justesse. Qui va finir par réagir face à cet orchestre médiatique qui joue faux en permanence pour un public qui ne sait plus entendre que la cacophonie et les voix des menteurs et des extrêmes.
Le compte à rebours a commencé, dans quelques 6 mois notre sort européen sera scellé préfigurant d'autres élections à risque majeur.

extrême violence,…

 Ce sont à cause de gens comme Attali qui instaure l’extrême violence en France -- cela finira mal l'incompétence ---



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6795
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Nadou le Sam 6 Oct - 18:07

Zigomar17 a écrit:

3) Vous me permettrez, enfin, de vous dire...juste entre nous...que cela vous va bien de ne parler que démocratie, liberté de parole, etc...lorsque l'on se permet, comme vous le faites sans vergogne, de couper le droit d’expression et de réponse à vos opposants sur ce forum, de les censurer, et de donner systématiquement raison à votre hargneuse petite cour de chialeuses patentées...
Et de préciser que je vous dis cela sans agressivité aucune ni la volonté d'en découdre en permanence... Smile

Il n'y a pas d'entre nous.


Je vais vous apprendre quelque chose : j'ai créé ce forum, je ne touche rien pour supporter les jérémiades et les pleurnicheries de quelqu'un qui n'a même pas pu faire vivre un forum.
Si le service ne vous convient pas, je vous prierai de prendre la porte. Vous m'avez fait comprendre que vous préfériez partir comme un grand, tout seul.


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 17432
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Nadou le Sam 6 Oct - 18:09

ledevois a écrit:
keltys a écrit:
ledevois a écrit:

 Je ne serai pas défavorable d'un régime militaire en France pendant quelques années étant donné que les politiques sont incapables de gouverner la France --- 
 Je pense qu'il serait bienvenu qu'il y est un coup d'état militaire dans ce pays ou règne la racaille et l'insécurité -- 
  Je le pense vraiment --
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 

 Je fais plus confiance à un régime militaire qui respectera les institutions qu'a Le Pen qui est un politique --- 
 La France a vraiment besoin d'un coup d'ETAT pour en finir avec la mascarade --

Même ça Divi, tu cautionnes ? 


Je suis responsable de ce que j'écris, pas de ce que tu comprends
avatar
Nadou
Admin

Messages : 17432
Date d'inscription : 02/07/2017

http://www.forumplusplus.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par frenchy35F le Sam 6 Oct - 18:26

Pas de soucis pour moi...ATTALI est aussi très intelligent...n' oubliez pas qu' il a travaillé avec Mr MITTERAND
A lire pour voir que ce rapport a été écouté////
"""""""""""
Commission pour la libération de la croissance française


Sauter à la navigationSauter à la recherche
[ltr]La commission pour la libération de la croissance française, ou, du nom de son président Jacques Attali, la « commission Attali », est une commission chargée par le président de la République française Nicolas Sarkozy de rédiger un rapport fournissant des recommandations et des propositions afin de relancer la croissance économique de la France. Elle a commencé ses travaux en juin 2007 et a rendu son rapport final le 23 janvier 2008. La commission Attali était directement inspirée par le comité Rueff-Armand et la commission Sudreau[réf. souhaitée].
En février 2010, le président lui demande de proposer d'ici l'été 2010 des pistes de sorties de crise. Le second rapport intitulé « Une ambition pour dix ans » a été remis au président de la République à la mi-octobre 2010.

[/ltr]
[ltr]

Sommaire

[/ltr]


[size][ltr]

Acte 1[modifier | modifier le code]

Introduction du rapport[modifier | modifier le code]

L'introduction du rapport donne une indication sur l'ambition portée par ces travaux :
[/ltr][/size]
« Le moment est venu…
Ceci n’est ni un rapport, ni une étude, mais un mode d’emploi pour des réformes urgentes et fondatrices. Il n’est ni partisan, ni bipartisan : il est non partisan.
Ceci n’est pas non plus un inventaire dans lequel un gouvernement pourrait picorer à sa guise, et moins encore un concours d’idées originales condamnées à rester marginales. C’est un ensemble cohérent, dont chaque pièce est articulée avec les autres, dont chaque élément constitue la clé de la réussite du tout. »
[size][ltr]

Conclusions du rapport[modifier | modifier le code]

Conclusions finales[modifier | modifier le code]

La commission a rendu son rapport final comprenant 316 propositions le 23 janvier 2008. Il contient 20 décisions fondamentales qui répondent à 8 grandes ambitions :
[/ltr][/size]

  • Préparer la jeunesse à l'économie du savoir et de la prise de risque ;
  • Participer pleinement à la croissance mondiale et devenir champion de la nouvelle croissance ;
  • Améliorer la compétitivité des entreprises françaises, en particulier des PME ;
  • Construire une société de plein-emploi ;
  • Supprimer les rentes, réduire les privilèges et favoriser les mobilités ;
  • Créer de nouvelles sécurités à la mesure des instabilités croissantes ;
  • Instaurer une nouvelle gouvernance au service de la croissance ;
  • Ne pas mettre le niveau de vie d’aujourd’hui à la charge des générations futures1.

[size][ltr]
Pour les réformes à mettre en place, la Commission recommande, entre autres, la réduction de l'administration, avec la suppression des départements (« La France a un échelon administratif de trop en comparaison des autres pays européens »2) et la réduction du nombre de communes3. La suppression des départements a suscité les réticences du président Sarkozy et surtout des députés français4, qui seraient touchés par la suppression des conseils généraux.
En matière de commerce, elle reprend largement à son compte les conclusions du rapport sur le contrôle du grand commerce alimentaire5 de Philippe Askenazy.
Pour les questions de stratégie financière, la commission prône des baisses des cotisations sociales (compensées par une hausse de la CSG et de la TVA), l'instauration de « fonds de pension à la française », la réduction de la fiscalité qui pèse sur le secteur de la finance.
En décembre 2007, Jacques Attali déclare que relancer la croissance impose de prendre des mesures impopulaires, et que les réformes recommandées ne doivent pas être séparées : « Dans ce cas, on ne pourra pas se targuer de notre légitimité pour réformer »6.
La commission a rendu son rapport final au président de la République française le 23 janvier 2008 au palais de l'Élysée lors d'une cérémonie officielle radio-télévisée. Le président a pris la parole pour commenter ces propositions, indiquant immédiatement qu'il en refuserait trois : la suppression des départements, la suppression du principe de précaution et la déréglementation des pharmacies.
Erik Orsenna, un membre de la Commission, affirma le 14 février 2008 son opposition au statu quo, et au maintien dans un « système qui a montré son inefficience sauf pour fabriquer de l'inégalité ».

Conclusions intermédiaires[modifier | modifier le code]

Dans un rapport rendu public le 15 octobre 2007, la commission qu'il préside préconise, entre autres mesures, de7 :
[/ltr][/size]

  • revenir sur le principe de précaution, pourtant récemment intégré à la Constitution française, ce que la secrétaire d'État à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizetqualifie de « vision réactionnaire, l'idée d'opposer l'environnement à la croissance. » La commission considère que si le principe de précaution doit rester dans le droit, il doit être retiré de la constitution afin de ne pas freiner l'innovation. « Ce que nous souhaitons surtout, c'est ôter ce principe de la Constitution : tel que l'article 5 est rédigé il laisse beaucoup trop de place aux incertitudes juridiques, car il dépend de l'interprétation des juges », explique l'un des membres qui n'est pas opposé, en revanche, « à ce que le principe de précaution soit inscrit dans le droit, à condition qu'il soit bien encadré et établi pour quelques cas précis. » Deux membres de la commission ajoutent :


[size][ltr]
« Pour croître, notre économie ne peut plus se contenter de copier le modèle américain, comme au cours des Trente Glorieuses, elle doit innover (…) dans l'innovation il y a forcément une part d'incertitude, un risque à assumer. (…) avec le principe de précaution nous n'aurions pas eu d'antibiotiques — trop risqué à créer — pas d'Internet — par crainte des images pédophiles — sans parler des voitures…8. »
[/ltr][/size]

  • la levée de l'interdiction de vente à perte (et donc de la durée des soldes) et la libéralisation de l'implantation des grandes surfaces commerciales, en abrogeant les lois les réglementant, mesure permettant de faire baisser les prix de 2 à 4 % et de créer des milliers d'emplois, notamment dans l'hôtellerie et la restauration.





  • la création avant 2012 de dix Ecopolis, villes d'au moins 50 000 habitants intégrant haute qualité environnementale et nouvelles technologies de communication, intégrant une mixité sociale.



  • le droit de préemption de l'État à l'encontre des communes ne respectant pas l'article 55 de la loi SRU et en transférant aux groupements intercommunaux la politique de l'urbanisme pour pallier la crise du logement.



  • la limitation des cautions pour les locataires à un mois de loyer et de donner la priorité nationale à des mesures permettant de faciliter l'accession au logement et à la propriété, comme la création d'une Bourse internet des offres et des demandes dans le logement social.

[size][ltr]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Des réunions plénières étaient organisées une fois par semaine, quelquefois deux réunissant l'ensemble des membres de la commission9. Ces réunions se déroulaient au palais du Luxembourg, le Sénat ayant mis des locaux à la disposition de la Commission. S'y tenaient également les réunions de cinq sous-commissions chargées d'une problématique particulière9. La commission a procédé à plus de 450 auditions d'acteurs du monde social-économique international, national ou local9 ainsi que des élus et des hauts-fonctionnaires de l'État. Ont ainsi été auditionnés Jean-Claude Trichetprésident de la Banque centrale européenneJosé Angel Gurria, président de l'OCDEPascal Lamy patron de l'OMC, des représentants des principaux syndicats français, d'associations du monde économique ou social, comme celles du logements, les chefs de groupe parlementaire de l'UMP et du PS, des élus locaux, etc.

Diffusion du rapport[modifier | modifier le code]

L'intégralité du rapport est disponible en ligne sur le site de la Commission. Il a été publié dans un ouvrage édité conjointement par XO éditions et la Documentation française fin janvier 2008. Le document restera disponible en ligne sur le site de la Documentation française10.

Acte 2[modifier | modifier le code]

En février 2010 le président Nicolas Sarkozy leur confie une double mission11 :
[/ltr][/size]

  • dresser un bilan de la mise en œuvre des 316 mesures ;
  • proposer des réformes nouvelles pour la sortie de crise.

[size][ltr]
Afin d'éviter de heurter les parlementaires, la commission envisage de les associer plus étroitement à ses travaux pour cette nouvelle phase11.

Pré-rapport de juin 2010[modifier | modifier le code]

Dans un pré-rapport présenté le 8 juin 201012, la commission estime que 60 % des mesures préconisées dans son premier rapport ont été plus ou moins mises en œuvre : 27 % l'ont été dans l'esprit du rapport et 37 % de façon partielle13. Se projetant sur l'avenir, elle estime que la France pourrait atteindre une croissance de 2,5 % en 2010. Pour cela elle trace cinq enjeux :
[/ltr][/size][list="margin-top: 0.3em; margin-right: 0px; margin-left: 3.2em; padding-right: 0px; padding-left: 0px; list-style-image: none;"]
[*]Faire converger les économies de l'Union européenne ;
[*]Rétablir l'équilibre des finances publiques ;
[*]Stimuler l'innovation et l'économie du savoir ;
[*]Favoriser l'emploi et la compétitivité ;
[*]Retrouver un équilibre durable entre générations.
[/list]
[size][ltr]

Le rapport d'octobre 2010[modifier | modifier le code]

Ce rapport a été présenté au président de la République de façon si discrète que l'un des membres de la commission a pu craindre « que cela ressemble à un enterrement de première classe »14. L'idée centrale du rapport est que « sans nouvelles politiques pour stimuler l'emploi et équilibrer les finances publiques, la croissance restera très faible. Et notre société se trouvera bientôt dans une impasse économique, financière, écologique et sociale — et donc politique15. » Pour faire face à cette situation, le rapport pointe deux urgences et, préconise l'ouverture de deux chantiers.

Première urgence : la maîtrise des finances publiques, socle de la croissance[modifier | modifier le code]

Ramener le déficit public à 3 % du PIB[modifier | modifier le code]
Le rapport propose 75 milliards d'économie en trois ans.
[/ltr][/size]

  • 25 milliards en s'attaquant aux niches fiscales et aux rentes qu'elles génèrent.
  • 10 milliards obtenus par des mesures exceptionnelles (gel du point d'indice dans la fonction publique, non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, gel de certaines prestations sociales et mise sous condition de ressources des allocations familiales)16.
  • 40 milliards par des économies réalisés par l'État, les collectivités locales et la Sécurité sociale. Concernant l'État (19 milliards), il s'agirait sur les dépenses de fonctionnement et surtout sur celle d'intervention qui peuvent être un terrain favorable à des activités de recherche de rente. Concernant les collectivités locales ; il leur serait demandé un effort de 10 milliards. Enfin les dépenses de sécurité sociales des économies de 11 milliards sont attendues liées à la maîtrise des retraites, à la mise sous condition de ressources de certaines prestations, la maîtrise de la rémunération de certains actes, le déremboursement de certains médicaments et « la participation financière plafonnée des malades en affection de longue durée »17.

[size][ltr]
Transformer sur dix ans les administrations et les politiques publiques[modifier | modifier le code]
Il s'agit ici d'une part de clarifier les compétences des différents acteurs (État, collectivités locales et Sécurité sociale), d'autre part de modifier les procédures budgétaires et de mettre en place une procédure d'évaluation des politiques publiques et des organismes publics. Il est en particulier envisagé de « moderniser en profondeur notre protection sociale »18. Concernant les ministères, il est préconisé de distinguer « entre les fonctions stratégiques d'anticipation, de régulation et d'évaluation d'un côté, de mise en œuvre des politiques publiques de l'autre »19. Les premières sont de la compétence du ministre et les secondes d'« agences dotées d'une mission claire »19 comme cela se fait en Suède.
L'Europe et la France[modifier | modifier le code]
Le rapport se prononce en faveur d'un renforcement du pacte de stabilité et de croissance tout en observant que jusqu'à maintenant les pays et la commission n'ont pas réellement utilisé tous les instruments qu'il met à leur disposition afin d'instaurer une discipline commune20. Il se prononce également pour des obligations européennes pour financer les dépenses d'avenir. Par ailleurs, il se prononce pour un cadre européen en ce qui concerne les brevets, l'investissement privé, la gestion des risques21. Enfin, Il préconise de « définir avec l'Allemagne une stratégie commune de dépenses publiques et de croissance »22.

Deuxième urgence : renforcer la compétitivité et l'emploi[modifier | modifier le code]

Une des propositions phares est de « transférer une partie des cotisations sociales sur la TVA »23. Il s'agit aussi de renforcer la concurrence dans les services notamment dans les télécommunications, les banques et assurance, l'énergie15. Enfin, le rapport préconise de mettre en place une flexicurité à la française avec la mise en place d'un « contrat d'évolution », une meilleure utilisation de la formation professionnelle et une modulation des cotisations d'assurance chômage en fonction des contrats de travail. Pour lutter contre le chômage des jeunes très élevé en France, le rapport préconise une renforcement des formations en alternance et de favoriser les allers-retours entre études et emplois lors de la formation initiale.

Les deux chantiers[modifier | modifier le code]

Pour préparer la croissance de demain le rapport préconise l'ouverture de deux chantiers :
[/ltr][/size]

  • Un chantier consacré à l'éducation. Il s'agit ici d'améliorer la qualité de l'éducation de la maternelle à l'université en donnant plus d'autonomie aux directeurs d'école, en gérant mieux les ressources humaines et en approfondissant l'autonomie des universités et leur interaction avec les entreprises24 ;
  • Un chantier axé sur l'environnement et les ressources rares25. Le rapport préconise l'instauration d'une taxe carbone au niveau européen mais ne l'exclut pas au niveau national seul. Il préconise également une attention renouvelée aux matières premières dont les prix risquent de monter. À cette fin, il appelle l'Europe à se mobiliser dans le secteur de l'énergie et à être plus présente dans les négociations internationales sur les matières premières. Pour ce qui est de la France, il est préconisé de se préoccuper du renouvellement des centrales nucléaires. Enfin l'agriculture devrait être remise « au cœur de la stratégie de croissance »26.

[size][ltr]

Quelques réactions au rapport d'octobre 2010[modifier | modifier le code]

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Denis Clerc trouve le diagnostic établi par la commission mauvais. Par ailleurs, il s'oppose à lui sur le non-remplacement des fonctionnaires et le recentrage des prestations sociales sur les plus nécessiteux craignant que si les prestations sont destinées uniquement aux pauvres elles deviennent « de pauvres prestations »27.
L'économiste Guy Abeille a révélé comment le choix du chiffre de 3 % avait été déterminé :
[/ltr][/size]
« Il a raconté pour La Tribune comment est né, en France et non en Allemagne, ce sacro-saint ratio pour les déficits publics. À l'origine, il s'agissait d'imposer la rigueur aux ministres socialistes. Puis cette référence cardinale a fait école, bien qu'elle fût dépourvue du moindre sens économique28. »


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 2842
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par ledevois le Sam 6 Oct - 18:36

frenchy35F a écrit:Pas de soucis pour moi...ATTALI est aussi très intelligent...n' oubliez pas qu' il a travaillé avec Mr MITTERAND
A lire pour voir que ce rapport a été écouté////
"""""""""""
Commission pour la libération de la croissance française


Sauter à la navigationSauter à la recherche


[ltr]La commission pour la libération de la croissance française, ou, du nom de son président Jacques Attali, la « commission Attali », est une commission chargée par le président de la République française Nicolas Sarkozy de rédiger un rapport fournissant des recommandations et des propositions afin de relancer la croissance économique de la France. Elle a commencé ses travaux en juin 2007 et a rendu son rapport final le 23 janvier 2008. La commission Attali était directement inspirée par le comité Rueff-Armand et la commission Sudreau[réf. souhaitée].
En février 2010, le président lui demande de proposer d'ici l'été 2010 des pistes de sorties de crise. Le second rapport intitulé « Une ambition pour dix ans » a été remis au président de la République à la mi-octobre 2010.[/ltr]



[ltr]

Sommaire

[/ltr]




[ltr]

Acte 1[modifier | modifier le code]



Introduction du rapport[modifier | modifier le code]



L'introduction du rapport donne une indication sur l'ambition portée par ces travaux :[/ltr]


« Le moment est venu…
Ceci n’est ni un rapport, ni une étude, mais un mode d’emploi pour des réformes urgentes et fondatrices. Il n’est ni partisan, ni bipartisan : il est non partisan.
Ceci n’est pas non plus un inventaire dans lequel un gouvernement pourrait picorer à sa guise, et moins encore un concours d’idées originales condamnées à rester marginales. C’est un ensemble cohérent, dont chaque pièce est articulée avec les autres, dont chaque élément constitue la clé de la réussite du tout. »

[ltr]

Conclusions du rapport[modifier | modifier le code]



Conclusions finales[modifier | modifier le code]



La commission a rendu son rapport final comprenant 316 propositions le 23 janvier 2008. Il contient 20 décisions fondamentales qui répondent à 8 grandes ambitions :[/ltr]



  • Préparer la jeunesse à l'économie du savoir et de la prise de risque ;
  • Participer pleinement à la croissance mondiale et devenir champion de la nouvelle croissance ;
  • Améliorer la compétitivité des entreprises françaises, en particulier des PME ;
  • Construire une société de plein-emploi ;
  • Supprimer les rentes, réduire les privilèges et favoriser les mobilités ;
  • Créer de nouvelles sécurités à la mesure des instabilités croissantes ;
  • Instaurer une nouvelle gouvernance au service de la croissance ;
  • Ne pas mettre le niveau de vie d’aujourd’hui à la charge des générations futures1.


[ltr]
Pour les réformes à mettre en place, la Commission recommande, entre autres, la réduction de l'administration, avec la suppression des départements (« La France a un échelon administratif de trop en comparaison des autres pays européens »2) et la réduction du nombre de communes3. La suppression des départements a suscité les réticences du président Sarkozy et surtout des députés français4, qui seraient touchés par la suppression des conseils généraux.
En matière de commerce, elle reprend largement à son compte les conclusions du rapport sur le contrôle du grand commerce alimentaire5 de Philippe Askenazy.
Pour les questions de stratégie financière, la commission prône des baisses des cotisations sociales (compensées par une hausse de la CSG et de la TVA), l'instauration de « fonds de pension à la française », la réduction de la fiscalité qui pèse sur le secteur de la finance.
En décembre 2007, Jacques Attali déclare que relancer la croissance impose de prendre des mesures impopulaires, et que les réformes recommandées ne doivent pas être séparées : « Dans ce cas, on ne pourra pas se targuer de notre légitimité pour réformer »6.
La commission a rendu son rapport final au président de la République française le 23 janvier 2008 au palais de l'Élysée lors d'une cérémonie officielle radio-télévisée. Le président a pris la parole pour commenter ces propositions, indiquant immédiatement qu'il en refuserait trois : la suppression des départements, la suppression du principe de précaution et la déréglementation des pharmacies.
Erik Orsenna, un membre de la Commission, affirma le 14 février 2008 son opposition au statu quo, et au maintien dans un « système qui a montré son inefficience sauf pour fabriquer de l'inégalité ».

Conclusions intermédiaires[modifier | modifier le code]



Dans un rapport rendu public le 15 octobre 2007, la commission qu'il préside préconise, entre autres mesures, de7 :[/ltr]



  • revenir sur le principe de précaution, pourtant récemment intégré à la Constitution française, ce que la secrétaire d'État à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizetqualifie de « vision réactionnaire, l'idée d'opposer l'environnement à la croissance. » La commission considère que si le principe de précaution doit rester dans le droit, il doit être retiré de la constitution afin de ne pas freiner l'innovation. « Ce que nous souhaitons surtout, c'est ôter ce principe de la Constitution : tel que l'article 5 est rédigé il laisse beaucoup trop de place aux incertitudes juridiques, car il dépend de l'interprétation des juges », explique l'un des membres qui n'est pas opposé, en revanche, « à ce que le principe de précaution soit inscrit dans le droit, à condition qu'il soit bien encadré et établi pour quelques cas précis. » Deux membres de la commission ajoutent :



[ltr]
« Pour croître, notre économie ne peut plus se contenter de copier le modèle américain, comme au cours des Trente Glorieuses, elle doit innover (…) dans l'innovation il y a forcément une part d'incertitude, un risque à assumer. (…) avec le principe de précaution nous n'aurions pas eu d'antibiotiques — trop risqué à créer — pas d'Internet — par crainte des images pédophiles — sans parler des voitures…8. »[/ltr]



  • la levée de l'interdiction de vente à perte (et donc de la durée des soldes) et la libéralisation de l'implantation des grandes surfaces commerciales, en abrogeant les lois les réglementant, mesure permettant de faire baisser les prix de 2 à 4 % et de créer des milliers d'emplois, notamment dans l'hôtellerie et la restauration.





  • la création avant 2012 de dix Ecopolis, villes d'au moins 50 000 habitants intégrant haute qualité environnementale et nouvelles technologies de communication, intégrant une mixité sociale.



  • le droit de préemption de l'État à l'encontre des communes ne respectant pas l'article 55 de la loi SRU et en transférant aux groupements intercommunaux la politique de l'urbanisme pour pallier la crise du logement.



  • la limitation des cautions pour les locataires à un mois de loyer et de donner la priorité nationale à des mesures permettant de faciliter l'accession au logement et à la propriété, comme la création d'une Bourse internet des offres et des demandes dans le logement social.


[ltr]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]



Des réunions plénières étaient organisées une fois par semaine, quelquefois deux réunissant l'ensemble des membres de la commission9. Ces réunions se déroulaient au palais du Luxembourg, le Sénat ayant mis des locaux à la disposition de la Commission. S'y tenaient également les réunions de cinq sous-commissions chargées d'une problématique particulière9. La commission a procédé à plus de 450 auditions d'acteurs du monde social-économique international, national ou local9 ainsi que des élus et des hauts-fonctionnaires de l'État. Ont ainsi été auditionnés Jean-Claude Trichetprésident de la Banque centrale européenneJosé Angel Gurria, président de l'OCDEPascal Lamy patron de l'OMC, des représentants des principaux syndicats français, d'associations du monde économique ou social, comme celles du logements, les chefs de groupe parlementaire de l'UMP et du PS, des élus locaux, etc.

Diffusion du rapport[modifier | modifier le code]



L'intégralité du rapport est disponible en ligne sur le site de la Commission. Il a été publié dans un ouvrage édité conjointement par XO éditions et la Documentation française fin janvier 2008. Le document restera disponible en ligne sur le site de la Documentation française10.

Acte 2[modifier | modifier le code]



En février 2010 le président Nicolas Sarkozy leur confie une double mission11 :[/ltr]



  • dresser un bilan de la mise en œuvre des 316 mesures ;
  • proposer des réformes nouvelles pour la sortie de crise.


[ltr]
Afin d'éviter de heurter les parlementaires, la commission envisage de les associer plus étroitement à ses travaux pour cette nouvelle phase11.

Pré-rapport de juin 2010[modifier | modifier le code]



Dans un pré-rapport présenté le 8 juin 201012, la commission estime que 60 % des mesures préconisées dans son premier rapport ont été plus ou moins mises en œuvre : 27 % l'ont été dans l'esprit du rapport et 37 % de façon partielle13. Se projetant sur l'avenir, elle estime que la France pourrait atteindre une croissance de 2,5 % en 2010. Pour cela elle trace cinq enjeux :[/ltr]


[list="margin-top: 0.3em; margin-right: 0px; margin-left: 3.2em; padding-right: 0px; padding-left: 0px; list-style-image: none;"]
[*]Faire converger les économies de l'Union européenne ;
[*]Rétablir l'équilibre des finances publiques ;
[*]Stimuler l'innovation et l'économie du savoir ;
[*]Favoriser l'emploi et la compétitivité ;
[*]Retrouver un équilibre durable entre générations.
[/list]

[ltr]

Le rapport d'octobre 2010[modifier | modifier le code]



Ce rapport a été présenté au président de la République de façon si discrète que l'un des membres de la commission a pu craindre « que cela ressemble à un enterrement de première classe »14. L'idée centrale du rapport est que « sans nouvelles politiques pour stimuler l'emploi et équilibrer les finances publiques, la croissance restera très faible. Et notre société se trouvera bientôt dans une impasse économique, financière, écologique et sociale — et donc politique15. » Pour faire face à cette situation, le rapport pointe deux urgences et, préconise l'ouverture de deux chantiers.

Première urgence : la maîtrise des finances publiques, socle de la croissance[modifier | modifier le code]



Ramener le déficit public à 3 % du PIB[modifier | modifier le code]
Le rapport propose 75 milliards d'économie en trois ans.[/ltr]



  • 25 milliards en s'attaquant aux niches fiscales et aux rentes qu'elles génèrent.
  • 10 milliards obtenus par des mesures exceptionnelles (gel du point d'indice dans la fonction publique, non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, gel de certaines prestations sociales et mise sous condition de ressources des allocations familiales)16.
  • 40 milliards par des économies réalisés par l'État, les collectivités locales et la Sécurité sociale. Concernant l'État (19 milliards), il s'agirait sur les dépenses de fonctionnement et surtout sur celle d'intervention qui peuvent être un terrain favorable à des activités de recherche de rente. Concernant les collectivités locales ; il leur serait demandé un effort de 10 milliards. Enfin les dépenses de sécurité sociales des économies de 11 milliards sont attendues liées à la maîtrise des retraites, à la mise sous condition de ressources de certaines prestations, la maîtrise de la rémunération de certains actes, le déremboursement de certains médicaments et « la participation financière plafonnée des malades en affection de longue durée »17.


[ltr]
Transformer sur dix ans les administrations et les politiques publiques[modifier | modifier le code]
Il s'agit ici d'une part de clarifier les compétences des différents acteurs (État, collectivités locales et Sécurité sociale), d'autre part de modifier les procédures budgétaires et de mettre en place une procédure d'évaluation des politiques publiques et des organismes publics. Il est en particulier envisagé de « moderniser en profondeur notre protection sociale »18. Concernant les ministères, il est préconisé de distinguer « entre les fonctions stratégiques d'anticipation, de régulation et d'évaluation d'un côté, de mise en œuvre des politiques publiques de l'autre »19. Les premières sont de la compétence du ministre et les secondes d'« agences dotées d'une mission claire »19 comme cela se fait en Suède.
L'Europe et la France[modifier | modifier le code]
Le rapport se prononce en faveur d'un renforcement du pacte de stabilité et de croissance tout en observant que jusqu'à maintenant les pays et la commission n'ont pas réellement utilisé tous les instruments qu'il met à leur disposition afin d'instaurer une discipline commune20. Il se prononce également pour des obligations européennes pour financer les dépenses d'avenir. Par ailleurs, il se prononce pour un cadre européen en ce qui concerne les brevets, l'investissement privé, la gestion des risques21. Enfin, Il préconise de « définir avec l'Allemagne une stratégie commune de dépenses publiques et de croissance »22.

Deuxième urgence : renforcer la compétitivité et l'emploi[modifier | modifier le code]



Une des propositions phares est de « transférer une partie des cotisations sociales sur la TVA »23. Il s'agit aussi de renforcer la concurrence dans les services notamment dans les télécommunications, les banques et assurance, l'énergie15. Enfin, le rapport préconise de mettre en place une flexicurité à la française avec la mise en place d'un « contrat d'évolution », une meilleure utilisation de la formation professionnelle et une modulation des cotisations d'assurance chômage en fonction des contrats de travail. Pour lutter contre le chômage des jeunes très élevé en France, le rapport préconise une renforcement des formations en alternance et de favoriser les allers-retours entre études et emplois lors de la formation initiale.

Les deux chantiers[modifier | modifier le code]



Pour préparer la croissance de demain le rapport préconise l'ouverture de deux chantiers :[/ltr]



  • Un chantier consacré à l'éducation. Il s'agit ici d'améliorer la qualité de l'éducation de la maternelle à l'université en donnant plus d'autonomie aux directeurs d'école, en gérant mieux les ressources humaines et en approfondissant l'autonomie des universités et leur interaction avec les entreprises24 ;
  • Un chantier axé sur l'environnement et les ressources rares25. Le rapport préconise l'instauration d'une taxe carbone au niveau européen mais ne l'exclut pas au niveau national seul. Il préconise également une attention renouvelée aux matières premières dont les prix risquent de monter. À cette fin, il appelle l'Europe à se mobiliser dans le secteur de l'énergie et à être plus présente dans les négociations internationales sur les matières premières. Pour ce qui est de la France, il est préconisé de se préoccuper du renouvellement des centrales nucléaires. Enfin l'agriculture devrait être remise « au cœur de la stratégie de croissance »26.


[ltr]

Quelques réactions au rapport d'octobre 2010[modifier | modifier le code]



Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Denis Clerc trouve le diagnostic établi par la commission mauvais. Par ailleurs, il s'oppose à lui sur le non-remplacement des fonctionnaires et le recentrage des prestations sociales sur les plus nécessiteux craignant que si les prestations sont destinées uniquement aux pauvres elles deviennent « de pauvres prestations »27.
L'économiste Guy Abeille a révélé comment le choix du chiffre de 3 % avait été déterminé :[/ltr]


« Il a raconté pour La Tribune comment est né, en France et non en Allemagne, ce sacro-saint ratio pour les déficits publics. À l'origine, il s'agissait d'imposer la rigueur aux ministres socialistes. Puis cette référence cardinale a fait école, bien qu'elle fût dépourvue du moindre sens économique28. »

 Ce que vous ne comprenez pas c'est que le gouvernement est en crise grave ;et que ce n'est pas la faute des Français mais de son inexpérience du pouvoir --- et  cela ne s'arrange pas ----



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6795
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 19:41

Nadou a écrit:
Zigomar17 a écrit:

3) Vous me permettrez, enfin, de vous dire...juste entre nous...que cela vous va bien de ne parler que démocratie, liberté de parole, etc...lorsque l'on se permet, comme vous le faites sans vergogne, de couper le droit d’expression et de réponse à vos opposants sur ce forum, de les censurer, et de donner systématiquement raison à votre hargneuse petite cour de chialeuses patentées...
Et de préciser que je vous dis cela sans agressivité aucune ni la volonté d'en découdre en permanence... Smile

Il n'y a pas d'entre nous.


Je vais vous apprendre quelque chose : j'ai créé ce forum, je ne touche rien pour supporter les jérémiades et les pleurnicheries de quelqu'un qui n'a même pas pu faire vivre un forum.
Si le service ne vous convient pas, je vous prierai de prendre la porte. Vous m'avez fait comprendre que vous préfériez partir comme un grand, tout seul.

Lun 11 Sep - 11:10 par Nadou

Qui ne sait pas rire ne doit pas être pris au sérieux.


En réponse à votre aimable dernier message...- s'il est encore permis d'user d'un droit de réponse à l'endroit de votre personne...

Puisqu'il n'y a pas d'entre nous...je vais vous parler franchement : Je constate que vous ne supportez pas d'être mise en difficulté devant vos propres contradictions et qu'en plus vous n'hésitez pas, au besoin, de travestir la vérité...comme j'ai pu le noter à plusieurs reprises...

Quoi que vous pouvez affirmer...je n'ai jamais dirigé de forum...je ne dispose pas vraiment de suffisamment de temps libre pour cela, et ne possède probablement pas les capacités intellectuelles requises pour ce genre de si hautes responsabilités...
Par ailleurs...pour une administratrice revendiquant une certaine neutralité... vous manquez véritablement de sang-froid, d'humour de circonstance, et faites montre, contrairement à moi, d'une singulière agressivité : Ce matin, c'était Diviciac à qui vous montriez la porte...cet après-midi c'est au tour du Zigomar...
En l'occurrence...de vous confirmer que le service, à défaut de ne pas me convenir en tous temps...est loin d'être irréprochable en ce jour...tout en prenant bonne note de vos admonitions et autres martiales recommandations...
En vous souhaitant une excellente et paisible soirée... Smile 
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Diviciac le Sam 6 Oct - 20:23

Nadou a écrit:
ledevois a écrit:

 Je fais plus confiance à un régime militaire qui respectera les institutions qu'a Le Pen qui est un politique --- 
 La France a vraiment besoin d'un coup d'ETAT pour en finir avec la mascarade --

Même ça Divi, tu cautionnes ? 

Pas du tout, je suis un démocrate. Mais je crois qu'au lieu de pleurnicher ou de jouer avec la peur des "extrêmes" il ne serait pas mauvais de se souvenir de ce qu'a admis Jospin quand il a été battu en 2002: il a reconnu qu'il avait été naïf sur le sujet.
Le moins qu'on puisse dire est que le câlineur de délinquants l'est aussi .
avatar
Diviciac

Messages : 10879
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Diviciac le Sam 6 Oct - 20:57

Zigomar17 a écrit:
Nadou a écrit:

Il n'y a pas d'entre nous.


Je vais vous apprendre quelque chose : j'ai créé ce forum, je ne touche rien pour supporter les jérémiades et les pleurnicheries de quelqu'un qui n'a même pas pu faire vivre un forum.
Si le service ne vous convient pas, je vous prierai de prendre la porte. Vous m'avez fait comprendre que vous préfériez partir comme un grand, tout seul.

Lun 11 Sep - 11:10 par Nadou

Qui ne sait pas rire ne doit pas être pris au sérieux.


En réponse à votre aimable dernier message...- s'il est encore permis d'user d'un droit de réponse à l'endroit de votre personne...

Puisqu'il n'y a pas d'entre nous...je vais vous parler franchement : Je constate que vous ne supportez pas d'être mise en difficulté devant vos propres contradictions et qu'en plus vous n'hésitez pas, au besoin, de travestir la vérité...comme j'ai pu le noter à plusieurs reprises...

Quoi que vous pouvez affirmer...je n'ai jamais dirigé de forum...je ne dispose pas vraiment de suffisamment de temps libre pour cela, et ne possède probablement pas les capacités intellectuelles requises pour ce genre de si hautes responsabilités...
Par ailleurs...pour une administratrice revendiquant une certaine neutralité... vous manquez véritablement de sang-froid, d'humour de circonstance, et faites montre, contrairement à moi, d'une singulière agressivité : Ce matin, c'était Diviciac à qui vous montriez la porte...cet après-midi c'est au tour du Zigomar.../.../

La patience de notre administratrice envers l'opposition et directement proportionnelle à la popularité de Macron.
Quand il sera à 15%,  il nous faudra raser les murs ou être virés. Very Happy
avatar
Diviciac

Messages : 10879
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Fontsestian le Sam 6 Oct - 21:01

ledevois a écrit:
keltys a écrit:
ouais, un peu comme ceux qui disent que çà serait bien d'avoir Le Pen 6 mois pour qu'il/elle fasse le ménage .... et après ils partiraient gentiment 

 Je fais plus confiance à un régime militaire qui respectera les institutions qu'a Le Pen qui est un politique --- 
 La France a vraiment besoin d'un coup d'ETAT pour en finir avec la mascarade --
Et pourquoi un régime militaire installé par un coup d'état serait il plus respectueux des institutions selon toi?


Je ne peux pas tout, je ne réussis pas tout mais je refuse de m'y résoudre. Emmanuel Macron.
avatar
Fontsestian

Messages : 1931
Date d'inscription : 11/06/2018
Age : 72
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par ledevois le Sam 6 Oct - 21:10

Fontsestian a écrit:
ledevois a écrit:

 Je fais plus confiance à un régime militaire qui respectera les institutions qu'a Le Pen qui est un politique --- 
 La France a vraiment besoin d'un coup d'ETAT pour en finir avec la mascarade --
Et pourquoi un régime militaire installé par un coup d'état serait il plus respectueux des institutions selon toi?

 Parce qu'il permettrait de s'attaquer à tout ce qui va contre la corruption dans notre république , et organiser des lois et élections pour une  VI ième république --- 



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 6795
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Diviciac le Sam 6 Oct - 21:23

ledevois a écrit:
Fontsestian a écrit:
Et pourquoi un régime militaire installé par un coup d'état serait il plus respectueux des institutions selon toi?

 Parce qu'il permettrait de s'attaquer à tout ce qui va contre la corruption dans notre république , et organiser des lois et élections pour une  VI ième république --- 

C'est indispensable une sixième république : celle inventée par et pour De Gaulle au temps des colonies et de l'empire français n'a absolument plus cours.
avatar
Diviciac

Messages : 10879
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 21:41

Diviciac a écrit:
Zigomar17 a écrit:

Lun 11 Sep - 11:10 par Nadou

Qui ne sait pas rire ne doit pas être pris au sérieux.


En réponse à votre aimable dernier message...- s'il est encore permis d'user d'un droit de réponse à l'endroit de votre personne...

Puisqu'il n'y a pas d'entre nous...je vais vous parler franchement : Je constate que vous ne supportez pas d'être mise en difficulté devant vos propres contradictions et qu'en plus vous n'hésitez pas, au besoin, de travestir la vérité...comme j'ai pu le noter à plusieurs reprises...

Quoi que vous pouvez affirmer...je n'ai jamais dirigé de forum...je ne dispose pas vraiment de suffisamment de temps libre pour cela, et ne possède probablement pas les capacités intellectuelles requises pour ce genre de si hautes responsabilités...
Par ailleurs...pour une administratrice revendiquant une certaine neutralité... vous manquez véritablement de sang-froid, d'humour de circonstance, et faites montre, contrairement à moi, d'une singulière agressivité : Ce matin, c'était Diviciac à qui vous montriez la porte...cet après-midi c'est au tour du Zigomar.../.../

La patience de notre administratrice envers l'opposition et directement proportionnelle à la popularité de Macron.
Quand il sera à 15%,  il nous faudra raser les murs ou être virés. Very Happy
Il est certain, qu'après à peine dix-huit mois de pouvoir...la suite du quinquennat Macron ne s'annonce franchement pas sous les meilleurs auspices... sans même chercher à noircir le tableau...
* En ce qui concerne le Zigomar iconoclaste...je ne pense pas qu'il faudra attendre la barre fatidique des 15%...pour qu'il soit viré - manu militari comme dans une dictature des généraux brésiliens - tel un malpropre sacrilège hérésiarque blasphémateur du petit Zeus élyséen... - Bah...ainsi va les péripéties et autres vicissitudes de la vie forumique... Smile
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 21:53

Diviciac a écrit:
ledevois a écrit:

 Parce qu'il permettrait de s'attaquer à tout ce qui va contre la corruption dans notre république , et organiser des lois et élections pour une  VI ième république --- 

C'est indispensable une sixième république : celle inventée par et pour De Gaulle au temps des colonies et de l'empire français n'a absolument plus cours.
Quoi dire...de Gaulle, même pour moi qui ne suis plus de la première jeunesse, c'est de l'histoire déjà ancienne avec ses bonnes et moins bonnes pages....mais il est vrai que la Vème République a été faite par et pour pour le grand Homme d'Etat...et que depuis, pas un seul de ses successeurs n'a la stature pour endosser dignement le costume fait sur-mesure...
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par F@nny le Sam 6 Oct - 22:03

Zigomar17 a écrit:
Diviciac a écrit:

La patience de notre administratrice envers l'opposition et directement proportionnelle à la popularité de Macron.
Quand il sera à 15%,  il nous faudra raser les murs ou être virés. Very Happy
Il est certain, qu'après à peine dix-huit mois de pouvoir...la suite du quinquennat Macron ne s'annonce franchement pas sous les meilleurs auspices... sans même chercher à noircir le tableau...
* En ce qui concerne le Zigomar iconoclaste...je ne pense pas qu'il faudra attendre la barre fatidique des 15%...pour qu'il soit viré - manu militari comme dans une dictature des généraux brésiliens - tel un malpropre sacrilège hérésiarque blasphémateur du petit Zeus élyséen... - Bah...ainsi va les péripéties et autres vicissitudes de la vie forumique... Smile

A quoi cela vous aurait-il servi de vous inscrire pour en arriver là!
Je n'en vois pas l'utilité  Smile

L’homme ne peut avoir de noblesse et de dignité que dans la mesure
où il exerce sa volonté à taire ce qu’il sait.
Pierre Dagenais
avatar
F@nny

Messages : 135
Date d'inscription : 24/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Diviciac le Sam 6 Oct - 22:08

Zigomar17 a écrit:
Diviciac a écrit:

C'est indispensable une sixième république : celle inventée par et pour De Gaulle au temps des colonies et de l'empire français n'a absolument plus cours.
Quoi dire...de Gaulle, même pour moi qui ne suis plus de la première jeunesse, c'est de l'histoire déjà ancienne avec ses bonnes et moins bonnes pages....mais il est vrai que la Vème République a été faite par et pour pour le grand Homme d'Etat...et que depuis, pas un seul de ses successeurs n'a la stature pour endosser dignement le costume fait sur-mesure...

C'est de pire en pire: tant de pouvoir pour un aussi petit bonhomme, c'est un rasoir entre les mains d'un singe.
avatar
Diviciac

Messages : 10879
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Zigomar17 le Sam 6 Oct - 22:15

F@nny a écrit:
Zigomar17 a écrit:
Il est certain, qu'après à peine dix-huit mois de pouvoir...la suite du quinquennat Macron ne s'annonce franchement pas sous les meilleurs auspices... sans même chercher à noircir le tableau...
* En ce qui concerne le Zigomar iconoclaste...je ne pense pas qu'il faudra attendre la barre fatidique des 15%...pour qu'il soit viré - manu militari comme dans une dictature des généraux brésiliens - tel un malpropre sacrilège hérésiarque blasphémateur du petit Zeus élyséen... - Bah...ainsi va les péripéties et autres vicissitudes de la vie forumique... Smile

A quoi cela vous aurait-il servi de vous inscrire pour en arriver là!
Je n'en vois pas l'utilité
  Smile

L’homme ne peut avoir de noblesse et de dignité que dans la mesure
où il exerce sa volonté à taire ce qu’il sait.
Pierre Dagenais
Miss Fanny...je ne vais pas ouvrir un nouveau front..fut-il national.. contre vous...Dame Nadou ne me le pardonnerait pas et je ne souhaite pas la mettre d'humeur hostile à mon égard ...
Mais permettez-moi cependant de vous dire...qu'il me semble vous reconnaître pour vous avoir croisée en d'autres lieux forumiques, avec votre style si particulier et inimitable notamment...et je crois pouvoir affirmer, sans grand risque d'erreur, que vous vous y connaissez bien mieux que moi en ce qui concerne les actions à répétition de s'inscrire, se désinscrire, puis revenir avant de repartir à nouveau...en attendant le prochain retour...
De grâce...si vous pouviez éviter, gentiment, de me faire la leçon...
Merci d'avance... Smile   
avatar
Zigomar17

Messages : 756
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par frenchy35F le Sam 6 Oct - 22:18

IL Y A UN PETIT COMPLOT ICI....eh!bien...PAS DE CHANCE...NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS ENTRAÎNER CONTRE MR MACRON.

VOTRE TACTIQUE ( des 3 concernés ) SAUTE AUX YEUX...DENIGRER, DENIGRER, TOUJOURS DENIGRER...
POUR MOI C' EST NIET, NIET et NIET ...OK!


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 2842
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La démocratie en péril......

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum