Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Sam 12 Mai - 1:42

Quelles sont les causes essentielles qui ont fait que la France en 1830 (alors puissance coloniale) commence l'expédition de conquête de l'Algérie, colonisation qui va durer 132 ans? 



Le fameux "coup de l'éventail" du dey Hussein au consul Deval ne fut qu'un prétexte et tout le monde le sait.



Pour soit disant venger le coup de l'éventail donné par le Dey au consul de France, la France occupa Alger, le 5 Juillet 1830 et en chassa le Dey...





En 1798, lors de la campagne d'Égypte de Bonaparte, deux négociants algériens, Busnach et Bacri, proposent au directoire de ravitailler en blé l'armée française. Le contrat est signé et le dey d'Alger, avance l'argent pour toute l'opération3. Les caisses du directoire sont vides et le paiement est ajourné. Une fois au pouvoir, Napoléon repousse à la fin de la guerre le paiement de ses créances. Sous la restauration, le gouvernement de Louis XVIII refuse de reconnaître une dette contractée par la république. Trente ans après l'emprunt, en 1827, le dey d'Alger n'a toujours pas été payé. 





L'incident diplomatique. 





Reçu le 30 avril 1827 en audience, le consul de France Pierre Deval refuse catégoriquement tout ultimatum et se montre méprisant au goût du Dey.



C'est le fameux coup d'éventail, incident diplomatique à ce jour non élucidé qui sera le casus belli de la guerre déclarée par le Royaume de France à la Régence d'Alger.



Mais cette conquête avait été menée dans le but de faire main basse sur les immenses trésors de la Régence d'Alger afin de constituer les fonds secrets de Charles X pour corrompre et retourner le corps électoral -.





Difficile d'expliquer au bon peuple que les défenseurs de la Chrétienté, censés être venus à Alger punir les pirates barbaresques, s'étaient livrés à un pillage éhonté. Tout a donc été fait pour que ce scandale fut étouffé.



En plus des trésor d'Alger, il y a une autre raison cachée, le but inavoué, était de détruire l'Islam. raison pour laquelle une bonne partie de la population de l'époque a été décimée.



Ceci obéissait à un agenda bien précis.



A la même période environ, tout les pays Arabes et musulmans étaient colonisés, ou en cours.



Donc le véritable objectif était LA DESTRUCTION DE L'ISLAM.



 Les raisons de la colonisation de l'Algérie ne sont pas vraiment différentes des raisons de la colonisation d'autres régions du monde.



Le mouvement colonial participe de cette avidité et appétit de pouvoir partager par toutes les puissances coloniales.



Le plaisir d'une victoire facile face à des populations ne disposant pas des mêmes technologies, prendre ce qui ne leur appartient pas en toute impunité... 





La colonisation, c'est d'abord entre les puissances européennes une question de course au pouvoir, au prestige, à la domination du monde.



Les populations occupées n'avaient strictement aucune valeur et les ressources naturelles une importance secondaire puisqu'il fallait les mettre en valeur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Sam 12 Mai - 10:04

Kristobal a écrit:Quelles sont les causes essentielles qui ont fait que la France en 1830 (alors puissance coloniale) commence l'expédition de conquête de l'Algérie, colonisation qui va durer 132 ans? 

Le fameux "coup de l'éventail" du dey Hussein au consul Deval ne fut qu'un prétexte et tout le monde le sait.

Pour soit disant venger le coup de l'éventail donné par le Dey au consul de France, la France occupa Alger, le 5 Juillet 1830 et en chassa le Dey...


En 1798, lors de la campagne d'Égypte de Bonaparte, deux négociants algériens, Busnach et Bacri, proposent au directoire de ravitailler en blé l'armée française. Le contrat est signé et le dey d'Alger, avance l'argent pour toute l'opération3. Les caisses du directoire sont vides et le paiement est ajourné. Une fois au pouvoir, Napoléon repousse à la fin de la guerre le paiement de ses créances. Sous la restauration, le gouvernement de Louis XVIII refuse de reconnaître une dette contractée par la république. Trente ans après l'emprunt, en 1827, le dey d'Alger n'a toujours pas été payé. 

Parce que la dette réclamée par le Dey d'Alger avait été surévaluée avec les intérêts réclamés par les intermédiaires Busnach et Bacri, d'une part et que d'autre part, les corsaires du Dey d'Alger se livraient aux pillages des flottes de commerces occidentales et récupéraient des centaines d'esclaves dont ils réclamaient pour certains des rançons que certaines confréries religieuses... chrétiennes, devaient payer


L'incident diplomatique. 


Reçu le 30 avril 1827 en audience, le consul de France Pierre Deval refuse catégoriquement tout ultimatum et se montre méprisant au goût du Dey.

C'est le fameux coup d'éventail, incident diplomatique à ce jour non élucidé qui sera le casus belli de la guerre déclarée par le Royaume de France à la Régence d'Alger.

Mais cette conquête avait été menée dans le but de faire main basse sur les immenses trésors de la Régence d'Alger afin de constituer les fonds secrets de Charles X pour corrompre et retourner le corps électoral -.

Faux !Le Dey d'Alger et tout son harem et sa cour, et bien entendu tous ses biens seront embarqués à bord d'un vaisseau français qui les conduira en Turquie d'où ils étaient originaires.  Les "immenses trésors" de la Régence d'Alger, venaient d'ailleurs pour partie des rançons et razzias des corsaires barbaresques... Donc il n'y aurait rien eu à redire !


Difficile d'expliquer au bon peuple que les défenseurs de la Chrétienté, censés être venus à Alger punir les pirates barbaresques, s'étaient livrés à un pillage éhonté. Tout a donc été fait pour que ce scandale fut étouffé.

Ce n'étaient pas des "pirates", mais des corsaires au service du Dey d'Alger !

En plus des trésor d'Alger, il y a une autre raison, le but inavoué, était de détruire l'Islam. raison pour laquelle une bonne partie de la population de l'époque a été décimée.

Détruire l'Islam ? Complètement faux ! Si cela avait été le cas, les Musulmans d'Algérie auraient été convertis de force, comme ils l'avaient été à l'Islam par les Arabes. Or, non seulement les mosquées n'ont pas été détruites, mais les institutions coraniques n'ont pas été touchées (Médersas, Oulémas, Kadis...)

Ceci obéissait à un agenda bien précis.

A la même période environ, tout les pays Arabes et musulmans étaient colonisés, ou en cours.

Donc le véritable objectif était LA DESTRUCTION DE L'ISLAM.

Mais c'est tout à fait faux ! Dire que Tous les pays Arabes étaient colonisés ou en passe de l'être est une absurdité !

 Les raisons de la colonisation de l'Algérie ne sont pas vraiment différentes des raisons de la colonisation d'autres régions du monde.

Le mouvement colonial participe de cette avidité et appétit de pouvoir partager par toutes les puissances coloniales.

Le plaisir d'une victoire facile face à des populations ne disposant pas des mêmes technologies, prendre ce qui ne leur appartient pas en toute impunité... 

Tu racontes ton discours de propagande anti-colonialiste primaire qui n'a rien à voir avec l'Histoire ! Tu nies le fait que ce que la France a dépensé en Algérie ou ailleurs dans ses colonies a largement dépassé ce que ces pays lui ont rapporté !
Faut te renseigner ! Et lire entre autres le livre "Chère Algérie" de Daniel Lefeuvre aux éditions Flammarion. 2008.



La colonisation, c'est d'abord entre les puissances européennes une question de course au pouvoir, au prestige, à la domination du monde.

Les populations occupées n'avaient strictement aucune valeur et les ressources naturelles une importance secondaire puisqu'il fallait les mettre en valeur.
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Sam 12 Mai - 11:46

Je savais que ce message déplairait à l'ex oas athos 13 qui n'a aucun arguments en dehors de banales dénégations, mais ça ne va jamais plus loin avec lui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Sam 12 Mai - 17:59

Je peux t'envoyer à la lecture de livres qui sont des livres d'Histoire, avec un grand "H", comme celui de Daniel Lefeuvre cité plus haut ! Les banales "dénégations" sont tout de mêmes soutenues par de véritables historiens, pas par des commissaires politiques du KGB !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Sam 12 Mai - 18:02

 anti-colonialiste primaire

Absolument, je suis anticolonialiste, et je te demande de prouver pourquoi il faudrait être un colonialiste  ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Dim 13 Mai - 8:24

Que tu sois anti-colonialiste "primaire" ne doit pas t'empêcher d'en donner de sérieuses raisons, ce que tu ne fais pas, tes arguments relevant du négationnisme et de la méconnaissance historique la plus crasse.
Cela dit l'antagonisme d'anti-colonialiste n'est pas forcément colonialiste ! Non, bien sur que non ! Pour moi il s'agit simplement d'être pour la vérité historique. Celle-ci pouvant être critique sur certains aspects du "colonialisme", mais pouvant mettre en lumière certains aspects "positif" du colonialisme, comme l'éradication de l'esclavage, et la fin des épidémies qui ravageaient les "colonies"... Par exemple !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 19:25

Athos13 a écrit:Que tu sois anti-colonialiste "primaire" ne doit pas t'empêcher d'en donner de sérieuses raisons, ce que tu ne fais pas, tes arguments relevant du négationnisme et de la méconnaissance historique la plus crasse.
Cela dit l'antagonisme d'anti-colonialiste n'est pas forcément colonialiste ! Non, bien sur que non ! Pour moi il s'agit simplement d'être pour la vérité historique. Celle-ci pouvant être critique sur certains aspects du "colonialisme", mais pouvant mettre en lumière certains aspects "positif" du colonialisme, comme l'éradication de l'esclavage, et la fin des épidémies qui ravageaient les "colonies"... Par exemple !




Je n'ai rien à dire à un octogénaire, ex oas, d'extrême droite, raciste et aux idées néo nazi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Dim 13 Mai - 19:37

D'abord, je ne suis pas un "octogénaire" ou alors tu ne sais pas à quoi çà correspond...
Cela dit tu n'as rien à dire ! Bien sur ! Tu ne peux rien dire ! Compte tenu de tes méconnaissances crasses en matière d'Histoire !
C'est bien ce que je pensais !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 19:45

Athos13 a écrit:D'abord, je ne suis pas un "octogénaire" ou alors tu ne sais pas à quoi çà correspond... 



Si tu as participé à la guerre d'Algérie, dans des commandos, comme tu le prétends, alors forcément tu as dans les 80 piges, ou alors tout ce que tu as écrit c'est du pipo.  tu es d'extrême droite, raciste et aux idées néo nazi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Dim 13 Mai - 19:47

Non, je n'ai pas encore atteint les 80 et ma classe c'est la 59 2/C. Si tu sais à quoi çà correspond...
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 19:50


Rencontre avec avec Albert NALLET et Djoudi ATTOUMI, Conférence-Débat, Projections et séance dédicace, ON N'EFFACE PAS LA VÉRITÉ  - AVOIR 20 ANS DANS LES MAQUIS.
DJOUDI ATTOUMI
Djoudi Attoumi est né en 1938 à AIT OUGHLIS ( SIDI AICH ). Il rejoint les maquis en 1956, au lendemain du congrès de la Soummam et affecté directement au P.C de la Wilaya où il eut à collaborer avec Amirouche et son équipe.
 
Au cours de son itinéraire au maquis, il assuma plusieurs responsabilités au sein du FLN et de L'ALN. Promu officier en avril 1961 par le Colonel Akli Md Oulhadj, il est affecté dans la vallée de la Soumman dévastée par l'opération « Jumelles », et accomplit son devoir jusqu'au cessez le feu, le 19 mars 1962. Il est alors nommé membre de la sous-commission locale de cessez le feu, composée à égalité d'officiers de l'ALN et de ceux de l'armée française, pour veiller à l'application des accords d’Evian.
 
Après l'indépendance, il est démobilisé sur sa demande, le 5 août 1962 et assuma les fonctions de Directeur des hôpitaux, du 1er septembre 1962 jusqu'en 1985, date à laquelle il est élu à l'assemblée populaire de la Wilaya de Bejaia dont il assure la présidence jusqu'en 1990.
 
Il est l'auteur d'une œuvre biographique sur le Colonel Amirouche intitulée : « le Colonel Amirouche entre Légende et Histoire » .
 
Djoudi Attoumi est licencié en droit et diplômé de l’École Nationale de la Santé Publique de Rennes » (France).
 
« Je suis envoyé directement en Algérie de 1957 à 1959. Je témoigne aujourd’hui sur cette guerre qui m’a été imposée » 
 
ALBERT NALLET
Très jeune déjà, je milite pour un monde sans guerre. Dès 1955, j’organise et participe aux manifestations parfois interdites pour le droit des algériens à l’indépendance. A 20 ans, quand l’ordre de partir tombe, c’est une véritable déchirure.
 
Parti pour effectuer des opérations dites de «maintien de l’ordre », j’assiste à une vraie guerre : combats, embuscades, mises à sac de maisons, vols, viols, tortures, assassinats, déplacements et regroupements de population, napalm… Les contacts avec la population me confirment la profonde aspiration de celle-ci à se libérer de la domination coloniale. Mon idéal de jeunesse d’un monde fraternel et solidaire est sérieusement contrarié par les agissements de l’armée, aux ordres de l’État français.
 
Sur place, j’organise comme je peux la résistance au sein de ma propre section, malgré les ordres. En autres, à la suite d’une embuscade particulièrement tragique, je tiens un journal pour témoigner. En tout, sur les 699 jours passés en Grande Kabylie : je participe à 48 grandes opérations qui se soldent par : 82 militaires français tués, 85 blessés, 492 combattants algériens tués, 34 blessés, 11 prisonniers seulement. Je suis témoin d’exécutions et de bombardements (roquettes) de centaines de civils algériens par l’armée française et parfois par le F.L.N pour trahison. J’évite de justesse le tribunal militaire.
 
Pendant 27 mois, je suis marqué par la peur à tout instant d’être tué ou celle d’avoir à tuer.
 
A mon retour, confronté à l’indifférence quasi générale, je plonge, comme beaucoup d’appelés, dans un long silence. C’est seulement en 1997, au moment de la retraite, encouragé par des amis et mes proches, que je commence à retranscrire mon témoignage. Ne trouvant pas d’éditeur, je finis par publier mon livre « On n’efface pas la vérité. Guerre d’Algérie Grande Kabylie » à compte d’auteur en 2003. Ce dernier rencontre immédiatement un large écho. Je reçois énormément de messages de soutien. En 2006, l’éditeur Aléas publie mon livre qui reçoit le prix Rouget de Lisle en 2008.
 
Malgré ce formidable réseau de partages et de soutiens en France, reste en moi ce fort besoin de rencontrer les algériens. Mais ce voyage tant souhaité, ne se réalise qu’en 2006, du fait de la situation politique de l’Algérie. Avec 27 anciens appelés et Pieds-Noirs, je traverse la Méditerranée, non plus sur un bateau mais en avion. Nous sommes reçus presque comme des « ambassadeurs ». Les anciens combattants algériens et des plus jeunes nous accompagnent sur les lieux des opérations meurtrières de la guerre. Je réalise alors que je peux enfin faire le deuil. Ce moment est pour moi décisif : je peux maintenant me consacrer à la construction de l’amitié entre nos deux peuples.
 
Commence alors le témoignage de nos mémoires croisées. Avec mes amis, Abdelmadjid Azzi (1) et Djoudi Attoumi (2), deux anciens combattants de l’ALN (Armée de Libération Nationale), nous nous rendons dans différentes rencontres organisées et particulièrement auprès de la jeunesse, dans des lycées en France et deux fois en Algérie.
 
Depuis 2008, j’ai rencontré une cinquantaine de classes en France. Et depuis 2016, je fais partie de la Réserve Citoyenne de l’Éducation nationale.
 
Ainsi ensemble, nous formulons les mêmes vœux : « Bannissons la haine qui conduit à la guerre et construisons ensemble les rapports humains nécessaires à l’intérêt des deux peuples ».
 
PRÉSENTATION EN VIDÉO
 https://www.youtube.com/watch?v=isuW_Z6WaGI&t=1s

PAGE ÉVÉNEMENT FACEBOOK
https://www.facebook.com/events/966441236863077/

VIDÉO FACEBOOK
https://www.facebook.com/peter.lema.31/videos/10211627445218107/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Dim 13 Mai - 19:59

Bravo ! Avec çà nos enfants auront une vision "fellouze" de la guerre d'Algérie qui bien entendu passera sous silence les crimes barbares commis par les mêmes fellouzes. Vision qualifiée d'objective par les complices communistes du FLN !
Je comprend pourquoi des gens comme Kristobal soutiennent aujourd'hui le terrorisme islamiste, comme ils ont soutenu et aidé hier les fellaghas et les poseurs de bombes qui mutilaient nos enfants.
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 20:02

Athos13 a écrit:Non, je n'ai pas encore atteint les 80 et ma classe c'est la 59 2/C. Si tu sais à quoi çà correspond...



Bien sur incorporation en milieu 1959, 2/C j'ai eu la même affectation, mais beaucoup plus tard que toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 20:03

Athos13 a écrit:Bravo ! Avec çà nos enfants auront une vision "fellouze" de la guerre d'Algérie qui bien entendu passera sous silence les crimes barbares commis par les mêmes fellouzes. Vision qualifiée d'objective par les complices communistes du FLN !
Je comprend pourquoi des gens comme Kristobal soutiennent aujourd'hui le terrorisme islamiste, comme ils ont soutenu et aidé hier les fellaghas et les poseurs de bombes qui mutilaient nos enfants.




une vision "fellouze" ,



Tu vois bien que tu es un nazillon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 20:07

Le Pen justifie également et à nouvcau  la torture pratiquée en Algérie. "L'armée française a bien pratiqué la question pour obtenir des informations durant la bataille d'Alger, mais les moyens qu'elle y employa furent les moins violents possible".

"Y figuraient les coups, la gégène et la baignoire, mais nulle mutilation, rien qui touche à l'intégrité physique", plaide-t-il en applaudissant les tortionnaires :

 "Il est plus que ridicule, il est pervers, il est profondément immoral, de jeter l'opprobre sur des hommes qui ont le courage d'utiliser sur ordre, pour obtenir le renseignement qui sauvera des civils, des méthodes brutales qui leur pèsent, qui leur coûtent".

Mais, contre les témoignages de ceux qui sont passés entre ses mains, il prétend que "ni [lui], ni [s]es camarades n'ét[aient] nullement chargés des interrogatoires spéciaux".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 20:11

Le 4 mai 1978, Henri Curiel était assassiné à Paris

Le 4 mai 1978, 1l y a 40 ans, Henri Curiel était assassiné à Paris, au pied de l'immeuble où il habitait. De nouveaux éléments ont permis à sa famille d'obtenir en janvier 2018 la réouverture du dossier d'instruction. Un colloque hommage est organisé ce vendredi 4 et samedi 5 mai.

La justice a rouvert l’enquête sur la mort d’Henri Curiel, assassiné le 4 mai 1978 à Paris, et ce après les confessions de René Resciniti de Says, militant d’extrême-droite (décédé en 2012), relatées dans le livre de Christian Rol, Le roman vrai d’un fasciste français, paru en 2015. Bien qu’à l’époque ce meurtre ait été revendiqué par l’organisation Delta, référence aux commandos de l’OAS du même nom pendant la guerre d’Algérie, l’affaire avait été classée en 1992 puis en 2000. Et depuis, ce crime est resté impuni.
Les aveux posthumes de René Resciniti, et le fait que l’arme du crime ait été la même que celle ayant servi à tuer Laid Sebaï, le gardien de l’Amicale des Algériens en Europe, remettent en selle la piste algérienne, celle d’un acte commis par des résidus de l’OAS, que le général Paul Aussarresses, l’assassin du leader du FLN Larbi Ben M’hidi, avait déjà évoqué, assurant alors que Curiel était sur la liste des personnes à éliminer (1). L’ancien tortionnaire a même incriminé l’ex-président Giscard d’Estaing dans cette affaire. Ce qui écarte les pistes d’un crime commis par le Mossad ou les services sud-africains en raison de l’implication de Curiel dans les causes palestinienne et sud-africaine, pistes évoquées alors par les amis et proches de la victime.

« Communiste à part »

En cette fin des années 1970, Henri Curiel, écrit René Galissot citant Gilles Perrault, se savait menacé. Après que De Gaulle eut quitté le pouvoir, sa situation et celle des militants progressistes étrangers vivant en France était devenue incertaine, surtout durant le septennat de Giscard d’Estaing sous lequel les anciens de l’OAS ont commencé à relever la tête avant de passer aux actes.
L’histoire d’Henri Curiel, juif égyptien, né en 1914 en Egypte, homme habité par la cause des peuples luttant pour leur libération du joug colonial et impérialiste, est une histoire mouvementée. Ce « communiste à part » (dixit René Galissot), crée en 1943 le Mouvement égyptien de libération nationale (Meln), organisé autour de la librairie du Rond-Point au Caire, véritable centre de diffusion du marxisme et « de brochures d’instruction communiste » en arabe.
Cette période de sa vie au Caire constitue une des parties les plus intéressantes de son parcours militant parce que s’y déroule ce qu’a été cette Égypte d’avant l’arrivée de Nasser et, surtout, ce qu’a été l’apport de ces juifs progressistes égyptiens, issus de la bourgeoisie du Caire et d’Alexandrie dans la diffusion du marxisme, avant qu’ils ne soient expulsés du pays, sur fond d’exode forcé de la communauté juive égyptienne, après la création d’Israël en 1948.
Expulsé d’Égypte, on retrouve Curiel en France, engagé aux côtés du FLN algérien pendant la guerre d’Algérie : il sera incarcéré en 1960 et libéré en 1962. Après l’indépendance algérienne, avec l’appui de Ben Bella et le soutien de Ben Barka, avant que ce dernier ne soit assassiné en 1965 à Paris, il s’inscrit pleinement, via l’organisation Solidarité qu’il créée, dans le soutien actif aux mouvements anticolonialistes et de libération des peuples. Mais surtout, il joue un rôle, bien avant l’heure, dans le rapprochement entre progressistes israéliens et palestiniens, notamment entre Uri Avnery et Issam Sartaoui, rapprochement qui aboutit à l’organisation d’une série de rencontres durant l’année 1976, année où le directeur adjoint de l’hebdomadaire le Point, Georges Suffert, fait paraître une pseudo-enquête journalistique présentant Henri Curiel comme le patron des réseaux d’aide aux terroristes et un « agent du KGB » !

Le « tournant giscardien »

Ces années 1970, avec l’arrivée au pouvoir de Giscard d’Estaing en France, que Gallissot qualifie de « tournant giscardien », sont celles de « l’alliance triangulaire » France-États-Unis-Maroc face à ce qui est considéré comme « le triangle adverse » Algérie-URSS-Polisario. Une « alliance » sur fond d’attentats meurtriers contre les Algériens en France, de luttes souterraines entre services français et algériens et de préparation par le Maroc de la « marche verte », qui lui permettra, avec le concours de l’armée française et de l’Espagne franquiste, d’occuper le Sahara occidental en 1975. Mais aussi d’assassinats non élucidés comme ceux des représentants successifs de l’OLP, Mahmoud Hamchari (décembre 1972), Mahmoud Saleh (janvier 1977), Azzedine Kalek (août 1978), ou juste avant du dramaturge et militant algérien de la cause palestinienne et ami de Curiel, Mohamed Boudia (juin 1973). C’est dans cette période trouble, qu’Henri Curiel est à son tour assassiné. D’autres meurtres (autour d’une vingtaine) non élucidés, de militants palestiniens, basques, communistes espagnols, du savant atomiste égyptien Salah al-Meshad (juin 1980), et de menaces de mort, émailleront ces années giscardiennes.  
(1) Voir aussi Henri Curiel citoyen du monde de Gilles Perrault dans le Monde diplomatique d’avril 1998.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Dim 13 Mai - 20:13


Une cabane du camp perché sur les hauteurs de Fondouk :
« C’est ici qu’ils torturaient les Algériens. » 1957, à Fondouk, défilé du 14 Juillet devant les anciens combattants algériens de 14-18 et 39-45.


Le témoignage d’un ancien appelé, qui pense avoir « enterré » le corps de Maurice Audin, torturé par l’armée française en juin 1957, relance l’exigence de vérité et ravive les horreurs d’une guerre dont l’État français n’a toujours pas assumé sa responsabilité.

« Je crois que c’est moi qui ai enterré le corps de Maurice Audin. » Jacques Jubier (1) a la voix un peu tremblante. Il hésite, regarde autour de lui. Mais il veut témoigner. Comme près de deux millions d’appelés, il avait préféré oublier, se taire « pour protéger (sa) famille ». Et puis, le temps a fait son œuvre. Et la peur de « représailles » de la Grande Muette s’est dissipée. C’est l’entretien publié dans nos colonnes, le 28 janvier, avec le mathématicien Cédric Villani qui l’a convaincu. Si un député de la majorité est déterminé à faire reconnaître la responsabilité de l’État français dans l’assassinat, en juin 1957, du jeune mathématicien communiste Maurice Audin, c’est que les langues peuvent commencer à se délier… Et l’exigence d’une reconnaissance de ce crime d’État, bientôt aboutir. Avec « l’affaire » Maurice Audin, c’est la pratique généralisée de la torture pendant la guerre d’Algérie qui refait surface. Une sauvagerie institutionnalisée, dont le refoulement a rongé comme une gangrène la société française. Mais les mécanismes de fabrication de l’oubli finissent toujours par céder. Ce nouveau témoignage en est la preuve.
Alors que la capitale est engourdie par la neige, Jacques Jubier, 82 ans, a fait le voyage depuis Lyon pour soulager sa conscience et « se rendre utile pour la famille Audin », assure-t-il. Son histoire est d’abord celle du destin de toute une génération de jeunes appelés dont la vie a basculé du jour au lendemain. En 1955, après le vote « des pouvoirs spéciaux », le contingent est envoyé massivement en Algérie. Jacques n’a que 21 ans. Fils d’un ouvrier communiste, résistant sous l’occupation nazie en Isère, il est tourneur-aléseur dans un atelier d’entretien avant d’être incorporé, le 15 décembre 1955. Un mois plus tard, le jeune caporal prendra le bateau pour l’Algérie, afin d’assurer des « opérations de pacification », lui assure l’armée française. Sur l’autre rive de la Méditerranée, il découvre la guerre. Les patrouilles, les embuscades, les accrochages avec les « fels », la solitude, et surtout, la peur, permanente. Cette « guerre sans nom », il y participe en intégrant une section dans un camp perché sur les collines, sur les hauteurs de Fondouk, devenue aujourd’hui Khemis El Khechna, une petite ville située à 30 kilomètres à l’est d’Alger. Jacques Jubier nous tend son livret militaire, puis les photographies que l’armée française n’a pas censurées : d’abord, des paysages sublimes de montagnes et vallées, où on aperçoit le barrage du Hamiz, qui draine l’extrémité orientale de la grande plaine algéroise.

« Il y avait des volontaires pour la torture, qui ne se faisaient pas prier »

Quelques clichés de ce camp isolé ont échappé à la censure. Sur l’un d’entre eux, un Algérien tient à peine sur ses jambes aux côtés de cinq jeunes soldats, une pelle à la main, qui sourient. Jacques est l’un d’eux. En arrière-plan, on distingue une cabane en troncs et ciment. « C’est ici qu’ils torturaient les Algériens, explique-t-il. Moi, au début, je les appelais “les partisans”, et puis j’ai vite compris qu’il fallait que j’arrête. » Pendant des mois, la bière est le seul « divertissement » de jeunes soldats qui s’interrogent encore sur ces étranges opérations de « pacification ». « On a vite compris de quoi il s’agissait. Il y avait des volontaires pour la torture. Certains ne se faisaient pas prier. Moi, j’ai refusé. Mon capitaine n’a pas insisté », assure-t-il. Mais il a vu, aux premières loges, le conditionnement, puis l’engrenage de la violence, individuelle et collective.
« Un trou était creusé dans le sol du camp, où les prisonniers étaient détenus entre deux séances de torture, raconte-t-il. Ils ne repartaient jamais vivants. C’était le principe. Les soldats ne se rendaient pas compte de l’horreur de ces exactions. On était conditionnés, mais nous ne réagissions pas tous de la même manière. J’ai vu des choses horribles que je n’ai jamais oubliées : la gégène, mais bien pire encore. » Dans cette guerre de renseignements, les appelés ont très vite été encouragés à commettre des exécutions sommaires et des actes de torture, avec le sentiment d’obéir à des ordres et donc de servir leur pays. Dès le début, non seulement les gouvernements savaient, mais couvraient et légiféraient.
« Une scène m’a longtemps hanté, confie-t-il avec émotion. Un petit Kabyle de 14-15 ans n’avait pas été jeté dans la fosse avec les autres Algériens. Les soldats français pensaient que ce gamin allait les aider à faire parler les autres. Mais il était devenu trop encombrant. Un jour, on part en patrouille et le capitaine l’emmène avec nous. Il s’arrête au milieu de la route et lui dit qu’il peut partir. Le petit refuse d’abord, comme s’il sentait quelque chose… et puis, il s’est enfui en courant. Ils lui ont tiré dessus avec un fusil-mitrailleur. Il a pris des rafales, est tombé à terre. Il n’était pas mort. Je revois cette scène comme si c’était hier. Le capitaine a dit aux gars : achevez-le ! Et là, j’ai vu des sauvages, ils s’y sont mis à plusieurs. Et encore, c’étaient des gars du contingent, donc vous imaginez les paras… Ils lui ont éclaté la cervelle. C’était une scène d’horreur. Je me souviens de ses grands yeux clairs qui regardaient vers le ciel… Des sauvages… »

« Là-bas, les gars devenaient comme des animaux »

Déserter ? « C’était impossible ! Chaque soir, j’appréhendais ce qu’on allait me demander de faire le lendemain. Comme les Algériens ne sortaient jamais vivants du camp, il fallait, pour l’armée, se débarrasser des corps. On m’a donc demandé de les charger dans un GMC (véhicule de l’armée), bâché, et on devait les abandonner devant les fermes. Je ne sais pas ce que les habitants en faisaient, une fois qu’ils les trouvaient, ils devaient les enterrer sur place. Moi, je voulais du respect pour les morts. Certains osaient même fouiller les corps pour trouver trois pièces. Là-bas, les gars devenaient comme des animaux. »
Si Jacques ne songe pas à la désertion, il fait valoir une blessure au genou et finit par être muté à la compagnie de commandement pour l’entretien des véhicules dans la ville de Fondouk. C’est ici que, un après-midi du mois d’août, un adjudant de la compagnie lui demande de bâcher un camion : « Un lieutenant va venir et tu te mettras à son service. Et tu feras TOUT ce qu’il te dira. » Le lendemain matin, le temps est brumeux et le ciel bas quand un homme « au physique athlétique » s’avance vers lui, habillé d’un pantalon de civil mais arborant un blouson militaire et un béret vissé sur la tête. C’était un parachutiste. « On va accomplir une mission secret-défense, me dit le gars. Il me demande si je suis habile pour faire des marches arrière. Puis, si j’ai déjà vu des morts. Puis, si j’en ai touché, etc. » « Malheureusement oui », relate l’ancien appelé. « C’est bien », lui répond le para, qui le guide pour sortir de Fondouk et lui demande de s’arrêter devant une ferme. « Est-ce que tu as des gants ? Tu en auras besoin… » Jacques s’arrête à sa demande devant l’immense portail d’une ferme assez cossue qui semble abandonnée. Il plisse les yeux pour en décrire le moindre détail qui permettrait aujourd’hui de l’identifier. « Descends et viens m’aider ! » lui lance le para, dont il apprendra l’identité bien plus tard : il s’agirait de Gérard Garcet (lire l’Humanité du 14 janvier 2014), choisi par le sinistre général Aussaresses pour recruter les parachutistes chargés des basses besognes. Le même qui fut, plus tard, désigné par ses supérieurs comme l’assassin de Maurice Audin…

« On les a passés à la lampe à souder pour qu’ils ne soient pas identifiés »

Le tortionnaire ouvre une cabane fermée à clé, dans laquelle deux cadavres enroulés dans des draps sont cachés sous la paille. « J’ai d’abord l’impression de loin que ce sont des Africains. Ils sont tout noirs, comme du charbon », se souvient Jacques, à qui Gérard Garcet raconte, fièrement, les détails sordides : « On les a passés à la lampe à souder. On a insisté sur les pieds et les mains pour éviter qu’on puisse les identifier. Ces gars qu’on tient au chaud depuis un bout de temps, il faut maintenant qu’on s’en débarrasse. C’est une grosse prise. Il ne faut jamais que leurs corps soient retrouvés. » « C’est des gens importants ? » lui demande le jeune appelé. « Oui, c’est le frère de Ben Bella et l’autre, une saloperie de communiste. Il faut les faire disparaître. » Un sinistre dialogue que Jacques relate des sanglots dans la voix. C’est qu’il est aujourd’hui certain qu’il s’agissait bien de Maurice Audin. Quant à l’autre corps, il est impossible qu’il s’agisse d’un membre de la famille d’Ahmed Ben Bella, l’un des chefs historiques et initiateurs du Front de libération nationale (FLN). Sans doute un dirigeant du FLN, proche de Ben Bella… À moins que Garcet n’ait affabulé ? « Je ne crois vraiment pas. Vous savez, ces hommes-là, ils se croyaient dans leur bon droit. »
« Après les avoir enterrés, on a repris la route au nord du barrage du Hamid, poursuit-il. Je ne disais pas un mot. Après vingt minutes de trajet environ, on s’est arrêtés devant un portail. Il n’était pas cadenassé, celui-là. Ça m’a étonné. Au milieu de la ferme, il y avait une sorte de cabane sans toit avec des paravents, comme un enclos entouré de bâches. Il m’a demandé d’attendre. Quand il a ouvert la bâche : quatre civils algériens avaient les yeux bandés et les mains attachées dans le dos. Ils leur avaient fait creuser un énorme trou, qui faisait au moins 4 mètres de profondeur. Dans le fond, j’ai aperçu des seaux, des pioches et une échelle. Il m’a demandé de recouvrir les deux cadavres. Ce que j’ai fait. D’abord il m’a félicité. Puis, me dit de n’en parler à personne, que j’aurais de gros ennuis si je parle. Et ma famille aussi. Il me menace. On est rentrés à Fondouk et il me demande de le déposer devant les halles du marché. »

Inciter les derniers témoins à parler

Et puis, Jacques a oublié, pour continuer à vivre. Comme toute une génération marquée à vie, murée dans le silence et la honte, il n’a pas parlé. Ni de cette nuit-là, ni du reste. Dans la Question, Henri Alleg relate un dialogue avec ses bourreaux à qui il dit, épuisé par la torture : « On saura comment je suis mort. » Le tortionnaire lui réplique : « Non, personne n’en saura rien. » « Si, répondit Henri Alleg, tout se sait toujours… »
La recherche de la vérité, entamée à Alger par Josette Audin et relayée en France, n’est toujours pas terminée, plus de soixante ans après les faits. Le récit de Jacques permettra-t-il de recoller certains morceaux du puzzle ? Et d’inciter les derniers témoins à parler ? Si son témoignage, qui a été transmis à la famille Audin, ne fait pas de doute sur sa sincérité et que le faisceau de coïncidences est troublant, il n’existe qu’une chance infime pour qu’il s’agisse bien de Maurice Audin. « Comme dans toutes les disparitions, l’absence du corps de la victime empêche d’y mettre un point final et rend impossible la cicatrisation des plaies de ceux que la disparition a fait souffrir », explique Sylvie Thénault. Pour l’historienne (2), qui a travaillé avec la famille Audin, ce témoignage, comme les révélations qui ont émergé dans les années 2011-2014, ont des fragilités inhérentes à leur caractère tardif. « Mais il est possible d’imaginer qu’un jour un document émerge, contenant un élément nouveau qui, telle une pièce manquante à un puzzle, viendrait conforter l’une ou l’autre des hypothèses envisageables, voire en prouver une au détriment des autres. » Peut-être que, comme l’affirmait Benjamin Stora dans la Gangrène et l’oubli, l’écriture de l’histoire de la guerre d’Algérie ne fait que re-commencer.
(1) Le témoin a souhaité garder l’anonymat mais « se tient à la disposition de la famille Audin ».
(2) « La disparition de Maurice Audin. Les historiens à l’épreuve d’une enquête impossible (1957-2004) », Histoire@Politique. Sylvie Thénault. Lire aussi de la même auteure, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Flammarion. 2005

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Lun 14 Mai - 7:38

Ce "copié-collé" d'une page du journal de la FNACA, organisation crypto-communiste des anciens appelés du contingent est caractéristique de la désinformation que nous subissons sur la guerre d'Algérie.
La FNACA, qui se déclare "indépendante" du PCF et "apolitique" a été en fait fondée en 1958 par des cadres du PCF qui se sont dotés d'un Président, Jean-Jacques Servent-Schreiber qui lui n'était pas communiste pour tromper ses adhérents, a, grâce à l'importance des subventions qu'elle reçoit de l'état, pu faire admettre le 19 mars 1962 comme date de la "Fin de la guerre d'Algérie", alors que nous savons très bien qu'à partir de cette date a débuté une période de massacres commis par l'ALN qui a fait plus de victimes en 6 mois que toute la guerre d'Algérie en 8 années ! Dont 356 soldats du... contingent, enlevés et tués dont on restera sans nouvelle !
Les "soi-disant" Historiens qui participent encore à cette désinformation, sont tous à quelques exceptions "proches" su parti communiste et donc du FLN qu'il a aidé à tuer des Français innocents par milliers.
Henri Alleg était lui membre du parti communiste et j'ai lu (mais oui, quand on parle de quelque chose, on s'informe) son "Histoire" de l'Algérie et ses ouvrages sur la "Torture"...
Kristo, lui, prend çà pour vérité d'évangile ! Moi pas.
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Lun 14 Mai - 7:47

J'ajoute que les lecteurs apprécieront que pour toi, ceux qui ne supportent pas le terrorisme islamiste sont des nazillons ! Merci !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Lun 14 Mai - 15:57

Kristobal a écrit:Quelles sont les causes essentielles qui ont fait que la France en 1830 (alors puissance coloniale) commence l'expédition de conquête de l'Algérie, colonisation qui va durer 132 ans? 



Le fameux "coup de l'éventail" du dey Hussein au consul Deval ne fut qu'un prétexte et tout le monde le sait.



Pour soit disant venger le coup de l'éventail donné par le Dey au consul de France, la France occupa Alger, le 5 Juillet 1830 et en chassa le Dey...





En 1798, lors de la campagne d'Égypte de Bonaparte, deux négociants algériens, Busnach et Bacri, proposent au directoire de ravitailler en blé l'armée française. Le contrat est signé et le dey d'Alger, avance l'argent pour toute l'opération3. Les caisses du directoire sont vides et le paiement est ajourné. Une fois au pouvoir, Napoléon repousse à la fin de la guerre le paiement de ses créances. Sous la restauration, le gouvernement de Louis XVIII refuse de reconnaître une dette contractée par la république. Trente ans après l'emprunt, en 1827, le dey d'Alger n'a toujours pas été payé. 





L'incident diplomatique. 





Reçu le 30 avril 1827 en audience, le consul de France Pierre Deval refuse catégoriquement tout ultimatum et se montre méprisant au goût du Dey.



C'est le fameux coup d'éventail, incident diplomatique à ce jour non élucidé qui sera le casus belli de la guerre déclarée par le Royaume de France à la Régence d'Alger.



Mais cette conquête avait été menée dans le but de faire main basse sur les immenses trésors de la Régence d'Alger afin de constituer les fonds secrets de Charles X pour corrompre et retourner le corps électoral -.





Difficile d'expliquer au bon peuple que les défenseurs de la Chrétienté, censés être venus à Alger punir les pirates barbaresques, s'étaient livrés à un pillage éhonté. Tout a donc été fait pour que ce scandale fut étouffé.



En plus des trésor d'Alger, il y a une autre raison cachée, le but inavoué, était de détruire l'Islam. raison pour laquelle une bonne partie de la population de l'époque a été décimée.



Ceci obéissait à un agenda bien précis.



A la même période environ, tout les pays Arabes et musulmans étaient colonisés, ou en cours.



Donc le véritable objectif était LA DESTRUCTION DE L'ISLAM.



 Les raisons de la colonisation de l'Algérie ne sont pas vraiment différentes des raisons de la colonisation d'autres régions du monde.



Le mouvement colonial participe de cette avidité et appétit de pouvoir partager par toutes les puissances coloniales.



Le plaisir d'une victoire facile face à des populations ne disposant pas des mêmes technologies, prendre ce qui ne leur appartient pas en toute impunité... 





La colonisation, c'est d'abord entre les puissances européennes une question de course au pouvoir, au prestige, à la domination du monde.



Les populations occupées n'avaient strictement aucune valeur et les ressources naturelles une importance secondaire puisqu'il fallait les mettre en valeur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Lun 14 Mai - 16:00

Athos13 a écrit:J'ajoute que les lecteurs apprécieront que pour toi, ceux qui ne supportent pas le terrorisme islamiste sont des nazillons ! Merci !




Alors pépère octogénaire, t'as les boules après moi parce que l'administratrice du forum ne veut pas de ta pornographie avec tes photos de jeunes mineures nues.  Ce genre de voyeurisme est pratiqué fréquemment chez les nazillons de ton espèce

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Lun 14 Mai - 16:46

Kristobal a écrit:
Athos13 a écrit:J'ajoute que les lecteurs apprécieront que pour toi, ceux qui ne supportent pas le terrorisme islamiste sont des nazillons ! Merci !




Alors pépère octogénaire, t'as les boules apsrès moi parce que l'administratrice du forum ne veut pas de ta pornographie avec tes photos de jeunes mineures nues.  Ce genre de voyeurisme est pratiqué fréquemment chez les nazillons de ton espèce

1 - je n'ai pas les "boules" envers Nadou et je m'en suis expliqué par MP.
2 - Les photos que j'avais proposées, ne sont pas celles de "jeunes mineures nues". En général les filles qui posent pour les photographes professionnels sont majeures.. et vaccinées.
3 - Je note que pour la xème fois tu me traites de "nazillon". Je considère qu'il s'agit encore d'une insulte.
Là encore, le lecteur appréciera !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Invité le Lun 14 Mai - 17:55

Athos13 a écrit:
Kristobal a écrit:




Alors pépère octogénaire, t'as les boules apsrès moi parce que l'administratrice du forum ne veut pas de ta pornographie avec tes photos de jeunes mineures nues.  Ce genre de voyeurisme est pratiqué fréquemment chez les nazillons de ton espèce

1 - je n'ai pas les "boules" envers Nadou et je m'en suis expliqué par MP.
2 - Les photos que j'avais proposées, ne sont pas celles de "jeunes mineures nues". En général les filles qui posent pour les photographes professionnels sont majeures.. et vaccinées.
3 - Je note que pour la xème fois tu me traites de "nazillon". Je considère qu'il s'agit encore d'une insulte.
Là encore, le lecteur appréciera !



C'est bien de toi  :



Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

 par Athos13 Hier à 19:59


Bravo ! Avec çà nos enfants auront une vision "fellouze" de la guerre d'Algérie qui bien entendu passera sous silence les crimes barbares commis par les mêmes fellouzes. Vision qualifiée d'objective par les complices communistes du FLN ! Je comprend pourquoi des gens comme Kristobal soutiennent aujourd'hui le terrorisme islamiste, comme ils ont soutenu et aidé hier les fellaghas et les poseurs de bombes qui mutilaient nos enfants.












1  /  le terme de fellouze, est utilisé par des fachos de l'oas (des nazillons)  qui pratiquaient la torture en Algérie, qui votent F-haine aujourd'hui.




2  / Le FLN était le mouvement de libération nationale en Algérie, comme les réseaux de résistance en France qui voulaient se libérer de l'occupant nazi,




3  / Cite moi un seul message ou je soutiendrais le terrorisme, quel qu'il soit, je ne cesse de le faire.




4 /  Cesse de parler à ma place.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Lun 14 Mai - 19:33

Kristobal a écrit:
Athos13 a écrit:

1 - je n'ai pas les "boules" envers Nadou et je m'en suis expliqué par MP.
2 - Les photos que j'avais proposées, ne sont pas celles de "jeunes mineures nues". En général les filles qui posent pour les photographes professionnels sont majeures.. et vaccinées.
3 - Je note que pour la xème fois tu me traites de "nazillon". Je considère qu'il s'agit encore d'une insulte.
Là encore, le lecteur appréciera !



C'est bien de toi  :



Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?



 par Athos13 Hier à 19:59


Bravo ! Avec çà nos enfants auront une vision "fellouze" de la guerre d'Algérie qui bien entendu passera sous silence les crimes barbares commis par les mêmes fellouzes. Vision qualifiée d'objective par les complices communistes du FLN ! Je comprend pourquoi des gens comme Kristobal soutiennent aujourd'hui le terrorisme islamiste, comme ils ont soutenu et aidé hier les fellaghas et les poseurs de bombes qui mutilaient nos enfants.












1  /  le terme de fellouze, est utilisé par des fachos de l'oas (des nazillons)  qui pratiquaient la torture en Algérie, qui votent F-haine aujourd'hui.

Le terme "fellouze" a été utilisé par tous les soldats du contingent qui faisaient leur service en Algérie, comme les termes de "Bougnoules" et de "Pieds Noirs" pour désigner les Musulmans et les Européens.




2  / Le FLN était le mouvement de libération nationale en Algérie, comme les réseaux de résistance en France qui voulaient se libérer de l'occupant nazi,

Comparer les fellaghas aux résistants de la seconde guerre mondiale est une insulte pour ces derniers qui n'ont égorgé, émasculé ou mutilé personne. Les fellaghas posaient aussi des bombes dans les stades, les bus et les brasseries ou milk-bars. Oser comparer ces assassins à la Résistance, et donc l'armée française à l'armée nazie est une diffamation grave !




3  / Cite moi un seul message ou je soutiendrais le terrorisme, quel qu'il soit, je ne cesse de le faire.

Tu soutiens le combat de l'ALN, mouvement terroriste qui massacrait et mutilait des civils, c'est se placer du côté des terroristes islamiste. C'est ce que tu fais à longueur de posts !



4 /  Cesse de parler à ma place.

Je ne parle pas à ta place et je m'en voudrais ! Je ne fait que répondre à tes contre-vérités et à tes provocations insultantes !
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Athos13 le Mar 22 Mai - 9:28

J'ajoute que les "nazillons" de l'OAS, étaient pour la grande majorité d'entre eux d'anciens... résistants qui s'étaient battus pour la Libération de la France des nazis allemands... Leur chef, le général Salan avait même participé à la libération de Toulon avec ses tirailleurs africains.
Et je dis et le répète que le PCF comme toute la gauche française, avait soutenu le FLN, mouvement terroriste dont les victimes civiles musulmanes furent beaucoup nombreuses que les victimes "européennes".
avatar
Athos13

Messages : 880
Date d'inscription : 30/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Savez-vous vraiment pourquoi la France a envahi en 1830 l'Algérie?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum