RAPPORT POLI...des POLI...

Aller en bas

RAPPORT POLI...des POLI...

Message par frenchy35F le Sam 4 Aoû - 18:38

Comment Alexandre Benalla s'est-il retrouvé en train d'accompagner des policiers lors d'une opération de maintien de l'ordre le 1er-Mai ? C'est à cette question que devait répondre le rapport de la "police des polices" qui vient d'arriver sur le bureau du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. En voici les principales conclusions et préconisations.

# Laurent Simonin n'avait "pas évoqué" la présence de Benalla avec sa hiérarchie

Principale conclusion du document rendu public ce vendredi 27 juillet : l'un des hauts gradés de la Préfecture de Police n'avait, selon la "police des polices", "pas évoqué" avec sa hiérarchie la présence d'Alexandre Benalla, alors collaborateur de l'Elysée, comme observateur aux côtés des policiers le 1er-Mai à Paris.

"Il apparaît certain" que le chef d'état-major adjoint de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), Laurent Simonin, "n'a pas évoqué avec son directeur, Alain Gibelin la présence de monsieur Benalla sur le dispositif", estime l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

"Sans solliciter d'autres garanties, convaincu de la véracité des dires de son interlocuteur (monsieur Benalla) et sans évoquer plus avant sa présence en tant qu'observateur sur le service d'ordre avec ses supérieurs hiérarchiques", Alexandre Simonin "lui a donné rendez-vous le 1er-Mai, en début d'après-midi, à la Préfecture de Police", a relevé le rapport de la "police des polices", qui évoque la proximité entre Alexandre Benalla et des policiers en charge de l'ordre public dans la capitale.
Laurent Simonin et deux autres hauts gradés de la préfecture de police de Paris sont déjà mis en examen dans cette affaire, soupçonnés d'avoir transmis à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance de l'incident du 1er-Mai.
Le rapport de l'IGPN vient ainsi contredire la version d'Alexandre Benalla lui-même et conforter celle d'Alain Gibelin, directeur de l'ordre public et de la circulation.
D'après Alexandre Benalla, l'invitation du 1er-Mai venait directement de Laurent Simonin : "Je te propose de participer sur le terrain au service en tant qu'observateur...", lui aurait dit le haut gradé, selon le récit fait par l'ex-conseiller dans "le Monde". Mais l'ex-bodyguard de Macron insiste : Alain Gibelin était également au courant
Or, pour le patron de la DOPC, Alexandre Benalla ne bénéficiait d'"aucune autorisation de la Préfecture de Police pour être sur cette manifestation".

# L'embarras du policier "référent"

L'IGPN met également en avant l'embarras du major Philippe Mizerski, policier "référent" chargé d'encadrer Alexandre Benalla ce jour-là, face à l'attitude de celui qui, comme collaborateur de l'Elysée, était considéré comme un "personnage de première importance" lors de la manifestation.
"Le positionnement hiérarchique insuffisant du fonctionnaire référent illustre la nécessité de formaliser dans une note cadre les grands principes qui doivent présider à l'accueil d'observateurs dans les services et leur présence lors d'interventions", estime l'IGPN.

# Les observateurs porteront un signe distinctif 

Gérard Collomb avait également demandé à la "police des polices" de se pencher sur les règles encadrant la présence d'"observateurs" aux côtés des forces de l'ordre. Le 1er-Mai, Alexandre Benalla portait notamment un brassard "police". L'IGNP propose donc dans son rapport que les futurs observateurs immergés dans les services de police et gendarmerie portent désormais un signe distinctif et que leurs conditions d'accueil fassent l'objet d'une charte.

Une proposition reprise à son compte par Gérard Collomb. "Le ministre prendra dès le début de la semaine prochaine une instruction aux préfets et aux directeurs généraux afin de mettre en œuvre ces préconisations", a affirmé cet après-midi la place Beauvau dans un communiqué. 


----------------------------------------------


Pas toujours clair ces explications...
Heureusement que Maître LIENARD ( avocat des affaires policières depuis plus de 20 ans ) va y mettre le nez !


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 2332
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT POLI...des POLI...

Message par ledevois le Sam 4 Aoû - 18:55

frenchy35F a écrit:Comment Alexandre Benalla s'est-il retrouvé en train d'accompagner des policiers lors d'une opération de maintien de l'ordre le 1er-Mai ? C'est à cette question que devait répondre le rapport de la "police des polices" qui vient d'arriver sur le bureau du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. En voici les principales conclusions et préconisations.

# Laurent Simonin n'avait "pas évoqué" la présence de Benalla avec sa hiérarchie



Principale conclusion du document rendu public ce vendredi 27 juillet : l'un des hauts gradés de la Préfecture de Police n'avait, selon la "police des polices", "pas évoqué" avec sa hiérarchie la présence d'Alexandre Benalla, alors collaborateur de l'Elysée, comme observateur aux côtés des policiers le 1er-Mai à Paris.

"Il apparaît certain" que le chef d'état-major adjoint de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), Laurent Simonin, "n'a pas évoqué avec son directeur, Alain Gibelin la présence de monsieur Benalla sur le dispositif", estime l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

"Sans solliciter d'autres garanties, convaincu de la véracité des dires de son interlocuteur (monsieur Benalla) et sans évoquer plus avant sa présence en tant qu'observateur sur le service d'ordre avec ses supérieurs hiérarchiques", Alexandre Simonin "lui a donné rendez-vous le 1er-Mai, en début d'après-midi, à la Préfecture de Police", a relevé le rapport de la "police des polices", qui évoque la proximité entre Alexandre Benalla et des policiers en charge de l'ordre public dans la capitale.
Laurent Simonin et deux autres hauts gradés de la préfecture de police de Paris sont déjà mis en examen dans cette affaire, soupçonnés d'avoir transmis à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance de l'incident du 1er-Mai.
Le rapport de l'IGPN vient ainsi contredire la version d'Alexandre Benalla lui-même et conforter celle d'Alain Gibelin, directeur de l'ordre public et de la circulation.
D'après Alexandre Benalla, l'invitation du 1er-Mai venait directement de Laurent Simonin : "Je te propose de participer sur le terrain au service en tant qu'observateur...", lui aurait dit le haut gradé, selon le récit fait par l'ex-conseiller dans "le Monde". Mais l'ex-bodyguard de Macron insiste : Alain Gibelin était également au courant
Or, pour le patron de la DOPC, Alexandre Benalla ne bénéficiait d'"aucune autorisation de la Préfecture de Police pour être sur cette manifestation".

# L'embarras du policier "référent"



L'IGPN met également en avant l'embarras du major Philippe Mizerski, policier "référent" chargé d'encadrer Alexandre Benalla ce jour-là, face à l'attitude de celui qui, comme collaborateur de l'Elysée, était considéré comme un "personnage de première importance" lors de la manifestation.
"Le positionnement hiérarchique insuffisant du fonctionnaire référent illustre la nécessité de formaliser dans une note cadre les grands principes qui doivent présider à l'accueil d'observateurs dans les services et leur présence lors d'interventions", estime l'IGPN.

# Les observateurs porteront un signe distinctif 



Gérard Collomb avait également demandé à la "police des polices" de se pencher sur les règles encadrant la présence d'"observateurs" aux côtés des forces de l'ordre. Le 1er-Mai, Alexandre Benalla portait notamment un brassard "police". L'IGNP propose donc dans son rapport que les futurs observateurs immergés dans les services de police et gendarmerie portent désormais un signe distinctif et que leurs conditions d'accueil fassent l'objet d'une charte.

Une proposition reprise à son compte par Gérard Collomb. "Le ministre prendra dès le début de la semaine prochaine une instruction aux préfets et aux directeurs généraux afin de mettre en œuvre ces préconisations", a affirmé cet après-midi la place Beauvau dans un communiqué. 


----------------------------------------------


Pas toujours clair ces explications...
Heureusement que Maître LIENARD ( avocat des affaires policières depuis plus de 20 ans ) va y mettre le nez !

 Cette affaire qui ma fait plus rire que râler commence à me sortir par le nez --



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
avatar
ledevois

Messages : 5160
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 78
Localisation : Cévennes france--Tarragone Catalagne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum