L’Insee a annoncé se conformer en partie à une demande européenne : l’argent issu du trafic de drogue, mais pas de la prostitution, sera intégré au PIB. Ce dernier ne devrait augmenter que légèrement.