ALLIES ou ENNEMIS ????

Aller en bas

ALLIES ou ENNEMIS ????

Message par frenchy35F le Lun 22 Jan - 22:09

SOUS LA GLACE
Mélanges de glace et de méthane, les hydrates de méthane (des clathrates) se cachent au fond des océans et dans les sols gelés de l'Arctique. Libéré, ce gaz provoquerait une accélération du réchauffement. Mais des bactéries pourraient devenir de bons alliés.



















Planète

Du méthane s'échappe au fond des océans : y a-t-il danger ?
ActualitéClassé sous :climatologie , océanographie , National Science Foundation




le Système solaire serait atypique
Planète






Du méthane s'échappe au fond des océans : y a-t-il danger ?
ActualitéClassé sous :climatologie , océanographie , National Science Foundation

Laurent Sacco

Publié le 22/01/2018


 Les hydrates de méthane, ou clathrates, mélanges de glace et de méthane emprisonné, sont de formidables réserves d'énergie tapies en bordure des océans, notamment en Arctique. Comme le méthane est un puissant gaz à effet de serre, ses réserves pourraient être une bombe climatique à retardement. Des micro-organismes pourraient être néanmoins de bons alliés face à ce risque, comme le suppose une étude menée en Alaska.
Les mesures envisageables contre le réchauffement climatiques ne sont toujours pas suffisantes et le temps presse. Quoi qu'il arrive, il faudra payer les conséquences de l'évolution déjà amorcée et les perspectives, sans être tragiques, ne sont déjà pas réjouissantes. Cela pourrait malheureusement s'aggraver si l'humanité en venait à déstabiliser les réserves d'hydrates de méthane naturelles qui cachent sous l'eau et dans le pergélisol des régions arctiques.


Depuis des décennies, les géologues et les océanographes connaissent en effet l'existence en bordure des continents de gigantesques zones où s'accumulent ces hydrates de méthane, ou clathrates. Il s'agit de glace contenant des quantités non négligeables de méthane. Or il s'agit d'un puissant gaz à effet de serre : un seul kilogramme de CH4 équivaut à 25 kilogrammes de CO2 dans l'atmosphère. Malheureusement, si le méthane piégé dans les clathrates est stable dans des conditions de température et de pression données, il suffit que les océans se réchauffent un peu pour qu'il se libère. On comprend aisément, vu le pouvoir d'amplification de l'effet de serre du méthane, que le processus pourrait s'emballer avec libération de plus en plus massive de ce gaz, au fur et à mesure que la température de la planète augmenterait. Les prédictions les plus pessimistes du Giec pourraient donc devenir réalité et même être dépassées ou, pire, survenir beaucoup plus tôt.
Une vidéo de l'Ifremer sur le potentiel et les dangers des clathrates.©️ Ifremer

Un mécanisme régulateur des émissions de méthane océanique ?

L'inquiétude est d'autant plus légitime que, depuis quelque temps déjà, des suintements de méthane ont été détectés en Arctique et ailleurs. Toutefois, plusieurs incertitudes sont à prendre en compte à ce sujet. Ces suintements pourraient se produire naturellement depuis longtemps, auquel cas ils n'indiqueraient pas l'imminence d'un problème grave. Surtout, il est possible qu'une bonne partie de ce méthane se dissolve dans l'eau de mer et ne rentre donc pas massivement dans l'atmosphère. Il n'en reste pas moins qu'une évaluation et une surveillance du phénomène est nécessaire pour mieux en comprendre les implications sur le climat de notre planète à court termeC'est dans ce cadre qu'il faut inscrire les travaux d'une équipe de chercheurs états-uniens qui viennent d'être publiés dans la revue Science Advances. Ils ont effectué une campagne de recherche sur le talus continental au nord de l'Alaska, sur le flanc nord de la chaîne Brooks. Là se trouvent des réserves de clathrates semblant particulièrement susceptibles d'être déstabilisées car la région connaît un réchauffement parmi les plus importants.

Du méthane se forme naturellement de nos jours par décomposition de la matière organique au fond des lacs. Ils sont piégés sous la glace en hiver. ©️ Rune Pettersen
Il y a des sources de méthanes naturelles et actuelles dans les océans et même les lacs, pour ne pas les confondre avec des sources plus anciennes, les géochimistes ont daté le méthane trouvé dans l'eau des océans au moyen de la technique basée sur le carbone 14. À leur grande surprise, ils ont découvert que peu de cet ancien méthane provenant des clathrates se trouvait dans l'eau et sa concentration diminuait en se rapprochant de la surface.
Une explication a été proposée et qui recoupe l'observation récente de l'existence de l'action très agressive de micro-organismes qui s'attaquent au méthane pour s'en nourrir en surface. Selon les chercheurs, il y aurait là un mécanisme naturel de régulation des émissions de méthane. Même si les clathrates venaient à être déstabilisés, jusqu'à un certain point au moins, les émissions de méthane ne rejoindrait pas l'atmosphère. Cette conclusion avait déjà été émise il y a quelques années après des mesures des suintements de méthane au large de la Californie.


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 3098
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: ALLIES ou ENNEMIS ????

Message par frenchy35F le Mer 24 Jan - 23:10

IL FAUT AUSSI INSTRUIRE LES GENERATIONS ACTUELLES..

MIEUX VAUT SAVOIR QUE MOURIR IDIOT  Very Happy


Ne faites pas attention à la critique. Elle vient généralement de personnes qui n' ont jamais rien fait d' autre et qui se réjouissent des problèmes de l' Autre...En fait cela justifie leur paresse et/ou leur manque d' adaptabilité au Monde Actuel
avatar
frenchy35F

Messages : 3098
Date d'inscription : 25/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum