Macron Merkel : la défaite de la com'

Aller en bas

Macron Merkel : la défaite de la com'

Message par Diviciac le Mer 13 Juin - 18:47

FIGAROVOX/ANALYSE - Pour Arnaud Benedetti, la surenchère d'images ou de tweets publiés à l'issue du G7 ne suffit pas à dissimuler la défaite d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel, qui n'ont pas réussi à imposer leurs vues au président américain.



Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille avec lucidité les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.


C'est bien à une défaite de la com' à laquelle nous avons assisté lors de ce tout dernier G7. Et pire: au naufrage d'une certaine vision de la politique, à travers ce que les spin doctors de la mondialisation irénique ne cessent d'orchestrer dans les entourages de quelques-uns des grands de cette scène internationale en quête souvent vaine de son principe introuvable de régulation!

Trump, imprévisible dans la forme mais constant et cohérent sur le fond, a rappelé les droits imprescriptibles du réel sur l'imaginaire des affidés de la globalisation post-historique, ceux-là mêmes qui prolongent, consciemment ou non, le rêve d'une ouverture toujours plus sans entrave des sociétés nationales... Les vaincus de l'heure ne s'y sont pas trompés, qui ont amplement communiqué après le refus du président américain de signer la déclaration commune .
La bataille des images et des tweets, après le sommet, a rarement autant fait rage. La dizaine de posts sur le compte Twitter du Président Macron témoigne d'une volonté d'imposer dans l'urgence une représentation d'un sommet dont on mesure combien il a échappé à ce que la troïka new-look - Trudeau, Merkel, Macron - attendait sans doute du rendez-vous.

La bataille des images et des tweets a rarement autant fait rage.

La photo virale du face-à-face de la chancelière, debout les poings sur la table, avec le président américain, assis les bras croisés, a la valeur d'une de ces toiles des princes de jadis. Elle fixe dans l'instantané le rapport de force qui dit tout, qui veut tout dire, et postée par les conseillers de Madame Merkel, elle visait d'abord à prendre de court les autres participants du G7 pour montrer que face à Trump la résistance à l'unilatéralisme avait d'abord le visage de l'Allemagne. Histoire de montrer sans doute que dans la débâcle de juin 2018, d'aucuns étaient moins humiliés que d'autres.
Les tweets du jeune Macron, comme le cliché saisissant diffusé par la chancellerie, n'avaient d'autre objet que d'agir sur les perceptions de leur opinion nationale - hommage de dernière minute de dirigeants si souvent postnationaux au sentiment d'appartenance qui fonde souverainement leur légitimité! La course à la com' révélait pathétiquement une sorte d'impuissance, rappelant que sur le théâtre des nations il existe d'abord des intérêts, des forces, des géographies et des peuples. La saturation communicante déployée à l'issue de la rencontre de Charlevoix par les homologues de Donald Trump ne parvenait pas à masquer leur défaite en rase campagne. Pire: en creux, elle la surlignait, disant quelque part que la communication dans le concert des États, pour être efficiente, ne peut se soustraire aux lois élémentaires de la gravité politique, à savoir la puissance et la conscience déterminée de celle-ci. La com' a ainsi touché du doigt ce que sont les confins de l'histoire. Trump est à sa façon un homme beaucoup plus sérieux que ne veulent l'envisager ses contempteurs!
avatar
Diviciac

Messages : 10589
Date d'inscription : 02/07/2017
Localisation : IdF et Morvan

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum