ALLERGIES - LE REMBOURSEMENT EST MAINTENU

Aller en bas

ALLERGIES - LE REMBOURSEMENT EST MAINTENU

Message par frenchy35F le Dim 10 Juin - 9:14

Allergies. Le remboursement de la désensibilisation est maintenu

Par Isabelle Duranton le 18 avril 2018 modifié le 08 juin 2018


La prise en charge de la désensibilisation est maintenue malgré la recommandation de la HAS (Haute Autorité de santé) qui préconisait son déremboursement.
La fin d'une inquiétude partagée par les patients et les allergologues et une demi-victoire: le gouvernement maintient le remboursement de la désensibilisation. 
Le décret publié  le 6 juin 2018 précise toutefois que les modalités ont changé: le remboursement des allergènes préparés spécialement pour un seul individu (APSI), sous forme de gouttes sublinguales, passe de 65% à 30%. Celui des comprimés sublinguaux, est en revanche rehaussé de 15% à 30%.
C’est un avis de la HAS qui irritait les allergologues et les patients traités pour des formes sévères de rhinite ou d’asthme allergiques. Leur traitement par désensibilisation devait passer de 65% à 15% si la recommandation de la Haute Autorité de santé avait été validée par le gouvernement. Quant aux traitements sous forme injectables, ils n'auraient plus été remboursés. 

• Défense du traitement de fond

Cinq associations d’allergologues ont alors publié un communiqué commun déplorant une "véritable catastrophe pour les patients et un recul inédit dans l’accès aux soins". Pour ces professionnels, "40% des patients n’auraient plus accès à leur traitement" or "30% des rhinites allergiques non traitées évoluent vers l’asthme". Et d’ajouter qu"'il n’existe pas de traitement alternatif à la désensibilisation".


D'autres traitements calment les symptomes

La HAS (Haute Autorité de santé) recommandait une baisse de la prise en charge de la désensibilisation, alignée sur celle d’autres traitements qui calment les symptômes comme l’Acarizax (comprimés contre les acariens), le Grazax et l’Oralair (comprimés contre les pollens). Elle estimait que les données disponibles sur les traitements par désensibilisation montraient  un service médical rendu faible, "une efficacité faible et mal démontrée" et que d’autres possibilités existaient comme les traitements médicamenteux (antihistaminiques, corticoïdes intranasaux) à privilégier en traitement initial. 12 millions de personnes ont une rhinite allergique dont trois millions une rhinite sévère. 300 000 personnes se font désensibiliser chaque année. 

• La désensibilisation, comment ça marche?

Merci au Dr isabelle Bossé, allergologue et présidente du SYFAL (Syndicat français des allergologues)
L'allergie est une maladie du système immunitaire. La désensibilisation – appelée aussi immunothérapie allergénique –  apprend au corps à tolérer les allergènes. Avant de l'entreprendre, le médecin allergologue fait un bilan avec des tests cutanés (prick-tests), une exploration de la fonction respiratoire – quand il y a une rhinite allergique ou un asthme –, puis, si besoin, des dosages biologiques d'anticorps pour mesure le taux des allergènes. Si les résultats confirment un taux élevé d'anticorps, le patient est éligible à une désensibilisation. Elle peut être entreprise dès l’âge de cinq ans. 

• La désensibilisation, un traitement sur mesure


Le médecin allergologue administre alors au patient, de façon répétée, des doses progressivement croissantes d’un extrait allergénique afin de réduire les symptômes consécutifs à son exposition à l’allergène. L'allergène peut être un pollen de graminées, d'herbacées (ambroisie, armoise, plantain...) d'arbres (bouleau, frêne, platane...) ou lié aux acariens.
Ces extraits sont fabriqués "sur mesure", sur prescription, à partir de préparations mères issues de l’extraction des pollens incriminés. Cette immunisation, progressive, modulée et personnalisée, va réduire la sensibilité du patient à son allergène et modifier ainsi le cours de sa maladie. Selon ses réactions – de possibles effets secondaires sont fréquents –, les doses peuvent être réduites ou augmentées. 
Le patient doit s'armer de patience et être très rigoureux dans l'observance de ce traitement au long cours. Si 30% des patients abandonnent leur protocole dès la première année, pour ceux qui vont au bout du traitement qui dure en moyenne quatre ans, c'est la possibilité de retrouver une vraie qualité de vie.
 


En savoir plus

Comment préparer un bon dossier de location ?



Mettez toutes les chances de votre côté et fournissez le dossier de location le plus complet possible ! Bien'ici vous aide à préparer votre "CV" de locataire pour convaincre votre futur bailleur.
bienici.com


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 2344
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum