Voir le deal
299.99 €

Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop

Aller en bas

Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop Empty Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop

Message par dugenou le Ven 11 Oct 2019 - 13:14

[size=35]Peut-être serait-il bon qu’on cesse ce genre d’expérimentation ? 1,6 milliards quand même Evil or Very Mad

[size=35]Loi Alimentation : un “échec”, selon l’UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne
[/size][/size]
[url=https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https://www.doctissimo.fr/sante/news/loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne&title=Loi Alimentation : un %E2%80%9C%C3%A9chec%E2%80%9D, selon l%E2%80%99UFC-Que Choisir et la Conf%C3%A9d%C3%A9ration Paysanne][/url] [url=http://twitter.com/intent/tweet?status=Loi Alimentation %3A un %E2%80%9C%C3%A9chec%E2%80%9D%2C selon l%E2%80%99UFC-Que Choisir et la Conf%C3%A9d%C3%A9ration Paysanne+https://www.doctissimo.fr/sante/news/loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne][/url] 


L’augmentation du seuil de revente à perte (SRP), entrée en vigueur le 1er février 2019 dans le cadre de la loi Alimentation, avait pour but de “rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs”. L’UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne affirment au contraire que les marges de l’industrie et de la distribution ont progressé, et réclament “l’abandon immédiat” de cette mesure.


Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop Loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne

[size=18]Sommaire

[/size]
[list="box-sizing: border-box; margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 10px; padding-bottom: 10px; padding-left: 30px; border-width: 0px 0px 1px; border-bottom-style: solid; border-bottom-color: rgb(238, 238, 238); font-family: Lato; font-size: 1.4rem; font-style: inherit; font-variant-caps: inherit; font-stretch: inherit; line-height: 1.9rem; vertical-align: baseline; list-style-position: initial; list-style-image: initial; text-align: justify;"]
[*]"Un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution" 

[*]Les prix agricoles toujours en-dessous des prix de revient

[*]Une transparence totale sur les marges souhaitée


[/list]

La loi Alimentation serait loin d’avoir tenu toutes ses promesses. Votée l’année dernière, elle promettait d’assurer “l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole” notamment via l’entrée en vigueur en février dernier de la hausse de 10% du seuil de revente à perte (SRP), limite de prix en-dessous de laquelle un distributeur ne peut revendre un produit. Selon l’association UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne, non seulement cette mesure a entraîné une inflation des prix alimentaires, mais en plus n’a fait qu’augmenter les marges de l’industrie et de l’alimentation."Un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution" 
En effet, selon les deux organisations, une étude a montré que les prix des produits alimentaires ont subi “une brutale augmentation de + 0,83 % en un mois seulement, plus particulièrement marquée dans les hypermarchés et sur les produits de grandes marques”. Une inflation qui se traduirait par “un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution” sur deux ans.

Les prix agricoles toujours en-dessous des prix de revient



Par ailleurs, les marges dans l’industrie et de la distribution auraient “encore progressé plus fortement que les prix agricoles, entraînant une inflation supplémentaire injustifiée pour les consommateurs”. Par exemple, le prix du lait UHT revenant à l’éleveur a diminué de 5%, mais la marge des distributeurs a elle augmenté de 8%, ce qui fait que “les consommateurs paient maintenant le lait 4% plus cher”.
La grande distribution et l’industrie continuent d’imposer des prix agricoles en-dessous des prix de revient à de nombreuses filières, dénonce l’UFC-Que Choisir. Le lait de vache est acheté 15 % en dessous du prix de production et la viande 14 %”. 

Une transparence totale sur les marges souhaitée



Afin de véritablement “garantir des prix rémunérateurs aux agriculteurs tout en permettant une amélioration de la qualité de l’offre alimentaire au prix juste”, les organisations demandent “l’abandon immédiat du relèvement du seuil de revente à perte”. Mais aussi “la transparence totale sur les marges des industriels et des enseignes de la grande distribution, la mise en œuvre effective du rééquilibrage des négociations commerciales, ainsi qu’un dispositif pour déterminer des prix agricoles rémunérateurs”.
Ecrit par:
Morgane Garnier
Journaliste


"Ce qui est certain c'est que ce Macron, personnage mineur de l'histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula"
dugenou
dugenou

Messages : 4078
Date d'inscription : 02/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop Empty Re: Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop

Message par ledevois le Ven 11 Oct 2019 - 18:57

dugenou a écrit:[size=35]Peut-être serait-il bon qu’on cesse ce genre d’expérimentation ? 1,6 milliards quand même Evil or Very Mad

[size=35]Loi Alimentation : un “échec”, selon l’UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne
[/size][/size]
[url=https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https://www.doctissimo.fr/sante/news/loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne&title=Loi Alimentation : un %E2%80%9C%C3%A9chec%E2%80%9D, selon l%E2%80%99UFC-Que Choisir et la Conf%C3%A9d%C3%A9ration Paysanne][/url] [url=http://twitter.com/intent/tweet?status=Loi Alimentation %3A un %E2%80%9C%C3%A9chec%E2%80%9D%2C selon l%E2%80%99UFC-Que Choisir et la Conf%C3%A9d%C3%A9ration Paysanne+https://www.doctissimo.fr/sante/news/loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne][/url] 


L’augmentation du seuil de revente à perte (SRP), entrée en vigueur le 1er février 2019 dans le cadre de la loi Alimentation, avait pour but de “rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs”. L’UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne affirment au contraire que les marges de l’industrie et de la distribution ont progressé, et réclament “l’abandon immédiat” de cette mesure.

Loi SRP : une expérimentation qui fait un flop Loi-alimentation-echec-ufc-que-choisir-confederation-paysanne

[size=18]Sommaire

[/size]
[list="box-sizing: border-box; margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 10px; padding-bottom: 10px; padding-left: 30px; border-width: 0px 0px 1px; border-bottom-style: solid; border-bottom-color: rgb(238, 238, 238); font-family: Lato; font-size: 1.4rem; font-style: inherit; font-variant-caps: inherit; font-stretch: inherit; line-height: 1.9rem; vertical-align: baseline; list-style-position: initial; list-style-image: initial; text-align: justify;"]
[*]"Un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution" 

[*]Les prix agricoles toujours en-dessous des prix de revient

[*]Une transparence totale sur les marges souhaitée


[/list]

La loi Alimentation serait loin d’avoir tenu toutes ses promesses. Votée l’année dernière, elle promettait d’assurer “l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole” notamment via l’entrée en vigueur en février dernier de la hausse de 10% du seuil de revente à perte (SRP), limite de prix en-dessous de laquelle un distributeur ne peut revendre un produit. Selon l’association UFC-Que Choisir et la Confédération Paysanne, non seulement cette mesure a entraîné une inflation des prix alimentaires, mais en plus n’a fait qu’augmenter les marges de l’industrie et de l’alimentation."Un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution" 
En effet, selon les deux organisations, une étude a montré que les prix des produits alimentaires ont subi “une brutale augmentation de + 0,83 % en un mois seulement, plus particulièrement marquée dans les hypermarchés et sur les produits de grandes marques”. Une inflation qui se traduirait par “un chèque en blanc de 1,6 milliard d'euros à la distribution” sur deux ans.

Les prix agricoles toujours en-dessous des prix de revient





Par ailleurs, les marges dans l’industrie et de la distribution auraient “encore progressé plus fortement que les prix agricoles, entraînant une inflation supplémentaire injustifiée pour les consommateurs”. Par exemple, le prix du lait UHT revenant à l’éleveur a diminué de 5%, mais la marge des distributeurs a elle augmenté de 8%, ce qui fait que “les consommateurs paient maintenant le lait 4% plus cher”.
La grande distribution et l’industrie continuent d’imposer des prix agricoles en-dessous des prix de revient à de nombreuses filières, dénonce l’UFC-Que Choisir. Le lait de vache est acheté 15 % en dessous du prix de production et la viande 14 %”. 

Une transparence totale sur les marges souhaitée





Afin de véritablement “garantir des prix rémunérateurs aux agriculteurs tout en permettant une amélioration de la qualité de l’offre alimentaire au prix juste”, les organisations demandent “l’abandon immédiat du relèvement du seuil de revente à perte”. Mais aussi “la transparence totale sur les marges des industriels et des enseignes de la grande distribution, la mise en œuvre effective du rééquilibrage des négociations commerciales, ainsi qu’un dispositif pour déterminer des prix agricoles rémunérateurs”.
Ecrit par:
Morgane Garnier
Journaliste

Ce sont  les enseignes qui font de la marge et non les agriculteurs --ce qui serait censé c'est qu'ils suivent les lois qu'ils pondent --  



 
 Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort, le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c'est le train, ce n'est pas la gare. 
ledevois
ledevois

Messages : 13558
Date d'inscription : 03/07/2017
Age : 79
Localisation : Cévennes France--Tarragone catalogne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum